Archives de catégorie : Autres

Tous les autres articles

A propos

Dernières mises à jour le 23 11 2022 / Fenolhedés / La Culture Instrument de Tromperies.
Portrait

Il serait convenable que ceux qui puisent dans ces articles, pour publication lucrative ou pas, aient le savoir vivre soit d’indiquer leur source soit de faire un lien, merci.

Tous articles confondus, les contenus ne sont pas statiques, ils sont régulièrement documentés.

Sommaire

Définition de Catalan

Image de Marque du Catalan

Démarche et Processus

Croix Occitane

Seneyra Reial

Géographie

Fenolhedés

Sa Déviante Médiévale

Le Pago Fenuleto

Le Jacobinisme Catalan

L’Histoire Frelatée
La Culture Instrument de Tromperies
Le Syndrome de la boule de billard
Non dits – Inavouables
Tchernobyl culturel en Roussillon

Superlatifs Négatifs Infondés

Valeurs

Les Auteurs

Remerciements

Adissiàs e benvenguda a tots / Bonjour et bienvenue à tous

Parcourir l’Histoire du Fenouillèdes et de la Catalogne Nord, revient selon le point de départ à s’engager sur un itinéraire semé d’embûches, une signalétique d’avertissement de duperies dissimulées s’impose, c’est, avec l’explication des causes et leur mécanisme, le principal objet de ces pages d’accueil.

Définition de Catalan


 Catalan figure dans le vocabulaire occitan-languedocien, hormis le sens évident, il se traduit le diable*. Dicos du CNRS / IEO l’Institut d’Études Occitanes dit L’Alibert et celui en ligne de Lo Congrès.

Si vous êtes objectifs vous comprendrez aisément au fil des pages que les catalans ont poussé et qu’ils poussent toujours le bouchon trop loin, tellement qu’ils sont autant passés dans l’inné.

* Les citations, dictons, image de marque sont en italique violet.

Image de Marque du Catalan

Quoique les relations soient continuelles entre les habitants d’Estagel et ceux de La Tour, on sent, en venant dans cette dernière localité, qu’on a pour ainsi dire changé de pays * … on croit reconnaître encore une différence sensible dans le type des habitants … Pierre Vidal, Guide des PO., 1899.

Allons droit au but, au XXI è. et toujours , en quelque sorte en Fenouillèdes à la simple présence d’un catalan du Roussillon il ne tarde pas à être remarqué – repéré car cela est flagrant tant il détonne. Cette identification d’emblée, fondée sur les particularismes permet implicitement de trahir un éventail de complications à prévoir qui en font la réputation, habituellement résumées à un mauvais caractère en une simplification drastique. L’affaire est jugée depuis si longtemps qu’elle est gravée dans nôtre ADN, ce qui est salutaire. Cet implicite flagrant est dit Catalanegar( ege ) en languedocien local, ce qui pourrait se traduire par – Cela fait catalan, – C’est du catalan tout craché. A partir de là un programme de vigilance se met sur ON dans vos neurones.

Catalanegar est autant du dictionnaire Castillan.

Ces détestables travers identitaires catalans et leurs désastres sont en tant que tels relégués et décortiqués à Gavach – Gabach / Catalan.

* CQFD : Estagel porte du Roussillon et de la Catalogne, Latour de France porte du Fenouillèdes, du Languedoc et de la France depuis 1258 sont à 4 km l’un de l’autre. C’est aussi par coïncidence fortuite ou corrélation une frontière climatique, Lo vent dels fats ( Marinade, Autan ) est nettement plus assidu côté castagnettes.

Démarche et Processus

... Ce mépris total pour le pays de Fenouillèdes ... G. Normand.

Dès mon retour au pays à l’issue d’un tour de France hors Compagnons, les différences comportementales des roussillonnais* comparativement à d’autres provinces me sont apparues de toute évidence telle une gifle cuisante. Il règne :

– Dans les médias et la population du 66 une pléthore de superlatifs négatifs mal fondés au mépris des Gavachs, du Fenouillèdes, absents ailleurs avec une densité équivalente. Cet ailleurs c’est l’aire catalane. Ce sont des avis superficiels, des aveux d’ignorance et du camouflage plus ou moins volontaire d’inavouables provoqués par un orgueil ibérique à en crever. Un stigmate de leur xénophobie ? Deux exemples de superlatifs infondés plus bas.

– Un état de désinformation généralisée de l’Histoire jusqu’aux catalans qui sont bernés pour la part les concernant **. A ce titre la plus part des livres, associations politiques éditrices, articles de presse et sites de Catalogne Nord relatifs à cette réemballe devraient être censurés, poursuivis en justice pour tromperie, à minima contenir un message Républicain d’alerte.

Précocement je fus intrigué par l’étendue des divergences *** entre les historiens natifs des Pays Catalans et leurs homologues languedociens ou français avec l’écheveau qui en résulte, bien plus qu’il n’en faut pour mettre la puce à l’oreille. Des auteurs catalans au panthéon de diverses spécialisations ont leurs pages truffées d’énormités, de contrevérités, d’escamotages de la part adverse, généralement trop épurées du rôle de la France ou du Fenouillèdes fut – il prépondérant. Il est banal de trouver des historiens, linguistes du 66 aux sources strictement confinées à celles d’origine catalane, trompé le lecteur de ces travaux n’y verra que du feu. Pour plus d’objectivité il m’est apparu nécessaire de croiser les versions locales avec les transcriptions françaises – occitanes. Mais de ce côté là si la fiabilité est de toute évidence meilleure, on est pas dans le plus blanc que blanc pour autant. Des réticences d’amour – propre font, ici aussi, glisser sur des vérités dérangeantes et des défaites cuisantes, le carnage infligé en Ampurdan –  Albères en 1285 ( Page 136 et suivantes ) en est une parfaite illustration.

– Communément comme nous allons le voir sur l’article Gavach, des affirmations catalanes qui semblent trahir l’expression d’un regard hautain héréditaire ( Orgueil ibérique ), au détriment du Fenouillèdes et des occitans alias les Gavachs. Chose amusante, il est quasiment absolu que les ignorants signataires de ces indélicatesses ne se rendent qu’exceptionnellement en Fenouillèdes, au mieux.

* Ditsdétériorés ... Extrait d’une foison de citations concordantes dont aucune n’est d’avantage flatteuse, émises depuis des siècles sans discontinuer jusqu’à l’heure actuelle par tant de sommités affolées quand au profil du catalan. Mieux, les Espagnols Castillans auraient traditionnellement une opinion convergente, expressions à l’appui. Je lance un appel à contribution, à ceux en mesure de confirmer ou démentir.
** Volée d’exemples ci après façon geste auguste du semeur.
*** Divergences : De même sous un seul drapeau quel qu’il soit. Vous en avez une sélection listée  en première page de l’article  VI è. au XIII è. siècles.

Trop souvent, s'agissant du Fenouillèdes les catalans sont dans le DÉNI. leurs historiens, dans le négativisme du rôle historique et linguistique de l'Occitanie et de la France sur toute la Catalogne.

Autre incontournable en exergue plus bas aux Non dits - Inavouables
.

Définitivement acquis à la France dès 1258, le passé aragonais ou catalan du Fenouillèdes est des plus réduits, résultante de deux testaments, vers 1170 à 1220 et  vers 1240 à 1250, les tentatives d’invasion ont été maîtrisées. Synthèse tirée du livre de G. Gavignaud – Fontaine, agrégée d’histoire.

Au temps des carolingiens et des francs il dépendait de la Marche d’Espagne alias Marca Hispanica et du comté de Bésalu, localité au sud de la frontière actuelle. Ces régions militaires jusqu’à L’Ebre étaient régies par les comtes carolingiens, leurs descendants et marquis de toute la Catalogne actuelle prêtaient serment d’allégeance à St Denis … Quasiment tous les roussillonnais l’ignorent. Ceux qui ne sont pas de ces vallées retiendront que le Roussillon est revenu à la France en 1659 après une très longue occupation par la super puissance de l’époque à savoir  » l’Espagne « , cela doit expliquer au moins en partie les arrangements – ruminements qui suivent venant des catalans et fond de cet article.

Jean – Joseph Expilly dans son Dictionnaire des Gaules et de la France, tome de 1764.

 – Ces deux nations si longtemps rivales … Que la passion et un sot amour – propre national ont défigurés chez les écrivains des deux nations ...  Histoire de Roussillon comprenant le royaume de Majorque de D. M. J. Henry en  1835.

L’intérêt est que ce membre de sociétés savantes est étranger aux deux penchants des Pyrénées pour l’Histoire desquels il s’est passionné, il venait des Alpes de Haute – Provence.

Il fallait faire quelque chose en réplique impartiale à ces niaiseries. Mais je ne suis pas un historien. J’ai essayé de procéder à un tri des auteurs selon leur bagage et l’origine géographique, les militants et présumés proches des très actives associations culturelles catalanistes sont exclus par précaution élémentaire, les autonomistes et identitaires sont parmi elles. Ceux retenus figurent sur l’article Liens et Livres Fenouillèdes, ils ont bien entendu toute mon admiration, au titre d’œuvres d’une vie impliquant des recherches colossales, pour autant les catalans qui y sont mêlés ne sont pas obligatoirement nets, certains transpirent leur parti pris de la cause catalane au risque d’en perdre l’objectivité attendue. Les articles qui suivent sont une synthèse d’ouvrages parus depuis 1764, la plupart dits de référence, documentés via des sources antérieures faisant autorité.

Enfin le Fenouillèdes est méconnu jusqu’à ses riverains de la plaine *. Ses milieux préservés d’une grande diversité botanique, sa densité inouïe en monuments archéologiques, historiques et petit patrimoine, se doivent d’être divulgués et protégés.

* Si casaniers qu’ils sont l’objet d’une fable, cet état et sa conséquence sont développés à l’article Gavach. D’après un sondage mené personnellement en Salanque sur plusieurs années, il n’est pas rare de rencontrer des natifs du Roussillon, élèves de 3éme et adultes ignorant le nom de Fenouillèdes, contrée limitrophe de la leur ( Une porte est à 20 km du centre ville de Perpignan ). En pareil cas ils répondent évasivement Fenouillèdes ? Es ce un village ? Cela résulte probablement et essentiellement de son antériorité française par rapport au Roussillon, qui est  » devenu  » immigrations massives obligent, fortement ancré culturellement en Espagne. Jusqu’à revêtir des aspects déplorables tels que ceux expliqués dans ce site. Ces roussillonnais n’expriment pas la lacune ci-dessus s’agissant du Capcir, Cerdagne, Conflent, Vallespir, chacun autant ibérisé que le Roussillon. Amalgamés avec le Fenouillèdes ils forment le département des Pyrénées Orientales.
Cliquez sur les articles suivants, Gavach, Toponymie, Chronologie 800 à 1659, vous allez en apprendre de belles s’agissant plus particulièrement des fondements occitans sur lesquels les catalans sont assis à leur insu, cela leur est méticuleusement dissimulé.

Croix occitane

 En héraldique simplifiée,  croix d’or alésée*, pattée, vidée sur un champ de gueules, ornée de trois pommettes à chaque branche. Adaptation de formes similaires chrétiennes apparues au II ou III siècle au Moyen – Orient dont sans exhaustive la croix copte **, le chrisme cathare. Importée par les wisigoths ariens puis orthodoxes en l’état de préfiguration, c’était la croix dite de Byzance ou de Constantinople dès 375 – 404. Plus tard arborée par les comtes de Toulouse en Provence d’où les appellations de croix de Venasque ensuite Raimondine et de Toulouse.

Emblème des des wisigoths,  il a de fait durablement flotté sur les futurs comtés catalans, donc ceux des Pyrénées – Orientales :  Conflent, Cerdagne, Roussillon et Vallespir. Voir aux dates impliquées par ce qui précède. Cependant aucune trace n’en est arrivée jusqu’à nous concernant la période allant de Guilhem de Gellone à 1096. Ce drapeau est de nos jours invisible en 66, que ce soit sur les bâtiments publics, les pôles touristiques…  ou sur les étals des Paysans.***

*Alésée : Qui n’atteint pas les bords de l’écu. Pattée : A allure de patte. Vidée sur un champ de gueules : Imaginez la croix posée sur un fond rouge. 
 **Il reste qu’un modèle étonnamment ressemblant existait vers – 200  / – 300 chez les Celtibères Elyséates du littoral, la croix d’Ensérune. 
*** Lecture conseillée  aux estomaqués par cette synthèse: La Croix Occitane, B. de la Farge aux éditions Loubatières.

La Senyera reial et Enseigne royale d’Aragon

D’Or à quatre pals de gueules*,  elle commença par être le blason du comte carolingien de Barcelone dès le XII siècle. Elle serait inspirée d’un gonfanon du Vatican en temps de guerre et son émergence coïncide avec le séparatisme susdit. A Forcalquier toujours vers les années 1100 à 1200 le comte de Barcelone a introduit un modèle à la ressemblance troublante, lequel est-il l’initiateur du second, celui du comté de Provence ?  Origines plus ou moins réelles synthétisées aux dates correspondantes.

Peu de temps après la scission  » Ramon Bérenguer  » s’auto – proclame roi,  Raimond Bérenger IV se marie à l’héritière du royaume d’Aragon, il est à la tête de ces deux Etats réunis. Leur fils sera le premier roi de la Couronne d’Aragon et sacré à Saragosse. Ce quartier devient les Barres d’Aragon. Drapeaux identitaires Wikipedia.

Quand à la variante du XX ème siècle dite Estelada, c’est à dire L’Etoilée agrémentée d’une étoile blanche ou rouge elle permet de  » Repérer  » les indépendantistes. Il était donc scandaleux à quelques égards qu’elle apparaisse sur des bâtiments publics de Perpignan mais il faudra attendre que le RN s’installe à la mairie pour qu’il y soit mis bon ordre.

Quels drapeaux claquaient au cèrç ou à la tramuntana ** jusqu’à la veille de la création de la Senyera ? La croix de Toulouse ou son ascendante avait – elle perduré comme en Provence ?

* D’Or à quatre pals de gueules : Soit à quatre bâtons  ( Pieu, barre, canne…) rouges.
** Serait le nom originel catalan du francisé tramontane ? Cèrç ou Cers est l’équivalent languedocien.

Géographie

Le Fenouillèdes pris à titre historique, est sis au nord des Pyrénées Orientales, il s’étend sur le bassin de l’Agly en amont d’Estagel, au sud de la barrière climatique et géologique des Corbières. Ainsi que sur le canton ( Au sens 1790 ) d’Axat dans la haute vallée de l’Aude*, du département du même nom, en rive droite de ce fleuve, du Capcir à St Martin Lys. Escouloubre et le Bousquet déduits par la plupart des historiens*, voir cartes. Il couvre ceux de Latour de France ( Hors Estagel, Montner, Tautavel ), Saint Paul de Fenouillet et Sournia ( Sans Arboussols, Tarérach de linguistique catalane ). Tous de culture Occitane qu’ils se situent dans  le 11 ou le 66. Jusqu’au IX è. siècle c’était une composante du Razés le pays de Rhedae c’est à dire Rennes le Château. Wikipédia Fenouillèdes diffère sensiblement.

Aux 10ème / 11ème siécles il lui fut rattaché un autre maillon du Razés, le Perapertusés, soit le bassin du Verdouble, du Pech de Bugarach jusqu’à Montgaillard, Palairac, Aguilar, Nouvelles,  Tuchan , Vingrau, Tautavel, Cases de Péne, Peyrepertuse. Baixas en fit partie antérieurement.

* S’agissant du Roquefortés ( Roquefort de Sault, Buillac, Ste Colombe et Counozouls ) les auteurs que nous avons lus sont dans le flou.

Fenolhedés

En se basant sur le dictionnaire de l’IEO lequel propose en graphie languedocienne : Aragonés, Narbonés. Par déduction on s’attendrait à : Carcassés, Cabardés, Fenolhedés, Lauragués, Razés, Termenés tels que présentés sur Wikipédia … Phonétiquement on frôle Fenouillèdes, d’ailleurs > Aller à la date 1370. Dans cette logique :

– D.Baudrel conservateur de la cité de Carcassonne,

– P. Ponsich, repris par l’AAPO dans Moulins et meuniers du Fenouillèdes 2021.

Institut d Etudes Catalanes à Barcelone – Université de Perpignan.

D’ordinaire ces accents aigus sont remplacés par le grave, lequel est quelquefois posé sur le E médian. A nôtre humble avis ces deux variantes seraient à oublier, qui plus est la première puisque d’inspiration catalane telles que Aragonès, Gironès / Gérone, Ripollès / Ripoll. Pareillement citer Les Fenouillèdes est erroné, le Fenolhedés n’étant pas un pluriel.

Fenolhedés équivaudrait à Pays des foins, du latin fenum. Nonobstant cela en languedocien le fenolh c’est le fenouil ou foeniculum vulgare. Cette apiacée abonde jusque sur les hauts de la D7, le Fenolhedés serait il tout simplement le pays où croît le fenouil ? Mais ces hypothèses répandues ne font pas l’unanimité auprès des plus éminentes autorités en la matière lesquelles font un rapprochement avec Foenus, Fenus, Fenuletus pour leur rapport à l’argent monétaire comme précieux.

SA DEVIANTE MEDIEVALE

Fenolheda par dérive reconnait le Conseil Général des Pyrénées Orientales , qui a osé se référer à «  LLuis Basséda « * un auteur MILITANT CATALANISTE toponymiste qui s’était mêlé de la toponymie languedocienne du 66 **! Il y avait surement mieux placé pour cette tâche en apportant un avis croisé. Peut être aussi moins outrageant pour la République. Autre anecdote croustillante émanant de la louable démarche, du Conseil Général cent pour sang Catalan, de matérialiser les accès routiers du Fenolhedés. La Cagade ci dessus ( Fenolheda ) à fait l’objet d’une propagande télévisée un 7 novembre, c’est à dire le jour anniversaire du Traité des Pyrénées en 1659 lequel libéra les catalans du nord de 500 ans d’occupation ibérique, en exhibant plein écran une signalétique Fenolheda sans aucune rectification de cette déviante féminine médiévale et de fait apparue postérieurement.

* Louis Bassède 1914 – 1981, RESISTANT du maquis de Rabouillet, Un badge de toponymiste dans sa collection. Diffusé par TERRA NOSTRA dont il fut avec Henri Guiter un des fondateurs en 1965,  actuellement présidé par Ramon Gual. ** La fiabilité des interprétations ne saurait en être garantie, autant confier vôtre maison à vôtre pire ennemi .

Terra Nostra est une revue catalane scolaire…Nombreux  ouvrages publiés, tous en défenses de la langue et de la culture catalanes...François Calvet, Sénateur Maire de Le Soler.  Nom repris à titre de reconnaissance par le magazine de Perpignan Méditerranée Métropole.

Il reste que avec un tel patronyme, ce politique ardent défenseur de la cause catalane jusqu’à parader avec empressement devant un panonceau Pays Catalan à l’entrée de son village, est à présumer d’ascendance languedocienne. Calvet / Calbet /  Chauvet,  le nom le plus porté en Fenouillèdes au XIX è. siècle. Il semble fidèle à St Martin de Fenouillet où il est déjà présent au XVI è. Ce quiproquo affecte des dizaines de milliers de  » Catalans  » du lambda à l’universitaire, lesquels dans l’ensemble paraissent être fadas de cette identité en perdant de vue leur ADN languedocien tant qu’ils sont matraqués par l’idéologie dominante catalane. Toutes ces imitations de catalans avec un nom typiquement languedocien ou catalanisé gagneraient à réfléchir avant de s’accoutrer de sang et d’or. Leur ancêtre languedocien fut soit majoral ( Chef des bergers ) DEPORTE à ce titre du Razés historique lors des razzias aragonaises, conflentoises, roussillonnaises, ect. Soit c’est à rechercher dans :

Migrations, exodes, repeuplements du grand sud de la France ( Mer – océan ) et du Fenouillèdes vers la Catalogne de 1348 à nos joursToponymie occitane en Pays Catalan.

Fenolheda sur l’Alibert : endroit couvert de fenouil.

Sinon en Catalan : Fenolléde et Fenolledés, exclusifs chez trop de sommités locales dans leurs écrits dédiés. C’est fort ennuyeux en matière de neutralité historique attendue. Même des universitaires dont un de renom international, méconnaîtraient ils la forme languedocienne ? Ce ne serait pas surprenant dans le contexte qui suit …. Au sens large et selon une règle à eux les noms latins, français et languedociens du Fenolhedés sont falsifiés en catalan que ce soit les personnages, monuments, villages, toponymie, géographie …. Rendez vous compte  être français natif de la Catalogne Nord* et oser rhabiller en catalan jusques dans leurs écrits d’expression française ! Per favor = S’il vous plait en catalan, mettez à contribution votre IEC** et université de Perpignan

*  CATALUNYA DEL NORD, nom territorial proposé en 1938 par un visionnaire, Alphonse Mias d’Amélie les Bains Palalda puis relancé en 1974 par Laurent Planes – Llorenç Planes de Coustouges 66 avec l’adoubement du Conseil Général le 10 décembre 2007. De là à supputer que le Conseil Général de la République soit noyauté par des politiques identitaires et/ou indépendantistes?

** Institut d’Etudes Catalanes.

Le Pago Fenuleto

Est la plus ancienne dénomination connue, d’après une charte de Charles le Chauve du 24/12/842. Il fut rattaché à la France dès 1258, le reste du département en 1659 au Traité des Pyrénées. Sa position frontalière pendant quatre siècles lui a valu une succession impressionnante d’exactions. Du fait des antagonismes entre les royaumes de France et ceux de  Catalogne, d’Aragon, Majorque, Espagne. Il fut aussi un poste avancé des Templiers, reconquête chrétienne de l’Espagne oblige. Précédés par les Romains, les Wisigoths, les Faidits (Cathares dépossédés de leurs terres). Suivis de Simon de Montfort, de bandes de Huguenots et de tant d’autres indésirables qui n’ont eu de cesse de le piller et de le saigner à blanc. Ces multiples ruptures et transferts font que l’histoire du Fenouillèdes compte des lacunes. Les archives sont dispersées entre Montpellier, Tolède, Toulouse, Saragosse…

Ce Fenuleto et ses déclinaisons nous renvoient aux possibles étymologies de Fenolhedés, il est envisagé une corruption de Fanum Léto, comparable au Fanum Jovis / Temple de Jupiter aujourd’hui Fanjeaux entre Lauragais, Piège et Razés. D’autres interprétations éloignées du foin et du fenouil occupent des universitaires.

Le Jacobinisme Catalan

LHISTOIRE FRELATÉE.

… Conglomérat de niaiseries … et d’étroitesse de vue jacobine … A ces obstacles inhérents à la Catalogne du Nord, il faut ajouter … Les noms de lieux du Roussillon, Renée – Laure Portet 2021.

Emis à propos de la toponymie mais c’est bien évidemment transposable, les intéressés sont souvent les mêmes signataires. De plus l’orgueil de fous identitaire catalan, amène à ce qu’il soit aussi ordinaire que détestable d’avoir affaire à des profils qui critiquent autrui sans faire mieux quand au même sujet, aveuglés qu’ils en sont, nous verrons qu’elle y participe. Cet ubuesque catalan va ressurgir tel un serpent de mer tant les exemples abondent tous azimuts.

On vient de comprendre avec quoi peut rimer Catalan. Restons dans cet ordre d’idées et sans exhaustive, les cas d’enfumage général, d’oubli et de mépris du Fenouillèdes ses languedociens compris, sont légion. Il règne généralement un sorte de  » Génocide culturel  »  sournois, dont les victimes sont les occitans des Pyrénées Orientales. C’est  vraisemblablement d’abord l’illustration de faiblesses identitaires catalanes qui ne sauraient être atténuées par la double cause d’être historien enraciné à cheval sur les Pyrénées en Pays Catalan.

  •  Le magazine du Conseil Général des Pyrénées- orientales intitulé L’Accent Catalan ignore les languedociens de ce département. Cela concerne l’ensemble de la presse*. Par contre les associations, partis, mouvements, artistes engagés identitaires et indépendantistes autrement désignés catalanistes y sont omniprésents; Ce qui contribue, comme le rhabillage pré cité ( Relation de l’histoire commune ) à la désinformation du public en s’appliquant à le matraquer unilatéralement et sans cesse. Proportionnellement, aucun contenu relatif au rôle de ces occitans en matière de culture et d’histoire.
  • Pareillement lorsque vous composez un numéro de téléphone de l’hôpital de Perpignan ou du Conseil Général, vous êtes invité à patienter avec un sympathique message exotique ( En catalan avec accent Cerdan sinon d’outre Pyrénées ) répété à l’emporte – pièces. L’association d’un équivalent languedocien serait opportune dans ce gavage.

* N’allez pas interpréter compromission active de L’Indépendant.  Cependant ayant voulu vérifier mon opinion tout en suggérant un rééquilibrage quand à son courrier des lecteurs ( Réorganisation et nom des régions ) outrageusement unilatéral en faveur des catalans, je dirais plus sûrement infiltration par d’irréductibles catalans à l’horizon très limité, après avoir reçu de la rédaction une lettre anonyme en guise de  réponse. 

001

Denis Dupont, L’Indépendant du 27 avril 2016.

  • A cette date, cet avis n’est que le dernier du genre, cette suspicion d’oubli sur fond de réseau routier et de chicaneries entre cousins a  » Commencé  » à tourner en boucle dès la création des routes fin XIX è, le comportement du Département 66 comparé à celui audois lors de l’ouverture de la route impériale 117 a laissé des stigmates régulièrement revivifiés par les attitudes catalanes. On en est arrivé à une accumulation si considérable, que l’ historique à charge des catalans à l’encontre des languedociens aboutit à ce qu’ils nous sortent par les narines, à les cibler par automatisme, saturation et de fait quelquefois indûment, peut – être ? Il convient de demeurer vigilant face à ce risque. Le docteur René Argelliès conseiller général du canton de Sournia de  1949 à 1967 était bien placé pour en plaisanter.

Ci – dessous un extrait de compte – rendu d’un conseil municipal d’un village du Fenouillèdes en mars 2017. Une autre forme d’extériorisation de l’abrutissement catalan en matière d’oubli du Fenouillèdes.

… Le Maire expose aux membres de l’assemblée qu’en proposant la dénomination de SYDEEL du Pays Catalan, le syndicat, institution représentative de l’ensemble des communes du département des Pyrénées-Orientales, exclut de fait les communes occitanes, dont …, de son périmètre d’action. Il ajoute que le Conseil Municipal de la commune de … a toujours soutenu toutes les actions de revendication en faveur de la prise en compte du Pays Catalan par la nouvelle région Occitanie, mais ne peut pas accepter une démarche qui écarterait les communes occitanes du Fenouillèdes. Il regrette que tant d’énergie soit déployée à cette action, hors du champ de compétence du Syndicat. Il ne peut accepter l’absence de prise en compte de la particularité occitane du Fenouillèdes au sein du département des Pyrénées-Orientales, à plus forte raison au sein d’un syndicat, tel que le SYDEEL 66, dont le fondement repose sur la représentativité de toutes les communes du département ! Le Conseil Municipal, à l’unanimité des membres présents, rejette dans toutes ses dispositions les nouveaux statuts du Syndicat Départemental d‘Energies et d’Electricité des Pyrénées Orientales (SYDEEL66), et propose de conserver la dénomination actuelle.

PS : Qu’est – il arrivé aux acteurs languedociens de ce syndicat ? Ce maire est originaire de la Costa Brava à la fin du XIX è.

  • Contrairement au Catalan, l’Occitan est absent des programmes scolaires par contre le premier est enseigné en Fenouillèdes !
  • Cartes de l’IGN :  Déjà réputé franciser à tout va; Sur les éditions à partir du début des années 1990, des toponymes Français et Occitans de l’aire catalane ont été remplacés par leur traduction catalane*,  dans tout l’espace compris entre la frontière de 1258 et l’actuelle. Voir en 863 un aspect occulté et le détail sur Toponymes Occitans en Pays catalan.
  • Cartes touristiques éditées par le Département. Des villages du Fenouillèdes omis jusqu’à leur nom où pourtant comme à Prats ce ne sont pas les matières à découvrir qui y font défaut.

* Si quelqu’un en connait les  » Justifications  » je suis preneur « .

  •  Les faits historiques re – cuisinés à la sauce Catalane sont couramment servis, pléthoriques notamment concernant les événements partagés du XII è. et antérieurs, sous forme habituelle d’omission généralisée de la contribution française – languedocienne. De relativement nombreux auteurs catalans sont impliqués*, de tous temps ils sont en contradiction avec leurs homologues français. En parodiant leur célèbre compatriote Julio Iglésias – Non ils n’ont pas changé … puisqu’ils s’inspirent en bloc des écrits ( Présentés tels la Bible ) de leurs prédécesseurs sans purger le texte d’imbécilités susceptibles de dénaturer l’Histoire et communément sans croiser avec les recherches françaises. Il faut savoir que dans  un rapport remis au préfet par un savant Catalan du nord.

. ..les historiens Aragonais et Catalans ont toujours été jaloux de reculer les limites de l’Espagne... François Jaubert de Passa 1785-1856.

> Un copieux panel de divergences, en matière de transcriptions, soulevées dans la Chronologie.

* Laissant à penser à :

-un prosélytisme à la gloire exclusive de la Catalogne autant initié par les historiens de village que par toutes personnalités largement diffusées jusques dans les revues spécialisées en archéologie ou en histoire ainsi que dans les documentaires télévisés.

– Une inclination favorable aux indépendantistes. Plus inquiétant des enseignants sont dans ce lot ? 

** En bon languedocien des Cavècas par allusion au chant monotone de la chouette chevêche dite Cavèca. Sens second :  Parler comme des Cavècas, c’est à dire répéter inconsciemment et inlassablement des imbécillités.

  • Hors limites départementales aussi, le Fenouillèdes est trop souvent  » Rayé de la carte « ,  la définition du mot Fenouillèdes est absente des dictionnaires  Larousse,  Encyclopédique édition 1998 compris , alors que le Capcir, la Cerdagne, le Conflent, Le Roussillon et le Vallespir y sont traités.  Ce qui se double d’une incohérence historique.
LA CULTURE INSTRUMENT DE TROMPERIES

Elle concentre les Catalanadas = Sottises emblématiques des catalans. Quelque part, Inexactitude, Tromperie, Désinformation. Cette liberté de tout frapper en fondu enchaîné des sceaux Catalogne Nord et catalan n’est pas cantonnée à l’Histoire, ORGUEIL IBERIQUE aidant tout y passe, plusieurs traditions locales ne le sont pas, speudo – spécialités culinaires, spéléologie > Géologie, sportifs de premier plan … Petit échantillon de quelques arrangements à la catalane :

  • La potée dite OLADA ou OLLADA respectivement en Languedoc et Catalogne Nord, la galette de maïs dite Milhàs ( Équivalent Millas absent du dico catalan ).
  • Spécialités, éventuellement de vôtre boulanger dans le 66 mais pas spécifiquement catalanes pour autant. Contrairement aux allégations du CG, CCI et diverses institutions : Les mones ( Monas, Mounas ) de Pâques, brioches garnies d’un œuf entier, selon la tradition, vous seront servies en Corse, simplement les catalans vous trompent quand à la présence attendue des œufs. Les bunyetes pascales et les oreillettes à déguster des Alpes à l’Auvergne, en Languedoc. Même distribution pour la fougasse aux fritons, etc. Ces assertions visant à impulser la consommation sont d’autant plus stupides en un terroir béni des Dieux, ainsi vraisemblablement riche en mets réellement  » endémiques « .
  • La paëlla catalane, OK mais catalane de Valencia à 500 km au sud du Castillet * .
  • Les apports culturels made in Languedoc subissent le même sort, expressions de leur jacobinisme** tous azimuts : Le cheval de 09110 Mérens pourrait – il être une race catalane ? Une rengaine glissée à chaque transhumance.
  • Linguistique : Illuminations de Enric Guiter en chute article XI è.
  • – Nous explorons le plus important réseau spéléologique en développement, extension et dénivelé du département des Pyrénées – Orientales … au potentiel de karstification et de spéléogenèse exceptionnels. – Certains Catalans ne l’admettent pas, pour eux nous n’existons pas … Au mépris des lois et de la République … Vous voyez en spéléologie, en géologie ou karstologie on retrouve les mêmes travers. Et la culture ou le savoir universitaire ne protègent pas de la bêtise humaine … On ne peut l’admettre de ceux qui se revendiquent d’un savoir universitaire et d’une pratique scientifique. B. Ournié est LA référence en la matière bien au – delà du 66 et limitrophes. Le réseau susdit est le Fanges – Paradet, le château d’eau de Galamus et de l’aquifère des Corbières. Le lien permet d’accéder à maints agissements afférents qu’il fallait évacuer. Précisions sur les commentaires 2017.
  • Débarqués au port de Barcelone au cours du dernier quart du XIX è siècle, les chants et danses de marins cubains Havaneras – Habaneras, en français Havanaises*.
  • Vers 1905 la sardane passe la frontière Ampurdan – Vallespir, R Sala. Seule la cobla dite primitive soit de 1 à 4 musiciens a des racines et instruments typiques des vallées du 66 pyrénéennes frontalières et connus tels quels dès le XVII è.
  • Le bonnet des danseuses catalanes est dit de Caudiès, 66220 de culture languedocienne.
  • 1950 : Rétablissement de la procession du vendredi saint dite de la Sanch, elle était interdite depuis des siècles pour complicité avec l’ennemi de la France. La seule tradition locale de cette énumération.
  • 1960 : les Géants / Gégants.
  • Rétablis en 1962, les feux de la St Jean, comme les précédents, ils n’ont rien de spécifiquement catalan. Le rite païen de la flamme régénératrice du pic du Canigou, remonte à 1955.
  • 1996 à Baho : Les Correfocs avec les Castellers / Tours humaines – Castellers Del Riberal. L’un vient de 500 km au sud des Pyrénées, l’autre à mi – chemin ! *
  • La Sant Jordi, en français St Georges, légende de Montblanc en Catalogne  » espagnole  » , Baléares, Aragon. Les exilés l’ont importée sur leur terre d’adoption en 1994, reconvertie en foire et en St Valentin.

Comment hormis les enfumages, pourrait il y avoir des traditions catalanes natives du nord des Pyrénées en sachant qu’il n’y a subsisté que quelques milliers de négligés par la grande faucheuse entre les plages et le Pas de la Case jusqu’à la moitié du XVIII è. ? Logiquement sur le versant sud des Pyrénées la densité de population devait être équivalente à l’issue des épidémies.

A y regarder de plus près et considérées dans un éventail de pratiques douteuses, ces magnifiques introductions sud pyrénéennes avec le battage médiatique assorti seraient un des outils qui tomberaient à pic vis à vis d’un système visant à revitaliser, ré – imposer une soi disant identité autochtone catalane nord pyrénéenne ( Inhibée depuis 380 ans *** ) tout en bénéficiant d’un écho favorable auprès de français, aux racines ibériques fraîches, majoritaires dans la population hors immigrés du nord de l’Europe.

*Avec dans les soutes les ingrédients du crémat, le café arrosé de rhum. A ce compte là la course camarguaise, la galette de Pont Aven ou la socca sont du patrimoine nord catalan. Les éminences catalanes en matière de sardane sont en contradiction entre elles ( R. Sala contre M. Valaison dans le même livre UPVD ), a – priori elle n’a jamais existé en France avant 1905.
** Qui ramène tout à soi. Terme à l’encontre des catalans et formulé par plusieurs personnalités dont sans exhaustive  » Renada  » Portet, A. Carol et cetera.
*** Sans qu’il soit obligé de remonter aux gènes acquis historiquement ou en 1642 – 1659, au XVIII è. tout ce qui était espagnol était très mal vu y compris depuis le Roussillon. En 1846 le procès des Trabucaîres, dés hors la loi armés d’un trabuc, fut instrumentalisé par l’État français aux fins d’exacerber ces tensions de cousinage, pendant ce temps les autorités édifiaient des forts persuadées qu’elles étaient d’une invasion espagnole prochaine qui pour une fois n’arriva pas.

Ceux qui veulent connaître les véritables coutumes de Catalogne Nord, disparues comprises, gagneront à s’attarder sur :

wikipedia.org/wiki/Roussillonnais-(habitants)

music-ceret.com/dossiers/cobles puisque ce site paraît fiable, agréable surprise car d’émanation catalane.

Histoire de Roussillon – Royaume de Majorque : D. M. J. Henry en 1835. Page LXXIII et suivantes.

Géographie des Pyrénées – Orientales, Colonel F. Jalabert en 1819, danses page 33. Mais aussi productions, mines, forges, élevages, histoire et cetera.

LE SYNDROME DE LA BOULE DE BILLARD

Ce grouillement de contrevérités tous médias confondus, leurs récits à omissions ciblées amènent à s’interroger, les historiens ou prétendus tels du sud des Corbières seraient-ils sous influence, que ce soit à leur corps défendant ou pas ? A rapprocher de, nos ancêtres les Gaulois, inculqué aux écoliers d’Afrique noire, d’Indochine   … Ou s’agit il d’égocentrisme identitaire, d’interprétations exprimées avec légèreté ? Nul doute de tout un peu. Manifestement une sorte d’adoration, d’obnubilation, d’idéalisation de leurs origines, en oubliant déjà que leurs aînés y ont fui la dictature et un sous – développement relatif, aboutissant dans l’ensemble à une approche bornée à la Catalogne, qui cogne indéfiniment entre Barcelone et le Mont Canigou avec les séquelles cognitives fatales, fiers d’être catalans jusqu’à l’abrutissement. Le tout est suffisamment dense pour ne pas pouvoir être à dominante non intentionnel.

NON DITS

Plutôt inavouables mais qui changent tout :

Il faut garder à l’esprit que la Catalogne Nord est minuscule incluse dans les Pyrénées – Orientales, 45 km dans ses deux plus grandes largeurs, l’une en façade maritime et la médiane Prades- Serralongue. 110 km en longueur avec l’appendice du Puymorens, de fait les historiens catalans sont trop frontaliers de nos cousins ibériques, jusqu’à être natifs de villages excentrés* mitoyens de l’Espagne sinon plus proches de la douane que de la préfecture, pour que leur limpidité soit garantie. D’autant qu’il s’y superpose une hérédité ibérique susceptible de prendre le dessus sur la raison, la transcription de l’Histoire de France. Cela sur fond de troubles de rumination d’un traité de Paix, dont ils sont les perdants, en voie de  » Digestion  » depuis 360 ans. Mauvais perdants car il y  eut des droits justifiant de rétablir la frontière de l’empire carolingien, sur l’Ebre. Il ressort de ces 45 km que sauf infime minorité, les villages catalans sont frontaliers de l’Occitanie historique et forcément imprégnés de cette influence.

Peut – on faire confiance à ces historiens qui : 

Dissimulent leur Etat – Civil français pour paraître sous un nom catalan.

Ces français aux recherches orientées sur des sources exclusivement catalanes.

Sont militants catalanistes, liés aux autonomistes catalans, fondateurs ou membres du CA d’associations de ces partis et publiés par eux.

Ces français qui s’obstinent à écrire le catalanisant  Fenollède plutôt que Fenouillèdes dans leurs ouvrages d’expression française.

* Comme un isolement insulaire. Si en marge, voire au bout de la route, pour qu’ils aient su préserver des fêtes et traditions remontant au paganisme, perdues ailleurs sans avoir laissé de trace mémorielle. Il n’est pas étonnant quand matière d’histoire ils en soient  »  Restés en adoration de Philippe IV d’Espagne  » .
Par ailleurs dès que vous sortez de leurs repaires du Vallespir et du Conflent, ce ne sont que les précipices, les vallées d’effondrement, encaissées et sinueuses du massif du Canigou, il faut y faire 20 km pour se rendre à 5 km orthodromiques. Tout naturellement cela les dissuade de se rendre en Fenouillèdes pourtant plus proche de chez eux que la plaine littorale mais à des heures de virages, ce qui ne les empêche pas de le raconter quand même, à la Madame Je Sais Tout en n’ y étant jamais allé. Vous tenez une des explications de leur pléthore de couleuvres.

  Il ne serait pas pertinent de dissocier cet ensemble, depuis l’introduction, de l’écheveau d’aspects  décevants interactifs, inhérents à la mentalité des catalans du Roussillon, tout le lamentable induit est relégué en >  Pages Gavach – Gabach / Catalan.

De toute évidence on est en présence d’une  » Catalanisation  » larvée et épurative des acquis languedociens en Catalogne. Ce contexte fait qu’on s’achemine vers une disparition de la culture et de la langue occitane chez les languedociens amalgamés au Pays Catalan du nord consécutivement à la création des départements en 1790.

 

Abstraction faite des Carlistes ( Post Napoléon puis restant du XIX è. ), les trois immigrations hispaniques massives du XX è. siècle dont les républicains Espagnols fuyant la dictature de Franco, n’ont rien arrangé par la force du nombre. Celle favorisée par une différence sensible de développement avec un summum au cours de la décennie 1970. Ces réfugiés et leurs descendants étant largement majoritaires, en rapport aux autochtones soit pour les seuls du XX è. 4 /+ pour 1 / M. Calvo 1995, sont courtisés par des candidats aux élections venus chercher leur bénédiction, ce qui participe aussi à la confusion historique à en tomber dans le panneau…  Pays Catalan d’entrée de village*.

Lequel occulte cinq siècles d’exodes de toute la France ( Quart sud ouest principalement ) vers la Catalogne** dévitalisée par une succession infernale d’épidémies de peste.

Dates Chronologie 1348, 1585.

Toponymes Occitans en Pays Catalan – Exodes vers la Catalogne.

Antroponimia, poblament i immigratió ( SIC ) a la Catalunya Nord.

* Le type d’initiative digne d’un :  – On aurait pu y penser plus tôt,  sauf manœuvre groupuscule catalan plus tourné vers Barcelone que de Paris.

Majoritaires proportionnellement aux languedociens mais tombés en minorité suite à l’installation de nouveaux arrivants des pays d’Europe du nord et de l’Hexagone dès les années 1960, soit de 5500 / an 1990 – 2010 à 3000 / an années 2010 – 20. Déjà à l’orée des années 1980 les catalans ne représentaient plus que 5 % de la population dans plusieurs communes de la plaine littorale. Les catalans désobligeants en cause ici ne sont donc qu’un reliquat d’irréductibles ibériques tenant les rênes .

** Dont vers la Catalogne restituée à la France en 1659, avant et après cette date. De nombreux  » Gros  » villages actuels y étaient  désertifiés par une mortalité à – priori sans équivalent en France, la place était libre.  Encore au tournant du XVII  –  XVIII siècle la peste n’avait épargné que +/- 11 000 à 20 000 catalans du nord, le chiffre est brut et varie selon les extrêmes indiqués, il faut en déduire les français anciennement installés.

 Il n’est qu’à discuter avec eux pour être convaincu de ces dissimulations. A titre d’exemple :

  • Ils ignorent tous que leur emblème était la croix occitane ( Wisigoths )   » Avant que  » la bannière à quatre pals de gueules et d’or leur soit imposée par le petit comte de* Barcelone au XII ème siècle. Un bourrage de crâne dès les plus jeunes années. A tel point que en dépit de la transmission acquise de mes aînés,  j’en fus réduit à être fier d’être catalan, tant  le raisonnement en arrive à être insidieusement pollué par des interprétations unilatérales, ayant vécu toute ma scolarité dans ce pétrin. De quoi en avoir rétrospectivement une honte indescriptible quand on descend du Languedoc. Un second exemple  plus actuel et savoureux en point de chute de l’article XI ème.

* Selon la formule de René Quehen à – propos du  » Coup d’Etat  » de ce carolingien, voir plus haut aux blasons.

TCHERNOBYL CULTUREL

On vient d’en avoir un avant goût, les pages qui suivent mettent en lumière l’héritage languedocien de la Catalogne Nord. Présenté dans la bonne humeur cela équivaut à : Ubu ou Artaban le Catalan fièrement dressé du haut de son piédestal culturel et historique d’Occitanie, sans qu’il en soit instruit ! Soyons lucides, les Corbières pas plus que les Pyrénées n’ont jamais été des obstacles hermétiques à la circulation des influences quel que soit le sens d’arrivée, encore moins spécifiquement aux seules contributions Nord – Sud sur le confetti catalan français, n’en déplaise aux catalans* un tel Tchernobyl n’a pas existé.

Qu’ils prennent en considération : Que la région jusqu’à l’Ebre fut sous régime carolingien pendant près de 4 siècles, c’est au terme de cette séquence que quelques différences se sont amorcées. La distance villages catalans – frontière Occitanie historique inférieure à 30 km sinon 45 au plus pour l’exception.

Malheureusement, RL. Portet, née et à l’enfance languedocienne, se range, en matière de toponymie, dans cette catégorie des contestataires d’apports non catalans : – Malgré toutes les invasions subies, malgré l’annexion de 1659 et l’imposition de la langue d’Oïl septentrionale, nos noms de lieux démontrent clairement, avec l’évidence même de leurs formes uniquement catalanes, sans aucune exception, que la terre, la langue, les coutumes, la sensibilité, sont celles d’un  » Pays Catalan  » et seulement catalan … ** Curriculum vitae du 3 è. âge / Renée Portet.

Elle contribue outrageusement au jacobinisme catalan contre lequel elle s’insurge dans le même ouvrage.

Pour démasquer ses petits arrangements il suffira de comparer avec nôtre panel de toponymes occitans en pays Catalan, à l’appui des dicos en ligne qui sont listés au susdit article.

* Quelques uns ont été irrités par ce couplet, au point qu’une association publia un démenti, non étayé, de toute influence culturelle sur la page d’un village dit De La Salanque du quotidien local, c’est dire l’abrutissement collectif des catalans.
** Les noms de lieux du Roussillon, 1982, thèse de doctorat d’onomastique traduite en français et complétée en 2021, à 94 ans. Rapport de cause à effet ? Son directeur de thèse étant Henri Guiter par ailleurs – très décrié selon ses mots. Onomastique : Spécialisation de la philologie ou linguistique, étude des noms propres.

SUPERLATIFS NEGATIFS INFONDES

Deux exemples élémentaires à portée de compréhension du plus grand nombre.

Les bleds du Roussillon : Bled au sens de village perdu, la différence est que là il s’agit de l’état d’esprit de ceux de Perpignan et de sa plaine, à fortiori quand ils déblatèrent à l’encontre des languedociens !   Trop de roussillonnais, presse comprise (magazines locaux, guides de randonnées ou touristiques …) , étiquettent volontiers nos villages comme étant perdus, des bouts du monde. Ce sont encore des catalanadas dont le vecteur est l’ orgueil ibérique leur empêchant d’avouer que ce sont eux qui le sont dans les diverses acceptions du terme.  Pays méconnu serait plus approprié, ces citadins casaniers s’aventurant exceptionnellement hors de leur microcosme culturel ce qui rend leurs interprétations erronées. En s’en tenant aux plus excentrés du Fenouillèdes, Rabouillet et Vira sont à moins d’une heure du centre-ville de Perpignan. Côté audois encore mieux pour descendre à Quillan. Côté catalan sans retenir les nombreux culs de sacs on ne peut en dire autant des villages du Vallespir, Conflent et pis de la Cerdagne dont on vient de remarquer, aux NON DITS, l’isolement géographique, voilà encore un élément ubuesque ( Comme tant d’autres sur le lien à venir ) au regard des racontars routiers exposés. FAUT RIGOLER ( H. Salvador ).

Réseau routier : Leurs inavouables sont masqués en divulguant des sottises du genre ces urbains cloitrés à l’intérieur de la rocade qui prétendent en chœur que les routes du Fenouillèdes sont mauvaises en ne les pratiquant qu’épisodiquement ou une fois dans sa vie *. Dans ce sac, celles classées très roulantes par l’ASAC66. Sous le masque, nos charlots ne peuvent pas avoir une conduite adaptée aux routes sinueuses qu’ils découvrent, entre autres avatars ils y multiplient leur temps de trajet … Argumentaire croisé en coup de grâce sur le lien à venir où ces bassesses et panel de travers à l’avenant sont multipliés à l’infini.

Pages Gavachs / intitulés Les Casaniers et N’Importe Quoi Sauf le Déshonneur.

* Nous affirmons que dans l’ensemble les petites départementales du Fenouillèdes sont plutôt moins mauvaises qu’ ailleurs dans le 66 en moyenne montagne comparable, c’est un régal que de les pratiquer.
Pour une part conditionnés par une réputation remontant à la création des routes, issue du ressenti d’un député ( Un ministre ? ) secoué en pleine digestion dans son tacot en se rendant à Sournia sur une des premières venant d’être tracées. Nouvelle sensationnelle de l’époque arrangée et ressassée par les médias catalans alors qu’elle est obsolète depuis belle lurette. Les routes incriminées ont bénéficié de réaménagements considérables. Il en filtre cette manie catalane de se gausser des Gavachs entre  » Deux  » pastagas.
Illustration des dérives du Tout et Tous Catalans:
  • Revoir en page Histoire Frelatée, l’extrait d’un conseil municipal.
  • Coll pour Col est Catalan mais nous sommes en lisière d’une forêt domaniale délimitée par des bornes à fleur de lis donc en Languedoc, on devrait lire Còl. Il resterait aux dizaines de milliers d’occitans de Catalogne Nord à s’insurger en rebaptisant en languedocien les lieux emblématiques de leur sphère de vie ( Mairie, église, monuments…), les irréductibles catalans ne le supporteraient point. A Perpignan la Place de Catalogne et le Palais des rois de Majorque deviendraient Plò de Catalonia et Palaissòt dels reis de Malhòrca… Et cela serait moins incohérent que la discordance qui précède, en prenant en compte le socle languedocien du Roussillon.

VALEURS

Mises en Garde

Quand la réalité est dure à avaler, l’aseptiser avec des termes creux ou de doux euphémismes revient à la masquer. Vous aurez beau les qualifier de seniors, les octogénaires demeureront des vieux; Un malentendant restera un sourd … Nous allons nous efforcer de nommer concrètement ce qui suit, il s’agit d’accepter qu’un chat soit appelé un chat. A la recherche d’un juste milieu entre la langue de bois et l’acrimonie.

Gardez vous de la fierté d’être catalan jusqu’à la perte du discernement. Une poignée d’internautes ( Sur 10 000 visiteurs au bas mot ), seuls des catalans, a été outrée* que ce site soit haineux, à leurs dires, aux dépends de leurs semblables, le serpent qui se mord la queue ! La haine est fondamentalement bannie de ma pensée. Ce n’est qu’un malentendu initié par un lourd passif à charge sans éléments opposables. L’objet est un bouquet de travers comportementaux catalans ( Lambdas, historiens, linguistes, presse , ect ), d’une récurrence sans pareille dans l’Hexagone, à en constituer une image de marque.

L’ossature du texte incriminé fut conçue au cours des années d’exposition à d’ intenses agressions catalanes, pas évident d’éviter l’acrimonie. Le recul aidant, je l’ai maintes fois tempéré le contenu, quelle est la version la plus fidèle aux faits ?

Il est stupide de vous emporter lorsque je  diffère des préjugés dont on vous a consciencieusement imprégnés au risque de vous en abêtir. Fuyez le tout Catalan, échappez vous de vôtre cercle somme toute relativement restrictif, de sorte à diversifier vos sources d’information lesquelles sont généralement excessivement inconditionnelles de la cause catalane.  En refusant d’admettre les réalités dérangeantes dont vous êtes initiateurs ( Vos comportements, Histoire frelatée à la sauce catalane ), vous apportez de l’eau à mon moulin en validant, malgré vous, certaines des étiquettes déshonorantes traditionnellement épinglées sur vôtre front. Que les adeptes de commentaires indésirables sachent qu’ils sont bloqués avant d’atteindre le destinataire, sort analogue des 89 000 / + tentatives de connexion malveillantes.

* Trois possibilités : Déni, mauvaise conscience, interprétation ridicule. Il est démontré sur l’article Gavach ( Liminaires + Notes ) pourquoi il est impossible d’être haineux à l’encontre de ces malheureux tous nés ainsi, de la pitié plus sûrement. Deux des hypothèses envisageables quand aux causes de leur état, le vent des fous puisqu’ils sont aux premières loges, la génétique du casanier ? A une époque révolue il vous aurait été conseillé de prier sans cesse pour eux, vous pouvez toujours le faire si ça vous tente, vous avez un oratoire approprié à l’ermitage des gorges de Galamus.

LES AUTEURS

Père et fils, le premier, né en 1955 est issu d’anciennes familles de Prats, Rabouillet, Le Vivier et limitrophes, permanentes dans ces villages depuis les XVI è. – XVII è. siècles, antérieurement pour partie et venus de la migration du quart sud – ouest de l’Hexagone. Quelques ancêtres furent influents sous l’Ancien Régime avec ou sans soutane. Aux XVIII è. – XIX è siècles de gros propriétaires à la fois terriens* et de moulins. Plus récemment plusieurs générations ont prospéré dans la fabrication et le commerce de chaussures entre Agly et Aude notamment pour l’armée.

J’ai quitté pendant quelques années le département dans le cadre de ma formation professionnelle puis un tour de France des plus grands noms de la jardinerie et de la pépinière ornementale.

* Avec plusieurs centaines d’hectares, sauf erreur de frappe. Dits – famille aisée par l’AAPO ce que ainsi j’appris.
.

REMERCIEMENTS

A ceux qui se sont inspirés ou ont puisé dans ce site et son jumeau ci dessous :

– Plus particulièrement à Mme Geneviève Gavignaud Fontaine agrégée d’histoire. A ce titre c’est le meilleur encouragement que je pouvais recevoir. Saint – Paul et les Fenouillèdes – Les racines de leur histoire, livre présenté en pages Liens et Livres Fenouillèdes. Mais là je me dois de me répéter pour cause de souci de crédibilité, je n’ai aucune qualification d’historien.

– Aux professeurs Bordes, Calvet, Crambes, élus en Fenouillèdes pour leurs apports et éloges, repris par plusieurs personnes depuis.

– Pour les mêmes raisons aux représentants des associations St Félix, Tour et Patrimoine à laquelle je me suis engagé sur leur insistance. SITES PARTENAIRES Commune de Prats – Association Tour et Patrimoine.

Pratsdesournia-patrimoine.fr

– Aux personnalités, universitaires et autorisés en la matière fidèles à ce site en dépit de mon amateurisme, > Commentaires.

– Aux auteurs de liens.

-Un grand merci à mon fils Alexandre, lequel dès ses 14 ans a eu l’initiative et le dévouement illimité de créer ces sites. N’étant pas né à l’ère de l’informatique, ce fut et demeure une contribution essentielle.

Vous avez été 1456 visiteurs en moyenne mensuelle au premier semestre 2016, record en avril avec 2238 visites en ne prenant en compte que les dix articles les plus suivis. En 2020 le quatrième trimestre a totalisé 1387 visiteurs, une hausse continue de fréquentation aussi spectaculaire qu’inexpliquée amorcée en août concluant plus de quatre ans de dégringolade elle aussi incompréhensible.

Du même auteur : histoireetrando-prats-de-sournia.fr axé sur la randonnée. Histoire locale, toponymie , fiches de randonnées abondamment documentées pour vous épargner d’avoir à prétendre au retour : – Il n’y a rien à voir.

Toponymes occitans en Pays Catalan

Il serait convenable que ceux qui puisent dans cet article, pour publication lucrative ou pas, aient le savoir vivre soit d’indiquer leur source soit de faire un lien, merci.

Adessiatz e benvenguda a tots. Bonjour et bienvenue à tous.

Dernière mise à jour le 26 08 2022.

Dictionnaires requis, ce sont les principaux à la base de cet article : 

Alibert de l’IEO Institut académique, dictionnaire de référence fondé sur l’œuvre de Frédéric Mistral.

Dicod’Oc de Lo Congrès.

Pan Occitan

C’est la guerre totale entre les 3 qui précèdent, ne tombons pas dans le panneau de leurs chicaneries. 

Dictionnaires   Lexilogos Occitan et le  Lexilogos Catalan

 Larousse Catalan.

Dictionnaire Français – Catalan Camps et Botet, /s. réserve de garantie de fiabilité, ses auteurs étant pou partie de la région de Perpignan avec tous les défauts jacobins habituellement induits. Peut – on être de référence en plusieurs parlers ? En comparaison du précèdent, le sens peut différer.

Cadastre napoléonien de chaque village du 66, c’est à dire les noms historiques avant d’être frelatés en catalan.

+ Liens utiles en fin d’article.

Quand la réalité est dure à avaler, l’aseptiser avec des termes creux ou lénifiants revient à la masquer. Un malentendant restera un sourd. Nous allons nous efforcer de nommer concrètement ce qui suit, fusse au risque de se discréditer auprès d’irréductibles catalans.

 

Sommaire

Le Système Catalan d’Omissions

66 Pays d’Immigrés Catalans

Overdose de Sauce Catalane

  • Nom de la Région Occitanie
  • De la Septimanie à la Catalogne Nord

Abbayes et Seigneurs languedociens maîtres en Roussillon

Exodes Occitans vers la Catalogne

  • Oî Macarel

Remarques

Restitution d’un Echantillon de Termes Spécifiquement Occitans

Restitution d’un Echantillon de Termes Communs

Pour en Savoir Plus

 

Le Système Catalan d’Omissions

  Le fond de cet article vise à faire ressortir l’appartenance languedocienne de la toponymie de la Catalogne Nord, en principe étouffée en tant que telle, mentionner la réponse occitane et cette identité quand elle paraît plus réaliste que l’ibérique. En se focalisant aux limpides à traduire, une part significative des noms s’étant modifiée sous l’épreuve des millénaires, jusqu’à ne plus être en adéquation ou de n’avoir aucune signification.   

Je vous ai entretenu en pages A Propos d’un système catalan inavouable d’omissions de la contribution languedocienne culturelle et historique ayant influencé les villages RESTITUES à la France au Traité des Pyrénées en 1659, en aboutissement d’un jacobinisme délirant. La toponymie languedocienne de la Catalogne Nord  est un de ces escamotages, malheureusement pour ces ibériques irréductibles, internet est arrivé en permettant à chacun de ne plus être dupé via une diversification des sources de savoir jusques là accessibles dans le 66 à large dominance de sympathie catalaniste.

Double casquette problématique : Soucis en filigrane car d’une part le Fenouillèdes ( Languedoc – France ) et le Roussillon – Conflent – Vallespir ( Catalogne ) furent ennemis héréditaires pendant mille ans, au mieux amis comme chien et chat, en noms d’oiseaux toujours actuels gavach et catalan borro, sens sur l’article Gavach. D’autre part ce sont des militants catalanistes par ailleurs linguistes qui diffusent la toponymie. Ces tensions transpirent en épine dorsale de cet article.

Imbécilités inévitables : La toponymie sollicite des connaissances trop vastes pour pouvoir être acquises par quiconque. il est hasardeux d’interpréter un nom, sans connaître la petite Histoire locale, sa géologie, sans se rendre in situ, etc.   Un exemple à Bourgat – Burgat,   Joan Coromines est un linguiste barcelonais cité en référence par ses disciples du Nord, ce qui ne le met pas à l’abri d’émettre des énormités.  Vous êtes le seul pour estimer si le(s) sens habituel(s) du nom est ou sont en corrélation avec le lieu.

 

66 Pays d’Immigrés Catalans

 Mais depuis relativement peu. Pour ne pas tomber dans le panneau Pays Catalan, du type d’entrée de village* où un panonceau Pays d’Immigrés** Catalans serait plus réaliste en considération des trois vagues de réfugiés qui se sont installés au cours du XX è. Il est admis que pour un habitant de filiation française locale, il fallait en compter 4 à 5 remontant du sud des Pyrénées ( M. Calvo, 1995 ), décompte à partir de la Retirada.    > Pages  A – Propos.

Il émane des cadastres napoléoniens et des cartes rando IGN des années 1980 ou antérieures, une relative abondance d’une toponymie spécifiquement occitane au sud de la frontière de 1258 et jusqu’à l’actuelle, dans l’espace péri-urbain de Perpignan, donc en Pays catalan car sous le joug ibérique pendant cinq siècles. Le Mont Canigou, la montagne sacrée des catalans en est constellé et plus fort encore, autour de Prats de Mollo ( 145 km2 ) ***  porte de la Catalogne espagnole ! L’IGN pour sa part abuse de celle de l’uniformisation en francisant à tout va.

  Toponymes du Fenouillèdes – Toponymes du Fenolhedés.

 Il n’empêche, il est usuel de lire dans leurs publications catalanes que les lieux  –  dits du Fenouillèdes sont essentiellement Sang et Or ce qui est une  » Catalanade(ada)  » = Bêtise typiquement catalane, ils y sont minoritaires jusques sur les communes qui jouxtent la séparation linguistique.

C’est le Pays Catalan du Nord qui est riche en occitanismes plus que l’inverse en Fenouillèdes. Le catalan et la langue d’Oc sont en majeure partie une émanation de la langue romane dont ils ont commencé à se différencier vers les années 1100. Désolé mais je n’ai pas pété un plomb, pour vous en convaincre,  voyez un lien incontestable en fin d’article ainsi que la Chronologie aux 11 – 13 è. pour plus de précision

* Une initiative très heureuse, partie de la mairie Fourques 66 avec son maire Jean Luc Pujol, à moins qu’elle ne cache sous roche des agités plus enclins à regarder du côté de Barcelone que de Paris.      ** Bienvenus tant qu’ils n’interfèrent pas dans les affaires du pays d’accueil, là rien n’est moins sûr, le ver étant dans le fruit. ***  Une des communes les plus étendues de France, talonnée par Mosset et Salses ( 72 km2 ),  Opoul et Tautavel ( 50 km2 ).     

Overdose de sauce catalane

Proportionnellement à la présence des languedociens en tant que tels, dans les médias des Pyrénées – Orientales.

… Conglomérat de niaiseries … et d’étroitesse de vue jacobine … A ces obstacles inhérents à la Catalogne du Nord, il faut ajouter  Les noms de lieux du Roussillon, Renada – Laura Portet 2021.

Problème, elle contribue à ce jacobinisme. 

Cartes rando IGN : Sous prétexte de correction toponymique,  il en résulte une éradication des noms languedociens,  ces marqueurs culturels sont remplacés par leur traduction catalane. Ce maquillage affecte toutes les communes au sud ( Jusqu’aux Pyrénées )  de la frontière issue du Traité de Corbeil 1258 / 1659 et du littoral au Puymorens. Un génocide toponymique orchestré dès la fin des années 1970 par Conflent – Terra Nostra* et un chœur catalan qui entre deux sardanes immigrées, nous entonne en dépit d’un bon sens élémentaire   » Tout et Tous catalans  … ».  Il arrive que le toponyme primitif ( VIII – XII è. siècles ), véhicule une connotation catalane, nonobstant cela, ce ne saurait accréditer de faire disparaître le languedocien qui l’a supplanté d’autant que parallèlement ils éradiquent des marqueurs occitans du Fenouillèdes.

Il est temps de rafraîchir quand matière de grosses faiblesses identifiantes du catalan, le jacobinisme ne fait pas cavalier seul, il s’agrège plus particulièrement avec l’orgueil ibérique que l’on qualifiera d’exubérant et d’omniprésent, ainsi nous présumons que cette combinaison interfère quand aux libertés qui précèdent. Feu d’artifice de citations afférentes sur Gavach – Gabach / Catalan. Quelques ténors de cette chorale d’irréductibles catalans :

  • Lluis Basséda, nom de guerre de Louis Bassedes      Problèmes : Fondateur association catalaniste Terra Nostra à Prades, militant catalaniste et toponymiste.
  • Ramon Gual,  pas de lien fiable. mêmes soucis, association de  » Malfaiteurs  » à l’encontre du substrat occitan.
  • Annie de Pous alias Anny de Pous
  • Pierre Ponsich
  • Robert Lapassat, Directeur de la revue Conflent à Prades.
  • Henri Guiter, nom de plume Enric Guiter, linguiste, chaire linguistique romane à Montpellier. Mêmes soucis que L. Bassèdes et R. Gual.
  • Joan Becat, professeur émérite à l’université de Perpignan. Jean Becat sur l’état civil.  joanbecat.cat/fr/la-correction-des-noms-des-cadastres-des-communes-de-catalogne-nord/   . Détail des toponymes languedociens  » Corrigés  » en catalan sur mandat du Département, la barque étant unilatéralement catalane, sans linguiste occitan . Un point positif, hormis quelques exceptions, tous les cadastres sont représentés avec mention des toponymes avant et après cette falsification laquelle a INEVITABLEMENT engendré une foule d’erreurs, initiées à plusieurs niveaux. Puisqu’à son âge il publie son  curriculum vitae, nonobstant les éloges induits, révélateur de son mauvais choix en matière de toponymie occitane. 
  • Et leurs élèves  …

Tel que concernant l’histoire, les sources toponymiques signées Basseda, Guiter, Becat sont, de par leurs cartes de visite, frappées d’une probabilité considérable de jacobinisme, leurs successeurs sont à l’unisson dont RL Portet. Nous avons trop d’exemples flagrants.

  Plusieurs sont ou furent enseignants et notamment en charge des élèves du Fenouillèdes. La restitution des noms conformes à l’histoire est à sa base un principe heureux, mais il a outrageusement dérapé vers des relents nauséabonds. Retournez – vous vers le nord,  vous avez l’Occitanie sur votre parvis, plus précisément vous êtes juchés sur un piédestal culturel languedocien mais la fierté identitaire catalane semble vous empêcher de l’exprimer. Ce piédestal c’est aussi l’entité occitano – catalane de la romanisation  à la Croisade  = 13 siècles qui nous lient sur les plans administratifs, arts, démographique, littéraire …

Si vous connaissez les  » Justifications  » de ce génocide toponymique, je suis preneur.

* TERRA NOSTRA – CASA DELS PAÎSOS CATALANS est une association identitaire catalane, actuellement présidée par Ramon Gual, elle fut fondée par Lluis Basséda. Éléments complémentaires en pages A Propos.

La langue occitane et sa littérature.

Nom de Région Occitanie

Ainsi au delà d’un choix prometteur de confusions les conseillers régionaux ont eu un coup de génie, à l’Attention des Catalans, en baptisant Occitanie la nouvelle entité territoriale issue de la fusion du Languedoc – Roussillon avec le Midi – Pyrénées et présidée par Madame Carole Delga. Tous ces malheureux Catalans – Borras* ( Définition sur l’article Gavachs ) fiers d’être catalans jusqu’à l’abrutissement, conditionnés jusqu’au lavage de cerveau par des collectifs identitaires drapés de Sang et Or omniprésents dans la presse du 66 pour eux – seuls**, ont tort de s’en plaindre. Les conséquences de cette exclusivité sont abordées en pages A Propos.

De la Septimanie à la Catalogne Nord

Atlas historique de la province de Languedoc

Ceux qui vivent dans la région de Perpignan alias le Centre du Monde, sont victimes d’un chauvinisme et d’un endoctrinement surréalistes orchestré par tout un système de désinformation de l’Histoire ( Nous sommes dans le jardin de Salvador Dali ), là ce fut le cas jusqu’à l’auteur de cet article. On a vu que même les historiens français natifs de Catalogne nord, à priori de référence internationale, en sont tombés jusqu’à rhabiller en catalan les noms français et occitans propres au Fenouillèdes. Ils ont été éduqués ( Les catalans ) par les carolingiens, invités pour expulser les Maures, durant 400 ans et sont fixés sans le savoir sur ce socle culturel. Cette situation atteint un merveilleux indicible à leur détriment  que nous allons approfondir dans les remarques suivantes.

* Les uns sont français depuis 1659 officiellement, 1642 dans les faits, et donc toujours en voie d’intégration, comme les gitans de Perpignan depuis le quatorzième siècle, ça promet; Les autres, majoritaires, issus de l’immigration des républicains sauvés du franquisme et de celle permanente des réfugiés économiques. ** Ce serait une grave erreur de sous entendre compromission active, au moins pour le principal titre.

Voilà pour le couplet Septimanie …

… à laquelle le 66 Catalan a bel et bien appartenu hormis une parenthèse à la succession de son dernier comte héréditaire Girart vers 1172., donc à nouveau une omission et pas autant catalan que ce qui est asséné.

Carte Septimanie. 

Pyrénées Catalanes.

Abbayes et Seigneurs languedociens maîtres en Roussillon

  •  Du temps de l’arianisme, église orthodoxe byzantine, de la Septimanie au XII è. primauté de l’archevêché de Narbonne sur la Catalogne où il est propriétaire.
  • Ensuite nonobstant la frontière de 1258 / Traité de Corbeil, les puissantes abbayes audoises de Fontfroide et des bénédictins de  Lagrasse ont possédé, quelques fois depuis l’an 1000 jusqu’à la Révolution de nombreuses seigneuries en Roussillon dont : Bompas**, Las Fonts à Calce, Estagel, Pézilla  la Rivière et environs**, Prades, Les Pujols** à Argelès, Eus,  Rivesaltes, Mas Méric à Espira de l’Agly sur le chemin dit de Lagrasse l’ancienne via Roména = Romayrescha / G. Bile 2020. Vingrau et Tautavel**, St Féliu**, St André de Sorède, Villeneuve de la Raho qui a eu droit aux deux ordres d’abord les cisterciens au XIV è. et dès le suivant les bénédictins, pareillement à Salses avec respectivement la grange de Vespeilles et de 1095 à 1101 tous les droits sur les pêcheries de Font Dame  etc.
  • Fontfroide et Lagrasse n’étaient point les seules abbayes d’Occitanie implantées en Roussillon. Le  » château  » de Jau  en rive gauche de l’Agly à Cases de Pène, ex Sainte Marie de Cavanac, était une propriété de Sainte Marie de Jau sise sous le col du même nom ( Janus, Januarus, Jau ) et relevant de l’abbaye cistercienne d’Ardorel dans le Tarn, comme Valbonne sur les hauteurs d’Argelès… Aux XI et XII è. siècles hormis les monastères catalans, les cisterciens de Fontfroide et ceux de Villelongue ( Saissac 11 ) possédaient des pâturages, terres et salines à Torreilles et à St Hippolyte aux côtés des bénédictins de St Hilaire, St Jacques de Joucou, St Martin de Lez … Les cisterciens de Grandselve  et de Cadouin en Dordogne étaient eux aussi installés dans le triangle Salses – Rivesaltes – Torreilles, soit les granges de Canomals et de Mudagons. Le Mas de la Garrigue à St Martin de Tura ( Péage Rivesaltes ) était un satellite de l’abbaye de Villelongue qu’il ne faut pas confondre avec son homonyme templier du Réart.
  • Parallèlement des grands seigneurs du Fenolhedés tels que les De Caramany, De Fenouillet, De Montesquieu, De Peyrepertuse, Du Vivier… étaient solidement installés à Ille, Calce, Canet, Joch et diverses paroisses du Conflent, d’autres en Roussillon où ils essaimèrent … Des grands noms des Corbières possédaient les fiefs d’Argelès, Estagel, St. Laurent de la Salanque, Olivier de Termes suivi de Chabert de Barbaira en gratification de ses exploits à la prise de Majorque en 1229.

Exodes Occitans vers la Catalogne

  • 1350 à 1700 repeuplements de toute la Catalogne grâce aux émigrants venus du sud de la France, détaillé à la date 1585. Déjà sur la période 1348 à 1401 la peste a pu décimer jusqu’aux deux – tiers de la population en Aragon et en Catalogne au cours de 9 vagues épidémiques… A nouveau au début des années 1700, le catalan du nord était une espèce en voie de disparition, il n’en subsistait au mieux que moins de 20 000 à l’issue des épidémies de peste ( – 11 000 n’est pas à exclure ), ce sont les occitans  » Frontaliers  » qui les ont remontés. De ces moins de 20 000 il faut déduire des milliers d’occitans installés en Catalogne nord. Nouveau déclin à la veille de la Révolution, hors de ces récessions démographiques la population nord catalane n’aurait jamais atteint les 60 000 habitants avant 1800 ( La démographie Wikipédia englobe les languedociens du 66 ). Registres d’état – civil des villages du Fenouillèdes, faites une recherche généawiki + le nom de la paroisse choisie ( Exemple ), vous obtiendrez des indications sur le repeuplement du Roussillon, Conflent, etc. 
  •  1840 aux années 1970, essaimage de 50 % de la population du Fenouillèdes laquelle sauf portion congrue s’est établie en Roussillon, notamment  d’ Estagel à la Salanque et sur la vallée de la Têt de Prades au littoral . – 80 à 90 % /+ d’habitants pour un quart de la quarantaine de villages dévitalisés. Cette saignée a débuté très antérieurement. Nos ainés ne se sont pas cantonnés à jardiner la terre, un coup d’œil des cartes IGN aux cadastres napoléoniens démontrera sur toute la Catalogne Nord des mas et lieux – dits suivis d’un patronyme occitan tels que  : Alquier,  Benet, Biscaye, Malet, Fourcade,  Palmade,  Peyre, Barou, Solère, Sire, Capela(lla), Cayre, Pélissier, Pons, Fabresse, Cante(té), Martre,  Peytavi, Baille, Tisseyre ( A. Sauvy ), Marcerou, d’en Rabouillet ( Vraisemblable sous – entendu de Fabresse, à Pollestres où ce patronyme est aussi présent ).   Autour d’Espira de l’Agly : Jaupart, Bille, Grand, Bourgat, Pratx / G. Bile 2020. Enumération sans exhaustive car cette patronymie est atténuée à la fois par l’épuration des noms languedociens et les ventes.  Plusieurs de ces noms sont répétitifs.

Antroponimia, poblament i immigració a la Catalunya Nord en 1737 – 1790. Jean Peytavi alias Joan Peytavi Deixona professeur à l’université de Perpignan, IEC 2010 / Anthroponymie, population et immigration en Catalogne N… Passons sur l’inadéquation de ce titre et la désinformation induite puisque cela est argumenté sur hémorragie démographique 1750.  

Tant de siècles de présence dominante languedocienne ont pu influencer la toponymie. Mais des désignations sont imprégnées de celtique, latin, germanique tels que des toponymes chevauchant deux communes et donc précurseurs de leur délimitation, ainsi il est nécessaire d’avoir un raisonnement plus élargi que celui  avancé par les linguistes catalans à la double carte de visite que l’on sait.

Oi macarèl !***

Au mépris du bon sens le plus élémentaire, les catalans qu’ils soient linguistes ou quelconques dans la presse quotidienne au travers des correspondants de presse villages ****, finiraient par nous inculquer qu’un confetti de pays tel que le leur*****, de ce fait quelque part   » Écrasé  » au septentrion des Pyrénées, aurait été hermétique aux influences de l »Occitanie ou Languedoc voisins, comme le nuage de Tchernobyl prétendument arrêté aux frontières de l’Est. Sans qu’il n’y ait eu d’obstacles aux courants en sens inverse, c’est à dire du Sud au Nord. Il serait temps qu’ils cessent de manœuvrer de pareilles sottises au degré zéro de la plus grande médiocrité, qui sont contre nature et  opportunes pour berner la population. Contre nature car ils furent tous jusqu’à l’Ebre, sous tutelle carolingienne durable, c’est au terme de cette époque que les langues se sont différenciées.

Le plus attristant est qu’une linguiste née languedocienne, Renée – Laure Portet alias Renada – Laura Portet, est en adéquation avec cette prétendue imperméabilité, ses recherches sont orientées unilatéralement, nous la démasquons en pages A Propos au titre Tchernobyl culturel.

 

** Cisterciens de Fontfroide.

***Oi macarèl : Interjection languedocienne équivalente du français oh pétard ! Rien à voir avec madame Claude, la maquerelle des ministres sous Pompidou et Giscard.

  **** Ce qui implique, au plus heureux,  que les contrevérités à l’encontre des occitans des Pyrénées – Orientales ne sont pas ou mal filtrées.

***** Proportionnellement à l’étendue de l’Occitanie.

Remarques

  • A ce jour et en dépit de recherches de grande envergure, ( Voir l’article Liens et Livres, ce sont nos sources documentaires. ) nous n’avons trouvé qu’un auteur traitant de la toponymie  languedocienne présente en Catalogne, Henri Guiter. Sinon rien, pas même une lointaine allusion, sujet tabou chez les catalans ? Par contre les avis fabriquant du catalan à l’emporte – pièces, hors aire culturelle catalane, sont fréquents.
Henri Guiter alias Enric Guiter militant catalaniste de Terra Nostra :  Algunes infiltacions del lèxic occità al domini català ( Quelques infiltrations…) dans Estudis romànics, Barcelona 1948.  Il est aussi connu pour ses recherches sur l’influence Basque révélée par la toponymie tant de l’aire catalane que de l’occitane : persée.fr/doc/onoma-0755-7752-1966-num-7-1-931 Couches toponymiques des Pyrénées – Orientales.   >   Chute article XI è. siècle. Auteur très décrié selon RL. Portet. On réalisera progressivement qu’infiltrations est abusif, il est excessivement réducteur de l’influence sur le territoire.
  • Maquillage à la sauce catalane : Un frelaté de l’authentique, ces Pauvres catalans du nord sont communément fiers* de s’exprimer  en catalan, une illusion savamment entretenue dans leur esprit. Plus exactement ils usent d’un dialecte occitano – catalan, autrement dit le roussillonnais, l’héritage du Languedoc y est dominant. On notera avec délices le fond humoristique de cette discordance. Alors qu’ils sont repérés de loin comme étant orgueilleux plus que de raison de leur filiation ibérique, les faits veulent qu’ils baignent dans la culture languedocienne sans en être instruits, cela leur est manifestement caché. La part réellement catalane n’est que propagande ou d’importation récente par le biais des réfugiés républicains et ceux fuyant un sous – développement relatif.
  • Les familles déjà présentes  avant ces exodes sud – nord, fin XIX è. à nos jours,  sont fort souvent ( C’est peu dire )  d’origine languedocienne, en l’ayant oublié.

A y regarder de plus près, c’est un enchaînement de coups fumants dont ils sont les dindons de la farce quand on connaît leur respect voué aux  Gavachs

*paroles-musique.com/paroles-Georges-Brassens-la-ballade-des-gens-qui-sont-nes-quelque-part

  • Moins de 5 % des catalans du nord maîtrisent le Catalan au début du XXI è. !
  • Déduire sur la seule base des noms de lieux du Fenolhedés que ce pays est fortement d’imprégnation roussillonnaise serait simpliste. Les homonymes et les paronymes sont innombrables entre les deux langues. Selon le bagage culturel du scripteur, tel terme languedocien à pu être écrit par corruption accidentelle sous une forme ibérique ou vice versa, les subtilités de la prononciation aidant.
  • Passé  » Français  » du Roussillon , Vallespir, Cerdagne et Conflent en Septimanie : Dynastie carolingienne de l’an 800 à la fin du XII è.  Trois cas particuliers : Tautavel et Vingrau cédés  à Jacques 1er d’Aragon par Saint Louis  en 1258,  demeurent riches de désignations occitanes, tout comme Cases de Pène déjà catalan à cette date. Il n’est pas rare que les deux parlers soient en usage pour un même lieu.
  •   Pièges : Sur les cadastres comme partout au point d’être, par méprise, comparable à une règle. Patronyme, toponyme ou quoi que ce soit renforcé par de grandes similitudes, le L simple et le LH languedociens sont communément retranscrits LL,     le son SS et le CH sont perçus en X,      le suffixe èl – EL tourne en EIL – EILLES , le AI est interprété AY et cetera.  Du coup vous êtes persuadés d’être devant un écrit catalan alors que communément c’est soit un nom catalanisé, soit un nom bourré de fautes.
  •   Que subsiste t -il de la part purement catalane ancestrale quand on sait que la Catalogne des deux versants des Pyrénées a été sans cesse repeuplée du XIV au XVIII è. par les occitans ? Les indigènes ayant été plusieurs fois au bord de l’extinction, tant les épidémies de peste y auraient été mortifères comme nulle part ailleurs en France. Voir ci – dessus à Exodes.

Traductions

Toponymes originels languedociens des cadastres napoléoniens, en usage avant la réemballe en catalan menée par le Département en mandatant Jean Becat sympathisant catalaniste.

A. Restitution d’un échantillon de termes cadastrés spécifiquement occitans.

 A chaque objet ne sont citées qu’une fraction des communes concernées. Quelques noms de lieux débordent au sud de la frontière d’états où leur sens est susceptible de varier. La différence de part et d’autre de celle linguistique Catalan – Occitan se résume bien souvent à une lettre ou à un accent pour un même mot. Sont indiqués les toponymes de nature à être autant patronymiques, l’amalgame est monnaie courante sur les cadastres, par suite d’un remplacement fautif  de D’En par Del / De par Du. Au final le nom du lieu parait fautivement patronymique ou l’inverse. Cette transcription erronée favorisée par l’illettrisme mais pas seulement, est de nature à s’appliquer à tous les toponymes patronymiques.

F : Villages frontière Charles le Chauve ou de celle 1258 à 1659.

P : Phonétique.

 Nom cadastré / Sens français – Nom botanique : Aperçu de localisation. Interprétation en languedocien et graphie conventionnelle. Synonyme catalan. Homonymie patronymique.

 

  • Adelidon / Exténuer, Anéantir, Fatiguer : A Argelès. P. de Adelida.
  • Adou / Source : A Calmeilles ( Ladou ), Corsavy ( Doues ), Nohèdes ( Dousagues ), Olette, Puyvalador, , Ste Colombe, St Laurent de Cerdans, Thuir. Variante de Adotz. En catalan Font, Deu.
  • Agle / Aigle : A Montalba*, Opoul, Peyrestortes. En catalan aigle = àguila. * Comme son nom l’indique Montalban lo Castèl n’est pas catalan mais géographiquement il fut la proue de la France sur son pire ennemi de l’époque et donc un village frontière durablement cerné par la catalanité.
  • Agli : Selon toutes probabilités,  a) Ce terme est d’invention récente, années 2000, b) Par la clique ci – dessus. L’Agly le fleuve du pays, Fluvius aquilinus littéralement la rivière des aigles, issu du féminin languedocien una agla pour une aigle. La lettre Y est inconnue du dictionnaire occitan, il n’empêche qu’elle  a cours sur cette rivière, déjà au XII è. siècle et antérieurement dans d’innombrables situations en Languedoc.
  • Agly Beille = Agly Vieux :  Beille est P. de Vièlh.  Ancien lit du fleuve sur le cadastre de St Hippolyte, la carte IGN porte la mention frelatée en catalan Agli Vell.
  • Agreillous / Groseille à maquereau – Ribes nigrum  : A Railleu, Sansa. P. de Agrelhons. Les Aibrals / Les Arbres : A Bages ( Aybres blancs ), Ste Marie, Villelongue de la S. En catalan Arbre.
  • Aïlla / Là – Bas : A Corsavy, Montner, Tarerach. Corruption de Ailai, Ailà, Alà.
  •  Aires /  Aires à Battre les céréales voire de regroupement des troupeaux transhumants :  Ubiquiste.    P. de Ièras – Airas, En catalan Era, voir à ce nom pour risque d’attraction paronymique.
  • Alaxe / Fougère : A Clara. Corruption de Alacha, si est effective la substitution traditionnelle du CH par X ? En catalan Falguera.
  • Albadère / Saulaie : A Finestret. P. de Albadera. En catalan Salzereda.
  • Alabardés / Hallebardier : A Nyer. P. de Alabardièr. En catalan Alabarder.
  • Albrics / Abricots : A Marquixanes. A – priori par altération de Albricòts. En catalan Albercoc(s).
  • Aligué / Alisier – Sorbus aria : A Nohèdes. P. de Aliguièr. En catalan Moixera de pastor.
  • Aliquettes / Alises : A La Bastide. Diminutif de Aliga.
  • Amolat / Gerber en meules les céréales, le foin : A Font – Romeu. Déclinaison du verbe Amolar.
  • Les Angles et Anglades / Les recoins de terre : A Les Angles, Latour de Carol, Prats de Mollo, Taurinya. En catalan Racó,  » Racou « . Pièces de terre incluses dans un confluent, une bifurcation de chemins. Anglade est aussi patronymique.
  • Arague ( L’ ) :  A Tautavel F. où ce terme pyrénéen qui serait d’ascendance basque désignait anciennement les gorges du Verdouble à hauteur de la célèbre Caune de l’Arago. Article de J. Abelanet sur Archéo 66 N° 28 / 2013, page 53.
  • Arancades / Harengs salés : A Canet. Si corruption de Arencadas déclinaison du languedocien Arenc = Hareng. En catalan Areng. A présumer une altération de Arrencar =  Arracher en catalan.
  • Arboussiès / Arbouseraie : A Millas, Opoul, Taurinya. Déclinaison de Arbocièra, en catalan Arbocera.
  • Arboussols / Endroit couvert d’arbousiers – Arbustus unedo, mais c’est peut – être trop simple pour être vrai, remontons aux origines de Villa Arbussolas. Deux toponymistes descendus de Cracovie et de Paris diffusés sous l’égide de L’Indépendant n’ont été mis au parfum que de l’attraction catalane en ignorant peut – être la mitoyenneté Languedocienne de cette commune catalane mais rattachée au canton de Sournia.  Arboç est bilingue, cependant le suffixe celtique ols /  » ouls  » oralement est présent dans le nom de villages du Fenouillèdes audois ( Artosol, Conosols ) ainsi que en matières floristique et mycologique, en gentilé de plusieurs villages du Fenouillèdes tels que Artigues / Artigols, St Paul / Santpanhols et sa place du Planhol, Lesquerde / Esquerdanhols,  Cassagnes / Cassanhols,  Caramany / Carmanhols,   » gnols  » verbalement excepté  Le Vivier / Viviérols  … En principe l’accent grave est de rigueur sur le O.
  • L’Ardaillou / L’Ardillon de boucle : A Baillestavy. P. de Ardalhon, plusieurs autres sens. En catalan Pua.
  • Argelès / Ajoncs / A Argelès sur mer. P. de Argelas. En catalan Argelaga.
  • L’Argentinas / La lande à Argentis – Cistus laurifolius : A Escaro, Eus, Tautavel, Urbanya, Valmanya. L’Argentis, espèce de ciste souvent en peuplements mono spécifiques immenses, à la manière des fougères.
  • Arnaous / Clématites – Clématis vitalba, Espèce de Safran : A Montalba, St André.  P. de Arnaus, les clématites sont indicatrices de la fertilité du sol. En catalan Vidalba. On ne saurait ignorer un éventuel prénom Arnau(d).
  • Arriège / Salsepareille – Smilax aspera : A Tautavel. Corruption de Ariège, synonyme Siga. En catalan Sarsa, Sarsaparella.
  • Arses / Brulé, Aridité : A Thuir. P. de Arsa lequel peut révéler un Dolmen.
  • Artigues / Terres défrichées : Ubiquiste.   Issu de Artiga. En catalan Artigatge, Rompuda avec le double sens d’Essart.
  • Aspics /  Lavandes – Lavandula spica : A Caixas, Boule d’Amont IGN, Finestret. Graphie normalisée Espic, Aspic ( Fenouillèdes ), en catalan Espigol et Escurço pour la vipère.
  • L’Auca / L’Oie : A Argelès, Baixas ( Papelauque ), Fourques ( Cagalaouque ), Tresserre, Villelongue. Oca en catalan.
  • L’Aujòla / L’Aîeule : A Estoher. Devenu Orjola, en catalan àvia.
  • Auriol / Loriot :  Ubiquiste.. Auriòl avec toutes ses plumes. En catalan Oriol. Patronyme éventuel.
  • Ausèrda ou Lausèrda : Luzerne.  Ouzerde à Banyuls dels Aspres, Userdeta à St Jean Lasseille, Lauzerde à Calce. Un des toponymes de Salses F. maquillé à la sauce catalane en devenant Usèrda.
  • Ausina et Auzina / Chêne vert – Quercus ilex : A Argelès, Tarerach.  En catalan Alzina.
  • Ayguadière de las Nau Bouques : ?  des Neuf Boucs. A Tautavel IGN. A  – priori occitan en dépit de l’incongruité du Y et du U, nous le supposons dériver du conventionnel Aigadièra dels Bocs.  Boc revêt le même sens en catalan mais la terminaison d’Ayguadière signe un occitanisme. Les lieux, un plateau perforé d’avens, toisant de jusqu’à 400 m le cirque naturel de Vingrau F. La roche y domine à en rendre le maquis aisément perméable, lui aussi. La carte indique des puits et réservoirs au pied de la falaise. Quel sens peut -on en tirer en synthèse, Réservoir ou château d’eau naturel ?  Un abreuvoir là – haut est à exclure. Aiga et Aigua / Eau respectivement en languedocien et en catalan.
  • Ayrolle / Aire à battre le grain : A Serdinya, Tautavel. Corruption de Airolle /  » Eyroulle « , Era en Catalan, voir à Camps de l’Era. La francisation aidant Airolle se cache quelquefois sous Airelle. Autre sens, Halte transhumants.
  • Babau : Celui auquel on fait appel dans les vallées pyrénéennes quand les enfants ne sont pas sages. Animal fantastique totémique de Rivesaltes surgissant depuis le Moyen – Age des profondeurs de l’Agly, chaque nuit du 6 août pour se gaver de petits enfants. Ceux des touristes sans doute puisque les locaux sont initiés précocement  … Cette animation carnavalesque estivale est l’adaptation d’un fait de la nuit de la chandeleur, plus exactement probablement un rite lié à St Blaise de 1390.  Babau se dit en catalan mais pour quelqu’un de bébête, imbécile.
  • Bach / Ubac : Ubiquiste.  Bach ou Bac, en catalan Obaga. 
  • Les Bagueres : A Ponteilla. Vraisemblablement dérivé de Baguièr, le Laurus nobilis. Haies brise – vent composées de laurier sauce, habituelles en bordure des réseaux d’irrigation gravitaire.
  • Bajoles / Bercer, Caresser, Dorloter. A Bages, Perpignan anc. commanderie de Bajoles.
  • Balcère : A Les Angles. De Balca ou Bauca /  » Baouque  » Les graminées et par extension un éventail d’herbacées dites Engraissamotons / Engraisse moutons, on est sur un sommet de l’estive des brebis de la race Rouge du Roussillon. En sens second Balca s’applique aux herbes semi aquatiques, présence d’un lac.
  • Barbaste / Gelée blanche : A Montbolo, Taulis.   P. de Barbasta. En catalan Gebre, Gebrada.
  • Barbols / Balles de céréales : A Corsavy. P. de Barbolhs.
  • Baraille / Dispute, Chicane : A Villelongue de la S. P. de Baralha.
  • Le Barcarés / Flotte, Barques au port selon l’Alibert*. Avec un accent aigu, , désigné Port de Barques sur la carte Cassini, sur un bras disparu de l’Agly sous un atterrissement diluvien au sud du village où les pêcheurs laurentins amarraient leurs barques à l’abri du cers bien avant que l’habitat ne surgisse des nuées de moustiques. En réalité préférez contrebandiers à pêcheurs, c’était leur repaire et plaque tournante de trafics à grande échelle. Le è est frelaté, une nullité à faire trépasser tout linguiste mais permettant de paraître catalan. Le Barcarès est une contrefaçon, adoptée en 1929, du très occitan El Barcarés, l’article est commun. Le Barcarés et Leucate sont limitrophes, cependant respectivement en Catalogne Nord et en Occitanie.  * Le dictionnaire Occitan – Français de l’Institut d’Etudes Occitanes. Terme absent des dicos Catalans Larousse et Camps, quelque soit l’accent.
  • Bardines : A Rigarda. Déclinaison de Bard /  Boue, Limon, Vase, Argile de potier.
  • Barrencs / Ravin, Précipice. A Calce, Estagel F.
  • Bartabeille / Perdrix Bartavelle : A Arboussols. S’il s’agit de la P. de Perdis Bartavèla., car en décomposant le nom cadastré on obtient soit Roncier Vigoureux, soit Roncier Vieux. La bartavelle en catalan Perdiu de Roca.
  • Bartou / Roncier : A Estoher, Marquixanes, Montauriol, Vingrau F.    P. de Barta. En catalan Esbarzerar.
  •  Bau /  Précipice :  Labau, Baux, etc, corruptions de Baus, lequel est synonyme de Embauç. Ubiquistes.
  • Le Bayralet  / Altération de Barralet tonnelet de 2 à 60 l.   A Opoul – Périllos F. Barral / Barril à Amélie, Py. En catalan Barril.
  • La Beçosa / La Boulaie : A Dorres, Prats Balaguer, Prats de Mollo. De Beç / Bouleau, lequel se dit Bedoll en catalan.
  • Bentallole / Déclinaison de Vent : A Molitg, Urbanya. Vent est en usage commun mais ses déclinaisons sont autant réduites à la portion congrue en catalan, que prolifiques en langue d’Oc.
  • La Bernouse / Aulnaie. Ubiquiste.    P. de Vernosa,  Verneda en catalan. La Vernosa à Laroque des Albères, Le Vernodubrum devenu Le Verdouble. La racine occitane Vern dérive d’un synonyme d’origine celtique, de ce fait on la retrouve partout dans l’hexagone, par exemple sur les rives de la Seine à Vernon dans l’Eure. C’est un coin trop froid et pluvieux pour que les hordes catalanes s’y soient attardées.
  • Lous Bessis / Les Voisins : A Baillestavy, Estoher, Valmanya. P. de Los Vesins. En catalan Veis.
  • Biarnes / Brouillard, Bruine : A Casefabre, Estoher. Parlé de Biarna.
  • Bigorre / Bohémien, Brigand, Voleur : A Calce – Estagel, Campoussy, Sauto, St Marsal. Dérivé du gascon et provençal Bigòrra, Bigòrro. Considérant que ce sont pour partie des ravins, ils devaient y avoir leur repaire, sinon sauf à identifier quelque  » exilé  » bigourdan, ce dernier terme est présent à Rasiguères.
  • Bigue : Houe à 2 dents : A Nyer. P. de Biga, Bigòs. En catalan Aixada. Sens commun de Petite poutre.
  • Bimané / Chèvre qui n’a pas encore porté : A Glorianes. Déclinaison de Biman.
  • Biraben / Martin – Pêcheur : A Argelès. P. de Viravent. L’oiseau en catalan Blauet. Mais Viravent peut résulter de l’agglutination de Vent Tournant, si bien qu’il est là en usage commun.
  • Blacassas / Taillis de chênes blancs : A Opoul.  Dérivé de Blacassada.
  • Col de Boucacers / Passe du Cers : A Casteil.   Boca / Bouche, Ouverture, Passe agglutiné à Cers, la tramontane des languedociens.
  • Boufatère / Endroit exposé au vent : A Bouleternère et Rigarda ( Bouffète ), Calce, Corsavy, Le Boulou ( Bouffadou ). Issu de Bofar et Bufar / Souffler, en catalan le seul Bufar.
  • Boukère / Coyau : A Canohès.  Serait une déclinaison de Boquet.
  • Boulpillères / Renardières : A Bages. P. de Volpilhèras. En catalan déclinaisons de Guillot, Guineu, Guilla.
  • Bourbouille / Bourbier : A Amélie, Calmeilles, Prunet. Francisation de Borbolh(osa). Voir le synonyme Fangassou.
  • Le Bourdigou /  Bordigue : A Pia, Torreilles. De Bordiga, dispositif pour la pêche constitué de joncs et de roseaux dit Encanyissat en catalan.
  • Bourdouil / Trouble, Agitation, Confusion : A Oreilla. P. de Bordolh.
  • Bourricayes / Muletiers : A Pezilla,  St Cyprien,Tarerach. Altération de Borricaïres lui même déclinaison de Borra / Anesse, Bourrique. Le catalan s’en approche avec la racine Burr .
  • Las Bourguères : Montner F., Canet, Reynès. Issu de Borg / Bourg, Faubourg. Sauf possible altération du catalan Burgères  /  Bourgeoisie ?
  • Bournères / Cavité, Creux, Terrier, Broussin, Trou dans un tronc : A Corbère.  Déclinaison de Bòrna.
  • Bouscarous / Bois touffu. A St Laurent de Cerdans. Déclinaison de Boscarassa.
  • Bousigues : A Nefiach F, Nohèdes, Périllos F, Saint Feliu, Taillet… P. de Bosigas c’est à dire, Culture de courte durée sur sol ingrat,  avant son épuisement. En Roussillon dans le lit majeur des cours d’eau. En dépit de ses occurrences dans le domaine catalan et languedocien attenant, cet appellatif n’est pas considéré comme étant originaire de ces pays. Il est absent des dictionnaires catalans.
  • Boutas : A Nahuja, Espira de C., St Feliu.  P. de Bòta et de Botar  soit 7 homonymes languedociens avec des déclinaisons à volonté, les 3 principaux homonymes  Tonneau, Barrique, Outre… Bouder. Mettre, Placer, Poser …  Dans les deux parler Botte comme bouquet et chaussure. Cette abondante homonymie languedocienne nous a enclin à passer sur d’assez nombreux termes suite à la difficulté de déterminer celui au sens approprié.
  • Boynes / Bovins : A Ft Romeu, Montalba.  P. de Boïn(a). En catalan Bovi(nas).
  • Brancade / Fruits portés par une branche : A Railleu. P. de Brancada.
  • Brèzes : A Mosset. Un éventail de significations, Bres / Appeau. Bresaga / Effraie. Bresar / Fredonner, Briser, Emietter.
  • Brigoulède : A  Conat ( Brigoulette ), Ria. Lieu ou poussent les pleurotes du panicaut. Variante de Brigola, Girbola, la fameuse  » Girboule  » ou pleurote. A ne pas amalgamer avec le thym alias frigoulette.
  • Broussère / Etendue de Bruyères : A Prunet. P. deBrossièra. En catalan Bruguerar.
  • Buc / Ruche, Cime de montagne, Conque ou bassin.  A Argelès, Tarerach. Le Coll del Buc à Sorède où fut construit en 1900 le premier four solaire au monde, le Pyrhéliophore par Manuel Antonio Gomes physicien et ecclésiastique portugais dit Padre Himalaya en allusion à sa grande taille. En catalan Buc  = Fuselage, coque d’un navire, Saladier ou vaisselle au profil similaire, donc ce toponyme est quelque part prédestiné si on prend en compte la forme parabolique du réflecteur.
  • Bugailla / Balayer les grains de blé avec un rameau à la fin du battage : A Montalba. P. du verbe Bugalhar.
  • La Cabanasse / La Cabane : Village de La C., Cabanac, Canaveilles, Prats de Mollo, Céret, St Génis. Déclinaison de Cabana. Equivalents catalans Barraca, Caseta. Asse est dit diminutif- dépréciatif.
  •  Cabes : A Espira de l’Agly.  Cabes ou Cabos est absent de l’Alibert pourtant en Languedoc il s’attache à un creux, une dépression. A Espira à un tunnel d’époque Gallo – Romaine, par cela on serait plus proche de Cova.
  • Cagnottes / Petits chiens(nes) : A Néfiach. P. de Canhòts(as). En catalan Gos(sa), Cadell.
  • Callau / Caillou, pierre très dure : A Mantet, Mosset F, Ria. P. de Calhau.
  • La Calme /  Pacage de moutons. Lieu où les ovins font la sieste. Hauteur avec des rochers ou à la végétation rase : A  Font Romeu ( La Calm ), Calmeilles , Calmel village disparu dans l’Aude, Calms aujourd’hui Camps sur Agly . Dérivé de Calma, du prélatin car = rocher.  Patronymes assortis.
  • Calveill / Chauve : A Taulis. Corruption de Calvet avec diminutif. En catalan Calb, Pelat(ada) pour une montagne. Synonyme ci – dessous à Caubes.
  • Camarat / Lambris, Latte, Plancher. A Perpignan cadastré Cammarra.  Possible  patronyme Camara.
  • Camélas anciennement Cameles : Ce village aux origines du château comtal de Castelnou tient son nom du profil de chamelle du Mont St Martin qui le domine. De l’occitan Camèla ou Camèl, respectivement le chameau et madame. en catalan on aurait eu Camellas.
  • Canavère / Roseau – Arundo donax : A Le Boulou. P.  de Canavèra. En catalan Canya.
  • Canet / Cannaie – Arundo donax : A Canet en Roussillon. En catalan Canyar.
  • Canta Perdious / Chante Perdrix : A St Michel, Tautavel. Il se présente à la catalane mais il est typique du Languedoc. Canto Perdris sur Etymologie occitane.
  • Canterrane / Chante Grenouille : Affluent du Réart, Ansignan, Sournia. Du languedocien Canta Rana, Granhòta  synonyme.  En catalan Grenouille =  Granota.  Chose Fabuleuse la correction en catalan par Jean Becat a pour résultat Cantarana !
  •  Del Capella / Du Curé : Du fait de la présence de l’article, en son absence Capella = Chapelle en catalan, chez lesquels le curé se dit Rector en sens second de l’universitaire, Sacerdot, Curat *. De l’autre côté  Curat, Rector, Rictor, Capelan *, R et N terminaux muets.  Par contre Chapelle en langue d’Oc s’y écrit Capéla. Capella abonde sur la vallée de la Têt et les Aspres, probablement relatif localement au patronyme limitrophe languedocien Capela **. En outre ce nom est à peu de choses près, systématiquement corrompu en Capella par catalanisation aveugle. De plus il porte un panel de sens occitans, qui n’ont rien d’ecclésial ce qui est sujet à favoriser une confusion homonymique.               * Dans l’ordre d’ énumération des dictionnaires. ** Capela(lla) une dynastie séculairement dans la mouvance du pouvoir des de Peyrepertuse de Rabouillet – Joch et qui tirera profit de la Révolution.
  • La Capsole / Aire à battre : A Sahorre. Capsòl sans fâcher l’instit.   Autres sens, fête marquant la fin du battage, droit payé par l’exploitant d’une carrière. Synonyme de Airolle.
  • Carrer dels Cardaires / Rue des Cardeurs : Cœur ancien de Perpignan, l’article et le déterminant sont languedociens, en catalan on aurait eu Carrer dels Cardalors.
  •  Castagnés /  Châtaignier(s) : A Baillestavy, Corneilla, Glorianes, Néfiach. P. de Castanhièrs. En catalan on aurait eu Castanyers.
  • Caubes / Chauves : A Joch. Parlé de Cauvas. Sans exclure le Cova suivant.
  • Caussines / Dérivé de Causse : A Canaveilles, Casteil ( Caoussis ), Castelnou. En catalan Altiplà calcari.
  • Carau / Charogne : A Molitg, Montbolo. Dans l’hypothèse d’une réduction de Caraunha. En catalan Carronya.  Plus sûrement  quelque Rocher indiqué par la racine Car, sinon Garau est un patronyme de la vallée de la Castellane. 
  • Cassagnes : A Sorède ( Patronyme  ? ), Terrats, Finestret – Joch ( Patronyme ? ),Tautavel, Pont Gisclar sur la Cassagne.  En languedocien Cassagnes  hormis un village du Fenouillèdes est la phonétique de Cassanha = Forêt de chênes ou Cassanhéra laquelle se dirait Roureda en catalan. Catalanisé il est devenu Cassanyes à l’aube du troisième millénaire sur les cartes de l’IGN patronyme d’un illustre canétois.  Concernant la seconde planète du Fenouillèdes, Vinça et son aire d’influence, de nombreux occitans y sont signalés au XVII è, ils n’ont sûrement pas attendu ce siècle, A lui seul Prats de Sournia concentrait plusieurs de ses familles à Finestret sans que ce soit son seul point d’appui sur le périmètre de la Têt, le seigneur était commun.

Le patronyme Cassanyes est incontestablement  issu de la confusion phonétique catalane aboutissant à écrire en catalan les noms de familles  languedociennes, puisqu’ il n’existe pas de racine approchée dans leur dictionnaire.

  • Los Cassaneils : A Estagel F. Les chênes (espèces caduques). Eil est un diminutif vraisemblable phonétique de  Èls . Cassa à Ria de Casse / Chêne. Cachals = Cassals à Argelès.
  • Caunil / Lapin : A La Llagonne, Tautavel. En catalan Conill.
  • Cauquils / Coquillages, Voûte en saillie : A Sauto. P. de Cauquilhas. En catalan Conquila. Patronyme Cauquil.
  • Cementeri dels Moros / Cimetière des Maures : A Glorianes, Tautavel. Cementèri dels Moros. En catalan Cementiri dels Moros.
  • Chalade / Regarder avec admiration, Régaler, Réjouir : A Corsavy, Serralongue, St Marsal, Taillet. Issu du verbe Chalar. Le suffixe ade = Lieu, le lieu où  …  En catalan Xalar.
  • Chots / Chouettes, Gouttes : A Cabestany. P. de Chòts. La Chouette catalane se dit        òliba, Xibeca. 
  • Cill de gat / Sourcil de chat : A Montalba.  P. de Cilh.  En catalan Cella.
  • Ravin de las Clairanes  / Clairana signifie Éclaircies ( Du ciel ) : A Millas F. Clariana en catalan. Curieusement ni le déterminé, ni le déterminant n’ont été frelatés en catalan sur les cartes en notre possession ? Esclayranes / Clairières à Mosset en déclinaison de Esclairadas.
  • Las Clapères : A Le Boulou, Maureillas, Prats de Mollo…. La racine Clap révèle un rapport à la pierre, la rocaille, un terrain pierreux. Le massif de La Clape dans le narbonnais. Las = Les.
  • Cledes / Claies : A Argelès. P. de Cleda. Aussi Porte à claire – voie, Claie de corral, Séchoir à figues, Herse, etc.
  • Clòt : Ubiquiste avec ou sans accent plus les variantes, occurrences innombrables en Corbières –  Fenouillèdes. On rencontre aussi Els Reclòts / Les Creux à La Cabanasse. Selon le dictionnaire afférant, le Clot catalan est sans accent et s’applique à un Creux, Cassis, Ornière, Nid de poule mais ceux cadastrés ne sont pas en adéquation, de toute évidence ils ont le même sens géographique que la forme occitane, désignation de l’endroit de naissance d’un vallon, d’une combe, d’un ravin, d’une dépression allant de la rupture de pente à peine discernable jusqu’à celle pouvant atteindre plusieurs dizaines de mètres.
  • Cogolère :  Ubiquiste.  Variations telles que Cougoullade, Cougoulère, Cugullade, etc.   Dérive de Cogòla ou Coguol = Coucou ( Oiseau ) sinon une primevère Primula éliator.
  • Cons / Combe, Vallon.  A Vingrau F.  Déclinaison de Conc.
  • Cortal /  Bergerie : Ubiquiste.
  • Roc de Coscourre : A Réal. Deux hypothèses, Coscora / Petite clochette ronde, sinon Coscorret / Rafle de maïs, mais nous sommes à plus de 2000 m.
  •  Costes /  Coteaux : A Catllar, Clara, Escaro, Los Masos, Ria, Vingrau. Adaptation de Còstas, en catalan Vessant, Turò . Patronymes Costes et Costa.
  • Couatges / Couvaisons : A St Cyprien. P. de Coatges du verbe Coar = Couver. En catalan Covar.
  • Coucouroucouil : Pic du C.  : A Prats Balaguer, Trevillach. P. de Cocorocò = Cocorico. Quand au coq à la catalane ce serait Quiquiriquic en usage commun.
  • Coucout / Coucou : A Enveitg, Tarerach.  Le Cocut avec ses plumes. En catalan Cucut.
  • Coundoumine / Condamine : A Ille ( Coundomy ), Montalba F., Opoul F., Tarerach. P. de Condamina  du latin Condominium, littéralement Champ avec Maison. Autre signification, propriété de deux seigneurs. Ultérieurement très bonne terre. L’équivalent catalan est Colomina, Couloumine en langage courant. Pour en savoir plus.
  • Counq / Conque du relief : A Mosset. Conc en languedocien du Fenouillèdes. Conca dans les deux parlers.
  • Courbas et Courbatère /  Corbeau et Corbeautière : A Campône, Millas, Valmanya.  Graphie correcte Corbàs et Corbatièra. Corbeau en catalan = Corb.
  • Courral / Corral, Parc de regroupement temporaire du bétail. Conduit en fer, plomb, terre cuite, plastique  : A Font – Romeu.  Existe en catalan comme synonyme de Cortilh. 
  • Courtils / Dépendances de la maison : A Arboussols, Font – Romeu.  P. de Cortils ou de Cortilhas =  » Courtilles  » pour bassecour des animaux.
  • Coutiu ou Coutibes / Terrain inculte : A Arboussols, Conat, Prunet, Rigarda, St Estève. P. de Cotiu – Coitiu. En catalan Erm, proche de l’occitan Ermàs.
  • Cramade / Brûlée, Ecobuée : A Estoher,  Le Barcarés, Nohèdes, Prunet. Variante de Cremada abordé plus bas. S’applique aux essartages de conquête sur la forêt.
  • Crau de Rivesaltes / Terrain pierreux.  Plaine en limite sud du camp militaire. 
  •  Crés ou Gres / Terrain où le rocher affleure, sol squelettique :  A Calce,  Claira, Opoul, Salses.  Gres en usage commun. 
  • La Cresse :  A Calce F., Tautavel.  Terme francisé  semblant spécifique aux Corbières et s’appliquant à des sommets où le rocher règne en maître absolu. Graphies correctes, Crèsso ou Crèssés au pluriel. 
  • Creisse / Croître, Pousser, Accroître, Augmenter : A Baixas – Cases de Pène. Du verbe Crèisser. Paradoxalement il s’agit d’un causse où rien ne pousse.
  • Crest / Crête, Sommet : A Baixas ( Creis ), Espira de L’Agly. En catalan Lloma.
  • Cros / Creux, Petit vallon : A Joch.  Cròs sur le dico. Synonyme de Conc.
  • Crounilles / Croisure, Croisée d’ogives : A Argelès. P. de Crosilha. A défaut de corruption p. de Crotz.
  •  Croux /  Croix : A Casteil, Ria. P. de Crotz. Pluriel Croses à Rodès. En catalan Creu.
  • Dardène / Monnaie de 6 deniers : A Los Masos. P. de Dardena. Probable déclinaison de D’Ardène, Ardre, Ardennes figurant sur plusieurs cadastres. Voir plus bas à Ardennes.
  • Darnouse / Tranche : A Campône. P. de Darna, Darnos. En catalan Llesca, Tall.
  • Descargue / Décharge de minerai : A Corsavy, Py, Valmanya. P. de Descarga. En catalan Descàrrega, Abocador.
  • Diagre / Diacre, Aide berger : A Jujols – Olette, Oreilla : Si corruption de Diague.
  •  Dourmidou / Dortoir : A Caudiès de C., Nohèdes. P. de Dormidor. En catalan Dormitori.
  • Los Escasassaîres : Forme phonétique. On en trouve à Cases de Pène F, comme des Perpignanais à Perpignan. De Las Casasses nom précédent de Cases de Pène.
  • L’Egassièr / Celui qui s’occupe des chevaux.   A Tarerach F. 
  • Les Eges / Les Juments : A Tautavel. Corruption de ègas / juments servant au dépiquage. Euga et Egua en catalan.
  • Las Embriagues / Gamme de plantes herbacées de montagne : A Nyer. Autre sens mais commun aux deux parlers : Les Ivrognes, Ivres.
  • Enclos / L’Enclos. A Espira de l’Agly F. La subsistance d’un nom français autour du clocher d’un village catalan a de quoi intriguer, assez pour envisager qu’il supplante sa traduction languedocienne Enclaus ?  15 hectares ayant appartenu à l’évêché et clos par un mur de 3/+  m/h, les moutons ne risquaient pas de s’échapper. En Corbières attenantes ce toponyme peut aussi bien révéler une vigne seigneuriale close.  Accommodé de sauce catalane on aurait eu Clos, Munyidor si pastoral mais ce toponyme n’a pas été frelaté. Oh !  Pardon  » Corrigé  » en catalan.
  • Encouroune / Enguirlander, Couronner : A Montbolo. Du verbe Encoronar. En catalan Engarlandar, Coronar.
  • Escarbat / Escarbot*, Coléoptère, Scarabée : A Gincla (Carabatets ), Railleu. Inversion de Escrabat. Synonyme Escaravat. * Espèce de coléoptère.
  • Escarra / Racler, Ratisser : A L’Albère, Amélie, Les Cluses, Py. Du verbe Escarrar. En catalan Raspar, Rastellar.
  • L’ Escloupié / Le Sabotier : A Opoul. Correctement Esclopièr, en catalan Esclopaire.
  • Escausseils /  Déchausser une culture,Emotter : A Urbanya. Déclinaison  de Escaucelar. En catalan Déchausser = Descalçar, Emotter = Esterrossar.
  • Roque esclafade / Rocher écrasé : A Amélie. Plus heureusement Roque esclafada. En catalan on aurait eu Penyal ou Roca esclafat.
  • Escoupette / Escopette : A Olette. P. de Escopeta. En catalan Trabuc, à ne pas confondre avec l’homonyme languedocien.
  • Escousseils / Les Petits Dépiquages. A Espira de l’Agly F. Phonétique de Escó –  Escossa / Dépiquer, Battre le blé. Eil, Eille / Petit, Petite. Les équivalents catalans sont Batre et Trillar.  » Corrigé  » en Escocells, son sens nous échappe, pas vu dans le dico.
  • Escoute quand Plau / Ecoute quand il pleut : A Corbère ( E. si plou ), Millas, Olette. Parlé de Escota quand Plóu. Version catalane Escoltar quand Plou.
  • Esparron / Épart, Échelon, Traverse, Palonnier… Esparró accommodé à la catalane mais lui aussi pas vu dans ce dico. A Canet en Roussillon Esparrou phonétiquement.
  •  Espira de l’Agly :  1) – Selon le dictionnaire de l’IEO Espira = Respirer, suinter, prendre l’air par une fissure et couler, sinon un fausset de tonneau.  2) – Cependant on ne saurait ignorer l’immanquable rattachement aux vétérans de César ou aux gallo – romains sur la base d’un hypothétique suffixe en anum, anus…  mais attesté dans un intervalle supérieur à 1000 ans.  Signification des suffixes anes, anum, anus, sur la chronologie à la date 285.   3) – H. Guiter y voit une racine remontant au substrat bascophone, Espirà =  Azperri   » Le pays sous la roche « .  4) – Dernière possibilité à faire remarquer aux historiens du cru, Espira paraît en adéquation avec le régime des eaux souterraines de l’endroit, résurgences à voir absolument lors des pluies intenses. Le celtique Es = eau ( Espousouille – Fontrabiouse, Escouloubre, Escaldes, Rennes et Reynès, Caudiès  …. ). Mais chacun sait que les analyses étymologiques sont aussi nombreuses que leurs auteurs. Ces vocables ayant évolué avec l’instruction, les millénaires et l’amalgame dont la frontière est le fil rouge.
  • Espitals / Hôpitaux : A St Jean Pla de Corts.  C’est plutôt bizarre, qui plus est au pluriel ?
  • Espluga /  Déplumer, Plumer:  A Llo, variante de Esplumassar.

  • L’Esquerròt / Le Gaucher : A Pollestres. La version catalane est l’Esquerrà. Cadastré et cartographié L’Escarròt jusqu’à la décennie 1990, ce qui suggère une mauvaise transcription de Escarròs / Gauche, de travers, mal tourné.

  • Esquine d’Ase / Echine d’Ane : A Estoher, Fontpédrouse, Réal. Ase se prononce Aze, il est en usage des deux cotés avec le sens d’âne, en Languedoc c’est tout autant l’airelle. Le déterminé qualifie une crête de montagne. Les catalans ont Esquena / échine au sens strict.
  • Estagel : F. Comment ne pas être troublé par un rapprochement certes aventureux, avec Estage = Demeure ou Estatge = Localité en languedocien.
  • Estagomat : A Espira de l’Agly F. Manifestement une simplification de Estanh goma. Le NH  se dit NY  à NGE en langue d’oc. En catalan on aurait eu Estany goma, traduisible en Étang boueux, collant. Goma est commun aux deux parlers, des dérivés occitans prennent un T final. Cuvette et emplacement d’une villa gallo – romaine drainée par un tunnel logiquement contemporain débouchant sur le Rec de Les Caves. Voir à ce mot.
  • Els Estagnols : Occurrences et déclinaisons ubiquistes. P. de Estan pour Les Petits étangs. La confusion avec le catalan Estany est balayée par  la présence du suffixe hòls. Cette variante de étang et Estanyol qui inondent les cartes, ne sont concevables qu’à l’oreille, elles sont absentes du dico Sang et or, y figurent seulement : Estany pour étang artificiel, son sens premier est Étain. Albuféra pour étang salé, marécage. Llacuna pour étang naturel, lagune.
  • Estivada vièlha / Le vieux chemin d’estive : L’antique itinéraire de transhumance aux accès par Paziols et Salses,  Espira, Calce. Cols de la Bataille F, del Tribes, d’Aussières, de Jau, du Garabeil…
  • L’ Estorredor / / Ressuyer, Sécher, Vider. : A Porta. Dérive de Estorrar. 
  • Estrade / Route pavée : A Angoustrine, Fuilla ( Las Estrades ), Joch, Montner. Parlé de Estrada – Strada. Le sens Estrade est commun.
  • Les Estrilles : A Eus, Vernet les Bains, Taurinya ( Astrillas ). De Estrilhar / S’étriller, Se Battre, Rosser. Les catalans ont Estrijolar /  Étriller un cheval.
  • Eus / Yeuse – Quercus ilex :  A Argelès, Eus. Contraction de Euse une des déclinaisons du chêne vert. Des variantes de Alzina synonymes catalanes auraient existé.  Le rapprochement avec le Lézard est une  » Enganyifa  » / Pipeau = Niaiserie en catalan pour ceux qui n’auraient pas compris. Le seul terme en ce sens susceptible de coller pourrait être Lausèrt / Lézard vert ocellé mais en Langue d’Oc, en supposant un glissement synthétisé en Lausèrt – Ausina – Alzina – Eus ? Lézard en catalan se dit Llangardaix ( Ocellé ), Sargantana, Centella, il est difficile d’y voir des cheminements toponymiques menant à Eus.   Plus beau village de France sur la frontière avec  l’Occitanie historique, ancien domaine de l’abbaye de Lagrasse dans l’Aude.
  • Fage / Hêtraie : A Estoher, Font – Romeu. Une des déclinaisons de Faja, Fag, Fau = Hêtre – Fagus sylvatica. En catalan Fageda, Fajosa.
  • Faiches / Terrasses de culture : A Castelnou, Font – Romeu, Peyrestortes, Salses. Corruption de Faissas, en catalan Feixas.
  • Le Fangassou : A Montesquieu, St Laurent de Cerdans, Opoul F.  De Fangassós, en catalan Fangós. Boueux, Bourbeux dans chaque parler.
  • Farratjal = Le Ferratjal : A Rivesaltes, Montesquieu, Opoul, Villeneuve – de – la – Raho. Pré généralement attenant à l’habitat ou sis dans la ceinture horticole des villages. Souvent clos et de la meilleure herbe de la localité, voué au complément hivernal des ovins sinon du mulet. Cette déclinaison de Farratge = Fourrage est absente des dictionnaires catalans. La Farratge   » Férratcho  » est commune aux deux langues.
  •  Fèda /  Brebis : A Valmanya. Ovella si bêlement à la catalane.
  • Els Fenars : A Latour de Carol, Villefranche. Le préfixe Fen / Foin. Fenc en catalan.
  • Ferles / Férules – Férula communis : A Opoul. Altération du languedocien Ferula. En catalan Canyaferia, Fenollassa.
  • Ferradou / Ferrade : A Conat, Prats Balaguer. Se dit Marcatge en catalan.
  • Ferrère : A, Estoher, Mosset, Ria. Nom occurrent de torrents en terrain ferreux. En catalan Ferròs.
  • Lo Ferriol /  Seau de métal pour puiser l’eau * : A Calmeilles, Espira de l’Agly, Valcebollère.  Ferriòl en graphie correcte. * Autres sens à envisager.
  • Foirail plus rarement Foiral : Ce mot occitan passé dans le Larousse est d’usage commun en Catalogne Nord, plus que leur équivalent Firal. Ille – sur – Têt F, Prades F, Prats – de – Mollo ont le leur. Il désigne la place du marché au sens de foire agricole, aux bestiaux.
  • Fraus / Gorges, Défilés : A Olette. + 3 homonymes et déclinaisons induites.
  • Fraxinède et Fraxinouse / Peuplements de frênes . A Ayguatebia, Jujols, Prats de Mollo. Du latin Fraxinus puis Fraisse – Fraysse en languedocien et Freixe en catalan.
  • Lo Frigola, Lo Frigoulé / Le Thym : A Espira de l’Agly, Palau del Vidre, Prats de Mollo, Vingrau .  » Corrigé « , selon la terminologie de J. Becat   en  Farigolar, pardon mais ce frelaté au parfum catalan Fait Rigoler. Lo et son pluriel Los purement occitan, si devant un nom, serait selon des linguistes antérieur à la différenciation des parlers catalan et languedocien. ça a de quoi surprendre et les adeptes adorateurs de  » Enric  » Guiter vont en être malades.
  • Gantes : A Corbère, Escaro, Vivès.  De Ganta l’oie sauvage. En catalan Oca.
  • Gàrdia et Gardiolà : A Baixas, Corsavy, Osséja, Rodés F, Rivesaltes… Vedette, Guet antérieur à l’an 1000. Guàrdia en catalan.
  • La Garrabe / Baie de l’églantier / Garrabièr à Serdinya, Garrabère à Dorres, Escaro, Garrabeille à Nahuja. Attesté en 982 à Sournia, c’est à dire préalablement à la prétendue occitanisation du Fenouillèdes à partir du XIII è. selon le seul, et – très décrié, Henri Guiter. Affirmée et clamée en concert par les nouvelles générations de ses  compatriotes, mais y a t’il un linguiste dans l’orchestre ….   En catalan Gavarrera. 
  • Garroilla / Chêne à Kermès : A Baillestavy, Caixas, Opoul, Glorianes ( Garouille ). La forme correcte est Garrolha, en catalan Reboll.
  •  Gascous / Gascons: A Banyuls sur Mer, Cases de Pène F, Tautavel F, Tresserre, Villefranche, Bugarach, occurrences corbièrenques  à volonté. Des bandits qui écumèrent au pied des Pyrénées. Une expression a passé l’épreuve du temps, Comptes dé Gascous = comptes de Gascons, soit une arnaque, escroquerie, abus de pouvoir, fanfaronnade. Gascòs en catalan.
  • Gassot / Mare : Au Barcarés. P. de Gassót. En catalan Bassal.
  • Gaudole / Pot très évasé, Jatte : A Banyuls dels A.   P. de Gaudèla.
  • Els Gaus / Peine, Douleur, Souci : A Amélie.
  • Gazarde : A Prats de Mollo. Corruption de Gasarde / Récompense, Loyer ( Troupeaux ), Salaire. Homonymes en termes de Labour, Bail à mi – fruits.
  • Gazeill / Gué, Soc : A Prunet, Trevillach. P. de Gaselh. En catalan respectivement Gual, Rella. Patronymes Gasel, Gual.
  • Genièbre / Genièvre – Genevrier : A Caixas, Glorianes, Tarerach. Genibre en écriture normalisée. En catalan Ginebre. Indistinctement le Juniperus oxycedrus dit cade et le Juniperus communis.
  • Roc de la Gèrsera ; A Mosset F. Corruption de Gersièra / Peuplement de framboisiers.
  • Gispetera : A Latour de Carol, Nohèdes. Déclinaison de Gispet / Graminée de montagne, sinon surface couverte de Gispet. En catalan Gespa.
  • Gibrassa / Givre. A Perpignan. En catalan Gebre.
  • Glèisia / Eglise : A Bourg – Madame ( Gleysi ), Caudiès de Conflent ( Glési ), Estavar ( Gleize ). En catalan Església. Eventuel patronyme Gleize.
  • Gorg / Gouffre, abîme d’eau, mare en spéléologie.  A Nohèdes F, Mt Canigò, Sansa.  Commun dans l’aire occitane sans compter ses déclinaisons, en des contrées pures de toute influence catalane.
  • Les Gorgues, les Gorguettes : A Calmeilles, Finestret, Pézilla la Rivière F, Thuir… Gourgue en langage oral, est issue de Gorga et s’applique à un bassin généralement sis dans le jardin potager. Alimenté soit par le réseau d’irrigation d’un ruisseau ou d’un canal, soit en récupération des eaux pluviales d’une toiture, quelque fois du ruissellement d’un rocher ou attenant à une source. La gourgue permettait selon sa situation de s’affranchir du tour d’arrosage qui pouvait être nocturne.
  • Gormands / Truands, Vagabonds, Bèlîtres : A Llupia. Altération de Gorimands.
  • Goudanes / Fainéant, Paresse, Vaurien. Femme de mauvaise vie. Brebis pour la boucherie : A La Bastide. De Gòda + Anes = l’endroit. En catalan Fainéant, Vaurien = Gandul.
  • Goujat / Jeune homme : A Montalba.  P. de Gojat.
  • Goutine / Grand fossé : A Molitg, Oms. P. de Gotina. En catalan Fossat, Rasa.
  • Gramenace / Chiendent – Cynodon dactylon : A Bompas, Espira de l’A.   P. de Gramenàs, un dérivé de Gram, Agram. Ces deux derniers sont en usage commun.
  • Grapaud / Crapaud : A Montalba.
  • Camp Gras : A Cases de Pène IGN.  Champ gras, fertile, fécond. Camp est en usage dans chaque parler. Camp d’en Gras sur le cadastre où les toponymes Français et languedociens abondent. 
  • Lou Gratella / La Gale : A Opoul. Gratèla en écriture corrigée.
  • Las Graules / Les Frelons : A Marquixanes. A ne pas confondre avec Graula / Corbeau Freux en catalan. Risque patronymique.
  • Greffouill et Grifoul / Houx – Ilex aquifolium : A Prats de Mollo. Corruptions de Grefuèlh et Grifol. Les catalans l’écrivent Grevol. 
  • Lo Jalat / Le Gelé : A Mantet. Variante du plus commun Gèlat. En catalan Gelat sans l’accent.
  • La Joncayriole / La Joncheraie : A Fourques. Corruption de Joncairòla, en catalan Joncar.
  • Journal  / Journée de labeur : A Ayguetébia, Conat, Montbolo. Déclinaison de Jorn / Jour. En catalan Dia.
  • Ladres / Lépreux, Avare : A Brouilla. En catalan Lépreux = Lepròs.
  • Llambines / Lambines : A Saleilles – Villeneuve.  Nos recherches de  Lambines, Llambines dans les dicos catalans demeurent vaines. Exemple de catalanisation fautive par doublement du L, l’absence ci – dessus permet de s’assurer de l’effectivité de cette dérive mais validée sur le lien. Synonyme à Longaynes ci – après.
  • Lamboulade : A Casteil, Los Masos. Deux possibilités, agglutination de Ambola / Fiole, Ampoule. Plus logiquement de Embolhar / Embrouiller, Enchevêtrer. En catalan Embrollar et Encabestrar.
  • Lantournadou : A Mosset. Agglutination de L’Entornar / Rendre, Rapporter, Revenir. A voir, une résurgence doublée d’une grotte célèbre, le tout dans un massif granitique !
  • Lapeillador / du verbe Apelar / Appeler, Héler : A Calmeilles. Agglutination de L’Apelador / Aiguillon de bouvier. En catalan Appeler = Cridar.
  • Caune de Laragou / Grotte de l’. :  P.  Cauna de l’Aragou  La caverne de l’homme de Tautavel F. laquelle n’excède pas 50 m dans sa plus grande longueur : En Catalan on aurait eu Cova de L’Arago.  Caune est la francisation du languedocien Cauna.  Arago  Comme François est un patronyme de Tautavel*, plus anciennement du Fenouillèdes. Le sens Aragonais n’est pas à exclure, ils ont saigné et occupé Tautavel durablement. Précédemment caverne de l’Argo ou Argou à rapprocher du voisin Plateau de l’Araga devenu Arague, un hydronyme pyrénéen qui nous renverrait antérieurement au III è. siècle avant JC. donc l’ancien nom de la rivière Vernodubrum / Le Verdouble. * En 1720 Pierre Antoine Arago émigra en Catalogne à Estagel    …  La Caune à Conat, Opoul F., Mosset F.
  • Larque / Le Dolmen : A Font – Romeu, Millas, Serrabonne, St Jean Pla de Corts, Salses. Agglutination de L’Arca – L’Arquet. Autres sens de Coffre, Arcade. En catalan Dolmen, Naveta.
  • Lassade / Fatiguée, Lassée : A Escaro, Olette, Sahorre, Souanyas. Dérive de Las, Lassa synonyme de Cansa(da). En catalan le seul Cansa(da).
  • Longaynes / Lambins : A St Jean PC.  P. de Longaine(na).
  • Loubatière / Tanière des loups, Lieu hanté par les loups : A Passa, Vingrau. Francisation du provençal Loubatiero,  Lobatièra sur l’Alibert.  Remplacé en catalan, sur la carte IGN, par un  Llobatera que nous n’avons pas vu dans les dictionnaires.
  • Loube / Louve : A Llauro.  P. de Loba qui se double du sens de Femme hargneuse et désagréable.
  • Loumenat / Le colosse : A Campône, Molitg.  Déclinaison et agglutination de L’.  òme / Homme, Mari, Epoux avec Oménas /  » Costaud « , femme dure à la tâche ( Admiratif ). Sans formellement écarter une agglutination de Lo Manat = Ce qui tient dans la main, Man en languedocien, Mà en catalan.
  • La Madraguera : A Le Boulou, Torreilles. Déclinaison de Madraga / Madrague en Languedoc comme en Provence, type de filet pour la pêche.
  • Pic de Madres 2469 m, borne les départements 09, 11, 66 sur la frontière de 1258 et le Fenouillèdes avec le  » Pays Catalan « . En languedocien du Fenouillèdes Madres se dit du végétal au démarrage de la végétation ou à la reprise après plantation, prenons l’exemple d’un plant de tomate planté trop tôt : – Aqueste tomata madre pas / – Cette tomate n’est pas poussante. Désolé pour les si nombreux obnubilés de Mr  » Lluis Bassèda  » , Madres au sens de Mère n’est pas catalan mais castillan. Hormis Mare = Mère le dico catalan est dépourvu de mots en rapport. Celui de l’IEO propose Madre =  Bois madré. Madres pourrait résulter d’une corruption ou du pluriel de Madré, ses définitions du Larousse.
  • La Maine / Le Hameau : A Montner. En catalan Llogaret, Poble.
  • Mallèse : Hallier – Broussailles * : A Arboussols. En présumant issu de Malesa. * Divers sens à envisager.
  • Mandraste /: A Taulis. Deux possibilités, en déclinaison de Mandrassa = Mendiante, ou en variante du suivant.
  • Mandre / Renarde : A Estagel, Prats de M., Tautavel, Vivès. Parlé de Mandra, aussi le sens de Serpent. En catalan renarde = Guineu, serpent = Serp.
  • Mansa / Faible : A Montalba.   P. de Manse. Sinon habitation selon les standards du haut Moyen – âge, Manse en français.
  • Marcevol  / Marcivol, l’Hellébore fétide – Helleborus foetida : A nouveau deux toponymistes descendus de Cracovie et de Paris  … commune,  >  Refrain à Arboussols.  Marxivol en catalan mais le dico languedocien du Fenouillèdes mitoyen de ce prieuré propose +/- 40 préfixes en Marc, Marcivol est le plus approché. Considérant que nous sommes sur un plateau, c’est peut – être en référence aux giboulées de mars dites aussi bien Marcejadas  que Marcescadas . Du côté de Castres et de Foix Marcivol désigne l’Euphorbe réveille- matin – Euphorbia hélioscopia.
  •  Margue / Manche d’outil : A Finestret, Opoul, Osseja. A défaut de pouvoir se rendre sur place, peut – être à rapprocher de Marga / Frontière, Limite.
  • Mascarat / Mâchurer, Barbouiller : A Amèlie. En catalan Emmascarar, Empastifar.
  • Ménié / Mine, Minier : A Montalba.  Ancienne mine de barytine.  P. de  Menièr.
  • Molin, Molinas à Cabestany, Molines à Fontpédrouse… Les P. en Moulines à Mont – Louis, Riuferrer, Llech… Ce n’est pas tout, entre cela, le N final muet, les francisations en Moulin et le catalan Moli ( = P. languedocienne ), il est évident que la part occitane est plus large qu’il n’y paraît. Risque patronymique particulièrement en Conflent.
  • Lo Mona / La Chatte : A Fourques, Llauro, Rivesaltes, Valmanya. Autre sens, ensemble de moulins. Ceux en catalan sont improbables ici : La Guenon, La Cuite, gâteau pascal englobant des œufs durs et selon la tradition destiné aux enfants. Dans chaque cas l’accent grave sur le A est incorrect.
  • Monasti / Monastère : A Boule d’Amont, Tresserre. Déclinaison de Monastièr ou de Monastic / Monastique. En catalan Monestic.
  •  Monge /  Moine :  A Saint Cyprien. En catalan Monje, religieuse = Monja.
  • Mongettes / Haricots blancs. A St Laurent de Cerdans. Mongeta corrigé.
  • La Montada / Montée du relief. A Calce, St Laurent de Cerdans. En catalan Pujada.
  • Montagut / Montaigu : A Oms. Mont en déclinaison de Montanha = Montagne. En catalan Muntanya. Agut est commun.
  • Montesquieu des Albères et bien avant Montesquieu – Lauragais du patronyme d’une grande famille seigneuriale solidement installée en Fenouillèdes dès 1367 à Coustaussa puis Sournia, Latour, Caladroi, Caramany , Trilla en s’en tenant aux principales possessions.
  • Mostre / Monstre, Scélérat : A Salses. En catalan Monstre. Sinon un consensus avec le verbe Mostrar / Montrer.
  •  Mounines / Femmes laides, acariâtres : A Bouleternère.  Parlé de Monina.
  • Moussille / Labourer le sol avec le groin. A Llauro.  Dérivé P.  de Mosilhar.
  • Los Moussols : A Pezilla. F. P. de Mossòls du blé sans barbe.
  •  Moutou :  A Montner F., Mosset F., Railleu, Rivesaltes IGN, Vingrau F. P. du languedocien Moton  / Mouton. Mas de Rivesaltes réemballé à la catalane en devenant Moltó, sans que ce soit le sens premier.
  • La Muga  / Cistes : A Coustouges, Lamanère, Serralongue où cette rivière est cadastrée Mougue. Muga variante de Moge noms génériques des cistes. En catalan Estepa.
  • Murtre / Meurtre, Myrte commun – Myrtus communis : A Baho, Opoul ( Mourtre ), Salses. En catalan Meurtre = Homicidi, Myrte = Murta. Le Myrte c’est du basique mais dans les Corbières les sols sont alcalins.
  • Roc dels Naucs / des Auges : A Montesquieu, Nohèdes F.
  • Puig Naut / Colline Haute : A Amélie, Saint Marsal. Si Puig est catalan, Naut est languedocien.
  • Four Nauou / Four Haut : A Calce. Nauou est la corruption de Naut, four à chaux adossé au point culminant.
  • Nogaréda / Noiseraie : A Céret, Montferrer, Prats de Mollo… Souvent remplacés par leur traduction catalane qui est Noguereda par exemple à Montesquieu des Albères où Nogarès est devenu Noguerers, elle vaut aussi pour une plantation de noyers..
  • Nòus ou Nau Uèlhs /  Neuf Œils. Non loin des célèbres résurgences de Salses F, Uèlh est fréquent autour de Narbonne et s’applique à des sources immergées au gros débit. Les P. françaises et languedociennes sont ressemblantes, après ajout de sauce catalane, il apparaît Nòu Ulls sur les dernières éditions de l’IGN.
  • Olette anciennement Oleta / Petite marmite : Comme la cassole au cassoulet, c’est le récipient de l’Olada, potée languedocienne à base de choux. Accommodée avec les restes catalans elle devient  l’Ollada. Oleta diminutif de Ola / Marmite avec le sens de Marmite du diable, ces concavités dans la roche, à allure de chaudron, habituelles dans les torrents et issues de l’érosion par brassage des galets en un point fixe.
  • L’ Oliu /  L’Olivier. A Banyuls dels Aspres, Millas F.  L’équivalent catalan est Olivera.
  • Oulibède / Oliveraie : A Banyuls dels Aspres, Caixas, Fourques, Laroque. Corruption de Oliveda, lequel est en usage chez les catalans mais Oliverar y prévaut.
  • Ort ou Orta / Jardin potager avec un ò.  A Caixas, St Estève, Cases de Pène,  Corneilla la Rivière, possible amalgame avec l’équivalent catalan Hort.
  • Ourmiells / Jeunes Ormes : A Bages. P. de Ormèls. En catalan Oms.
  • La Paillargue / La meule de foin. A Matemale, Maureillas, Prats de Mollo. Francisation de Palharga, Paller si produit à la catalane.
  • Paillère / Synonyme de Paillargue, Crochet de transport de la paille à dos de mulet : A Les Cluses – Le Perthus, Montbolo.  P. de Palhièra. En catalan Palla, Paller.
  • Pairola / Grand chaudron : A Montalba. P. de Pairòla.  En catalan Perol.
  • Païrouneill : A Angoustrine.  P. de Pairòl ou Pairòu, …  Sinon Paire / Père, en catalan Pare. Le suffixe est un diminutif.
  • Palet de Roland : A Corsavy. Palet devant Roland ( Roncevaux ) désigne un menhir.
  • Panades / Vol, Larcin : A Claira – St Hippolyte, Escaro. Dérivé de Panar / Voler. En catalan Robar. Mais la  » Correction  » de J. Becat a pour résultat Les Espenades !  Espenar = Effort violent, Hernie.  Son interprétation est différente à Claira, là aussi.
  • Paradet / Belvédère : A Valmanya. Déclinaison de Paradar / Parader.
  • Pargouneille / Parc à brebis : A Mantet, Nyer. Déclinaison diminutive de Pargue. En catalan Parc Munyidor..
  • Parroquet / Perroquet : A Boule d’Amont. Se dit Lloro en catalan.
  • La Passèra Crémada : A Vernet les Bains, Perpignan. Passèra ou Passèrat / Moineau femelle. Crémada / Brûlée est mixte. En catalan le bouvreuil se dit Passerell et le moineau le Pardal.
  • Pauca Garbe / Petite production de gerbes : A Castelnou. Altération de Pauc a Garbas, en catalan Poc Garbes.
  • Paychourigué : A Montner.  Un compromis Languedoc – France.  P. de Paisseron / Petit barrage destiné à tourner l’eau d’irrigation du jardin potager, diminutif de Paissera. Le sens du suffixe Rigué coule de source. En catalan Resclosa.
  • Pic de Pèiraforca / Pic de Pierre fourchue : En catalan on aurait eu Pedra Bifurcada.
  • Périllós : F. Village  » Catalan « adossé aux Corbières maritimes. Issu du languedocien Périlhós / Terrain caillouteux, au point de mériter le détour pour l’aspect lunaire. De fait avancer le sens catalan de Dangereux, Périlleux serait ridicule s’agissant d’un milieu pareil. Périllós et Périlhós se prononcent Périllou(s). Berceau de la prestigieuse famille De Perellos / Perilhou active au Moyen Age de part et d’autre de la frontière, jusques en Irlande. Voir la chronologie en 1396.
  • Peyredréte et Peyralade : A Vingrau F., Mosset F.  Agglutination et corruption  manifeste de Pèira Dreta, subitement devenue Pedra Dreta… Pierre levée ou Pèira Levada, généralement un menhir. Synonymes Pèiralada, Pèirafita à Mosset F, Peyrefite à Banyuls sur Mer… En catalan Pedra Dreta. 
  • Peyrou / Terrain pierreux : A Baixas, Camélas, Canaveilles, Castelnou.  Issus des P. de Pèira = Pierre, Peiron, Pierós. En catalan Pedra et ses déclinaisons. Variantes Payré(rou) occurrentes mais pas sur les dictionnaires où elles sont introuvables, à l’oreille elle est le copier – coller du languedocien Paire = Père avec ou sans croix latine, Chef, Régisseur. Patronyme Peyre et assortis à la forme occitane avec leurs corruptions. 
  • La Picassa / la Hache / A Bouleternère, Canet, Palau de Cerdagne, Pia. En catalan Destral.
  • Pézouls / Poux. Font dels Pézouls à St Laurent de Cerdans. Pezolhs en graphie correcte. En catalan Poux = Poll.
  • La Pinouse / La Pinède : A Corsavy, Coustouges, Fuilla, Mantet, Valmanya… P. de Pinosa, en catalan Pinéda.
  • Planèze / Petite Plaine : A Amélie, Sahorre. Vient de Planesa.
  • Le Planiol : A Cases F., Elne, Eus F., quartier en ville basse ancienne. Planiol est P. de Planhòl, au sens de Plaine. Le ressemblant Plànol catalan désigne un Plan.
  • Pleta / Parc à moutons : A les Escaldes, Porta.
  • Les Polverines : A Porté. Grésil, Frimas, Pulvérin ( Poudre à canon ). En catalan Polvora / Poudre.
  • Pomarède / Pommeraie. A St Laurent de Cerdans, Le Tech. Vient de Pomareda. En catalan Pomerar, Pomerada. 
  • Pontets / Petits Ponts : A Ille, Vinça, Vivès ( Pounteils ). En catalan Pontarrós.
  • Poutringues / Drogue, Médecine, Médicament, Mauvais breuvage, Frelater, Bousiller, etc. : A Montbolo. Corruption de Potinga(r).
  • Presons / Prisons : A Casteil. Prisons est à la fois la traduction et le synonyme. En catalan Presó .
  • Pujals / Montées. A Ayguatébia, Calmeilles, Catllar, Osséja. En catalan Pujadas.
  • Pouchinel / Ouvrage mal fait, Bousiller : A Ille. Déclinaison de Pochina.
  • Le Pouget / Monticule.  A Nahuja ( Pougemont ), Ponteilla, Trouillas. P. de Puget.  Absence de mot catalan approprié. Surprise, ce synonyme de Puèg est l’un des toponymes minoritaires à être devenus purement languedociens au cours des années 1990, c’est à dire à contre courant du maquillage du même élan. Explication ?
  • Els Quers / Les Rochers : A Eyne, Marquixanes, Osseja.
  • Rabassa / Espèce de brebis à laine longue. Truffe : A Glorianes, Marquixanes, Mosset F., Salses F. Patronymique.
  •  Ramounet / Métayer : A Casteil, Fuilla, Rivesaltes. P. de Ramonet.
  • Ratchil / Ravin : A Montbolo. Plus exactement Rach(t), de Raja = Jaillir, Gicler. Sans ignorer un éventuel apport catalan comme Rachac = Fissure tel qu’à Montner entre autres lieux.
  • Rate Panade / Chauve – souris : A Valmanya. P. de Ratapanada. En catalan Ratapinyada.
  • Réal / Cours d’eau : Village du Capcir. Réal coule dans toute l’Occitanie. Autre sens à Força Réal.    Variante Rial.
  • Rèc  / Ruisseau, Ravin, Torrent : Rec à Les Cluses, Estagel F., Montalba F., Rodès F. Sur les dictionnaires  de catalan Rec sans l’accent, ne désigne qu’une rigole d’arrosage, en pratique ces situations ne sont pas en adéquation.
  • Roc Redoun / Rond, Circulaire, Dodu : A Cases de Pène,  Marquixanes, Py. Phonétique de Redond.
  • Regateills / Sentinelle, Ronde, Défiance, Crainte. Visite de gens de guerre : A Font – Romeu. Regat + corruption catalanisante du suffixe diminutif Els en Eils.
  • Régina / Reine : A Argelès, Prats de M., Salses F.
  • Resquitte / Rejaillir, Eclabousser : A Salses. Issu du verbe Resquitar. En catalan Resquill le plus ressemblant.
  • Lo Ressec / Très sec : A Mantet. Du verbe Ressecar / Ressécher, Se dessécher. En catalan Agostejat, Assecar.
  • Retroussats / Retroussés : A Salses. Du verbe Retrossar. En catalan Arromangats.
  • Rial / Torrent, Ruisseau : Ubiquiste. Existe en catalan, mais il serait aussi en Provence.
  • Riat / Rais de roue : A Font – Romeu.  Corruption de Rial à soupçonner ?
  • La Ribe del Bac ou del Bach / L’Escarpement de l’Ubac.  Egalement Riba del …  En catalan Riba est cantonné au bord de l’eau avec le sens de Rive.
  • La Roquette- Rouquette :  Ubiquiste,  A Salses F. ou l’une des incohérentes exceptions par rapport à la trame de cet article évoquée dès l’introduction, Roqueta traduction  occitane d’un toponyme français. Comme pour Fenolheda on s’en tiendra à émettre à minima que cela ne paraît pas sérieux avec tous les respects qui s’imposent, quelle en est l’explication ? Ce toponyme ne peut faire référence à une espèce d’Algérie le Diplotaxis érucoîdes / Fausse Roquette, pour deux critères, espèce invasive partout présente et d’introduction obligatoirement récente. Cette salade se dit Ruca en catalan. Sinon cet appellatif est commun à des altitudes où seuls les rochers semblent prospérer, cependant hormis le préfixe Roca, les dictionnaires catalans sont épierrés en la matière.
  • La Roste / La Raclée : A Mantet. P. de Rosta. En catalan Pallissa, Allisada.
  • Rouan – Rouaout / Taureau de 2 à 5 ans : A La Bastide, Railleu. P. de Roant, Roard.
  • La  Roufaque /  La Bourrasque. A Prades F. Rufaque variante de Rufeca. En catalan Borrascas, Rufagadas.
  • Ruscle / Faim canine : A Les Cluses. Cela étant quelque peu surprenant pour un toponyme, imaginons une corruption de Ruscar = Ecorcer, Tanner.
  • Lo Sabartés : A Trouillas. Celui qui habite à Sabart( 09 ), pays de Sabart.
  • Col de la Sabine : A Opoul. Le Juniperus phoenicea dit Sabina en langue d’Oc, en catalan Savina.
  • Sagne :  A Corbère, Le Soler, Salses F. Prairie aquatique de phragmites servant à la fabrication de paillassons et matériau de construction de l’habitat des pêcheurs.  Accommodé à la sauce catalane en étant devenu Sanya sur les dernières cartes de l’IGN mais cet arrangement est invisible sur les dictionnaires de cette malheureuse peuplade* Sang et or ! Sanya est la P.  » Catalanisée  » du languedocien Sanha lequel francisé a donné Sagne. Oralement le Phragmites communis devient Sanills ou Senills, tout autant absents des susdits dicos puisqu’il s’agit de la P. de l’occitan Senilh. Le Phragmites en catalan = Canyis.

* A l’Attention des lecteurs étrangers aux départements 09, 11, 66 c’est à dire non initiés :  Malheureuse peuplade en tant que citation de l’une des relativement nombreuses personnalités qui ont épinglé les attitudes choquantes des catalans du nord. 

  • Salissos / Saule blanc – Salix alba : A Canet. P. de Salissa. En catalan Vim(era).
  • Salvetat / Sauveté : A Boule d’Amont, Bouleternère, Casefabre, Opoul. Déclinaison de Salve. Dans les deux parlers des déclinaisons de Salva, Salvador.
  • Sarraillère / Serrurier : A Castelnou, Corsavy ( Sarrallé ). Du languedocien Sarralhièr, en catalan Serraller(lleria).
  •  Sarrasis / Les Sarrasins : A Canaveilles ( Sarrasis ). Sarrai(ïna) en catalan.
  • Sarrat et Serrat / Colline isolée et coteau.  Ubiquistes. Déclinaisons de Sèrra francisé en Serre.  Homonyme Sarrat / Avare, Cachette, Retrait de blé en déclinaison du verbe Sarrar = Serrer, Cacher, Mettre à couvert, etc. Dans le vocabulaire catalan, en sens second Serrat = Montagne allongée de basse altitude.
  •  Saurine / Tramail : A Villelongue de la Salanque. Le tramail est un filet de pêche. P. de Saurin(a).  Autre sens, la couleur jaune, blonde, rousse.
  • Sauteilles / de Saut ( Bon, Chute, Cascade, Escarpement ) : A Py.  En catalan Salt.
  • Sedija / Avoir soif : A Molitg. Du verbe Sedejar synonyme de Set = La Soif. Seul Set est en usage partagé.
  •  Segalissia : A Casteil, Escaro, Llo,  Mantet, Py, Serdinya. De Segal le seigle, en catalan Sègol.
  • Al Seignou / Au Seigneur : A Caixas, Calmeilles, Opoul ( Parler ). P. de Senhor, en catalan Senyor.
  • Serbé / Moutarde spontanée – Sinapis : A Montbolo.   P. de Serbe. En catalan Moutarde = Mostassa. A défaut pourrait être issu du verbe Servir, il l’est dans les deux parlers.
  • Sessou / Gousse de sac : A Villemolaque.  P. de Sesson. Synonyme Sessa.
  • Sigalou : A Saillagouse. De Segal ou Siga le Seigle.
  • La Sinte / La Ceinture et l’Armoise absinthe – Artémisia absinthium : A Arboussols. Corruption de Cinta. En catalan Ceinture = Cintura, Cinta.
  • Siure / Liège, Chêne liège / Ubiquiste, Le Boulou ( Le fameux El Siure dels trabucaîres ). Désigne quelquefois des Euphorbes selon la contrée. Variante de Siurièr, en catalan Surera.
  • Sorbié / Sorbier : A Opoul. Le milieu nous fait présumer le Sorbus domestica ou Cormier. Sorbièr en languedocien, en catalan Server.
  • Las Sourdres / Sourdre, Jaillir : A Taurinya.  P. du verbe Sordre. En catalan Brollar, Sorgir, et en commun Rajar.
  • Sourn / Sombre, Obscur, Ténébreux : A Llauro.   P. de Sorn.
  • Las Soussidas / Les Importunes : A Vinça.  Phonétique de Socidar / Importuner, en catalan Importunar.
  • Roc del Tabal / Du Taon : A Lamanère. Forme locale de Tavan, Tavar. Tàvec en catalan. 
  • Tarris / Cuvier en terre cuite. Bassin à braise. :  A Boule d’Amont. Patronyme ?
  • Taixounères / Terriers du blaireau.  Ubiquiste. Parler de Taissonièra. En catalan Teixonère.
  • Tartarès : A Los Masos ( Tartarouses ), Porta. Soit un dérivé de Tartaràs / Les oiseaux de proie, sinon pourrait venir de Tartarin / Maure, Sarrasin, Le Diable. Tartarouse / Lieu de regroupement.
  • Tartras / Tartes ( Gâteaux ) : A Nyer. En catalan Pastis. Bizarre comme toponyme ?
  • Taureil / Petit taureau : A Montbolo.  P. de Taurèl. En catalan Brau, Toro, Bou. Brau dans chaque parler.
  • Teularie / Tuilerie : A Finestret. P. de Teularià. En catalan Teuleria.
  • Timouné / Timon, Gouvernail, Travail avec ardeur : A Prunet, St Jean Pla de Corts. Déclinaison de Timon – Timonar. En catalan Timò , Camissa.
  • Le Touire / Le Tuf : A Estoher, Ille.  Corruption de Tiure.
  • Tourre / Tour féodale : Ubiquiste, Embouchure de l’Agly dite La Tour sur la carte de Cassini. Forme parlée de Torre, Tor. Ce dernier est strictement languedocien.
  •  Trabucaîre : En  Vallespir.  Explications ci dessous à Trabuc.
  • Trauc de la Boule / Trou de la B. :  A Vinça F.  Trauc de la Bóla en écriture normalisée.  Bóla a aussi pour sens ceux de Limite – Borne, Scirpe – Typha, Rejet de souche, Bille – Boule, ce dernier est en usage dans les deux parlers. En catalan Forat de la Bola.
  • Traucadou / Percée, Trouée : A Casteil, Valmanya. P. de Traucada. En catalan Forada.
  • Bac de la Trencada / Ubac de l’Excavation : A Villefranche de Conflent. Le déterminé et le déterminant sont languedociens.
  • Trepassadou /  Lieu ou on Trépasse : A Sorède.  Du verbe Trepassar, en catalan Trapassar. A éviter  …
  • Rocher de Tria / R. de la Grive : A Ria. Déclinaison de Tria, Trida.
  • Triadou / Lieu où l’on Trie le bétail. A Oms.   P. de Triador.
  • Trial / Rebut, Décharge : A St Hippolyte. Phonétique de le Trialh.
  • Trigue dinnas / Se hâter de déjeuner : A Brouilla.  P. de Triga dinnas.
  •  Trille / Maigre, Efflanqué : A Bouleternère, Llauro, Nyer. Par ailleurs un patronyme.
  • Trounques / Troncs  : A Casteil. P. de Troncs ou de Tronques. En catalan Troncs sans déclinaisons.
  • Uèlhats / Résurgences de Salses F.  Uèlhats déclinaison de Uèlh / Œil en languedocien,. En catalan Œil / Ull.
  • Usclades / Parties de forêt brûlées : A Taulis.  P. de Uscladas.
  • Vespeilles / Petites guèpes, Personnes malignes : A Rivesaltes. Déclinaison de Vespilh. Vèspa et Vespa la guèpe languedocienne et la catalane.
  • Yère / Aire à battre, regroupement troupeaux : A Calce, Opoul, Salses. Corruption de Ièras, en catalan : Era.       

B. Restitution d’un échantillon de termes cadastrés ( Napoléon ) communs aux deux parlers

 Hormis les fondements communs scellés sur le latin, le vocabulaire catalan étant loin d’atteindre les 450.000 mots ( Magazine Géo ) de son voisin, ces sacrés conquistadors usent d’une terminologie languedocienne assimilée en masse laquelle, côté toponymes ils sont relativement nombreux sur le cadastre de Perpignan, tels que : Cobert / Couvert, Colobra / Couleuvre, Ganganeil / Aubaine, Escorrir et Escorrer / Egoutter, Graves, Negabous / Noyer bœufs,   …

 Cette absorption est encore plus criante dans le dialecte roussillonnais.  Le Dicodoc et L’Alibert alias  » Le Larousse des languedociens  » sont de façon flagrante  beaucoup plus riches, si ce n’était un lot d’artifices, leurs équivalents catalans se glisseraient aisément dans vos poches.

 Mêmes généralités que en A. 

  • L’ Abadie / L’Abbaye. A Arles, Montferrer, Prats de M.. De Abat / Abbé.  Abbaye = Abadià côté Languedoc. En catalan Abadia.  Patronymes Abad, Abadie et Badie.
  • Abélla(nes) – Abéllia(nes)  / Noisetier  Abéllanes une des variantes P. de Avelanièr et de Avellaner respectivement en languedocien et en catalan ou de Avelana et Avellana / Noisette dans le même ordre. Aussi patronymique.     PROBLEME Abelha l’ abeille occitane =  Abella  la catalane d’où une confusion P.  avec les déclinaisons ci – dessus, par exemple Abelhanas  de nature à basculer P. vers   » Abeillanes  » –   » Abéllanes  » – Avelana(llana) ou inversement. Les cadastres sont révélateurs de cet écheveau et Abella y est présent sous des formes occitanisées. Cette paronymie à s’en mélanger les pinceaux  est ubiquiste, Lause, Colomb, Bous et tant et plus.
  • Als Abouradours, Els Abeuradors – IGN / Les Abreuvoirs, le second est le bon.  A Canet, Fontrabiouse, Joch, Thuès, St Laurent de Cerdans  … 
  • Allauze / Lause, dalle de pierre, Schiste : A Argelès. Agglutination de l’article + Lausa. En catalan Llosa, d’où une P. à confusions. Ubiquiste ni languedocien, ni catalan mais celtique. Le diminutif   Llausadette à Opoul – Périllos F. 
  • Amague / Cachette. A Py, Cases de Pène F.  Ossuaire du chalcolithique dans une si modeste cavité.
  • L’Amorer / Le Mûrier : A Banyuls dels Aspres, Glorianes, St Jean de l’Albère.  Du languedocien Amorièr ou du catalan Morera ? L’Amorer aurait ‘ il été devancé par La Morera, cette évolution ou son inverse , n’est pas rare en toponymie. Patronyme Morer.
  • Angoustrine cela vient de Angost / Défilé, Gorge. Le défilé des Angoustrines près d’Alès. Angours à Porta.
  • Anguillo / Anguille : Au Barcarés, St Cyprien. P. de Anguila.
  • Font de l’Aram / Fontaine de l’Airain : Soit quatre sources à Les Cluses, Conat, Olette et Ria, sans exhaustive. Autre sens, cuivre rouge, seul ce dernier est mixte.
  • Ardennes / Brûler : A Marquixanes. Déclinaison de Ardre, Ardena / Ardent. Nom générique de plantes phagocytes de celles qui les entourent, Allélopathie.
  • Arennes / Terrain aréneux : A Arboussols, Escaro, Molitg. Corruption de Arena  = Arène, Sable.
  • Arrendadou / Arrentement / Prendre ou donner à ferme ( Location ). A Prats de Mollo. Du verbe Arrendar.
  • L’Aspre : A Claira, Corneilla del Vercol, Saleilles,  la  » Montagne  » de Corbère, Thuir, Llauro. Terrain âpre, raboteux, lieu scabreux et caillouteux.
  • Assalador / Saline pour troupeaux : A Caixas, Lamanère, Opoul, Valmanya.  Dérivé de Assalar, cadastré Saladou à Lamanère, Lassalle à Mosset et Lassaladou à Opoul.
  • L’Astor / L’Autour : A Casteil, Mosset F.
  • Avena et Civada / Avoine :  A Corsavy, Porta, Béna à Enveigt, une altération de Avena. Seconde possibilité, Bena / Panier de bât.
  • Avet / Sapin – Abiès pectinata. Les Abets à Corsavy, Les Angles, Fontpédrouse, Prats de Mollo.
  • La Bade / Guet : A Ayguetébia, Estagel F, Cases de Pène F, Ille. Du verbe Badar pour Béer, Bayer aux corneilles. Lieu élevé propice à servir pour guetter, antérieur aux gardies alertant des attaques mauresques.
  • Bagasse / Prostituée, Terme de mépris : A Prats de Mollo. Francisation de Bagassa.
  • Balme et Balmetes : A  Espira de l’Agly, Estoher, Mosset F., Cerdagne  Petite grotte, abri sous roche.
  • Balaguer / Genêt, Balai en genêt, Vent du sud : A Prats Balaguer, Py. Bien que usuel dans les Pyrénées, il n’est ni catalan, ni languedocien mais d’origine celte. Patronyme.
  • Barcilona / Barcelone : A Montbolo. Quelle origine privilégier, la languedocienne Barcilounés / Barcelonais, Rebelle B.    ou    la catalane Barcelona ?
  • Bardissé / Enduire, Calfeutrer : A Casefabre. Si issu du verbe languedocien Bardissar. En catalan Bardissa =  Broussaille, Fourré. Ceux là sans pouvoir écarter catégoriquement la racine Bard ci – dessus.
  • Barry / Rempart, Fossé, Quartier le plus anc., Faubourg. A Olette.  Synonyme languedocien Barria à Pollestres, P. de Barrian. Equivalent en catalan Veinat.
  • Beure à galet / boire au goulot ou à la régalade.
  • Bente Farine / Vente Farine :  A Brouilla, Calce, Céret, Néfiach F,  Vinça F.   P. de Venta Farina.
  • Bergonnia / Vergogne, Honte, Pudeur : A Nyer. P. de Vergonhia. En catalan Vergonya. Patronymique.
  • Binagre / Vinaigre : A Millas, Valmanya. P. de Vinagre.
  • Bosc / Bois, Forêt sauf patronyme.
  • Bourgat / Bruyère arborescente, Bruc du gaulois Brucus, dans chaque parler.  Jean Becat et ses acolytes catalans ont frelaté en Burgat, les Bourgat du 66. Le barcelonais Joan Coromines, un de ceux là,  rattache à Bruyère l’occurrence tautaveloise . Ah ces linguistes fervents catalanistes, voilà qu’ils nous feraient croire que la Bruyère pousse sur le carbonate de calcium du carrier La Provençale ! On retrouve Bourgat sur les cadastres napoléoniens de Corneilla la Rivière, Montesquieu, Prats de Mollo, aux confins de Cases de Pène et Tautavel ( Où ne croît que la sabine ), etc. Patronyme avec la méprise inhérente.
  • Les Bragues / Marais, Culotte  médiévale : A Jujols où ce fut l’ancien nom du ravin du Claraneill. Pas plus Catalogne que Languedoc bien qu’il y soit présent jusqu’à Cannes 06 avec La Brague et ses lotus. Hydronyme qui, comme la braguette, coule du celtique Bracu, Braca, Bracca = Marais.  A défaut Brague est un patronyme.
  • El Brau / Taureau, Génisse juvéniles : A Arboussols. Autre sens languedociens de Sauvage, Rude, Féroce, Membre viril.
  • Cabre / Chèvre : A Millas. Cabra sur les dicos.
  • Calç / Chaux : A Banyuls dels A. ( Calsades ), Calce, Nyer.  Calç  variante de Cauç. En massifs calcaires  il faut envisager des Calcine à rattacher ici. Homonyme commun Cauç = Pied, Souche d’arbre.
  • Calcine / Calciner, Tourmenter : A  Caixas, Llauro, Montauriol, Oms, Prunet. Issu de Calcinar. Patronymique.
  • Camp / Champ : Cases de Pène F, Formiguères ( Camporeills )  F… Nombreuses déclinaisons. Définir Camporeills comme Champs du Roi, à 2200 m d’altitude, est une  » Catalanada « , une sottise en restant correct.
  • Cambre d’Ase / Chambre d’Ane : Si ce sommet est Cerdan, son sens est le même dans chaque parler. Ase est développé plus haut à Esquina.
  • Campanes / Cloches : A Fourques. Campanas plus correctement.
  • Las Canals / Les Canaux : A Millas F, Mt Canigò, Valcebollère. Chéneaux, gouttières, rigoles. L’article est strictement languedocien. Sens de Ravin en catalan.
  • Caragòl / Escargot Petit gris : Synonyme Cagaraul, plus rarement Cacalaus(a) plutôt provençal.   En catalan Cargol, Caragol en second lieu ( dicos contradictoires ).
  • Casa / Maison, à Cases de Pène F. Casasses de Penne sur la carte de Cassini, Rodès. Penne / Echine rocheuse en languedocien.
  • Cavall : Ravin et Trou du C… à Vingrau F. Cavall / Cheval est catalan, il est autant la P. languedocienne de Cavalh / Cheval. Le V se dit B invariablement.
  • Censals / Censitaire, relatf au Cens : A Rivesaltes.
  • La Clau : A Ria. En languedocien Clef, Claveau, Clou. En catalan Clé.
  • Couloum / Pigeons : Ubiquiste. Origine Colomb languedocien ou Colom catalan ?  P. à s’y méprendre.
  • Combes, Coumes et Coumails, Ravins : A Espira de l’Agly, pléthoriques sur Calce, Cases de Pène, Estagel, Cerdagne ( Coumails )  … Pas plus catalans que languedociens mais réemballés en sang et or d’où respectivement Comas et Còrrecs. Heureusement ils n’ont pas osé ajouter un T final au second. Le lien est pour attester que le cadastre de ce village catalan péri – urbain de Perpignan, est dense en toponymes languedociens. 
  •  Congoustes / Défilé, Gorge, Endroit resserré : A Rodès, Valmanya.  Si issu de Congòst.  Si déclinaison de Congostòs = Savoureux, Goûteux seulement en languedocien.
  • La Coutelloune / L’Alouette : A Corbère. Cotelon en graphie correcte. Sinon variante de Cotell / Couteau en catalan.
  • Crémat / Brûlé, Essart : A Claira ( Cramat ), Espira de l’Agly, Glorianes. Faut – il formellement exclure brûlé par fait de guerre ou divers ?  Crémat est la forme correcte. En catalan Crematada, le verbe Cremar étant en usage de chaque part.
  •  El Cuc : A Trouillas. Choix ambigu, ce terme existe dans chaque langue mais avec une signification différente. Il se prononce Coc en occitan et Couc en catalan, respectivement pour Obscur, Sombre, Noir. Sinon Lente, Chrysalide, Chenille ( Cuca ).  » Couc « , Ver, qu’il soit à soie, de terre, etc …
  • Devès et Devésa / Devèse : Ubiquiste. Dérive de Devés = en défens.  Bois ou pâturage réservé au seigneur. Dès le milieu du XIV è. siècle l’essor démographique ayant induit un recul massif de la forêt, par la multiplication des Artigues, Crémats, Eïssarts, incite les seigneurs à créer des domaines interdits de mise en culture, cependant il apparaît sur le dénombrement de 1503 que François de Peyrepertuse en possédait une à Roquevert pour la pêche. Dans la baronnie de Joch – Rabouillet au XVIII è. pâturage réservé aux pagès après la moisson pour l’entretien de leurs bestiaux de travail. Toute l’année pour ceux exploitant en montagne. En catalan Devesa.  Patronymes à l’identique.
  • Douc / Duc, Hibou : A Olette, Opoul, Oreilla. Duc sur les deux dicos. 
  • Encantades / Enchantées, Ensorcelées, Hantées : A Angoustrine, Canaveilles, Montalba.  P. de Encantadas.
  • Ravin de l’Enquette / Enquète : A Espira de l’Agly. Enquèsta sans faute.
  • Camps de l’Era : A Argelès, Joch.  Era semble issu du languedocien Erar / Vanner le blé  c’est à dire le secouer afin d’en séparer le grain. Concentration de toponymes occitans autour de Vinça, Rigarda, Finestret… Côté catalan Era est l’équivalent de Airolle, une aire à battre les céréales. Ces désignations portent un risque de confusion paronymique.
  • Les Escoumes / Les Combes. A Campône, Glorianes, Rigarda, Rivesaltes, Vinça …  Coume avec agglutination ultérieure de l’article Les, selon le duo Paris – Cracovie.  Escoumeilles / Les petites combes : A Ste Colombe. En catalan Combe se dit Coma.  Voir lien Glossaire académie de Toulouse.
  • Escourpiu / Scorpion : A Salses.  P. de Escorpiu. Le synonyme Escorpi chevauche la frontière linguistique, le languedocien diffère par un ò.
  • L’Esperit / L’Esprit. Grotte archéologique  à Salses F.
  • Espinas / Buissons épineux : A Arles sur Tech, La Bastide, Bouleternère, Sorède, Terrats.
  • Las Esposas / Les Epouses : A Vinça. 
  • Estables / Etables. A Prats de Mollo.  Issu de Stabulum, Ecuries en sens second pour un relais.
  • Estarda /Soir : A Mosset. Sinon Outarde mais seulement en Languedoc.
  • Estazie / Extase ou Jauger : A Prunet. Si respectivement issus de Estasi en catalan Extasi ou du verbe languedocien Estasar.
  • Estelat / Etoilé : Etang de Nohèdes.
  • La Farga / La Forge à la catalane : Dans tout le domaine catalan.
  • Femades et Famades / Parcs de fumure :  A Corsavy, La Bastide. Femada en graphie correcte.
  •  Figarol / La Figueraie : A Baixas ( Cabre Figue ), Canet ( Figarasse ), Llauro ( Figarède ), Marquixanes, Tarerach ( Figarasse ). Variante de Figuièra. En catalan Figuiera sans accent. Possibilités patronymiques dont Cabrefigue lequel revient à s’appeler Chèvrefigue. Cabra  = Chèvre dans chaque parler.
  • Folla ou Foïlla / Folle : A St Génis. Deux possibles languedociens et un catalan.   P. du languedocien Fòlha = Folle ou de  Fuòlha =  Feuille en variantes de Fuèlh et Folh. Version catalane où Folle = Folla, en sens second de Boja.
  • Font : A Calce, Baixas, Opoul. Comme sur l’aire languedocienne Font a le sens de Source, généralement sans fontaine aménagée.
  • Força Real : A Millas.  » Força Réal  » un ermitage sur l’emplacement d’une tour de guet édifiée en 1172 par l’Aragon, à proximité de la future frontière. On raconte dans les villages catalans sis au pied de ce belvédère qu’une Força ( Forcia, Fortia ) est une église fortifiée et que Real viendrait de Reial / Royal. Si pour ce dernier ça tourne royalement rond en venant du latin plutôt que du catalan, rien de correspondant dans leurs dicos concernant Força. Ce terme y exprime la quantité; Fortement, assez, pas mal, plutôt. L’Alibert est à peu près en phase avec ce qui précède, + force, solidité, vigueur, violence. Dans tous ces ouvrages Real n’est traduit que par Réel et Reial par Royal. Toutes ces traductions ne sont vraisemblablement qu’une fausse destination, à notre humble avis Força n’est que la corruption de Fortia Reial / Fort Royal. Dans d’autres circonstances et dans toute l’Occitanie historique Réal = Ruisseau.
  • Formentaire / Moulin à Froment : A Montbolo. Synonyme Fromentièr. En catalan Forment, Xeixa.
  • Forn / Four : Ubiquiste.  Généralement un four à chaux.
  • Les Forques / Les Fourches :  A Fourques, Codalet, St Marsal, Saint Nazaire, à Canet sur les deux rives de la Têt.   P. de Fourques.  Il ne s’agit que soit des fourches caudines ou patibulaires, soit d’un croisement de chemins.
  • Fosc / Obscur, Sombre, Brumeux : A Amélie, Casteil, Conat, Dorres, St Laurent de Cerdans … Détermine bon nombre de ravins et de torrents.
  •  Fourmigues / Les Fourmis : A Bompas, Estagel, Ille. La forme normalisée est Formiga(s).
  • Les Garrafes : A Elne.  P.  de Garrafa pour Carafe.
  • Garbes / Gerbes : Corbières maritimes catalanes, massif du Canigò, Valcebollère, Vinça ( Garbèze ). La forme correcte est Garbas.
  • Garriga / Garrigue, lande de chênes à Kermès (Quercus coccifera) : A Baho, Montesquieu, Salses F. Le kermès est une cochenille dont la femelle fabrique une protubérance dite la graine écarlate, abritant ses œufs. Eux mêmes utilisés en teinturerie. Cette activité eut une importance économique considérable. A l’origine de l’essor médiéval de Montpellier.
  • Gouneille : A Sournia, Tordères. En usage dans chaque parler avec quelque différence. Gonèla en Languedoc = Femme sotte, Homme lâche, Vêtement à l’allure d’une soutane. Gonell en catalan = Veste avec ou sans manches, couvrant le corps jusqu’à mi – jambes.  Gonella = Vêtement masculin féminin composé d’un body et d’une jupe. 
  • Granja / Ferme, Grange.  : El Camp de la… à Bompas, Prats de Mollo.  Sont communs, le pronom, le déterminé et le déterminant. Littéralement Le Champ de la grange.
  • Grau :  A Casefabre, Serdinya, Vernet.  Vingrau au sens de Degré de pente.  Quéribus au sens de Col.  Lidos au sens de débouchés sur la mer des étangs. Existe comme patronyme.
  • La Grave : A Angoustrine, Auriac, Bouleternère, Le Vivier. A Estagel un ravin aux graviers surchauffés qui trompent énormément F.
  • Gròs : Camp G. à Cases de Pène F.
  • Illa / Ille sur Têt.  île, Ille, Terre riveraine ou Atterrissement sur une rive généralement avec implication d’une très bonne fertilité. Des centaines d’occurrences dans les Corbières. A Catllar, Ste Marie.
  • Infèrn / Enfer. Lieu aride ou d’accès difficile : A Cases, Fontpédrouse. L’occurrence d’Espira de l’Agly est cadastrée Enfer.
  • La Jasse et Le Jassal : Ubiquistes.   Espace abrité dédié généralement au repos des ovins*, avec ou sans cortal. Cet appellatif est de ceux maquillés à la sauce catalane en devenant Jaça et Jaçal. Le meilleur, nous n’avons pas trouvé ces deux mots dans les dicos de catalan !  Seul y figure Jaç / Pieu ( Lit ), le GDLC propose une définition mais elle ne colle pas comme il serait souhaitable. En dépit de sa relative abondance y compris sur l’aire languedocienne proche,  Jasse et Jaçal sont classés provençaux par les linguistes, pas languedociens. Jasse serait issu du latin Jacère c’est à dire être couché, le Roc de Jacère à Mosset. * Jasse des porcs à Tautavel, Jasse des vaches dans le Termenés. C’est aussi l’endroit où s’est couché le lièvre, le sanglier, le cheval…
  • Lapopïe / Sein, Mamelle : A Montauriol. Agglutination de l’article + Popa.
  • Justici / Justice : A Corsavy. Corruption de Justicia, généralement un Pré de J.  = Supplices .
  • Majouralet / Jeune responsable de plusieurs troupeaux : A Opoul. Diminutif parlé de Majoral lequel est aussi un patronyme.
  • Le Malpas / Le Mauvais passage. A Baillestavy, Maureillas, Bompas*, Vingrau,  la jonction Salses avec Fitou sur la RN 900, Les Angles. * Ancien nom de Bompas, l’agglutination moderne camoufle aux étrangers que l’endroit est vite inondé.
  • Marens / Hydronyme ? : A Cassagnes – Latour de France, Cases de Pène, Espira de L’Agly, ces deux là distants de moins de 2 km., soit trois combes. Ni languedocien, ni catalan mais plutôt d’ascendance germanique suggéré par le final ENS. C’est autant un patronyme dont une prestigieuse lignée du Hampshire. Appartient aux termes occurrents mais absents des dictionnaires.
  • Margarida / Marguerite – Leucanthemum vulgare : A Mosset.
  • Mas Dèu / Maison de Dieu : Commanderie, QG des Templiers du Roussillon. Par ailleurs du côté occitan Dèu peut venir de Dòu lequel à trait à l’Eau, Source, etc. Bordeaux c’est Bourdèu. Dèu relève du latin, pas du catalan, ni de l’occitan. 
  • Matte del Broch – Broc : A Argelès. P. de Bròc.  Matte vient de Mata = Touffe dans les 2 parlers. Broch ou Broc sont à triple sens, Patronyme, Récipient en catalan Gerro. Le troisième homonyme est pluraliste : Bâton, Tige, Scion, Marcotte, Drageon, Bouture, Bûchette, Epine, Buisson, Baguette, Aiguille à tricoter, Tige de fer, Fausset de tonneau, Bruyère arborescente – Erica arborea, etc.
  • Mente / Menthe : A Nyer, Py. P. de Menta. Considérant la géographie, peut – être une confusion avec Manta / Mante religieuse du Languedoc. En catalan Pregadèu.
  • La Miranda / Belvédère, Lieu élevé, Faire merveille. Présumé indiquer une antique vigie :  A Cases de Pène F, Collioure, Corneilla – Pezilla, Perpignan. Du verbe Mirar pour Admirer, se mirer. Seul Mirar est d’usage mixte.
  • Montagut / A Oms. Mont aigu.
  • La Mota / La Motte : A Alenya, Saint Feliu : Butte, éminence artificielle, motte castrale. Éminence en catalan.
  • Mosque et Mousquite / Mouche :  Ubiquiste. Dérivés de Mosca, Mosquilh, Mosquirols ( Languedoc ) et Mosquit ( Catalan ) pour Moustique.
  • Nogue Boous et Negabous / Terrain inondable au point d’y noyer des bœufs : A Argelès, Perpignan, St André, Théza. Du verbe Negar = Noyer dans les deux parlers + Buou = Boeuf. En catalan Boeuf = Bou.
  • Pagès / riche propriétaire sinon patronyme.
  • Le Pal ou Pau / Le Pieu :  Ubiquiste.   Bâton, Pal, instrument de supplice.
  • Palmes / Paume ( Main ), Récompense :  A Oreilla.  P. de Palma.  Commun aux deux parlers. Seconde interprétation plus plausible en toponymie, en déclinaison de Palm =  Empan, Palme,  mesure ancienne façon moyens du bord.  Pam en Catalan. On est plus haut que l’étage du palmier.
  • Paret / Mur de soutènement : A Baho, Le Boulou, Montner, Peyrestortes ex Paretstortes.  Paroi, mur de terrasse de culture, muraille.
  • Pas de l’Escala : A Vingrau F.  Le premier pour passage étroit, col… Escala = Escalier, échelle, escarpé.
  • El Pas del Gat / L’Accès du Chat  : A Prats de Mollo. Ou Le Pas du Chat.
  • Passa temps / Passe temps, Pois chiches.
  • Penjat / Pendu : A Vingrau. Le Rec del Penjat ou le ruisseau du pendu, à y regarder de près on discerne plusieurs anomalies, Penjat au singulier alors que d’ordinaire il s’applique à des gibets dressés sur les cols et en vue d’un axe de circulation. S’agirait – il d’une corruption de l’occitan Penjal = Pente ?
  • Pintes / Pintade, Mesure vin d’une capacité de 1 à 2 litres : A Bouleternère. Vient de Pinta. Verbe Pintar / Peindre, Décrire en usage mutuel.
  • Poubla / Peupler – Peuplement : A Conat. P. de Pòble, Poblar. En catalan Poble.
  • Prada et Prats / Prairie et Pré :  Du littoral aux sommets de Cerdagne – Capcir en passant par Prades et Prats de Mollo. Ni catalan, ni occitan, on en trouve jusques en Savoie, Jura, etc. Similitudes patronymiques.
  • Prior ou Priorat / Prieuré : A Argelès,  Corneilla de C., Tautavel F., Trouillas. 
  • Ramade : A Saint Laurent de la Salanque.  Gros troupeau. Lieu de regroupement du cheptel. Ondée. Ramée.
  • Rebeillan / Se Rebeller, Se Révolter, Trouver un travail trop rude : A Taulis. Du verbe Se Rebelhar. Eventuellement et seulement en langue d’Oc rattachable au verbe  Revelhar = Réveiller.
  •  Régal / Se régaler, Festoyer. Offrir un cadeau : A Canet.
  •  Rella / Soc : A Rodès, St Feliu. Rella la catalane est aussi P. de Relha le soc languedocien. Ralla, Reilla, Reille selon les cadastres.
  • La Resclausa : A Sorède,, Mantet, Nyls  …  Resclosa en catalan, on y perçois Écluse. Une digue provisoire en travers du courant, pour le temps nécessaire à l’arrosage, à l’alimentation du moulin, Lieu pour prendre les poissons.
  • Las Ressoulades / Ressemeler, Regarnir l’aire de gerbes. A St Laurent de Cerdans. Issu de Ressolar.
  • Riu / Ruisseau, Rivière : En Cerdagne, Rodès.
  • Les Romeguères / les Ronceraies : A Calmeilles, Casteil, Caixas, Fourques. Romegueras en catalan et Romeguièra en languedocien. Patronyme par ailleurs.
  • Roumanissière / Lande à Romarins : A Espira de l’Agly, Estagel, Opoul ( C’est à voir ). Déclinaison de Romanin: en catalan Romani.
  • Roure / Chêne rouvre.
  • Sagetes / Flèche : A Amélie. Déclinaison de Sageta.
  • Sartres et Sastres / Tailleurs : A Arboussols, Eyne, L’ Albère, Montauriol, Montner. Et par ailleurs un patronyme.
  • Las Sedes / Les Tamis : A Peyrestortes.  Tamis de crin, crible. Séda en catalan.
  •  Singles : A Corsavy, Amélie ( S. del Salt ), Prats de Mollo. Salt / Saut en catalan. Le second est porté Cingle sur la carte IGN / Rocher escarpé, arête d’une falaise.
  • Las Sitges déformation de Sitjas à Baixas, Serralongue, Rabouillet, St Feliu. Désigne des silos au sens sous – entendu de doliums, autant un patronyme..
  • Al Sourré / Sable, Terre ou matériau pulvérulents : A Prats de Mollo. Issu de Sorra.
  • Els Tallats – Taillats : A Comes F. ( Village ruiné réuni à Eus ), Montauriol, Nohèdes, Nyer, Sorède, …  Ce Tallats de Comes interpelle, de prime abord c’est du catalan pur jus, en se fiant à la carte IGN Prades 1 : 25 000 2006… Le souci est qu’il existe un fait historique ou une légende s’y rattachant selon lequel une troupe y aurait été taillée en pièces. Cela se dit  Fer Trossos en catalan et Talhar en Languedoc auquel les habitants de Comes étaient viscéralement attachés. Les P. du LL et du LH sont confondantes en  » Taillats « . Seconde hypothèse, il pourrait aussi bien s’agir de bois d’affouage ( De fouage, le droit du feu, bois de chauffage ), ce qui impliquerait d’être dans le domaine communal
  • Las Tauleries / Table, Etalage : A Bouleternère, Brouilla, Estagel, Pezilla.  Déclinaison de Taula que l’on trouve à Caixas. Corruptions de Teularie – Teuleria / Tuilerie à envisager ?
  • Tornaills / Tourner : A Millas, Vinça.
  • Tires / de Débardage : A Planès, Py. Du verbe Tirar dans chaque parler. A défaut, un dérivé de Ti r, Tira, Tiron / Canard purement languedocien. En catalan Canard = ànec.
  • Torre del Far / La Tour  de Tautavel : Littéralement la Tour du Phare et aussi Tour de la Tour à signaux F.
  • Torre del Far à Tautavel

Torre del Far à Tautavel

  • Trabesse / Traverse : A Molitg, Montner, Opoul. Parlé de Travèrsa, en catalan Dreceras.
  • Trabuc / Tromblon ou fusil à canon scié du  XVIII è. lequel était porté par les trabucaires, des brigands des Pyrénées pas forcément catalanes même s’ils sont bien connus des randonneurs en Vallespir. Inversement trabucaire ou trabucayre variante fautive  couramment employés chez les catalans sont absents de leur dictionnaire. Prés de la frontière ces bandits étaient d’ordinaire  des soldats carlistes reconvertis.
  • La Tremoleda / Tremblement, Grelotter : A Mosset F., Variantes  à Casteil, Fontpédrouse, Olette, Sorède, Vivès. 
  • La Trivi / Carrefour à 3 directions : A Campoussy – Comes, Sahorre. Déclinaison de Trivium, Trive,  ( Oc ),  » Tribe « . En Languedoc seul, c’est aussi l’endroit où urinent les chiens et les loups.
  • Trufa : Au sens de truffe, la Tuber melanosporum.
  • Vent / Vent
  • La Vista / La Vue : A Serdinya. Pour le sens de panorama.
  • Les Voltes : A Amélie, Finestret, Prats de Mollo, Rigarda. De Vòlta / Labour. Volta existe en catalan, mais sous des interprétations étonnantes en la circonstance, Tonneau, Tourner, Voûte. 
  • Voltor / Vautour : A Prats de Mollo, Enveitg cadastré Bourtourère.
  • Choix complémentaire : Index de mots communs sur Étymologie occitane. Première colonne, en rouge, les formes catalanes.

Pour en savoir plus 

  • Termenès Fleur d’Épine, toponymie et microtoponymie  2015, 800 pages, Claude Pla aux éditions L’Harmattan.
  • Toponymes axéens.
  • Etymologie occitane
  • Toponymie du Pays D’Oc  pedagogie.ac-toulouse.fr
  • Pari du lac Caramany
  • Le roussillonnais . Du pareil au même lire C. Camps, professeur de catalan à l’université de Perpignan, dans l’encyclopédie Bonneton Pyrénées – Orientales Roussillon.
  • Articles de presse Jean Paul Martin publiés dans L’Indépendant  rabouillet.worldpress.com
  • Liens entre l’occitan et le catalan.
  • Nomenclature toponymique de la Catalogne Nord. A notre humble avis ce site est trop épuré des occitanismes présents dans l’aire catalane, pour pouvoir être recommandé. L’Institut d’Etudes Catalanes de Barcelone et L’université de Perpignan présentent un inventaire superficiel, lequel a l’originalité d’incorporer des toponymes occitans en les faisant passer comme étant catalans, ils n’y sont pas différenciés. Si vous vivez dans le  66 votre village y figure avec ceux du Fenouillèdes audois. publicacions.iec.cat

Principales sources toponymiques de cet article, cadastres, bulletins AAPO, cartes randonnées IGN, L’Indépendant ( Annonces légales, articles des correspondants ), ouvrages listés en pages Livres et Liens…

Liens et Livres Fenouillèdes


Principales sources documentaires de Fenouilledes.fr et histoireetrando-prats-de-sournia.fr

Mise en garde aux non initiés

Sur la face cachée de l’iceberg catalan.

Rappel et complément de non dits, plutôt inavouables qui changent tout, qui prennent  le dessus sur l’impartialité requise d’un historien: 

Les historiens Nord Catalans sont soit frontaliers – mitoyens de père en fils, soit natifs de villages pyrénéens français mais dont le relief et la culture font qu’ils sont plus proches de la douane que de la préfecture.  Ceux du Conflent et du Vallespir sont cernés de précipices sitôt sortis de leur parvis, il leur faut faire un gros kilométrage en virages pour sortir de leur  » Ile  » afin d’  atteindre le Fenouillèdes pourtant relativement proche, naturellement cela les dissuade de s’y rendre mais pas de le décrire à la Madame Je Sais Tout. Vous avez une explication de leurs nombreuses assertions en pure toutologie.

A touiller avec l’orgueil ibérique et la rancune gravée dans leur ADN     > Art. Gavach, dont la rumination ( Omissions, frelaté, hautains à l’égard des gavachs  .. ) liée à la restitution à la France en 1642 – 59 x 1790 – 93 x Napoléon 1814 x Franquisme, laquelle  semble en étrangler encore un bon nombre. Là ils sont mauvais perdants à tort tant ils sont séculairement endoctrinés et bornés, leur socle héréditaire détérioré prenant le dessus sur leur bagage universitaire.

Peut – on se fier à :

Ceux qui dissimulent leur état – civil français pour paraître, en France,  sous un nom de guerre catalan ou dont les recherches sont fondées sur des sources strictement catalanes.

Ceux historiens, linguistes et cetera qui sont militants catalanistes fondateurs ou affiliés d’associations défendant cette cause.  

 Ceux qui font prévaloir le catalan Fenollède au français Fenouillèdes dans leurs écrits d’expression française ou y qualifient la France d’ennemi héréditaire de la Catalogne au mépris de la réalité historique.

 Tout cela exsude abondamment dans leur façon de relater. Au mieux, le risque d’interférences est trop élevé pour pouvoir l’exclure, en outre quelques uns de ces auteurs ont un patronyme d’état – civil ou de guerre digne d’une origine du versant sud des Pyrénées, c’est tout sauf une assurance de fiabilité au regard des tentatives d’invasion ci – dessus > citation pages A PROPOS. 

Sincèrement désolé à l’égard de la minorité catalane  » Bien sous tous rapports  » mais compte tenu de ces problématiques ainsi que celles soulevées en A Propos puis sur Toponymes Occitans du Pays Catalan. les références suivantes ( Livres ) résultent d’un tri drastique sans qu’il soit possible d’éliminer la totalité de ce qu’ il conviendrait. Les éminences nord catalanes y sont différenciées  dans l’idée d’activer votre vigilance, la plupart transpirent un parti pris de la cause catalane au risque d’en perdre l’impartialité requise.  Concernant internet il est très facile de repérer les sites Sang et Or et d’en déduire les précautions élémentaires.

Au bout du compte, tellement de sites, livres, articles de presse d’émanations catalanes  qui ne devraient pas exister.

 A part les frelateurs en tous genres on compte aussi dans cette grappe des ignominies à caractère plus ciblé mais illustrant parfaitement la mentalité autour de Perpignan, ceux qui :

  •   Piratent  financièrement ( Revente ) leurs confrères languedociens en s’accaparant leurs travaux sans en citer les inventeurs.  La culture, le savoir scientifique ne protègent pas de la rapacité catalane. Au fil des décennies, on réalise que plus ils sont médiatiques*, plus ils exagèrent tous azimuts au dépens du Fenouillèdes. A partir de cette exposition, si vous vivez dans les P. O.  vous en connaissez et en avez connus plusieurs. 

Le jeu des 7 contradictions multipliées à l’infini : Si l’Histoire de la Catalogne ou de sa marge occitane vous passionne, ne vous fiez surtout pas aux seuls auteurs nord catalans quelle que soit leur notoriété plus ou moins fondée, comparez vos sources à la sauce catalane avec leurs homologues languedociens, de France ou à la rigueur Espagnols stricto sensu. Les divergences relatives à la relation de l’histoire commune sont innombrables.

Pareillement des libraires du 66, recherchez auprès de ceux de Narbonne, Montpellier,  Carcassonne , eux n’ont pas l’indélicatesse de vous faire patienter et déplacer aussi indéfiniment que vainement quand vous leur commandez un ouvrage ou un dictionnaire orientés Languedoc,  » Sens du métier  » non réduit à cette niche ( Il n’est pas étonnant que la plupart ait mis la clé sous la porte déjà bien avant l’arrivée des grandes enseignes ).

Sachez que relativement beaucoup d’historiens régionalistes catalans ont en point commun celui d’être diffusé par Terra Nostra ( Association d’ Identitaires et séparatistes ) dont ils sont quelquefois membres fondateurs. Pris dans un contexte plus élargi et à force d’être dans leur ambiance on en vient à la synthèse suivante  :

– Seraient – ils en premier lieu sympathisants de ces groupuscules politiques et ensuite historiens impartiaux, peut – être ?

Plus ennuyeux, spécialement pour les élèves du Fenouillèdes, il en est qui sont ou furent enseignants !

* Cette allusion n’est pas spécifique à l’Histoire, elle est formulée sur la base d’échos en serpent de mer couvrant 6 ou + décennies, plus que plausibles compte- tenu à la fois du profil identitaire des roussillonnais, de l’aura d’une personnalité du Fenouillèdes victime, d’analogies avec mon vécu raconté sur Gavach – Gabach. Un des écrivains suivants est nommément mis en cause depuis 1970.

Livres

Classés par auteur c’est à dire que des nouveautés sont disséminées dans leur énumération.

 les liens sont à leur suite.

Moulins et meuniers du Fenouillèdes, fin XVIII è. – Début XX è. Ouvrage collectif des archéologues de l’AAPO, éditions Trabucaïre 2021, 244 pages.

La vallée du Col Saint Louis et son réseau souterrain. Sylvette et Bernard Ournié 2020,  (308 pages, 30 cm x 21 cm ) S. C. ARKHAM. Disponible chez les auteurs fenouilledes-souterrain.fr

Le seul réseau des P. O. décrit par ses inventeurs et topographes. Monsieur B. Ournié est l’autorité, 66 et bien plus loin de la spéléologie, à en être plagié depuis des décennies par un scientifique catalan.

Espira de l’Agly – Histoire d’un village du Roussillon. Gérard Bile, maire – historien catalan. Imprimerie littéraire Fricker, 1991, 290 pages.

Du Roussillon, oui mais frontalier avec le Languedoc, à empreinte languedocienne marquée comme la toponymie le démontre, d’où son vif intérêt ici.

Espira de l’Agly – De la préhistoire à nos jours. G. Bile Les Presses Littéraires 2020, 270 pages, 21 euros prix éditeur.

Nôtre avis : Monsieur le maire honoraire ne révèle pas ses sources mais j’en connais … Entre autres soucis nôtre édile historien est victime d’une catalanisation forcée au pulvé. à buses obsolètes, sans caches et avec des produits importés, une pratique du cru. Récidive, monstrueuse en tant que telle, il paraît en pages de garde que –   Dans un acte Jacques 1 è. roi d’Aragon en 845 

Mémoire de Pierres. Docteur Elie Malé aux éditions Les Presses Littéraires 2017. 111 pages sur les cabanes de Latour de France et d’Estagel.

De Garrigues en Ministères.  Claude Guillabert aux Editions de Saint – Amans 2010, ( 511  pages, 24 x 16 cm ).

Cet énarque natif de Sournia raconte de pair avec son cursus hors du commun, le monde rural dans la vallée de la Désix au cours des décennies 1930 – 1940.

Prats de Sournia, un village du Fenouillèdes. E. et C. Bordes, N. Calvet, M. Crambes, ( 220 pages, 24 x 17 cm )  2012.

Histoire et vie d’un village frontière du Fenouillèdes de l’Age du bronze à nos jours. Veuillez vous adresser à : communedepratsdesournia@wanodoo.fr ou au 04.68.97.74.06.

Fenouillèdes. Revue des mémoires et histoires des Languedociens des Pyrénées Orientales et du canton d’Axat. Quatre numéros par an. Incontournable par ses articles abondamment documentés.

Éditeur : 13 rue Pierre Vidal, 66220 Saint Paul Fenouillet.

Saint Paul et les Fenouillèdes. Geneviève Gavignaud-Fontaine, agrégée d’histoire. Editions Arpèges 2011, ( 292 pages, 16 x 24 cm )

Notre avis : La vraie histoire du Fenouillèdes. La brève période sous domination Aragonaise est contenue dans ses justes proportions. Chose fort rare dans les études relatives au Fenouillèdes. Ouvrage net des trucages habituels faisant du tout Catalan à tout va. Si répandus que les plus crédibles des historiens s’y sont fait piéger à la manière des mauvais élèves « pompant » sur leur camarade. Nombreux extraits d’actes originels permettant de s’affranchir des petits arrangements à la catalane. En vente dans les bonnes librairies du Fenouillèdes et auprès de la revue ci-dessus.

Atles dels comtats de Rossello, Conflent, Vallespir i Fenollet  ( 759 – 991 ). Jordi Bolos  i Victor Hurtado. Editions R. Dalmau Barcelone 2009, ( 176 pages,21 X 28 cm ). Livre en catalan avec 26 pages traduites dans la langue de Molière. Toujours en librairie en 2020.  Atles pour Atlas des comtés …

Notre avis : Si vous êtes dégrossi en matière d’histoire de la Catalogne carolingienne, ce volume reprise ne vous apportera que relativement peu. Concernant le Fenouillèdes là aussi le contenu tient dans le titre, gommé ! Annie de Pous a fait aussi bien.

Au temps des dolmens. En Languedoc Roussillon. De Jean Guilaine, audois professeur au Collège de France. Éditions Privat 1998. ( 166 pages, 20 x 28.cm )


Aude. Ouvrage collectif aux éditions Bonneton. ( 431 pages, 17 x  24 .cm )

Pyrénées-Orientales Roussillon. Ouvrage collectif aux éditions Bonneton. ( 320 pages, 17 x 24. cm ). Les auteurs sont catalans et professeurs à l’université de Perpignan. Toujours en librairie en 2020.

Fenollède. Le Pays et la Vicomté Féodale de Fenouillèdes du VIIIe au XIVe siècle.  Annie de Pous (Selon l’état civil ), auteure catalane aux éditions Roudil 1973. ( 167 pages, 18  x 24.cm ).

Les tours à signaux. Annie de Pous aux éditions Conflent 1981. ( 105 pages, 15 x 24.cm )

La Seigneurie de Peyrepertuse Son histoire, ses châteaux. René Quehen 1975 ( 292 pages, 17 x 24 cm )  édition de l’auteur, La Barbère 31310 Montesquieu Volvestre.

Notre avis : Une particularité, l’auteur ne s’est pas suffit à recopier ses prédécesseurs. Relation accompagnée d’une analyse et d’arguments démonstratifs. Extraits de textes originels.

Fenouillédes Diocèse d’Alet Fragments historiques et statistiques.  Albert Bayrou aux éditions de l’auteur 1980. ( 226 pages, 15 x 22.cm ).

Mystérieuse Corbière de Sournia.  Premier prix histoire au concours international des Arts et Lettres 2006. En vente à Sournia.

André Carol historien de Sournia 2005. ( 207 pages, 17 x 24.cm ). Complémentaire et plus précis  que les autres auteurs de cette rubrique, concernant les wisigoths, les cathares et la croisade, les templiers.
Carol : très ancienne famille de Sournia.

Les Templiers des pays d’OC et du Roussillon. Simon Jean aux éditions Loubatières 2003. ( 413 pages, 16 x 24.cm )

Châteaux et forteresses en Pays cathare. Dominique Dieltiens aux éditions Loubatières 2003. ( 367 pages, 16 x 24.cm )


Lieux et légendes du Roussillon et des Pyrénées Catalanes. jean Abélanet, auteur catalan nonobstant son nom typiquement languedocien, ancien conservateur du musée de Tautavel aux éditions Trabucaïre à Perpignan 1999. (202 pages, 15×23.cm).

Autrefois des hommes… Préhistoire du pays Catalan. jean Abélanet, aux éditions Trabucaïre 1992. ( 206 pages, 14 x 22.cm ). Cet ancien curé, est de ceux dont la manie consiste à frelater en catalan les noms propres qu’ils soient français ou occitans.


Le comté de Razés et le diocèse d’Alet. Louis Fedié notaire et conseiller général de l’Aude aux éditions Lacour, réédition 2002 d’un ouvrage de 1880,  233 pages, 15 x 20.cm .

Il semble avoir manqué de vigilance dans le tri de ses sources, cependant ses nombreux détracteurs n’ont pas fait mieux en dépit de facilités de recherches accrues.

La Croix Occitane. Bertran de la Farge aux éditions Loubatières 2000. ( 120 pages, 11 x 20.cm )

Canigou Montagne sacrée des Pyrénées.  Joseph Ribas, auteur catalan aux éditions Loubatières 2003. ( 413 pages, 16 x 24.cm ). Toujours en librairie en 2020.


Géologie des Pyrénées Orientales. Henri Salvayre 1983, ( 429 pages en 14 x 21.cm ). Toujours en librairie en 2020.

Le Livre des Eaux souterraines des Pyrénées Catalanes. Henri Salvayre 2010 aux éditions Trabucaire, ( 240 pages en 17 x 24 cm ) Sous un titre déferlant une large place est consacrée aux bassins de l’Agly et de l’Aude.


Les Hommes des Collines : la Corbière Catalane aux 17ème et 18ème siècles

Avis : Grâce à une masse de documents d’archives, l’auteur, qui vit à Vingrau et y puise ses racines, se penche sur la vie quotidienne de ses ancêtres corbièrencs aux 17ème et 18ème siècles, analyse leurs rapports avec le pouvoir, la famille, la religion, et le travail. Il relève des coutumes étranges, des traditions, des comportements et des valeurs humaines étonnantes, comme l’égalitarisme et le respect de l’étranger, et dresse un portrait psychologique de l’homme et de la femme des Corbières, cette femme qui occupe ici une place égale à celle de l’homme, cas unique peut être dans les sociétés rurales méditerranéennes…

De : Coquin Philippe
Par : Editions Lacour
Avec : 218 pages en 21 x 15 cm
Editions Lacour

Le Pays de Sault. Abbé Pierre Moulis. Editions Lacour, 228 pages en 21 x 15 cm, réédition 2009 d’un ouvrage paru en 1958.


Glossaire de la Langue d’OC.  Pierre Malvezin édition la Découvrance, réédition 2006, 278 pages. Larousse Catalan

Dictionnaire Français-Catalan : Christian Camps et René Botet.  L’un est catalan, aux Editions Trabucaire 2007.

Dictionnaire Occitan-Français selon les parlers languedociens. Louis Alibert, édition Institut d’Estudis Occitans, 710 pages.

Termenès Fleur d’Épine,  toponymie et microtoponymie. Claude Pla, 800 pages. Editions l’Harmattan 2015.

Les noms de lieux du Roussillon de la protohistoire à nos jours. Renée – Laure Portet, 200 pages, L’Harmattan, traduction française 2021. En dépit d’une bibliographie d’expression catalane, cette sommité est née et a vécu à  St Paul de Fenouillet. C’est un incommensurable gâchis qu’un tel savoir ait tourné le dos à ses racines languedociennes

 » en passant à l’ennemi « .


Liens :

Respectivement les thèmes suivants : Les mines documentaires, administration, géologie, botanique, cathares et templiers, croix occitane, Septimanie, parlers catalan et occitan, monuments, toponymes, randonnées.

Les assertions fantaisistes  avancées dans divers sites n’engagent que leurs auteurs, certains ont puisé à des sources des plus troubles.

D’abord ceux que nous vous recommandons pêle – mêle, à consulter en priorité en tant que mines d’or documentaires, éclectiques et régulièrement enrichis.  Prévoyez un week end/+ pour chacun. Mon admiration à leurs auteur(es).

Mines documentaires

  • Site d’expression catalane non traduisible, ce qui est à regretter: Antroponimia, poblament i immigració a la Catalunya Nord 1737 – 1790.  Joan Peytavi Deixona maître de conférences UPVD Perpignan / IEC 2010. 895 pages. Anthroponymie, population et immigration en Catalogne Nord.
Remarquez, encore une fois, là dès l’intitulé, une terminologie catalane génératrice de désinformation, avec  l’inadéquation de Immigration par rapport à ceux originaires du Fenouillèdes ( Ou de plus au nord ) français aux dates pré citées, comme la Catalogne Nord.  De telles tromperies devraient être censurées. Les articles TOPONYMES OCCITANS,   A PROPOS et  1700 A NOS JOURS vous expliquent qui seraient plutôt les véritables immigrés installés en Catalogne Nord. Dans le sens pré – cité Immigratió est impardonnable venant d’un universitaire et d’un organisme censé être de référence académique tel que l’IEC. Institut d’Etudes Catalanes.

Administration

Géologie

  • >  Géologie et Spéléo. : Sites de S. et B. Ournié, liens sur l’article dédié.
  • Rapport Antoine de Genssane : Son Histoire naturelle de la province du Languedoc parue en 1776. Filons métallifères, foresterie…

Botanique

Les liens qui précèdent sont incontournables, vous y reviendrez souvent, des suivants tout autant. 

Cathares et Templiers

Croix occitane, Septimanie, parlers catalan et occitan

 

Monuments

  • chateau.over-blog.net  Le Chevalier Dauphinois. La tournée des châteaux du Fenouillèdes et d’ailleurs.

Gabach – Gavach –  Gavatch – Gavatx – Gavot…

Les liens sont dans le texte et surtout en fin de cet article.

Cabanes

Pareillement que pour le précédent.

Toponymes

Un piège pour lecteur non averti, les toponymes catalans et languedociens sont confondus de telle sorte qu’ils peuvent y paraître tous catalans. Épuration absolue des marqueurs languedociens pourtant nombreux en Cerdagne, Conflent,  Roussillon, Vallespir. En tant que tel ce site est non recommandable.


Cartes de randonnée IGN Top 25 (1:25.000)
2448 OT : Thuir-Ille sur Tet.
2348 ET : Prades-Saint Paul de Fenouillet.
2248 ET : Axat-Quérigut.
2347 OT : Quillan-Alet.
2447 OT : Tuchan-Corbières.
Pélerins du Fenouillèdes Association de randonneurs basée à Sournia.
Consultation gratuite de la carte des Cassini : géoportail.gouv.fr
Tout savoir sur le Sentier Cathare.
Randonner-malin.com Conseils pratiques et techniques. Le site à visiter avant tout achat ou escapade.
CC Agly – Fenouillèdes en Sud Cathare : Offres touristiques patrimoine, Activités de pleine nature, Œnotourisme, Trail…

Ouragan Klaus

Une colère d’Éole d’une force telle que le département n’en avait jamais vécu, hormis en haute montagne et en couloirs très localisés. Le 24 janvier 2009 à 13 h peu avant d’exploser l’anémomètre de Météo France Perpignan indiquait 184 km, au même moment 177 km à St Paul, imaginons sur les hauteurs. La carte meteofrance.fr/prevoir-le-temps/phenomenes-meteo révèle que le Fenouillèdes fut le secteur du 66 où le vent a atteint sa force maximale avec le nord Roussillon.

Les dégâts : Plusieurs dizaines de milliers d’euros sur le domaine public dans chaque village. Passons sur ceux que chacun a en mémoire pour avoir été longuement diffusés par la presse écrite, parlée et télévisée. Comme d’habitude cette dernière s’est attardée sur les lieux courus des P-O, notamment la forêt de la Matte. Comme si le manteau forestier du Fenouillèdes avait été épargné. Pourtant les dommages y furent majeurs.

A titre d’exemple retenons Boucheville, pour sa référence au niveau national et la force inégalée de ses sapins de ce côté du massif Pyrénéen. Autour de la maison forestière de Gastepa ou au sud sur le sarrat à 1200m d’altitude, des chablis à perte de vue, à en être désorienté. Vous avez connu cette haute futaie aux troncs de 2.60 m à 3 m de circonférence ou plus. Soit un houppier culminant généralement à 45 m pour les sapins et à 35 m pour les hêtres. Eh bien Klaus a tout rasé, sans exception, sur ces stations. Sinon torsadé façon serpillière à ressuyer ! Ces destructions systématiques semblent avoir été décuplées par des coupes à blanc attenantes.

Ce boisement relevait de l’exception, en ce sens qu’il n’a pas été sur exploité dans les décennies postérieures à la Révolution, ce qui explique le développement optimal des essences. Relevait, car les géants rescapés n’ont pu éviter la déferlante tronçonneuses qui s’ensuivit.

Espérons seulement que les générations des siècles à venir auront la chance qui aura été la nôtre d’avoir à contempler ces doyens du règne végétal.*

Hauteurs : issues de sources O.N.F dont panneau didactique consultable sur l’album.

*Sapins : Abiès pectinata, sapin pectiné, sapin blanc des Pyrénées.

Géologie

Il serait convenable que ceux qui puisent dans cet article, pour publication lucrative ou pas, aient le savoir vivre soit d’indiquer leur source soit de faire un lien, merci.


Dernière mise à jour le 03 10 2022.






Le Système Jacobin Catalan 

Je vous ai entretenu en pages A Propos d’un système catalan inavouable d’omissions de la contribution languedocienne culturelle et historique ayant influencé la Catalunya del Nord. La géologie du Fenouillèdes, dans chacune de ses spécialisations, est un de ces escamotages. La guerre entre cavernicoles du 66 s’éternise, le grand public n’a pas à subir les répercussions de la « mésentente spéléologique du Roussillon  » par le biais de publications sans consentement de documents d’un éminent homologue en effaçant toute identification de l’inventeur et entraves à la diffusion des richesses spéléo du Fenouillèdes. Un gros bonnet de l’hydrologie en Roussillon est dans ce collimateur. Inqualifiable !

Vallée de la Désix à Sournia – Pezilla

La concentration de ruisseaux à l’eau pétrifiante = incrustante et permanents, même en 2008, étonne en Fenouillèdes dans un environnement si aride que les chênes à kermès  ( Garrouilles ) y végètent.

Nous sommes sur les terrains métamorphiques du synclinal de Boucheville, marno-schistes de l’Albo Aptien supérieur , étages du crétacé, lequel est la dernière période de l’ère secondaire. Tout prés du front de chevauchement N. Pyrénéen ou faille N.  Pyrénéenne qui séparerait la plaque ibérique du continent et de la zone axiale. Cette dernière correspond ici au massif granitique dit de Quérigut-Millas, la serre de Sournia, les forages de Campoussy et Sournia. Les autres roches ( Calcaire et schistes noirs ), au N. délimitent la bordure sud de la plaque européenne.

Laissez votre véhicule à Roquevert, traversez la Désix sur le pont médiéval et remontez rive gauche en suivant l’antique route de Sournia (balisage petite randonnée). En quelques minutes vous changez de plaque. La faille N. Pyrénéenne suit le cours de la Désix et de là via Montfort, Sainte Colombe, Usson, Niort… jusqu’au pays Basque et son  » Colorado  » sous marin. A l’est elle se dirige vers Bélesta et Néfiach, puis sa localisation se perd dans le golfe pliocène du Roussillon.

La zone nord Pyrénéenne qui s’étend du front de chevauchement N. Pyrénéen au sud jusqu’à l’axe Pech de Bugarach-Padern au nord, est fracturée par plusieurs accidents tectoniques. Des failles de moindre ampleur que la précédente, généralement parallèles entre elles, selon une direction Est ouest. On ne retiendra que les majeures :

  • Fanges, Galamus, Quéribus, S. de Paziols puis direction NE. en délimitation N. de la vallée allant du Col Campérié à Estagel, c’est le synclinal suivant.
  • La faille dite d’Axat dans le synclinal du Fenouillèdes en bordure S. : Lapradelle, La Fou, N. de Lesquerde, Tautavel, mas Farines à l’O. du château d’Opoul.
  • Trois failles allant de la région de Bugarach-Le Bezu, parallèles entre elles, dirigées sur Duilhac, Cucugnan, Padern.

Quand à la prétendue faille nord Pyrénéenne par le Pla d’en Dalen à Saint Martin de Fenouillet, ce n’est qu’une affabulation ** comme celle du volcan sous la clue de la Fou, racontée par nos arrière grands-parents. Il s’agit de l’un des prolongements du nœud de 4 failles de Fenouillet soit deux dirigées sur Puilaurens, une orientée O. de Gincla et celle qui nous retient sur St Martin . Le panneau didactique du sentier d’interprétation géologique devrait être complété par la mention : Attention couleuvre, à avaler. A quoi bon une pareille assertion dans un Pays au patrimoine historique et naturel remarquable. Cartes du BRGM au 1/50 000.

** Pour vous en convaincre vous avez la possibilité de consulter le dossier PPR de St Paul de Fenouillet en page 10.

Failles : d’après la carte géologique des P. O. de H. Salvayre en 1970. Dans Les Eaux souterraines, edt. Trabucaïres 2010, il fait bifurquer la faille d’Axat jusqu’à rejoindre celle de la Têt par le Col de la Bataille.

Liens :

D’autres liens ci – dessous.

Pech de Bugarach

Cette montagne sacrée habitée de nombreux mystères est connue des géologues pour sa discordance du tertiaire. Au terme d’un processus de 40 à 50 MA un formidable chambardement tectonique initié par l’encastrement des plaques ibéro – africaine dans celle eurasienne inversa les couches du jurassique qui vinrent se poser sur les marnes du crétacé. Préalablement sous nos pieds s’étendait une mer jurassique profonde coralienne, la plaque ibérique était au large. La poussée africaine provoqua une surrection de sa sédimentation, les Corbières étaient nées. A voir depuis les cascades des Mathieux.

Tremblements de Terre

21/02/1330 Secousse sismique, à l’époque sa durée a été estimée équivalente à celle d’un Avé Maria ! Depuis une bonne quinzaine de séismes significatifs ont été répertoriés.

02/02/1428 De forte intensité. Telle qu’il n’y en aurait pas eu de similaire depuis. Il pourrait avoir été de force 8 et selon les chroniqueurs de ce temps là, il aurait duré le temps d’un Nôtre Père ! Son épicentre se serait situé du côté de Camprodon.

1638 et 1755 archive.org/stream/…comptesrendus

18/02/1996 Magnitude 5.6 sur l’échelle de Richter. Lié au chevauchement des plaques européenne et ibérique. Faille N. Pyrénéenne ci-dessus, épicentre dans les environs d’ Axat et à grande profondeur selon les premières interprétations. Des études complémentaires le localiseront soit dans le granite au sud de Lesquerde, soit à l’aplomb de sa mine de gypse intercalée entre le synclinal de l’Agly et le massif hercynien pré – cité à peu près vers – 5 à 9 km, ce qui explique que les dégâts furent modestes au regard de l’intensité. A Lesquerde, – Il a été accompagné de bouillonnement gazeux dans le lit de l’Agly … Cette manifestation avait commencé 15 jours avant, elle a perduré 5 jours après … B. Ournié 2020, références ci – dessous.

Plusieurs villages jusqu’à Estagel subirent des dommages. Principalement à St Paul où quelques façades furent lézardées dont le choeur de l’église et le clocher du Chapitre avec ses stucs. A la Fou de volumineux rochers finirent leur course de part et d’autre de la route en pulvérisant le parapet. Heureusement c’était le matin à 2h45, le trafic routier était nul.

Une secousse anecdotique selon Georges Soutadé en la comparant avec celle de 1428.

Liens  :

D’autres liens ci – dessous.

Genèse de la Révolution Française

Les climatologues s’accordent à penser que cette séquence polaire  aurait été déclenchée par l’éruption du millénaire. Celle du Laki en Islande, due à la fissuration du rift. Du 08.06.1783 au 07.02.1784 sans discontinuer, des millions de tonnes de dioxyde de soufre en se transformant en acide sulfurique dans la stratosphère, ont généré un refroidissement anormalement excessif et prolongé sur l’Europe. Le soleil fut fortement occulté durant 8 mois sur le continent par le nuage mortel. L’air empestait le soufre. Des dizaines de milliers d’Européens sont morts, les poumons détruits par l’acide sulfurique.

Il est malaisé de déterminer si le Fenouillèdes a été ou non atteint, nous n’ avons pas relevé de surmortalité. Proposition de deux recherches :

  • wikipédia.org + le nom de votre village.
  • geneawiki + le nom de votre village et registres des décès correspondants.

Cet enchaînement néfaste est considéré comme étant la genèse de la Révolution Française.

Rift : Fossé d’effondrement au volcanisme à activité variable, plaine d’Alsace, Mer Morte, Rift Valley en Tanzanie..

Spéléologie

2019 : 1062 cavités recensées en Fenouillèdes dont le réseau Fanges – Paradet, 20 000 mètres de long pour 300 en dénivelé, inséré dans un ensemble plus vaste, l’un des plus importants en développement , extension et dénivelé du département des Pyrénées – Orientales avec ceux du Conflent et Fontrabiouse.

Sont à consulter :

  • Le n° 8 de la revue Fenouillèdes.
  • Bernard Ournié – Présentation spéléologique du massif des Fanges et du Roc Paradet (Fenouillèdes, Aude et Pyrénées-Orientales) 1987 , que d’inventions depuis autour de ce réseau. L’expertise de B. Ournié émerge avantageusement du petit monde spéléo régional et surtout catalan par lequel il est soit piraté, soit occulté y compris par ceux qui se revendiquent d’un savoir universitaire et d’une pratique scientifique. B. Ournié est publié dans les revues de référence que sont Karstologia, Spélunca … Il est avec son épouse l’inventeur de nombreux trous et  du réseau Fanges – Paradet avec l’appui du S. C. ARKHAM.
  • La vallée du Col St Louis et son réseau souterrain, B. Ournié.  Parution décembre 2020  fenouillèdes-souterrain.fr
  • Grottes et cavités Paridulac.
  • Cavités naturelles les plus profondes du 66.
  • Cavités naturelles les plus longues du 66.
  • Site Musée virtuel de Caudiès : Patrimoine karstique.

 

 

Gavach – Gabach / Catalan

Dernières mises à jour le 21 11 2022, nouvelles données principalement aux chapitres Cocktail Catalan, Orgueil ibérique et à Radins, le reste serait fastidieux à lister.

Il serait décent que ceux qui puisent dans cet article, pour publication lucrative ou pas, aient le savoir-vivre soit d’indiquer leur source soit de faire un lien, merci.

– Hâtez vous lentement et sans perdre courage, vingt fois sur le métier remettez vôtre ouvrage, polissez le sans cesse et le repolissez, ajoutez quelquefois et souvent effacez. N. Boileau.

Pour ma part, entre 2006 alors en pleine  » Ferrade  » TLJ, et présentement plutôt en retrait depuis quelques années, je suis plus près des 2000 retouches d’un monde de raisonnements inavouables et de ressentis particulièrement difficiles à transcrire quel qu’en soit le recul.

Sur le plan équité de noms d’oiseaux, il aurait été convenable de présenter le titre ainsi : GAVACH – GABACH / CATALAN CAP DE BORRO ( Sens en chute du couplet Orgueil ) pris au hasard des dictons assassins habituellement en usage à l’adresse des catalans.

 A VIVRE POUR LE CROIRE

Vous aurez beau être génétiquement avisé, principalement en tant qu’occitan riverain, vous serez en état de sidération face à ces HORS ENTENDEMENT et leurs corollaires à vous en ESPANTER ( Lexique ) . On sera à maintes reprises dans l‘INENARRABLE.

L’objet est la diffusion du portrait des catalans en rééquilibrage de leur mépris des languedociens, leurs  » Talents  » plus exactement quelque chose qui tiendrait de la tare identitaire, nous en donnant la surabondante matière. Les porter à la connaissance du plus grand nombre. Surabondants, au point qu’ils constitueraient une spécificité locale, une véritable image de marque catalane qui en fait la réputation pour avoir de tous temps alarmé nombre de lettrés. Cinq motivations épiphénomènes interviennent par opportunité, pêle – mêle :

  • Le harcèlement ( Ecrire permettrait de le digérer ? ).
  • Deux en un, cumul de travers X diffamation : Donner du recul à tant de destinataires de calomnies à mon encontre. Approfondir les mécanismes de la diffamation, leur folie identifiante cause d’atrocités en 1939 – 45 sans équivalent national. Quelque part dans l’esprit de leurs voisins Languedociens, Décevants* est implicitement déductible de Catalan L’orgueil ibérique veut en particulier qu’ils soient incapables, déjà dès l’élémentaire énoncé courtois, d’assumer les retours de manivelle de leurs irrégularités, pléthoriques chez chacun, comme nulle part ailleurs. Ils vont surréagir, prolongé d’une rancune pérenne si s’agissant d’une connaissance, sans qu’ils ne subissent obligatoirement une quelconque sanction. Cela est un des facteurs qui les poussent à la diffamation, en n’ayant pas besoin d’autan à cette fin.
  • ALERTER les candidats à l’installation en Roussillon, du mauvais caractère des locaux, c’est le moins que l’on puisse en dire. Peut – être sans inclure dans les mêmes proportions le restant de la Catalogne ? Les roussillonnais sont dits xénophobes, une citation éloquente au chapitre Envie.
  • Catalan et orgueil ibérique : L’un n’allant pas sans l’autre, il s’agit de décortiquer les affres de l’orgueil indu, néanmoins certaines expressions relatées ne sont pas forcément le fait de catalans, notamment celles venant des décideurs puisque recrutés au plan national.
  • Donner du répondant aux Gavachs en prise avec les conquistadors. Aussi tout en traitant de maintes déviances catalanes épouvantables satellites de cet l’orgueil ibérique, pathologie épidémique, nous allons nous divertir sans avoir à se moquer ouvertement, ça se passe de commentaires. Avec eux les singularités éminemment cocasses ne manquent pas, d’ordinaire ils baignent dans l’ubuesque, comme dit la chanson – Faut rigoler

L’inventaire de leurs faiblesses s’avère titanesque en dépit d’escamotages de l’impensable **.

30 / + boutades, citations, dictons et images de marque défavorables aux Catalans ***.

Ils ne sauraient se suffire, au regard de l’ annonce HORS ENTENDEMENT, trop abstraits surtout en s’adressant à un lectorat non averti, c’est pourquoi ils sont argumentés de nôtre vécu, d’autant que ce fut aux premières loges, ils sont en italique VIOLET et s’égrènent jusqu’à la dernière ligne. 30 + complément en pages A Propos, en tout qu’un modeste échantillon représentatif de l’existant lequel ne cesse de s’étoffer en ce troisième millénaire. Un soutien inespéré, servi sur un plateau par des autorités, des avis consensuels qu’il aurait été aberrant d’ignorer.

Les directrices et clés de compréhension sont en ROUGE, les conseils ANTI ARNAQUES, aspects hors entendement ou majeurs en GRAS ou sur fond jaune vif.

ATTENTION DANGERS

Voulant privilégier la bonne humeur, cette signalétique ne sera placée en prélude que de quelques uns des actes catalans coutumiers les plus malveillants.

Pour Mémoire

Les pathologies identitaires qui vont être mises sur la table avec leur profusion de déclinaison inimaginables, s’insèrent dans le puzzle de la normalité du Roussillon, réunies sous une chape d’orgueil ibérique exubérant. Ce sont des constantes exprimées en cocktail tendant à être intégralement véhiculé par un noyau dur, omniprésent, de catalans lambdas.

La race est dite : Détériorée … Pathologie régionale … Idiots etc. En dépit de leur abondance, les exemples de défauts à venir ne sont qu’un échantillon. La diversité de ceux imputés récurremment, pose questions.

Le litchi de l’hyper : En comparant avec ce fruit, le noyau dur de population fêlée serait dominant sur la pulpe correspondant à la population saine d’esprit.

Etant tous marqués de naissance, ces casaniers dans leur microcosme, ne peuvent avoir conscience de leur différence négative et on ne saurait avoir de la haine envers ces malades puisque ces travers sont innés. Nonobstant les déboires induits fussent t’ils extrêmes, leur orgueil indu a quelque chose de pathétique. Ce sont des raisons d’être accommodant à l’égard de cette – malheureuse peuplade, dans la mesure de l’acceptable.

Ce qui demeure globalement tiré par les cheveux car on en arrive à la saturation par gavage chronique d’expériences négatives qu’il n’est donc pas possible d’ évacuer une bonne fois pour toutes, l’exposition aux travers catalans peut, par multiplicité d’intervenants, devenir un harcèlement matin – midi – soir, tous les jours, étalé sur des décennies.

Les Gavachs c’est à dire les languedociens des Corbières, Fenouillèdes, Pays de Sault ( Belcaire – Aude ), Donezan et les plus nombreux ceux indigènes séculaires du pays catalan français. Culturellement il serait temps que les languedociens autrement dits les seuls autochtones des Pyrénées – Orientales ( Généalogies inscrites sur ce sol depuis le Haut Moyen- Age ) soient pris en considération au même titre que le sont les immigrés ibériques des XIX et XX è. siècles des politiques locaux exclusivement appâtés par cette masse électorale, les occitans du 66 ne sont pas là que pour s’acquitter des taxes locales et être oubliés ensuite dans leur culture, traditions, histoire, enseignement de la langue.

* Ou tout adjectif équivalent. ** Escamotages > Notes à Inénarrable mais Vrai. *** Fortes communautés Andalouse et Portugaise, de ce fait les mentions Catalan, Catalan du N., Roussillonnais de cet article sont généralement à interpréter préférentiellement pour Ibériques. Seules les citations antérieures au Franquisme ne peuvent que s’appliquer spécifiquement aux vrais catalans, qu’ils soient de souche Catalogne Nord ou Sud.

Les Tribulations d’un Gavach chez les Catalans Roussillonnais

Sommaire

Définitions

Refus de Remise en Question

Sortir par les Trous du Nez

L’Authentique Cocktail Catalan

Directrices

Carte postale du Roussillonnais

Mordu à l’appât

Constantes Pathologiques Identitaires

Les Casaniers

La Race Importune

Perception du Gavach

  Artaban à la Paresse Hors Entendement

Indicateurs du Désœuvrement

Roussillon ? Plutôt Roupillon

Calamités de l’Orgueil Ibérique

Rabaissements

Peccadilles Apocalyptiques

Les énergumènes – La comédie des  » Indignés  »

Illusion de Supériorité

Rancuniers à Vie

Je l’aurai un jour

ADN du Mauvais Caractère

Vantardise

Les Tarés au Volant

Du Haut de leur Piédestal

Les Charlots

Mode d’emploi pour se faire jeter

Irrespects

Crétinisme / CIC.

Une Envie à les Voir Venir de Loin

Je prends Tout

La Parano du Voleur Volé

Duplicité Culturelle

Le Roi et sa Cour

Faut Rigoler

Les Escana – Rats = Les Radins

Facette d’Anthologie

     

 Splendeurs de la Nocivité Catalane

Chut ! Les Murs ont des Oreilles

Diffamations de Prédilection

Je viens chercher des Ennuis

Place à Catalanadas ( A Ragots )

ça Moucharde plein Pot

Retour à la Méchanceté

Les Harceleurs Harcelés

Tour du Cadran de l’Orgueil

Super étalons d’une race détériorée

Conceptions de l’Intégration

Catalans en voie d’intégration dans le 66

Une Définition – Désinformation

Moralité

Mille ans de guerres

La Racine du Mal

Pour le Pire et le Meilleur

Notes

Ni Haine, ni Langue de bois

Incroyable mais Vrai

Paresse et Libertés Patronales

Ne Raconter que des Sottises

Tous avec la Cervelle sous la Ceinture

Manuel de Survie

A. Delon – B. Bardot

En savoir plus sur les Gavachs

Lexique


Adessiatz e benvenguda a tots ( Languedocien ).

Bon dia i benvinguda a tots ( Catalan ).

Bonjour et bienvenue à tous.


DEFINITIONS

Catalan : Dans L’Alibert le dictionnaire CNRS / IEO l’Institut d’Études Occitanes, Catalan en sens second se traduit  Le Diable. Pareil sur celui de Lo Congres.org

Gavach : Qu’es aquò ? Ce nom d’oiseau remonterait  aux grandes invasions germaniques. Il résulterait de la contraction de deux qualificatifs du même sens :  Wallo ( Wallon ) et Wales ( Pays de Galles ), lesquels seraient des dérivés du germain Walhisk = étranger. Un comble  ! Car ce sont les conquérants qui s’adressent ainsi et de façon pour le moins peu flatteuse aux peuples qu’ils soumettent … Admettons, mais Strabon aurait désigné Gabales les montagnards entre Narbonne et l’Espagne ( Il est où le Gévaudan, il est où le Mont Lozère ? ), voir les liens en fin d’article. Gabach, Gavach ( s ), Gabache, Gavache, Gavot ( Gap, Nyons ), ces formes sont usitées dans toute l’Occitanie et jusqu’au fin fond de l’Espagne Gavatx. Ce dernier s’est appliqué à l’adresse des immigrants occitans dans les deux Catalognes des années 1500 à 1700, ainsi revitalisées à l’issue d’épidémies chroniques de peste, mortifères comme nulle part ailleurs. Gavach serait ou aurait été synonyme de Bougnoul, du temps de l’Algérie française il s’appliquait à des populations méprisées. Ce vocable a vraisemblablement suivi les déportés et les émigrés de la première moitié du XIX è siècle. Rabelais a participé aux interprétations suivantes.

Le « Glossaire de la Langue d’Oc » de Pierre Malvezin à Gabach : Origine celtique, goulu et par dénigrement campagnard, montagnard, rustre en précisant que ce mot au sens péjoratif s’est étendu jusqu’en Espagne. – Gabachar : Mal faire un ouvrage, le faire d’une manière rustre.– Gaba ou Gava : Gorge, Gosier, sans faire le parallèle pyrénéen Goître // Gavach pourtant si répandu dans les écrits relatifs à l’ouest de la chaîne. L’extrémité catalane n’en est pas dépourvue : – des idiots à gros goître incapables d’idées … jusques autour du Canigou. Géographie des Pyrénées – Orientales pages 32 et 33. Citation incomplète, suite plus bas.

Le dictionnaire Occitan – Français selon les parlers languedociens de Louis Alibert, édition IEO Institut d’Estudis Occitans à Gavach : Issu du pré – celtique Gaba  =  goinfre, goulu, rustre, grossier. Langage étranger. – Gavachejar : Parler mal la langue. Gabach( e ) et les formes avec un T, Gavatch, Gabatch, n’y sont pas portées, elles sont fautives et phonétiques. Le V se prononce B tant en languedocien que en catalan où le village de El Volo est devenu Le Boulou. IEO équivalent occitan de l’ Académie Française.

Le Larousse Catalan à Gavatx : Français, franchouillard. Gavatx est Inconnu / Desconegut de plusieurs dicos de catalan dont le Camps – Botet. Gavatx et sa déclinaison Gavatxo(s) avec la fautive Gabacho sont purement ibériques et donc immigrées si employées en France.

La définition Gavach = Étranger ne figure pas dans les dicos mentionnés, il n’empêche que curieusement cela est convenu chez les catalans quand ils s’adressent à leurs voisins audois et du Fenouillèdes, pourtant les seuls étrangers de ces contrées seraient logiquement plutôt ces ibériques de la Catalogne Nord ( Capcir, Cerdagne, Conflent, Roussillon, Vallespir ), ces anciens domaines carolingiens n’ayant été réintégrés à la France que quatre siècles après le Fenouillèdes, c’est à dire en 1659. Ce sens est peut – être antérieur à cette date? En tous cas il n’est pas applicable actuellement aux Gavachs nord – pyrénéens venant des catalans, par contre ce qui l’est dans l’immédiat c’est que l’ on ne peut que rire de ces fils d’Ubu roi puisque originaires du sud des Pyrénées jusqu’à Gibraltar au cours des exodes du XIX è. ( Napoléon / Carlistes ) à nos jours ) ce qui totalise des centaines de milliers d’immigrés plus leur descendance. > Chapitre INTEGRATION.

Dans Les noms de lieux du Roussillon, page 141 d’une thèse de 1982, la linguiste Renada Portet précise son interprétation par les catalans issus de l’immigration susdite : – Le gavatx, en Catalogne, est l’Occitan, l’étranger au pays. Et le mot désigne lui – même en pré – indo – européen  » celui qui n’est pas de la maison  » ou  » qui est privé de maison  » : Gabe ( privatif ) + Etxe ( maison ), le nouveau venu, l’émigré, avec, en Roussillon, la nuance de  » celui qui est d’à côté  » …

– Pour le catalan l’habitant de Montalba est un  » gavatx  » avec tout l’aspect péjoratif lié à ce terme ... L’auteur est un historien à la base professeur de Lettres à Ille sur Têt localité catalane limitrophe de Montalba et forcément du Languedoc. Jean Tosti.com/Villages/Montalba.

Gavach : Historiquement considéré comme l’injure suprême, de nos jours à connotation le plus souvent hautaine à fort péjorative* lorsqu’il est proféré par un roussillonnais ( Dits xénophobes ), à l’égard des audois ou des habitants du Fenouillèdes avec une orientation vite sarcastique pour peu qu’il y ait un problème quelconque en marge par exemple idéalement si vôtre interlocuteur fait la gueule suite à un inavouable ( Ils sont rancuniers à vie ), en tous cas jamais flatteur. Il illustre aussi leur promptitude naturelle à vous rabaisser qu’els qu’en soient les prétextes incitateurs c’est à dire que cette attitude ne saurait être spécifique à un quelconque règlement de compte. Quand vous entendez l’exotique gavatx, les railleries condescendantes ne sauraient tarder. Ce n’est pas par hasard qu’en Fenouillèdes on accumule tant de récurrences fâcheuses par rapport aux roussillonnais au point qu’ils nous sortent si facilement par les narines.

Nous allons démontrer que dans les Pyrénées – Orientales les Gavachs ne sont pas sur les marches du podium des mal éduqués, elles y sont déjà prises par les catalans; En nous amusant tout au long du texte de la singularité de cette propension qu’ils ont de rabaisser à tous propos, de rire de défauts d’autrui, pouvant être plus exacerbés chez eux.

REFUS DE REMISE EN QUESTION

En signature d’un ORGUEIL DEFIANT LA RAISON, le pire de leurs maux, d’une manière générale en cas de différent il n’est pas dans leur nature de reconnaître leur part de tort, d’avoir le courage de se remettre en question plutôt envoyer paître – ricaner- insulter- menacer.  Ce Refus de Remise en Question est le tronc commun des déboires liés à l’exposition au catalan, ils vont tant s’empiler qu’ils seront réduits aux initiales RRQ. quand il s’agira d’y refaire allusion. Ce RRQ. est criant quand le catalan pousse l’ubuesque jusqu’à vous rabaisser, bassesse qui leur échappe avec une facilité déconcertante. > Chapitre Orgueil calamiteux. Faut rigoler ( H. Salvador ).

Que les milliers d’adeptes de commentaires indésirables sachent qu’ils sont bloqués avant d’atteindre le destinataire, sort analogue des 89 000 / + tentatives de connexion malveillantes.

SORTIR PAR LES TROUS DU NEZ

Comment finiriez vous par réagir si vous étiez à vie, sans illusion d’amélioration, l’objet d‘un éventail d’irrespects relatifs à vôtre appartenance culturelle, avec une fréquence qui fait que l’on s’y attend. Ce mépris émane aussi bien du Département et de ses structures. Le sentiment péjoratif ibérisant envers les languedociens est autrement plus profond et sournois que ne le laisse présager une locution interjective du type Eh Gavatx à adresse personnelle ! C’est la situation des Gavachs ciblés en tant que tels à titre individuel comme dans leur entité languedocienne. Bien évidemment ces travers catalans ne s’arrêtent pas à l’adresse des audois et limitrophes.

plus exacerbés chez eux.

Comment expliquer ce paradoxe ? Un peu de suspense …

 » Heureusement  » il y a objets à retours à l’envoyeur puisque leurs défauts sont quelques crans au dessus, même si la possibilité est limitée au catalan lambda ce qui nous laisse plus de désagréments qu’il n’en faut pour s’en gaver, l’intérêt est que c’est sans qu’il soit nécessaire de se commettre dans les délires adverses. Faites une recherche Gavach en vous focalisant sur les sites catalans, vous  » Apprécierez  » leurs interprétations vulgaires. Un point positif, si votre interlocuteur vous descend au rang de Gavach, il trahit généralement hormis l’orgueil :

L’ENDOCTRINEMENT, autant par le système que par leurs ainés, l’insulte est déjà proférée par les adolescents sans en cerner le sens exact. Les catalans actuels ne peuvent pas avoir d’expérience personnelle ou collective accréditant son emploi.

Un niveau culturel abyssal.

 » De n’être jamais sorti de son trou « .

La bêtise du caïd de cour de récréation à perpétuité. Sinon en dehors de toute crise, il n’est pas rare que ce terme soit adressé amicalement dans l’ignorance de ce qu’il véhicule y compris entre occitans du Fenolhedés.

Consultez le lexique et le chapitre Conceptions de L’Intégration dans lequel une Définition – Désinformation à la sauce catalane y est décortiquée.

* … Toujours été considéré comme l’injure suprême… Roussillonnais, chez qui ce terme a encore une connotation fort péjorative...  P. Coquin 2006 . 

 Ce terme de gavax appliqué aux gens du Languedoc a toujours été pris en un sens plus ou moins dédaigneux; pour beaucoup de Catalans un Gavax était à peine un homme, quelque chose de méprisable, en tout cas, de très inférieur    Fenouillèdes N° 47 d’après Pierre Vidal 1899 Bibliothécaire de Perpignan dans son Guide des Pyrénées – Orientales de 1899. 


L’AUTHENTIQUE COCKTAIL CATALAN

L’humour ne fait pas cavalier seul dans cet intitulé. Il s’agit de mieux les connaître afin de limiter les déceptions, c’est à dire qu’avec eux vous êtes exposés à plusieurs facteurs de risques.

DIRECTRICES

Dans une équipe mixte gavachs – catalans ou composée de toutes origines hexagonales, ce qui est dorénavant la règle sur le littoral 66, là aussi** le catalan est vite repérable, il fait tâche, sans aller déranger les agités accoutrés à la Dalton – Ducobu sang et or pétard de la tête aux pieds.

Sauf à être autant chargé qu’eux, quand l’un débarque en tant que nouveau voisin ou collègue de travail, généralement, vous comprenez d’emblée qu’il va y avoir des complications, on s’y attend avec l’appréhension inhérente, selon la tête du crétinisme catalan d’en face on sait d’avance qu’il sera impossible de passer au travers.

A quelque chose malheur est bon, cette race est si – détériorée qu’à la longue un joyeux constat s’impose de ce providentiel basculement de population, tant c’est flagrant qu’à effectif égal :

PLUS CES GENS D’AILLEURS* SONT NOMBREUX,
PLUS LES AUTOCHTONES SONT MINORITAIRES, PLUS CELA S’AMELIORE.
C’EST L’ESSENTIEL A RETENIR.

Voilà une bonne nouvelle pour la meilleure compréhension de ce qui va suivre. Cela sous – entend une seconde directrice saisissante :

L’Authentique cocktail catalan à ne surtout pas sous estimer. c’est à dire un assemblage de constantes pathologiques emblématiques ci – après. Au bénéfice des décennies à faire équipe avec les mêmes incriminés, il en ressort en principe que quand un catalan du nord est frappé par une de ces déviances, à la longue on finira par être éberlué en réalisant qu’il en cumule, sinon qu’il les endosse à volonté et ce noyau dur représente un pourcentage si dominant de la population qu’il ne peut être occulté, c’est la norme du Roussillon. Il ne s’agit ni de cas particuliers, ni de profils à la marge, ni de cité. Le pourcentage de chacun de ces travers amène à ce que quelque part dans l’esprit de leurs voisins languedociens, tous ces  » Talents «  sont implicitement déductibles d’une simple annonce d’être catalan et c’est opportun ! Quatre ramifications de poids interdépendantes à ce  » Glorieux palmarès « , le rapport au vol dans ses multiples acceptions, le radinisme, le record national d’alcoolémie, casaniers – xénophobes. Si vous n’êtes pas en adéquation avec ce schéma ce sera à vos risques et périls,

> intitulé Pour Mémoire, en liminaires.

Interférences de vapeurs d’eau ferrugineuse.

Les faits et comportements isolés n’ont pas leur place ici, chacun des travers relaté est monnaie courante.

Le moment venu on complètera avec une directrice, invivable, aux airs de vendetta.

– Les peuples de ce département ont un caractère qui leur est propre et qui n’a aucun rapport avec celui des départements voisins… Les crétins *** que l’on rencontresont des idiots … incapables d’idéesColonel F. Jalabert, député. Page 32 et suivantes de : Géographie du département des Pyrénées – Orientales, 1819

* Origines au lexique à Nouveaux arrivants.

** > Introduction pages d’accueil à Image de Marque.

*** Ce qu’il associe à la qualité de l’eau, illogique au regard d’un territoire impacté en milliers de Km2. Ce n’est plus d’actualité, au sens médical. Nous allons avoir l’embarras du choix de scénarios permettant de, se rendre à l’évidence, que sa façon de cantonner à la montagne la trilogie Crétins – Idiots – Incapables catalans est autant Bizarre que ne le sont les intéressés.

CARTE POSTALE DU ROUSSILLONNAIS

Ou carte de visite, c’est comme il vous plaira.

Des siècles et des siècles que des personnalités locales ou ayant séjourné en Roussillon écrivent en termes sévères et concordants sur les Catalans du nord, c’est à dire déjà bien avant les 4 envahissements ibériques du XIX et XX è. siècles. Unanimement ces auteurs ont été estomaqués par le quarté gagnant de leurs  » Talents  » aux couleurs identitaires ci – dessous. Ils n’ont que quasi exclusivement abondé que sur ce panel carte postale, en rapport si peu d’autres tares relatées, passées à la trappe bien qu’évidentes, d’ailleurs elles devraient vous sauter au yeux ….

MORDU A L’APPAT

Avantages personnels :

  • Bingo !      A minima ces perturbations identitaires catalanes ne sauraient avoir été atténuées par quelques particularités personnelles désavantageuses, sans voir qu’ils m’offraient l’opportunité de réagir autrement, que de leur envoyer la castagne persuasive motivée ( Laquelle n’aurait pas été judicieuse de ma part ), par la simple réalité de leur catalanité, RRQ !!! En ayant mordu à l’appât, ces sots valident la pertinence des citations. Cruelle méprise de ma personne, de ma vulnérabilité qui amènera tant de connaissances à en mordre la poussière. > Notes Manuel de Survie.
  • Cerise sur le gâteau, entre de multiples opportunités, les 5/6 è. de ma vie active ont été dédiés à une entreprise de plus de 50 salariés à Port Barcarès, 180 selon la saison, un contexte à en rêver s’agissant de s’assurer à la fois du fondé des analyses ci – dessus et de jauger le pourcentage considérable de détériorés dans la population catalane tout en permettant de la comparer aux profils de toutes origines hexagonales et d’en dégager les directrices susdites en ayant eu, si durablement sur le dos ces détériorés.

Entreprises locales plus temps libre cela totalise des centaines de roussillonnais avec lesquels j’ai composé de quelques mois à 3 décennies. > A juxtaposer avec l’ intitulé Pour Mémoire, en liminaires.

CONSTANTES PATHOLOGIQUES EMBLEMATIQUES

Un slogan du Conseil Général fait ressortir que : Dans Catalan il y a Talent… Mais le Département  » Omet  » deux réalités majeures, Catalans avec un C comme Cons, leurs actes vont nous prouver que les deux C font bon ménage. Cata de Catastrophe fort opportunément agglutiné soit les Talents menant à la Catastrophe. Revisité de la sorte, on est immergé dans les constantes pathologiques identitaires de la vraie vie résumées à l’ :

ORGUEIL INDU – FIERTE

PARESSE – DESOEUVREMENT

ENVIE – INTERESSES – VOLEURS

DELATION CALOMNIEUSE

Réputations des catalans : Résumé de ce en quoi les catalans sont réputés, une fois percé leur baratin d’enfumage.

Ce sont les ingrédients de l’authentique cocktail catalan que ces derniers vous serviront sans modération !

Ne nous méprenons pas, par facilité, quand à une niaiserie qui n’est qu’apparente. Leurs façons vont attester d’une élémentaire réalité quotidienne. Ce panel ne peut que contribuer au classement de Perpignan en 6 è. ou 7 è. position des villes les plus criminogènes, RMC Story, série documentaire, mercredis 06 / 2022.

Au 261 è. rang du palmarès Le Parisien des villes les plus sûres de France.

Ces  » Talents  » sont  pour les languedociens des Pyrénées Orientales et des petits pays périphériques occitans, l’objet de galéjades* à plus forte raison pour ceux englués de toujours en terre catalane Nord – Pyrénéenne. On baigne dans les vérités de Monsieur De La Palice. Retenons pour sa trame intemporelle, le portrait dressé par Pierre Vidal 1848 – 1929 / Guide Touristique des Pyrénées – Orientales édition 1899. Il l’illustre en reprenant une fable locale.

Passés les stéréotypes superficiels et en faisant abstraction d’une pincée non impliquée ce quarté est très exactement le portrait du catalan véritable vu de l’intérieur. Vous tenez LA carte postale représentative du roussillonnais, envoyez la à vos amis. Ceux dubitatifs quand à la réalité de ces illustres renommées, peuvent, si les citations ne leur suffisent pas , se renseigner au sud d’une ligne Toulouse – Narbonne s’ils y ont quelque contact de souche locale sinon anciennement établi. Plus vous approcherez du Roussillon , plus vous constaterez que les catalans font l’unanimité par leurs détériorations. Certains d’entre – eux s’en ouvrent volontiers, en reléguant sur les générations précédentes. Les dérives exposées ont été vécues principalement au nord d’une ligne Millas – St Cyprien.

L’ORGUEIL dit IBERIQUE CONTRAIRE A LA RAISON : Pour les rares qui ne l’auraient pas déduit, on a là la fin du suspense avec l’explication du RRQ et du paradoxe pré – cité désigné … plus exacerbés chez eux …

Permettez moi de remarquer qu’il faut en traîner une sacré couche pour oser descendre les gavachs en omettant d’avoir autant ou pire à se reprocher, ordinairement quand au même motif, RRQ. Un DENI ABSOLU à mille lieux de tenir compte du proverbe : – Rira bien qui rira le dernier … . C’est une manie représentative du faciès catalan tour à tour répugnant et ubuesque.
Cet orgueil indu initie une propension à la DELATION ( 1939 – 45, vie de TLJ ) trop aisément mal étayée à délibérément mensongère, c’est un sujet sous omerta mais il faut faire avec. Il peut y avoir interférence avec une inclination méridionale, celle de : – Parler comme des Cavécas, autrement dit Ne Raconter que des Sottises en un flot continu ** lesquelles seront toujours prises au sérieux d’une partie de l’auditoire. > Notes à ce titre et lexique.

Quoi qu’il en soit, initié par la combinaison Orgueil x Délation il va en ressortir de façon criante qu’ils ont extrêmement mauvais caractère ***.

> Chapitres Orgueil et Nocivité + Notes A. Delon – B. Bardot.

Les deux restants sont récurrents tant dans les conversations que chez les auteurs.

* Galéjades :   … Ridiculisés avec délectation par beaucoup de ruraux en réaction à des comportements dédaigneux, d’ailleurs aussi injustifiés que impardonnables ... Analyse d’un énarque Claude Guillabert dans De Garrigues en Ministères.

** Racontar catalanadas selon l’expression consacrée. Plus grossièrement et sur le tas, Ne Raconter que des Conneries. > Lexique à Catalanada, vous y trouverez aussi un équivalent sexuel lui aussi languedocien.
*** Mauvais caractère : Voilà un bon condensé des impacts du panel de talents. Plus qu’une citation cela paraît relever de l’image de marque. Issue de vacanciers dubitatifs qui en avaient capté l’écho jusqu’à leurs lointains horizons. Aussi par ce canal estival – Si vous allez vivre en Roussillon, vous serez mal reçus .... L’Indépendant du 22 10 2022 l’admet péniblement. Heureusement les catalans ne peuvent pas changer de nom contrairement aux multinationales, banques, assurances, etc. salies par des affaires retentissantes, c’est un moindre mal. > Source complémentaire surlignée en bleu au chapitre Envie.

Bien que ce soient des aspects hors sujet, l’orgueil épidémique en Catalogne va cependant souvent de pair avec de belles réussites telles que palmarès sportif, nationale pour l’un ( Au prix de dommages collatéraux à vous échouer en clinique spécialisée. ), de ceux ici ainsi siphonnés paroxysmiques on distingue un architecte, un pontife de l’hôpital, des Cols Blancs, un PDG de LISA lui aussi sous un masque empathique. Celui ci- après dit  » Le Fou  » , sportif Admirable, était issu de l’ Assistance Publique, il n’en était que plus méritant cependant il manifestait des troubles relationnels inhérents à en deviner ce passé, ce n’était pas de nôtre faute pourtant … . Un directeur BCBG parti de rien, dont ses collaborateurs antérieurs l’avaient envoyé au tribunal, ce qui visiblement n’avait pas arrangé sa mentalité, etc.
BON A SAVOIR / VU QUE VOUS POURRIEZ AVOIR A VOUS DEFENDRE DE CES MAUVAIS CARACTERES : Inversement nous allons découvrir que d’ordinaire ces profils dissimulent des manquements professionnels inadmissibles au regard de vos torts possibles, de vos lacunes ( En refusant vos demandes de formation ) et du mépris qu’ils vous portent. Le pontife susdit rabaissait outrageusement les infirmières, il passa un sale quart d’heure devant la Commission des Droits des Patients pour sortie avec un caté = Risque vital, non hospitalisation d’un légume, ect. Ceux de la base s’illustrent communément en plus par une fainéantise – désœuvrement majeurs. A priori :
Plus ils vous écrasent. Plus ils sont nuls – coupables quelque part.
DECOUVRIR : > A Paresse, Piédestal / Les Charlots, Retour de la Méchanceté, et cetera.
Il faut saluer les si rares Roussillonnais qui ne correspondent pas aux tristes panels de réputations particulières aux catalans, d’autant que les calamités identitaires des seconds leurs retombent dessus.

LES CASANIERS

Revenons en à leur réputation de ne jamais sortir de leur trou, renforcée par LA boutade habituelle à ce propos – Les Catalans sont tous perdus dès qu’ils ne voient plus le Canigou … Une fable esquisse que c’est bien avant de ne plus apercevoir leur Olympe, disons plus précisément, dès qu’ils ne voient plus leur clocher, que dis je, c’est encore plus fort, > Lexique à FABLE.

Une différentiation à intégrer au quarté tout en prenant en considération des salaires les plus bas de France, ils sont casaniers,comme si la géographie à la Rapanui ne suffisait pas à impacter leur personnalité*. Au fil des pages cette sédentarité s’avérera être une pièce pivot du puzzle. Sur les sentiers de randonnée de Cerdagne et de toute la vallée du fleuve Tech, les barcelonais sont plus nombreux que ceux d’ici mis à part les marcheurs roussillonnais en troupeaux. Hormis ceux qui ont conservé des attaches outre – Pyrénées et les voyages organisés, l’immense majorité des plus mobiles bute, toujours à l’état grégaire dans le sable du littoral, à Le Perthus, week – end au centre commercial le plus proche, si aisés ou flambeurs aux neiges catalanes. Point positif, cela laisse de la place pour être tranquille !  Sortis de ces axes une très large majorité de roussillonnais est incapable de situer précisément les localités distantes de 30 km de leur dortoir **, ils sont dans l’ignorance de leur existence ! C’est le cas des villages des bassins de l’Agly – Verdouble et Berre pourtant banlieue de Perpignan, en moins d’une heure on traverse ces territoires fabuleux. S’ ils s’aventurent dans cet  » Au – delà  » de 30 km soulagés le lundi fièrement ces cavécas en font tout un plat *** en tentant de vous imposer cette actualité sur toute discussion mais là ce n’est point spécifique à ce sujet.  Etant dans la méconnaissance des noms des communes et de leur localisation, en dépit de la signalisation ils vont se perdre s’ils s’y rendent , du coup ils n’y vont pas afin de s’éviter de fatalement tourner en rond pendant des heures jusqu’à la crise de nerfs familiale qui va éberluer les témoins pour le restant de leur vie. Allez vous en enquérir dans les foyers ruraux, vous ne risquez plus rien à l’ère du GPS. 

 Dès 17 ans jusques autour de 25 – 30 ans je fus le 1 % à 120 de ces équipes + relations  non professionnelles de ma génération de natifs d’ici à avoir de ma stricte volonté, vécu hors du département ( 11, 27, 36, 46, 67, 80 et RFA ) ou en être simplement sorti, en faisant abstraction des fils de réfugiés espagnols, clubs sportifs, service militaire, croisière avec ses parents, voyages scolaires ou tout autre déplacement imposé. C’était si rare que en 3 è. cela s’est préludé d’une convocation auprès de la psychologue du lycée de Perpignan !

* Casaniers restant entre catalans, ce qui participe, là aussi, à ce qu’ils ne se rendent pas compte de leurs différences désavantageuses et logiquement à leur xénophobie. Hors plaine à dater du bétonnage en cours, Darwin aurait aussi bien fait de se rendre en Conflent et Vallespir plutôt qu’aux Galapagos. De pair avec leurs faiblesses, encore au XVIII è ils ont été au bord de l’extinction tant les épidémies y furent mortifères. La juxtaposition de ces paramètres soulève tout naturellement l’interrogation :

Y aurait – il une goutte de consanguinité dans l’explication des causes leurs travers identitaires ? Ce n’est évidemment pas la seule hypothèse et encore moins la plus fiable.

Détail ubuesque, les catalans sont vite prêts à voir un lien de causalité Gavachs – Consanguins. Mes collègues casaniers hors pair ci – après à ***, ne manquaient pas une occasion de l’insinuer dans l’ambiance de brèves de comptoir.
** – Je suis allé acheter une guitare à St Paul de Fenouillet. Oh que c’est loin ! Et patati et patata …. Exploit sur le tard, à moins de 50 km de route nationale rectiligne de chez cet artiste barcarésien incontestablement né pour vous amuser, surtout que St Paul n’est ni un écart ni un trou, avec encore une activité industrielle, il se diversifie en une plaque – tournante du PNR Corbières – Fenouillèdes sur la route de Perpignan à Bayonne c’est un pôle touristique d’où l’on vient de partout attiré par les châteaux cathares , des gorges en particulier celles de Galamus, son muscat, ses croquants, etc.
Sédentarité vectrice de sottises : Emerveillement quand exceptionnellement ils s’écartent de leur zone et qu’ils vont en  » Montagne « , là ils s’exclament de la sorte : – Hier j’étais à la montagne, c’est magnifique … ( A Périlhós  » Périllos « , 350 m. d’alt. et 20 Km du domicile laurentin ). Laquelle de montagne pour beaucoup est déjà vers 100 m. d’altitude, aberration allusive entendue pour entre autres lieux Latour de France à l’éloignement comparable où apparemment ces locuteurs ne sont jamais allés. Oh Bonne Mère ! Ils sont encore plus Fadas que tes marseillais ?
*** SYNTHESE : J’ai été accompagnateur de randonnées, une part est issue de confidences de marcheurs ou trahis par leurs réflexions, physionomie, silence brutal du groupe. Il s’agit évidemment d’urbains déplacés hors sentiers  » au fin fond de la forêt obscure « .
– Limite Km peut – être due à une part de phobie, appréhension induite culturellement dans le subconscient par la circulation via des sources catalanes de contrevérités, superlatifs méprisants non avérés relatifs à cet au – delà languedocien, cela dans une récurrence séculaire.
– Part d’inavouables voire irrationnels tel que le stress du citadin grégaire, de se retrouver dans la peau d’un étourneau perdu seul dans le désert imaginaire dit le Fenouillèdes. Avec les incroyables qui peuvent graviter autour d’une telle base. > Compléments plus bas à N’Importe Quoi Sauf le Déshonneur et A Propos / Faut Rigoler.
SALAIRES LES PLUS BAS DE FRANCE > Notes à Libertés patronales.
EPIDEMIES > Chapitre Intégration + pages A – Propos.

LA RACE IMPORTUNE

Personnellement j’estime qu’ il s’impose un rapprochement* avec, La race importune des imbéciles heureux … Georges Brassens.

Ce sétois singulier nous a transmis un chef d’œuvre qui paraît calqué sur le front de ses voisins roussillonnais, tant les adéquations sont continues tout au long de son texte. Certainement plus flagrantes, communes et additionnées en Catalogne Nord, d’ailleurs ceux qui ne correspondent pas à ce portrait y sont classés atypiques !  

C’est pas un lieu commun celui de leur connaissance
Ils plaignent de tout cœur les petits malchanceux 
Les petits maladroits qui n’eurent pas la présence 
La présence d’esprit de voir le jour chez eux 
Quand sonne le tocsin sur leur bonheur précaire 
Contre les étrangers tous plus ou moins barbares 
Ils sortent de leur trou pour mourir à la guerre 
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part …

Extrait copié de mathieu1.typepad.com/blog2007/10/gabacho-gabache.

Ce site est de ceux qui font aussi un parallèle avec Brassens. *

Texte intégral sur :

paroles.net/georges-brassens/paroles-la-ballade-des-gens-qui-sont-nés-quelque-part

NB : Je n’affirme pas que Brassens ait puisé son inspiration sur ses voisins catalans.

Si ce n’était le concentré d’analogies de Brassens rendu ainsi fort approprié, ressemblance troublante avec plusieurs sites dédiés aux Gavachs, soupçonnés de s’être inspirés de mon contenu relatif au poète pour des usages ré – interprétés ou pas.  Bizarre, bizarre, vous avez dit bizarre, quoi qu’il en soit cette convergence de vues en dit long sur les intéressés.

PERCEPTION DU GAVACH

Si vous côtoyez des collègues, des commerçants de Perpignan ou alentours, il est préférable de dissimuler d’éventuelles racines occitanes. Sinon soyez sûrs que vous aurez droit, sans tarder, à des répliques d’une niaiserie déconcertante. Un genre d’histoire Belge de mauvais goût dans le meilleur des cas.

Ils perçoivent l’appartenance au Languedoc  =  Gavach comme étant une sous race, une tare, ainsi en l’absence du moindre différent. Maintenant essayez d’imaginer quelle pourrait être l’analyse, de toute personne catalane, sortis du cercle de vos amis ou relations régulières, en cas de rivalités au sein de votre entreprise. Les Gavachs sont vite brocardés au cours de discussions informelles :

  • Une salle d’attente dans un village : Le bavardage aboutit désobligeamment sur les épaules des Gavachs sans que les drôles en cause, dont un retraité du palais de justice, ne se soient souciés de l’éventuelle présence d’un languedocien.
  • Il m’est arrivé d’être ciblé comme étant le sale gavach de… en réunion devant mon directeur. Ultérieurement, il aura fallu que je compose avec son successeur,  un notable de Najac pour que cela cesse net. Variantes agrémentées de Espèce de….
  • Deux adultes égarés abordent un octogénaire, en les orientant vers la rue qu’ils recherchent, ils devinent  que c’est un languedocien. En s’éloignant  ils s’esclaffent : Ah ! Ah ! c’est un Gavach…

Les roussillonnais et ibériques ont sempiternellement cette injure sur le bout des lèvres, ils la produisent à l’emporte – pièces. Immanquablement, à chaque nouvelle connaissance catalane, dès les présentations, on vous rie au nez de façon pour le moins équivoque quand à cette identité Gavach. Une véritable épidémie des plus contagieuses notamment sans exclusive chez les passionnés de ballon ovale, ce qui englobe de fait quasiment tous les  » indigènes  » catalans du 66 *. Le pastaga est autant contagieux, tellement que cette énième particularité du cru va grandement nous occuper **.

* Immigrations du XX è. Il en émane une photographie de l’esprit d’équipe recette à la sauce catalane, de si lamentables extériorisations seront passées en revue, initiées de rugbymen et footeux pratiquants ou passionnés inconditionnels, en contradiction formelle avec les prétendues valeurs véhiculées par ces sports. > Couplets Irrespect, Envie, Radins, Diffamation, etc.
** A ne surtout pas sous estimer : Dernier indissociable du quarté et à envisager comme partenaire potentiel de chacun des travers développé. Les bouteilles asséchées  vont s’aligner au fil de leurs exploits et le cubi de divin muscat de Latour de France au frais dans la bétonnière, nous allons avoir maintes occasions de comprendre qu’ils passent pour être des éponges à capacité d’absorption d’alcool  comme nulle part ailleurs, en phase avec la norme du Roussillon, sans qu’ils soient ivres tant ils sont imbibés précocement mais ça a toujours ses limites, toutes les générations en sont imprégnées. Aucun risque d’avoir à en rechercher désespérément, alcoolisation et rugby sont indissociables, ils sont de quoi en remplir des stades. Le podium de la plus haute considération publique ira à celui qui engloutira le plus. Antinomique mais vrai, ce sont des buveurs se clamant sportifs ! Record national, voir le lexique. Nous dévoilerons au chapitre Orgueil, dans le cadre de ce partenariat potentiel de chacun des travers, 4 inavouables supplémentaires jamais bien loin. Vous devriez les deviner d’ici là.

 

ARTABAN A LA PARESSE HORS ENTENDEMENT

Madame et les ouvriers à la salade, Monsieur au bistrot ...

C’est à dire accroupies les mains dans la boue, l’eau glaciale, la gelée blanche généralement associé avec une tramontane habituellement réglée à 90 – 110 km / h.

Maxime populaire en Roussillon, parallèlement il n’en demeure pas moins vrai que les gens de ce cru ont facilement mauvaise langue. Néanmoins, manifestement, le catalan est porté à se décharger, sans retenue sur son  » Esclave « , des taches ingrates ou perçues dévalorisantes et évidemment par fainéantise, aucune honte si c’est aux dépends de son épouse, d’un débutant ou du collègue de travail, bien au contraire.

Un universitaire catalan Raymond Sala, encyclopédie Bonneton Pyr. _ Or. sélectionne à la page 40 quelques analyses savoureuses y compris s’agissant du désœuvrement.  De nos jours même des auteurs de Catalogne Nord émettent à l’identique, G. Bile élu de l’agglomération de Perpignan :

Les Catalans, comme tous les Espagnols, partageaient  jadis, les répugnances des Orientaux à l’égard du travail… Toutes les classes de la société admettaient l’esclavage.

Cette formulation à l’imparfait est à présumer vraiment élégante, puisque émise par un employeur d’une catégorie des plus exposées.  Voir à Liens et Livres Fenouillèdes.

Tant et si bien que :

Les roussillonnais, bien introduits sur le marché local, à choisir plutôt que des catalans du Nord, préfèrent embaucher des occitans sinon des espagnols. De tous temps ils ont été appréciés pour leur productivité censée être généralement meilleure. C’est une des raisons ( Inavouables pour un catalan ) qui explique les milliers de languedociens dans les milieux agricoles de la plaine jusques dans l’entre deux guerres, où semble t-il ils étaient exploités jusqu’à la moelle,  » Payés à l’espagnole  » selon une expression afférente, en contrepartie ils étaient polyvalents en matière de  » jardinage  » et tant de mas changèrent de nom.

 Quand aux décideurs venant d’autres régions et ayant eu écho des réputés travers catalans, ils mettent automatiquement tous leurs collaborateurs dans la même charrette, les si rares roussillonnais comme il faut compris.

Les sénateurs : – Fais ressortir au cours de l’entretien d’embauche, que tu es du Fenouillèdes.

INDICATEURS DU DESOEUVREMENT

Le catalan s’avère contrarié quand, exceptionnellement ici, la météo la dispensé de passer son week – end vautré sur la plage. Ce sera le concert de gémissements pitoyables du lundi 8 h pour s’être ennuyés. Domiciliés à Le Barcarés ou limitrophes, ils ont l’agrément de pouvoir s’y rendre à pied tous les jours de l’année ( La graphie officielle Le Barcarès est fautive, elle est vraisemblablement de celles frelatées par les catalanistes obnubilés ).

Grosses difficultés s’agissant de laver son assiette, sa tasse, etc.

VVF plage du Lydia, service technique ci – dessous : Pour aller chercher dans les stocks  » 10 ampoules « , à 10 reprises, accessibles en 2 à 5 minutes à pied, il leur fallait un camion à la journée sur un trajet beaucoup plus long et sans pouvoir aboutir près de l’appartement mais permettant de bavarder avec des acolytes présents sur le parcours. Pareillement sous tous prétextes dont les pauses déjeuner et matinale. Ce qui se double d’une gestion prodigieuse des réserves, des véhicules éminemment plus utiles ailleurs et du temps. Des dizaines de  » Collègues  » en cause, enfoirés serait plus approprié.

En 1905 des membres de la SASL société savante de Perpignan de passage en Fenouillèdes pour une évaluation séricicole, ont constaté quelques différences par rapport au Roussillon :

….– Ici ce qui … des braves gens ayant de l’ordre, travaillant sans bruit, et on ne trouve pas un homme désœuvré dans les rues Citation incomplète, à suivre ou bien sur Paridulac Caramany.

ROUSSILLON ? PLUTOT ROUPILLON

Roupillon est là plus adéquat,  la paresse relève du défi à la raison exceptés en étant fort courtois moins de 10% d’entre eux , en principe d’origine extérieure. C’est seulement à l’approche de la retraite que ces dits populairement – Codenàs  » Coudénos  » ( Lexique ) en deviennent stressés, c’est alors qu’ils appréhendent de savoir comment ils vont pouvoir ne pas s’y ennuyer. Ils vous demandent d’un ton étonné en le renouvelant anormalement – Tu ne t’ennuies pas ? Cette paresse générale en faisant tache d’huile, n’a pas concerné que les autochtones en couvrant les 35 ans dans cette entreprise. Mes collègues ( Barcarés, St Laurent + à l’entours ) étaient si fainéants, en moyenne 80 heures par mois aux frais de la princesse, qu’ils ne surent saisir la énième chance inouïe – incompréhensible qui leur fut accordée, tous se relâchèrent démesurément dès le jour J de la prise de fonction de l’un de leurs amis de toujours ( Devenu sur le tard un des meilleurs ultras traileurs du 66 dans sa catégorie ), fraîchement promu chef avec énoncé courtois aux intéressés des attributions inhérentes.

S’octroyer tous les matins une pause 8 h à 9 h 30 / +, se faire surprendre ( Après tant d’années ), le lendemain décaler sa coupure indue à partir de 10 h. , nouvelle secousse du prunier au délai analogue, report aussitôt dès 15 h. , etc. Il en fut ainsi pour la plupart de mes collègues roussillonnais. Ces arrêts n’étaient pas obligatoirement les seuls quotidiens et les mêmes drôles d’oiseaux les combinaient avec un arsenal époustouflant de diversité et d’acharnement à duper le chef : Promenades avec les véhicules, Choix de taches tranquilles non prioritaires. Courses et consultations répétitives en cours de mission, banque, poste, bistrot. Lessives injustifiées. Avancer ses cultures. Réparer sa voiture, le moteur de son tracteur en le faisant passer pour celui d’une chambre froide en mobilisant X journées. Recevoir régulièrement des visiteurs sur son poste de travail des heures durant. Absentéisme, Maladies à dates fixes. Selle TLJ,

Tontes en 10 à 12 heures pour 2200 mètres carrés de gazon au lieu de 2 heures +/- .

 » Changement d’ampoule  » 30 mn /+ l’unité X 2000 lits + communs.

Réparer les canalisations sans essais consécutifs. Bonjour les dégâts,

etc.

Ce Village de vacances sis à 2 encablures du paquebot ensablé Le Lydia, devint célèbre et attractif jusqu’à Roubaix pour ces relâchements inouïs nonobstant des salaires des plus enviables du département, jusqu’aux années 90. Mieux, les gars en cause bénéficiaient de promotions, de  » Menues  » faveurs privilèges de ces indignes. Pendant ce temps le chef convaincu d’une surcharge de travail mandatait des artisans, embauchait, il embauchait et il embauchait des aides prochains glandouilleurs. Mieux que ça, les deux jardiniers dilués dans les 13 ha à se partager étaient constamment parachutés au service de ces planqués, aussi pour suppléer aux stupidités au détriment des plantations. Après une prise de conscience tardive ( 20 ans ), plusieurs décideurs se succédèrent sans pouvoir en venir définitivement à bout.

Ils ont débouché sur des réorganisations et une restructuration, que j’ai quelquefois suggéré en devant insister. Elles ne sont en aucun cas consécutives à mon prétendu mauvais caractère, contrairement à une rumeur indélébile, laquelle logiquement a dû être initiée par le cadre en cause dans ces dysfonctionnements en la revivifiant auprès de ses successeurs manipulés insidieusement. Aucun de ces dysfonctionnements collectifs ne fut suivi des sanctions qui s’imposaient suite à leur validation !

Curieusement un des services de l’Entretien, la maçonnerie, ne fut jamais gangréné par cette fainéantise XXL, ce furent toutes équipes au sens propre comme au figuré des Commandos à la tache. Bravo à Dominique, André, Manas, Maurice, Serge, Saïd … , particulièrement l’un qui saisonnier à l’année, dut galérer pendant une trentaine, durement éprouvé par cette injustice, avant d’obtenir un CDI si mérité.

Une seconde collectivité du cru est célèbre en matière d’absentéisme record. La différence est que ces Municipaux de Le Barcarés, ou d’ailleurs, ont raison au regard de leur salaire à la  » Faut pas pousser grand – mère dans les orties « .

La distinction est de rigueur vis à vis de leurs homologues d’outre – Pyrénées, lesquels ont un lien à l’effort et à la pénibilité plus convenable. Ils acceptent aussi  les salaires et les conditions de travail dits des plus indignes de France puisqu’ils méconnaissent leurs droits élémentaires en tant que étrangers. Quand bien même il y aurait méprise à en justifier la paresse, elle gangrène tout autant ceux correctement rémunérés ou ayant bénéficié de largesses plus ou moins méritées.

Il ne faut surtout pas omettre que dans cette affaire, du très haut de leur piédestal les employeurs roussillonnais sont lourdement compromis au travers d’un éventail de manières incitatrices par découragement. Ils ne vont pas passer au travers.

On découvrira via des cheminements variés que bon nombre de ces paresseux sont autant du profil  » Crève la faim « , ils ne peuvent tenir en ayant un panier inadapté à leur activité, lequel  » Consiste  » d’ordinaire en une barquette d’ultra transformé, sans plus. Logiquement le désœuvrement doit intervenir significativement dans cette absence de panier approprié ! Qui plus est dans ces conditions : 7 h / j X 5 et domiciliés entre 3 et 10 km par une 2 fois 2 voies.

Recoupements bilatéraux de la paresse HORS ENTENDEMENT plus bas à :

DU HAUT DE LEUR PIEDESTAL

RETOUR A LA MECHANCETE.

+  Notes suivantes :  

Paresse et Libertés patronales

Incroyable mais vrai – On en est là Pour chacune des tares identitaires.

CALAMITES DE L’ORGUEIL IBERIQUE

L’ORGUEIL INDU, LA CATASTROPHE NATURELLE QUI RAVAGE LES CATALANS, sans aide publique pour les victimes.

Réfléchissez avant de signer pour venir vivre en Roussillon : Les nouveaux arrivants ne sauraient tarder, sans alternative, à devoir composer avec ce cocktail catalan, à y être confrontés auprès d’énormément de leurs contacts, tel qu’indiqué aux liminaires, amère sera la dissipation de l’état de grâce. Qui plus est en tant que  » Etrangers « .

L’habitant des Pyrénées – Orientales… croit de bonne foi qu’il forme un peuple à part, peuple supérieur dans sa pensée, il place bien au – dessus de tous les autres… La haute opinion que l’on s’y forme de soi et de sa nature ... Rapport de l’inspection primaire en 1849.

Cette illusion de Supériorité en tous points explique qu’ils se gaussent vite fait de  » L’inférieur dominé  » le tournant en bourrique de très haut, à fortiori s’il s’agit d’un Gavach, dans leur logique innée c’est conforté par ce  » Handicap « . Cette propension à RABAISSER s’applique à la totalité des péripéties développées ICI, à TOUS PROPOS.

> Ci – dessus à Définitions puis à Perception du Gavach.

Il paraît que vu de l’étranger l’orgueil différencierait le touriste français / TF1 13 h. 21/08/2022. Fiabilité ? Toujours est – il que le français de la la pointe sud de l’Occitanie lui se lamente de l’orgueil des Catalans.

Nous aborderons une gamme de symptômes assimilables à cette sorte de MALADIE MENTALE IDENTITAIRE avec lesquels ils vous pourrissent le quotidien. Ce qui esquisse un portrait robot de l’orgueilleux d’où qu’il soit natif et donc à plus forte raison du roussillonnais lambda par mixage de ces détériorations.

Sauf portion congrue, les désagréments suivants émanent de collègues catalans de vôtre service auxquels vous avez affaire tous les jours depuis des mois à trois décennies, aussi des cadres et un contre – maître. Ils sont à peu de choses près tous en cause ( Effet de groupe ? ), dans les deux entreprises où je me suis attardé, tous âges mêlés de la vie active. Hors exceptions, ceux non catalans ne sont pas à incriminer.

Le taux à vous en estomaquer de détérioration qui en ressort donne celui de la population catalane.  

Ici l’ ORGUEIL est dit IBÉRIQUE soit espagnols et portugais confondus. Tous ceux qui ont des relations durables avec une personne de ces pays auront fait le rapprochement. il se trahit au travers d’un faisceau de comportements délétères tels que :

En premier lieu Une combinaison de rabaisser X ultracrépidarianisme, à en lanciner par multiplicité d’intervenants, dans leur esprit vous êtes obligatoirement inférieur, une obsession chez des connaissances.

Assorti d’un respect obséquieux X  » Soumission «  exigé selon vôtre interlocuteur. Cette dernière autant par conséquence collatérale de leur irrespect, on y reviendra à son traitement. Ils trempent à peu près tous dans ce jus.

Vous connaissez un catalan entre 7 et 77 ans qui ne correspond pas à ce trait de caractère, eh bien vous tenez quelqu’un d’estimable, prenez en soin ! Mon tour de France, hors Compagnons, m’a conduit notamment dans trois entreprises, de plus de 200 salariés en moyenne, Strasbourg, Eure, Indre. Aucune en se limitant au personnel originaire de l’Hexagone, ne contenait une proportion d’orgueilleux proche du Roussillon, bien loin de là ! Sauf peut – être en Flandre ? Inversement dans un groupe de catalans, c’est l’éventuelle présence d’un profil non orgueilleux qui dénote,   » Excite  » quelquefois.

Assurément le plus invivable à épouvantable ( 1939 – 45, vie de TLJ ) des maux qui les gangrènent tant il est développé, l’expression crever d’orgueil est ici dans sa plénitude ( RRQ. ) .

Mixé à leur part de xénophobie, on comprend mieux le pourquoi de l’emploi inconsidéré du qualificatif péjoratif Gavach tout en pouvant être stimulé autrement.

Maintenant il est temps d’analyser quelques symptômes de cet orgueil ibérique.

 ATTENTION DANGERS

Plus ils sont orgueilleux, plus la plaisanterie risque de partir en vrille.

D’ordinaire vite fous d’orgueil, plus sûrement que du chocolat d’une réclame culte de leur compatriote Salvador Dali, à tel point que c’est pas automatique mais il n’y a rien de plus banal que vôtre interlocuteur en s’efforçant de ne pas le laisser apparaître, n’accepte pas la plaisanterie dont il est l’objet, de se faire railler. Attendez vous à quelque crise aux larmes *, coup bas, déstabilisation, piège, particulièrement si les rapports physique, de différence d’âge ou de quelconque  » supériorité  » vous sont désavantageux.  Cet état m’a amené progressivement à me garder de plaisanter à l’égard de quelques uns.

Mais avec eux cet  achoppement plaisanteries ne saurait suffire.

* Vous avez un exemple de plaisanterie coincée dans le gosier ci – dessous à > DESHONNEUR. Plus bas le développement nécessaire et une citation en adéquation à > SPLENDEURS de la Nocivité / Tour du Cadran. Les leurs ont communément un socle sarcastique.   

– RABAISSEMENTS

Conseil ANTI ARNAQUES ci – après, d’autres plus bas.

Aveuglés par cet orgueil, en omettant par RRQ. que nul n’est parfait, surtout le catalan de par cet identitaire. Toutes les catégories sociales en sont coupables, sans limitation aux interlocuteurs à la carrure avantageuse, qui ont mieux réussi que vous ou se bercent de cette illusion, mais ça leur monte à la tête à en devenir les plus dégradants.

Ils ne  » Supportent pas  » chez vous le moindre point faible, quel quand soit sa nature, jusqu’à vous rabaisser lorsque vous êtes sollicité pour un métier qui n’est pas le vôtre et sans en être impactés, ils vont revenir à la charge sans répit en tentant le concours de tout le service, d’éventuels intervenants extérieurs, à en aller détourner le chef de ses occupations. Retours aussi au gré des circonstances à venir de ce duo : Rapports avec empressement au décideur – Manipulations de l’équipe. Un relationnel à ce point présent qu’il vous mène à la longue à ce que vous vous surprenez à rabaisser aussi stupidement. Quand à vos faiblesses nous verrons qu’ils peuvent en être à l’affût.

> à Illusion de Supériorité puis au chapitre Nocivité / Je viens chercher des ennuis.

Sont à inclure :

Des réflexions dégradantes, émises publiquement par l’encadrement, sur les uns et les autres. L’ouvrier est démuni face à ces roitelets, lesquels en profitent pour se lâcher, un petit aperçu pour mise au parfum : – Le niveau culturel des maçons est des plus bas. – Qu’Il ne s’imagine pas que je vais acheter un EPI respiratoire pour un jardinier* – Tu ne vas pas continuer à te rabaisser à coucher avec un peintre, tu serais mieux avec moi. – Un tel est niais. Rabaisser ses équipes auprès des intervenants extérieurs en présence ou pas de la cible, etc.

Un exemple émanant du tribunal d’instance, à la date 1872.

Entre le rabaissement et la jalousie, qu’un pas ! Le premier doit d’ordinaire cacher l’inavouable ?

* ANTI ARNAQUES D’entrée de gamme. Les inspecteurs de la CRAM sauront l’aligner sur ce point et assimilés. Ayez le réflexe de vous renseigner auprès de l’INRS – CRAM ou MSA si vôtre employeur méprise vôtre santé. Vous n’avez pas besoin de communiquer les coordonnées de l’entreprise, laquelle en principe manifeste un phénomène de rejet du collaborateur qui s’y défend fusse de son Droit le plus élémentaire ou vital. INRS > Notes à LIBERTES PATRONALES.

– PECCADILLES APOCALYPTIQUES

Le Roussillonnais est vif, brusque, pétulant, peu endurant, il est prompt à s’irriter et difficile à ramener, constant dans sa haine comme dans son affection, Jaloux à l’excès de ses prérogatives et ardent pour l’indépendance. Il a un fond d’inquiétude qui lui fait supporter avec impatience toute espèce de contrainte au d’autorité. C’est le caractère de tous les Catalans tant en deçà qu’en delà des Pyrénées.! Page LIII Histoire du Roussillon de Dominique Marie Joseph Henry en 1835, conservateur de la bibliothèque municipale de Perpignan. Reprises condensées aux soulignés jusqu’à une universitaire frontalière.

La jalousie a été maintes fois avancée au cours de discussions avec des Gendarmes languedociens en service chez les catalans selon lesquels – Ils sont jaloux de tout … Elle transpire à grosses gouttes en des réflexions explicites à vous en interloquer car elle se révèle à partir d’un impensable, pour peu qu’ils se retrouvent à la traîne dans quelque domaine que ce soit. Logiquement, elle doit être la racine inavouable d’un pourcentage conséquent des désagréments relatés. Son omniprésence la rend propice à en être taxé à tort et à travers en cas de différent par qui veut se défiler, c’est le bouclier idéal.

Exemples :

Après 10 ans d’investissement intense vous parvenez à gagner 5 points sur le collègue ( Profil catalan ) ce qui pour une fois constitue une amorce de rééquilibrage. En dépit de la somme dérisoire que cela représente, il serait surprenant qu’il n’en soit point enragé, les bêtes féroces sont lâchées.
2 exemples ci – après au couplet Vantardise.

LES ENERGUMENES OU LA COMEDIE DES INDIGNES

 » Indignés  » alors qu’ils n’ont aucune justification de l’être, ils sont simplement blessés dans leur fierté et l’ont mauvaise.

Particulièrement énergumènes lorsque vous déjouez leur jeu malhonnête ( Employeur, artisan, ect. ), le souci est que sauf à vous avoir jeté dehors, ils vont devenir monstrueux si vous ne pouvez pas faire autrement que de continuer à traiter avec eux.

Plus ils sont orgueilleux, plus ils sont fous furieux à vous hurler dessus à partir de la peccadille.

Un conseil de pro. à un néophyte, une alerte pour danger imminent sur ses bambins par imprudence des parents distancés ( Méduses aux pieds à proximité immédiate d’un escarpement savonnette ), celui pris en pleine maladresse ou inopinément surpris à vous abuser, une interrogation par suspicion d’arnaque *. Une remarque pour manquements ou abus de pouvoir d’un bureaucrate **, indélicatesse dans une file d’attente *. Le manager qui n’a toujours pas assimilé vos contraintes, lui formuler une critique informelle accompagnée d’une préconisation, ect. Chaque fois émis avec des pincettes puisque avec eux on sait à quoi s’en tenir, suffiront au mieux à provoquer des étincelles, plus sûrement Hiroshima. En % leur réaction est facilement disproportionnée, violente, une aisance à diffamer, crâner ( RRQ. ) . Rétorsions à prévoir. ***, On va avoir maintes conditions de ressentir ces excessifs absolument déplacés .

> Notes à Manuel de Survie quant à une explication à envisager face à leur détérioration identitaire.

* DENI : D’ordinaire dans ces circonstances, surpris en pleine action ils nient farouchement, au mieux ils seront décevants et peuvent devenir dangereux pour peu ou sans que vous insistiez. A en croire qu’ils sont devenus fous et aveu du degré élevé de détérioration identitaire en menaçant physiquement au seul motif de ces futilités. Surtout pour la double incapacité de reconnaître sa culpabilité déjà que pour çà et de ne pas supporter que le tort leur soit signifié, en toute courtoisie.
Le catalan est réputé voleur né, sous toutes les acceptions du qualificatif. Il est de vôtre intérêt d’être obligatoirement vigilant dans toute affaire commerciale, on creusera ce sujet au chapitre Envie, sur fond vert.
** Imaginez le tableau : A la fois Catalan donc tire au flanc et en plus bureaucrate ou fonctionnaire. Gros désagréments avec banques, collectivités territoriales ( Concours d’entrée arrangés ), assurance fonction publique, fisc ( + échos concordants et récurrents ), coopératives agricoles, etc. Enormément de pistonnés dans ces secteurs sans égal national, pas toujours motivés. > Suivants : Irrespect et Envie – Intéressés.
*** Vos voisins, collègues vous harcèleront au téléphone. Ces représailles ( Caillassage façades ) commencent à peine sortis des couches, on les supporte de bambins d’à peu près 8 – 10 ans au grand maximum qui se sont fait gronder, Il est à remarquer que des familles impliquées étaient avec fenêtres sur risques corporels ( Dont empalement ) pour leur progéniture et mobiliers me concernant et demeurèrent a priori sans agir alors que les faits durèrent 10 j. au bas mot. > Notes à Delon – Bardot. .

D’une manière générale, déjà sans que ce soit une sanction, ils ne tolèrent pas le retour en copié – collé *. Ces énergumènes s’emporteront pour plutôt moins que les rabaissements – contraintes – irrespects – dommages qu’ils vous infligent. C’est bien plus assuré quand matière de plaisanterie indigeste, ce à quoi seul péte les plombs le gratin de l’orgueil. Si le faux – pas vous appartient, leur illusion – de haute opinion de soi aboutit au crime de lèse majesté.

Ces futilités de nature à rester coincées durablement dans leur gorge sont de mauvais présages relationnels, comment peuvent – ils manifester leur orgueil dans le reste de vos échanges …. Bon courage !

En fonction du contexte un état comparable par le langage à l’irascibilité du  » Parisien  » au volant **, à une irritation chronique difficilement contenue à fleur de peau. Quand quelque chose leur déplait, ils sont enclins à surréagir sans chercher à vérifier que vous soyez en cause ou à comprendre le pourquoi, jusqu’à refuser d’accepter vos explications comme si obligatoirement seul leur avis était pertinent, ( RRQ. ). Cela semble tourner autour d’un besoin primordial de toiser, de paraître au – dessus de **.

... Il faut mentionner les méfaits irrémédiables qu’ont perpétrés ici la vanité du paraître, et le dilettantisme généralisé. Les noms de lieux du Roussillon, Renada – Laura Portet 2021, à propos du roussillonnais.

* Dans le cadre de gestes copie conforme de voisinage, le ballon des enfants de chacune des parties suffira à le démontrer.
** A priori logique automatisme corollaire de crâner si facilement, ils le dupliquent sur leurs enfants : Leur moufflet ou son copain, tout juste perché sur ses quilles, fait une bêtise ou semble s’apprêter à … Ils vont lui HURLER dessus assorti d’une volée d’insultes et de gros mots sexuels. Vocabulaire identique d’une employée communale dans l’exercice de ses fonctions toujours auprès des plus petits. Mon fils me demandait les définitions. Mémorables !
> Notes à Tous avec la Cervelle sous la Ceinture.

ILLUSION DE SUPERIORITE

Seul leur avis prévaut, c’est éclatant lorsque vous abordez des sujets totalement externes à leurs centres d’intérêt.  Que vous ayez affaire à un collègue ou à un  » Supérieur « , ils sont capables de réagir en cherchant à faire prévaloir un point de vue émanation de leur pure imagination, la crédibilité de vos assertions sera balayée en toute ignorance. Le  » Grand Chef  » inexpérimenté dans vôtre domaine, le formateur se montrera désobligeant, agacé de vos connaissances 1. Le Gavach s’entendra : – Tu ne racontes que des conneries … ou des répliques assassines doublées d’un rictus condescendant comme suivent : – Le Gavatx a parlé. – Interprétation de G. – Conneries de G., ect. Plus facilement sans doute lorsque vous rectifiez leurs affirmations erronées. > à Ne Raconter que des Sottises.

  • Variante plus décevante, ceux du métier avec ou sans qualification refuseront de rectifier leur geste technique, leur organisation sur la base d’une simple suggestion vite cadrée de répliques désobligeantes en appui **. A l’opposé rien de plus normal que les mêmes personnes longtemps des désœuvrés ***, expriment leur opinion quotidiennement penchés sur vos façons en pure agressivité et transmettent à vôtre responsable, 2 .
  • Processus copier – coller venant aussi de gars totalement étrangers au métier après avoir refusé d’admettre vos explications individuelles ou consensuelles. Imperméables à vos arguments ou au résultat obtenu ( Eloges de clients ), un pourcentage considérable de collègues lesquels s’attardent hors de leur poste pour réinterpréter vos façons et vous donner de véhémentes leçons puis éventuellement s’empressent pour aller vous casser du bois vert dans le dos en remontant …. Là les catalans ne sont pas seuls sur la sellette, plusieurs 59 et limitrophes dans leur région + transplantés dans le 66 sont à incorporer. Manèges précisés plus loin à Splendeurs de la Nocivité Catalane / Compléments.

Chacun de ces désœuvrés auxquels j’ai pu renvoyer la balle a eu le réveil insupportable, catalans obligent mes arguments ont été d’une gravité au centuple ( RRQ ). Ce paradoxe va resurgir sous des formes complémentaires au traitement des Splendeurs. Transposable à toute méthode d’accomplissement d’acte de la vie courante différente de leur pratique laquelle est forcément la seule acceptable 3.

Analogies en rando : Des marcheurs occasionnels épuisés à bêtement s’élever dans la grave  » 1 pas en avant = 2 en arrière « , ont refusé d’adopter la pelouse ou les dalles rocheuses contiguës et certains persévèrent à infliger ce calvaire à leurs petits – enfants en l’intimant en guise de réponse !

Le gratin de l’orgueil a un gros souci : A titre d’exemples d’achoppements, son jardinage dominical est un fiasco; Il s’est fait arnaquer par un congénère prestataire quelconque, communément celui qui vous a été recommandé. La mine catastrophée il vous demande comment vous avez remédié à pareille déconvenue … Mais il se garde de vous révéler la nature exacte de son problème et n’en sera pas dissuadé de continuer de vous rabaisser dès le premier prétexte en vue.

* Ce recto verso ce sont les symptômes de l’ultracrépidarianisme. Il ne peut que refaire surface car il découle de l’orgueil pathologique et du rabaissement induit, à bientôt.
** – Organisation,– Travail de gavatx … comme on affirme – Travail arabe, sans fondement possible. – Je ne vais pas prendre conseil d’un gars comme toi … Formule assénée en diverses circonstances y compris par des managers issus d’autres corps de métiers et donc néophytes. – Je ne vais quand même pas construire dans le village où tu habites, au risque de t’avoir pour voisin … Ce sera en zone exposée à DES risques naturels ! Et cetera.
*** Curiosité de mauvais goût : Eventail d’attitudes plus loin à Je viens Chercher des Ennuis.
Exemples : 
-1  Suite à des escapades sur la Rivièra j'us droit à des questions de nos casaniers portant sur Cannes, Nice, Monaco. Plusieurs, sans savoir où c'est, réfutèrent formellement la validité de quelques unes de mes réponses.
-2  Depuis 15 ans : Vos coéquipiers moins qualifiés que vous ou sans, font du n'importe quoi, s'obstinent à de graves imprudences pour leur santé ce qui vous fait du tort auprès de l'encadrement, refusent invariablement de tester vos suggestions. En outre à leurs dires vous n'y connaissez rien et ils vous en font une publicité désastreuse.        En prenant soin de préserver leur anonymat, vous saisissez l'opportunité de la présence d'un ingénieur agronome lequel valide toutes vos préconisations,( Ma modestie en prend un coup mais c'est ainsi ). Aucune ne sera appliquée et ils seront furieux dès les questions posées ( Sabotages ) ...  Bien que prévenus, ils arriveront à la retraite abimés sinon bien avant.
 -3  Peler un fruit, décapsuler une bouteille, gestes et organisation professionnels  ... 

– RANCUNIERS A VIE

C’est à dire coupables de quoi que ce soit, démasqués sans être obligatoirement sanctionnés *, dégénérés en vengeurs sans scrupules bien des années après **, y compris éventuellement que leur culpabilité demeure effective, rien d’extraordinaire à cet intervalle. Toujours est – il que ce n’est pas de nature à démentir leur réputation d’inclination identitaire à diffamer.

REMONTÉS A VIE, FAIRE LA GUEULE A VIE a priori dès moins que ce qui suit.   Un nombre affolant de ceux que vous avez remis à leur juste place dans le cadre strict  de la défense de vos Droits élémentaires, de la bonne marche de vôtre service, promotion de tirent aux flancs, intervention à titre préventif ou à l’issue d’un préjudice ( hiérarchique, Camping – caristes, des relations de voisinage, punition collective ), maladresses, peccadilles ci – dessus, etc.  Là vous avez amorcé des bombes à retardement, RRQ.

Curieusement compte – tenu de son évidence, les auteurs consultés pour cet article n’y ont pas fait allusion, sauf peut – être plus loin J. J. Expilly. Ce n’est pas leur seul handicap dominant étonnamment passé à la trappe ou si peu abordé.

Passés à la trappe à ne surtout pas sous estimer

Normalement à ce stade vous avez déjà flairé leur seconde nature, à savoir la LACHETE et l’ HYPOCRISIE, n’oublions pas la JALOUSIE. Ce quatuor caché va nous accompagner en toile de fond mixé au cocktail alcoolisé.

* Les 80 heures récidivantes plus particulièrement. A ce stade c’est à se demander si ce ne serait pas d’avantage un mauvais caractère plutôt que de la rancune, néanmoins le décalage suivant interpelle.

** Alors le ciel vous tombe dessus, cela alla jusqu’à une broutille jamais advenue ni ensuite, laquelle fit un prétexte opportun. 

Rancune hiérarchique injustifiée jusqu’à 15 ans > Ci – après à Piédestal + Notes à Libertés Patronales.

JE L AURAI UN JOUR …

 En tout Bien, tout Honneur.. Faire payer le prix à ses voisins ou collègues est relativement facile, a fortiori puisque ce sont des catalans avec tout l’irrégulier déductible de cet identitaire et dans la mesure ou vous l’avez déjà évalué.

Oui mais NOUVELLES DIRECTRICES, A ) : incapacité catalane de reconnaître ses torts, d’assumer la moindre conséquence de culpabilité, RRQ. On retrouve la réaction fondée sur vos faiblesses et développée avec leur manie de rabaissement.

VENDETTA A LA CATALANE: Le catalan qui depuis tant d’années triche, vous cause un préjudice, vous marche dessus sans cesse ni effort de compréhension, s’il ne BOUDE PAS INDÉFINIMENT sera plus mauvais qu’il ne l’est déjà quand rattrapé au tournant, il devra en payer le prix aussi infinitésimal soit – il ( DENI ).

Vexé, que dis – je, Offensé,

au plus profond de sa  » Supériorité « , il déclenchera en surréagissant des rétorsions injustifiées telles que sabotages, menaces physiques, harcèlement téléphonique et rancune à potentiels interminables *, diffamation, des actes de FOUS. Si toute une équipe ou un service est en cause vous aurez une meute qui va s’appliquer à vous nuire de plus belle et vous faire une publicité odieuse de mauvais caractère. Outrés de vôtre recadrage envers des gens  » Bien comme eux « ,  » Au dessus de …  » qu’ils se croient, en vous jouant la comédie des indignés, ils se déclareront au choix – Viscéralement choqué, scandalisé que tu ais osé me faire ça à moi, ( RRQ ). Un chef : – … à un gars comme moi ! **

Etant plusieurs à vous dénigrer, leurs ignominies seront en un monstrueux renversement des rôles , prises en considération par une large majorité de l’auditoire, insidieusement trompé par l’unanimité du groupe. Ainsi vous serez seul réputé mauvais caractère avec tous les désagréments à la clé, sans illusion de progrès quand au problème initial.

Diffamation sur le champ, sans se forcer, surtout à retardement selon les délais que l’on sait, diffamations individuelles et collectives. Ainsi avec leur réflexe de calomnier afin de laver leur Déshonneur, ils s’y précipitent en plein dedans sans à priori en avoir conscience.

CQFD. – Mauvais caractère : Qui le premier de l’œuf et de la poule ?

La porte est ouverte à un engrenage illimité allant crescendo en dégénérant. Des exemples fumants vont suivre aux rubriques Piédestal et Irrespect. > Notes à Manuel de Survie.

* Ayant anticipé, ils se sont rabattus sur le téléphone de mes parents, de ce fait peut – être aussi en cause à l’encontre des oncles et homonymes par méconnaissance du prénom approprié. Faut qu’ils soient, les Catalans, vraiment C. pour en arriver à ce point. ** Il fit école, d’où la ligne du dessus.

–   Quelques – uns les accusent d’être paresseux et trop portés à la vengeance. Jean – Joseph .Expilly dans son Dictionnaire des Gaules et de la France en 1770.

Mais c’est omettre plus INSOUTENABLE

– ADN du MAUVAIS CARACTERE

Ayant été confronté surtout professionnellement aux mêmes personnes pendant des décennies, ne perdons pas de vue que ces mésaventures ne changent rien au quotidien, ils sont déjà INSOUTENABLES préalablement :

B ) : Quel que soit leur âge, ils sont néfastes en amont de ces stimulations de l’orgueil c’est à dire en l ‘absence de conflit avoué, de toute justification. Ils vous MANQUENT DE RESPECT, DIFFAMENT *, RABAISSENT, se déchargent sur vous sans retenue. PROMPTITUDE à vous dénigrer, vous causer du tort auprès du chef **. Vous en arrivez à subir répétitivement dans la journée et quotidiennement, initié par un ou plus sûrement plusieurs pour cause de diversité des désagréments, sur le chantier, pendant le repas et en marge, encore et toujours après tant d’années à ramer dans la même galère.

Vos voisins sont à l’identique à quelque adresse que ce soit ***, avec une acuité et une célérité démentielles aussitôt que vous vous absentez, fermez vos volets ou que vous leur tournez le dos. L’ hypocrisie – fourberie règnent.  On ne peut assurément pas déclarer que ce sont des cas épars. Les extériorisations en ce sens vont encore s’accumuler ….

* Différents procédés de diffamation à Splendeurs de la Nocivité.

** Précisions à Le Roi et sa Cour, Ca Moucharde Plein Pot.

*** Notes à Manuel de Survie et à A. Delon – B. Bardot.

S’agissant des collègues, ils ont été assez forts pour en interpeller, à 25 ans d’écart, deux de mes managers nouveaux arrivants lesquels furent surpris de cette TRADITION CATALANE dès les premiers temps de leur mandat et étonnés, pour m’avoir confondu avec cette malheureuse peuplade, que je sois le seul du service à ne pas me commettre dans ces ignominies alors que j’étais intensément ciblé ( Pourquoi ? ).

  En conséquence d’un tel degré de décrépitude ethnique il faut savoir être capable d’accepter * que Pierre Poeydavant, subdélégué général de l’intendance ait observé en 1778, tant c’est flagrant pour la deuxième partie : –    Ils vivent renfermés dans leurs familles sans s’aimer entre – eux . cité par Raymond Sala, UPVD, Encyclopédie Bonneton Pyr – Or. page 40.

C‘est une stratégie du moindre mal, élémentaire de bon sens, laquelle coule de source, à chaque témoignage de mauvais caractère ci – dessus. Si ce n’était la permanence d’actes répréhensibles, il serait préférable de ne pas participer, de s’isoler aux fins de décompresser et de se protéger des infréquentables. On reviendra à cette problématique à Une DEFINITION – DESINFORMATION où elle est tournée par les catalans sous omissions avantageuses à leur égard.

* Il serait MALSAIN de tenter de décrédibiliser l’auteur de cette citation, qui plus est venant de l’universitaire frontalier qui la rapporte, étant natif d’un petit village où ces délabrements ressortent d’avantage qu’en milieu urbain et du coup sont connus de tous. De plus le faire la gueule est comparable à la jalousie, en cas de différent son aspect si habituel amène à en être trop facilement taxé par exemple lorsque vous devez composer avec les carences de vôtre manager. ( RRQ. ).
Déjà sans être aucunement fâchés, il est commun d’avoir affaire à des si orgueilleux qu’ils vous rabaissent au moindre prétexte ( Inconsciemment ? ), rabaissement franc, plaisanteries douteuses successives. On l’a vu aux > RABAISSEMENTS et ILLUSIONS DE SUPERIORITE.


– VANTARDISE

Selon le Catalan, soit il prétend, soit il essaye de péter plus haut que son cul et il est dans la démonstration du phénomène. En moyenne les salaires sont < de 20 % à la norme nationale. Les bouchons sur la route des stations de ski ( A. 100 à 150 km de Perpignan), la longueur des files d’attente sont une des démonstrations de l’ampleur de l’absurdité à vous en estomaquer. Mieux, le lundi ils s’en enorgueillissent !

Ouf ! Là, ils ne sont pas pénibles.

Plus ils se vantent, plus ils endossent avec acuité les  » Tares carte postale « , ce sont les mêmes roitelets et de fait les rabaisseurs à tout va ( RRQ ). Un modeste aperçu du type d’attitudes et de couleuvres qui les couvrent de ridicule à leur insu :

  • Tel ouvrier se fera passer pour le directeur du recrutement et provoquera le déplacement de chômeurs en pure perte.
  • Le collègue senior avancé se targue d’avoir honoré son épouse jusqu’à neuf fois par jour. Je suppose qu’il faisait relâche nocturne ? > Note : Tous avec la cervelle sous la ceinture.
  • Clamer avoir des enfants non reconnus ici et là !
  • Se faire passer pour un sportif en n’ayant jamais pratiqué hors canapé ou tribunes.
  • Déclarer se chauffer à 22° en étant étranglé par un crédit immobilier à taux progressif au point, entre autres, de ne pas manger à sa faim. 15° sont largement vivables sous réserve d’avantages le permettant.
  • Depuis des années les collègues, sans diplômes en rapport, que vous êtes destiné à supplanter vous font passer pour leur apprenti, dans vôtre dos biensûr.
  • Un « M’as – tu vu  » expert du déjeuner au lance – pierre, vous impose plusieurs fois par jour qu’il s’en va  une semaine au ski à l’opposé des Pyrénées*, cependant vous le croisez le samedi avec femme et enfant en faisant vos courses. Inoubliable sa mine déconfite par le ridicule à en être rendu muet. * Passons sur la pléthore d’insensés déductibles et c’était avant l’autoroute.
  • Le coup classique des champignons : Le pur citadin qui ne se risque que rarement hors des rocades affirme au petit matin en avoir cueilli des dizaines de kg en un temps record., à 4 h./ + A/R de routes étroites et sinueuses ( Si habitué à ce type d’itinéraire ) + Bistrot – Boulangerie + besoins naturels* + approche + cuisine. Déjà c’est exceptionnellement crédible même en s’y connaissant et en plus aucun dans l’assiette ni à midi, ni les jours suivants. D’autre part se déplacer en milieu forestier et pentu avec une charge bien moindre, en ayant une condition physique au – dessus de la moyenne, en fait vite passer l’envie. Déclaration probablement initiée de ma modeste cueillette de la veille. Ils paraissent facilement jaloux dès que vous vous débrouillez mieux qu’eux en quelque matière que ce soit. * > Pus bas au couplet RADINS.
  • Il se targue, comme il respire, là de relations qu’il n’a pas et vous met dans une position inconfortable : Recommandes – toi de ma part auprès de Monsieur S. … et tu bénéficieras d’une ristourne supplémentaire de 30 % sur le mobilier, l’électro … Vraisemblablement motivé par le fait que j’étais gratifié de cet avantage auprès d’une enseigne dotée d’une meilleure image de marque.
  • Concours d’ostentatoire ridiculisant: Un grand étalage sans équivalent lors de l’avènement de la téléphonie mobile, là de sorte qu’un maximum de personnes puisse voir le fabuleux ustensile. Exhibition de son portable qui doit tenir du ressenti d’une médaille fièrement agrafée sur la poitrine ou du Noir sapé. Les premiers exposés à la ceinture étaient suffisamment lourds pour vous descendre le pantalon. A son paroxysme pour avoir animé un maximum d’Artabans …. A s’en faire piéger comme des bleus par le manager lequel ne manque pas de les déranger sans retenue, temps de repos hebdomadaire inclus. Soin de montrer ses activités, aberrantes au regard des revenus, dupliqué dans la manière de relater ses dépenses onéreuses ( Voyages organisés, séjour Disneyland, Dimanches au restaurant – Centre commercial, équipement domestique de seconde nécessité, etc. ). Il en résulte des décalages épicés, lesquels ne sont pas mis sur l’étalage ….
  • OS, OQ, CDD tous domiciliés dans un rayon de 10 km mais quelques uns au volant de voitures plus puissantes que les petites citadines de leurs directeurs venant de Paris, Lyon, Chambéry, Clermont – Ferrand et obligés professionnellement à ces périples plusieurs fois par an.
  • Se faire passer pour un amateur éclairé du café et ressasser ne jurer que sur des capsules ! La teneur en café y est la plus basse qui soit. Migration de l’aluminium, du furane, additifs, etc. Désastre environnemental et coût de revient X 4.
  • Pères de famille se glorifiant d’ingurgiter sans souci une enfilade de 8/+ verres d’alcool ou d’en avoir vidé plusieurs bouteilles en comité très restreint. Tous fiers d’une tolérance très supérieure à la vôtre, les corpulences sont aux opposés. Une équipe de 8 à 12 gars du même village et réglés sur une dose approchée de pastis à chaque apéro de la mi – journée. Le temps qui passe ayant fait son œuvre, plusieurs ont très mal avancé en âge, Hypertension du quadra, liquidation de la prostate avant ses 50 ans, les reins à la soixantaine ….
  • Quand les chefs paradent indument : Nous traiterons au fil des pages à venir de vantardises  » Olympiques  » à vous en mettre dans l’embarras, émanant de l’encadrement.
  • Décalages passés sous silence : A titre d‘EXEMPLE INDICATIF DE COINCIDENCE COLLATERALE. Un non imposable vous épate avec ses récits de voyage aux antipodes, jusqu’au jour où il s’avère que ses soupers  » Consistent  » en une petite conserve, ayant égaré un long ruban ( Ticket de caisse ) en listant sans fin, quasi exclusivement.

…..

Ces faiblesses naturelles ne seraient rien, mais elles se doublent de CONTREPARTIES IMPENSABLES . Tout se tenant nous allons encore en recouper : > Voir ci – dessous le bouquet final à Radins.

Et maintenant embouteillages d’Orgueilleux, les pénibles sont de retour, ils ne sont pas prêts de nous lâcher.

LES TARES AU VOLANT

N’IMPORTE QUOI SAUF LE DESONNHEUR Imaginez ces  » Malades mentaux  » de l’orgueil, Incurable et à la Folie avec, en plus un volant entre les mains, la route pour eux seuls. A la Folie, on y touche par les rages qu’il peut entraîner là sans doute plus qu’ailleurs fussent ils en tort. Deux exemples s’agissant des collègues de travail :

  • Exemple de plaisanterie qui ne passe pas : Un sévillan d’origine fut furieux à en pleurer de l’avoir dépassé avec sa Renault vintage en parodiant la chevauchée fantastique du paysan andalou sur son âne ou Don Salluste en pareil équipage ( L. de Funès, La Folie des Grandeurs ), c’est comme il vous plaira le plus.
  • Même en étant au plafond de la vitesse autorisée sur une 2 x 2 voies, ne pas accepter d’être dépassés sur le trajet quotidien et reprendre aussitôt la position de tête, tout ça pour se maintenir à quelques mètres devant, éventuellement quelles que soient les infractions à commettre à cette fin. Ces condescendants se justifient ainsi : – Je ne vais pas rouler derrière quelqu’un comme toi ... On va retrouver ceux en cause dans un panel de scénarios comparables décrits à L’Irrespect.
  • Restons sur la très meurtrière RD 83, 2 x 2 voies mais avec des acteurs inconnus. Chaque usager y a forcément été témoin d’accidents mortels, cependant la détérioration locale étant ce qu’elle est … Il est des jours où TOUS ceux qui y accèdent vous refusent la priorité, banalement acharnés à * vous refuser la … A en courroucer des siphonnés précédents. Maintenant hors trajet domicile – travail.

Il a été souligné en chute des pages A Propos que nos casaniers de catalans, se risquant exceptionnellement hors des rocades en perdaient toute notion de conduite adaptée aux routes secondaires, en voilà une approche croisée :

  • Sur les routes de  » Montagne  » dépourvues de difficultés particulières, rouler au milieu de la chaussée à 30 km / heure en vitesse de pointe, indistinctement sur les sections praticables en cinquième, en freinant au moindre virage, sans laisser passer ceux qui suivent contraints depuis des dizaines de kilomètres. D’ordinaire dès que vous êtes à leur hauteur, ces enfoirés accélèrent autant qu’ils peuvent manifestement sans connaitre la route et en prenant des risques fous seulement afin de vous empêcher de passer devant. Là avec cette variante pour une fois il est facile de retourner* la chose, contre ces stupides si nombreux, en les stressant un peu plus. Car en principe ils le sont déjà , trop cantonnés à rouler en plaine urbanisée, ils sont teintés d’une appréhension irrationnelle générée par le relief alentour et d’autres nouveautés qui leur font  » Oublier  » de serrer à droite dans les virages ou quand il vient quelqu’un en face.. Cela transpire quelquefois à leur insu dans le récit qu’ils vous font de leurs expéditions au bout du monde, à eux, > Décorticage humoristique ci dessus à ce titre de Casaniers, auquel on aura encore de quoi y revenir .  *  Un de ces sous – doués empêtré dans son propre piège se décida à s’arrêter afin de me laisser passer au bout de 20 km d’imbécillités, c’était le rare endroit avec un accotement suffisamment étendu pour  » l’atterrissage  »  d’une voiture. Sa passagère plus particulièrement portait des stigmates tels que la terreur du voyageur en diligence attaquée par une nuée d’indiens au fin fond du Far West mais j’étais seul à bord ! Celui là c’était sous la Balme de St Paul de Fenouillet, gageons que c’est elle qui l’a raisonné.  Voilà pour le scénario classique, reste que nous avons rencontré pire dont un enfoiré qui nous a bloqués sur 50 Km environ en roulant à 10 Km / h à chaque virage avec son coupé aussi large que la route, ressemblant à une Mercury Montclair rouge et blanche, de vers le Col de Grès Dpt 14 Rouffiac à Caudiès l   Compte – tenu de la surexposition – victimisation à vie face aux injustices de ces Artabans qui ne veulent rien entendre ni respecter, cela fait un bien fou lorsque exceptionnellement, vous parvenez à avoir le mot de la fin selon le plus élémentaire bon sens.
  • Sur les rues, routes, ponts où il est impossible de se croiser, de pair avec  » L’oubli  » pré – cité rechigner à faire une modeste marche arrière en étant le seul à disposer d’un évitement juste derrière sa voiture, fut – il vaste, plutôt tenter de passer en force. Vous faire une gueule d’enfer, user de mauvaise foi ou vous insulter si vous les y contraignez. Pareils vécus innombrables notamment sur un chemin, inadapté à son trafic, permettant d’éviter le centre bourg de Rivesaltes. Faut qu’ils soient, les Catalans, vraiment C… pour en arriver à ce point.

….

Nous avons circulé 1800 km / mois pendant des dizaines d’années sur l’ensemble du département ce qui permet d’affirmer que ces travers sont désespérément banals, obligés et RAVAGENT aussi bien le jeune conducteur que le sexagénaire, le villageois du bout de la route que le citadin. Aussi tellement de touristes, néanmoins là on change de sujet et d’échelle en X 16 car le 66 en héberge 8 millions, CG. propagande été 2022 N° 26.

En périodes de vacances scolaires, face aux dangers induits, les habitants, toutes générations, des villages du Fenouillèdes et Haute vallée de l’Aude préfèrent à choisir anticiper sinon reporter leurs trajets en voiture. Evitement prudentiel appliqué en diverses situations présentant des analogies comportementales. > Irrespect. 

* Acharnés à … Fusse au volant d’un véhicule moins puissant que le vôtre dont une pharmacienne en 2 CV, laissée à ses fins.  

– DU HAUT DE LEUR PIEDESTAL

Conseil ANTI ARNAQUES ci – après et plus bas.

Hors minorité chacune des ignominies suivantes a été endurée à Port Barcarès, du côté du Mas de la Grêle dans une collectivité vouée au tourisme social, sur le dos de ses salariés et au mépris de leur santé, émanation de partis de Gauche. Ma sympathie à toutes celles et ceux qui Ouvriers dans le huis clos des entreprises du 66, CONFRONTES A DES PERTURBES *, en ont été empoisonnés sans le mériter.

ATTENTION DANGERS

Les énergumènes nous retombent dessus, mais là ce sont les Chefs.

Responsable et démesurément orgueilleux, bonjour les dégâts ! Avec eux l’orgueil XXL vous gâche la vie en interférant sur le mental et vôtre salaire, vous en pâtirez jusqu’à vôtre décès et vôtre foyer avec. Quelques fois le collaborateur sera poussé à la dépression, des plus fragiles ont séjourné en clinique spécialisée, se sont mis ( Remis ? ) à boire.

Combien y at – il de licenciements par an dans le 66 pour cause inavouable d’orgueil blessé, de Vérité insupportable à s’entendre ?

Dégâts à la fois côté décideurs et soumis aux … La palme revient évidemment à une pléthore de  » Supérieurs  » hiérarchiques qui en sont malades du haut de leur piédestal d’où ils gagneraient de descendre aussi peu soit – il en mettant de la souplesse dans le respect obséquieux ( Unilatéral ) qu’ils exigent. Là aussi c’est si facilement à en perdre durablement la raison et en face son emploi, ( RRQ. ). A l’opposé quelques flagorneries aidant, les paresseux hors pair peuvent ne pas être inquiétés du moment qu’ils ne blessent pas la fierté de leur  » Seigneur « .

Il faut s’attendre aisément indéfiniment** à toutes sortes de représailles déplacées telles que de cet échantillon : Vous confier une tête brûlée sinon à la dernière minute une mission pour laquelle vous n’êtes pas rodé. A l’humiliation publique ***, discrimination. Après des semaines d’attente, vous mettre un véhicule à disposition, en se gardant de vous en informer. Retrait de moyens humains ou matériels sans vous prévenir et  » Massacre  » quand viennent les résultats. Perte d’avis d’arrêt de travail. ANTI ARNAQUES Annuler répétitivement vos congés dans la semaine précédant vôtre départ ( Délai légal = 1 mois et j’avais 2 ans à solder ). etc. Pour avoir contesté informellement ou non, protesté de sa condition, déploré les rituels du chef source d’un gâchis horaire. Indignation pour punition collective ou en écho de l’énumération 1 à 11 qui suit. Coïncidences par permanence de ces ennuis ? Toujours est – t’il que ces tracasseries s’enchaînent aux crises susdites.

Nonobstant ces prétextes à nuire, il va encore ressortir qu’ils sont manifestement déjà mauvais en amont de ces déclencheurs. Eux aussi sont dès le départ acharnés à vous abuser autant qu’ils le peuvent, le couplet N° 10 en témoigne. Vôtre santé, ils s’en moquent comme des recommandations SST. L’énumération à venir est à dominante de l’épiphénomène.

* Décideurs perturbés de l’orgueil, aux réactions ( Colères et sanctions ), selon l’abîme déjà décrié face au différend en cause, disproportion sans raison dans sa double acception. ** Autant d’années que vous serez exposé au même chef soit 8 et 25 ans au Barcarès, etc. *** Entre autres devant  » 500  » personnes en sortie d’une école primaire dirigée par des amis. Plus les auditeurs sont nombreux, plus ils se défoulent au risque de perdre un beau chantier en cours ou d’obtenir l’inverse de l’effet recherché car c’est sans prendre en considération que les spectateurs, les propriétaires, formateurs ne sont pas tenus d’être acquis, ce qui s’avère généralement ainsi qui plus est sur fond de virulence verbale et de conditions de travail indignes, cela contribue à s’y habituer. Pour le reste, c’est si facile pour eux d’où inutile de se répéter.

LES CHARLOTS

Le retournement naturel contre l’envoyeur n’est pas forcément tributaire de la présence de témoins, notamment ici :

  • Parallèlement à leur management lequel au final s’avère décourageant donc contre productif > note Paresse et Libertés Patronales, leurs décisions atteignent assez habituellement les sommets du préjudiciable à l’entreprise à tel point que je fus contraint de renvoyer le boomerang sur l’un d’eux en ouvrant les yeux à son Directeur, mais SM. JE HARCELE se trouvant soudain dans la posture du rabaisseur rabaissé cela stimula à perpétuité ses stigmates de l’orgueil. Il me fit un enfer, c’est à dire l’essentiel du texte en gras ci – dessus + énumération suivante, à en devenir la routine *.
 * Celui là dit " Le Fou " était si performant dans ses lacunes ( Autant en compétences ) que nous allons le retrouver plus loin à Retour à la Méchanceté. En réaction curative à ses rabaissements de préférence publics et auprès des partenaires extérieurs, je l'avais attaqué sur ses carences et préjudices induits. Ebranlé sur son piédestal, il se trouva objet d'une restructuration et ridiculisé face à la Direction et à ses homologues du Staff. Enfer alors que le remaniement valida rapidement la véracité de mes protestations, c'est à dire que leur motif principal, la paresse généralisée telle que ci - dessus décrite perdura des décennies et après son départ à la retraite. Fou à s'acharner à en inculquer, auprès de ses lointains successeurs manipulés, l'idée que la dite restructuration venait de mon mauvais caractère.
 
  •  Ils sont particulièrement ridicules quand ils s’imposent sans rien connaître au métier que vous exercez tout en s’imaginant vous leurrer sur ce point, le dernier à peine débarqué* se considérait si haut sur son trône de Directeur ** que ses ordres et raisonnements abracadabrants revenant à devoir saboter ou perdre du temps ont tous été appliqués à la lettre, sans émettre les réserves qui s’imposaient, en récompense de son agressivité inadmissible au regard de mon actif, m’apprêtant à partir à la retraite je ne risquais pas de subir les effets des désastres programmés, les courants d’air étaient indiqués à tout va et de toute manière ces timbrés ne veulent rien entendre qui ne leur convienne pas. Puis il se piégea au – delà de toute espérance en m’infligeant une mesure de rétorsion pour avoir demandé une reconnaissance en protestant de ma condition, cette réorganisation – sanction déboucha sur un anéantissement en quelques mois du fruit de 35 ans d’efforts …. En apothéose magnifique, nonobstant 42 ans de métier passion, il m’avait qualifié de charlot, il en voyait aux mauvais endroits !
  • La plus habituelle de leurs impérities consiste à vous confier ( Charger ) de nouvelles taches sans se soucier de l’impact horaire. Leur superposition continuelle aboutit à ce que des milliers d’heures ne sont plus réalisées, des façons vitales excessivement espacées. Vous assistez impuissant au dépérissement de vos plantations et ce mauvais résultat finira par vous être vertement reproché, ne comprenant pas le pourquoi du comment. Dans ce service technique c’était flagrant pour les jardiniers  » dilués à la dose de 2  » pour 13 / ha et + , avec tentatives de manipulation en leur prétendant qu’ils étaient en sureffectif tout en ayant été alertés du contraire par des ingénieurs agronomes et paysagistes, inquiétés par la mentalité du décideur. Autre aberration cyclique, surgir avec des achats somptuaires de végétaux inadaptés au site et sans avoir préalablement consulté le jardinier, etc. Tout observateur non impliqué dans ce manège aurait de quoi en rire, les semaines feront toujours 35 heures.
  • Couplets N° 4, 6, 8, 10 à 11.
   
* Encore Lui, un directeur d'hôtel portant le nom d'un membre de la bande à Bonnot, selon la rumeur de 2013 fraîchement expédié de son beau Pays, Carcès (  A 57 ans ! ) pour motif assimilé, ce qui reste à authentifier. L'orgueil de cet énergumène était au point que l'année suivante il alla se ridiculiser au vu des caméras de France 3 lors de la réquisition pour hébergement de réfugiés Afghans dans une démonstration du niveau Camping Paradis. A peine installé dans ses fonctions de Directeur des services techniques du VVF il s'appliqua à stresser chacun de ses collaborateurs ( Suicide comptable ? ), etc. 
** Toujours le même . Après les avoir invités à une cérémonie, il aurait déblatéré publiquement sur ses prédécesseurs émérites cela dès sa prise de fonction ou dans les premiers temps. Il était clair dès son invitation initiale que c'était dans ses habitudes, il fut vite repéré mais les collègues catalans, que l'on sait intéressés, ne voyaient pas plus loin que le contenu de l'assiette sans qu'il soit festif, le menu cantine suffira comme appât idéal ( 2 ).
  

MODE D’EMPLOI POUR SE FAIRE JETER

Sans ménagement par ces énergumènes  » Malades mentaux  » de l’orgueil incurable, c’est simple :

1 Une question, interrogation ou suggestion sur un fonctionnement, suite à une panne, une réparation sans résultat, service insatisfaisant ou présumé inachevé, etc. émises par pure volonté de vouloir comprendre et améliorer, autant appuyer sur un détonateur ! Ensuite vôtre remarque pourra être prise en considération, peut – être. Attitude à l’adresse de leurs ouvriers comme de partenaires extérieurs tels que deux ingénieurs venus nous conseiller qui en seront profondément indignés à envisager de déposer une réclamation auprès de la Direction. On en arrive à appréhender ces colères, sentir la potentialité de survenue, en fonction du profil de l’interlocuteur, éviter d’échanger d’autant que ces managers m’étaient inutiles, sauf exception.

2 Quand vous déclinez invariablement leurs invitations au bar ou au restaurant, aux cérémonies en leur honneur. Il faudrait être sot, avoir une triste opinion de soi sinon être intéressé comme un catalan – borras ( Lexique ) pour s’afficher avec de tels profils paraissant constamment en manque d’être entourés aux fins de s’en auto – flatter. Le Repéré exigeait vôtre participation sous menace de sanctions, une raison de plus de me désister, > ci – dessus en ***.

Comme le collègue hypocrite ( Sabotage ), le manager sans foi ni loi sera fou furieux si vous le tenez à l’écart d’un évènement festif tel que apéro, restaurant. En clair vous pourrir la Vie avec ses abus de pouvoir ci – contre et faire la gueule pour ne pas l’ avoir invité ! ( RRQ ).

3 Explosion planétaire assurée si : Exiger, suggérer des excuses ou inviter cordialement ( Assentiment de la Direction ) vôtre cadre détracteur à mettre la main à la pâte afin de se rendre compte. Refuser momentanément de la lui serrer, quitter précipitamment une réunion de travail pour l’aider à jauger l’inadmissible de sa part. Ces tentatives de sensibilisation sont éminemment plus risquées que de réagir lâchement sur la productivité ou en sabotant à tout va.

4 Un architecte vexé de la démission de l’un de ses esclaves, en voie de paupérisation et d’y laisser la peau *, me lança une procédure de licenciement pour raison économique, du coup un futur client en Or lui passa irrémédiablement sous le nez *

5 Le refus d’un ordre insensé ou initiateur d’un danger grave et imminent émanant du manager donc néophyte dans vôtre métier est de nature à pourrir l’ambiance pluri – annuellement. De pair à passer en force en un rejet quasi absolu de vos réserves. Aussi la présentation ou le contenu d’un message vite griffonné  » Entre deux palettes  » ou au cours d’une journée à rallonges et c’est l’esclandre.

6 Sauf à en usurper la paternité, ils pourront ne pas accepter vos propositions et critiques constructives émises avec des pincettes. Si face à leurs oubliettes récurrentes vous insistez pour les faire mettre en pratique ou passez au – dessus d’eux pour cause des susdits détournements d’auteur, ils  » Deviendront  » mauvais. A fortiori comparé aux collègues ces gens là avancent sans jamais tenir compte du collaborateur qu’ils ont en face, de ses explications, de ses alertes, de le respecter **, JAMAIS ! Ils finiront par se prendre un mur puis un autre, etc. Mais ils continueront comme avant. A l’inverse si par lassitude vous ne les aviez pas prévenus, ce sera  » Apocalypse new « .

Vous charger auprès de la Direction, quand leurs impérities ou saturation tournent mal.

7 PRIMORDIAL : Leur orgueil prime sur vos Droits, sur toute vérité en vôtre faveur au mépris de l’intégrité élémentaire, au mépris de vôtre personne vous n’obtiendrez JAMAIS gain de cause si vous ne bénéficiez pas d’appuis de poids, lesquels ne sont pas une garantie absolue de suffire. Si ces renforts faisant autorité valident vôtre cause, il n’est pas certifié d’être tiré d’affaire, vous êtes toujours dans l’arène, le huis clos de l’entreprise. Remarquable s’agissant de tourisme social !

A peine vous ouvrez la bouche, tous les torts vous sont retournés avec véhémence, à chacun de vos propos quel qu’en soit l’objet. Cet enfer pouvant être réédité pendant des jours et des jours d’affilée. Les enseignants  des environs public et privé subissent un souci analogue de leur hiérarchie, > Rech. Indépendant collège A. Camus puis les commentaires.

Quand quoi que ce soit ne leur convient pas, ils s’évertuent à ergoter en retournant vos explications contre vous, comme s’il fallait que vous soyez coupable envers et contre tout ? Cela généralement sous une tornade ( Hystériques ), aussi inattendue qu’injustifiée. Si déconcerté – déstabilisé par ce feu nourri, la réponse appropriée ne vous vient pas à l’esprit, vous êtes condamné, au mépris de tout bon Droit élémentaire. Le flot de critiques, en principe mal fondées s’agissant de managers, vous empêche aussi de répondre à chacune. Dans la même optique, ils vous ressassent des réinterprétations jusqu’à remonter à 15 ans / + ou antérieures à leur fonction.  Compte – tenu du nombre incalculable de vécus de la sorte, ils ont l’air d’adorer ce supplice du décalage.

8 A plus forte raison chaque fois que vous protestez des interférences d’un dysfonctionnement pérennisé, vous êtes sévèrement attaqué, les personnes en cause le seront bien moins, l’objet en perdurera, au mieux façon serpent de mer.  Profusion pharamineuse de ce tableau de contre – feu détournement des torts sur le dos du plaignant.

Le comble : Jusqu’à un directeur, lequel loin de m’en remercier, fut vexé de lui avoir révélé des dysfonctionnements de très grande ampleur ( ahurissants, connus dans tout Le Barcarès et bien au – delà. ), installés depuis une large décennie, imputables à son bras droit du service technique, ce directeur eut durablement coincé dans le gosier ce terme de dysfonctionnement ! Le monde à l’envers.

9 A NE SURTOUT PAS SOUS ESTIMER – ARNAQUEURS nés.

Quand vous blessez leur orgueil en parvenant à déjouer leurs tractations ignobles ou des carences à leurs obligations, fusse à l’appui d’avis valant expertise tels que SST, ingénieurs, entreprises partenaires, commerciaux, staffs AFPA – LEP de Rivesaltes, CRAM / INRS dont descentes de ces institutions, ect .

10 DETRAQUES PAR ORGUEIL

Le plus éprouvant, une horreur par impossibilité de vous exprimer, vous avez si peu la parole et aucun droit de réponse ( 7, 8 ). Chicaneries infernales sur chaque terme que vous employez, fut – il vérifié sur un dico et en font autant d’inacceptables quand vous tentez de démentir par écrit.  A priori prédilection de ceux étrangers à vôtre métier et ayant de ce fait quelques difficultés à vous coincer sur vôtre travail. Certains par anticipation vous interdisent clairement de vous expliquer a postériori quant à leurs mises en cause bancales, sous peine de prendre la porte. C’était le cas du quinqua repéré ci dessus lequel n’avait aucun recul. Avec celui là le nombre de jours d’arrêt maladie atteignit des sommets inégalés en 40 ans en impliquant des profils qui s’en étaient privés depuis 10 à 20 ans A ce titre l’entreprise eut des pénalités à régler, elle n’avait pas besoin de cela.

Il filtre de cet ensemble qu’au bas mot une part de l’agressivité et du rabaissement fasse contre – feu à tout inavouables du genre étouffer dans l’œuf quelque impéritie ou constat de carence, mauvaise intention sur le point d’être démasquée, ruminations d’ incompris, orgueil blessé, etc. Des fois le ciel vous tombe sur la tête sans pouvoir comprendre précisément quelles en sont les justifications, par exemple suite à un illégal report de congés dont vous n’avez pas tenu compte. Il faut selon vôtre opposant s’attendre à des chicaneries en se détournant de l’objet avec risque élevé de harcèlement.

> Constantes Pathologiques / Bon à Savoir.

Bref, si cela pouvait être efficace, un vœu s’imposerait maintes fois, qu’ils puissent être maudits éternellement.

ANTI ARNAQUES Je remercie chacun des experts ci – dessus et entreprises extérieures pour leurs coups de gueule, – boule au ventre, – inquiétudes quand au sort du personnel et interventions salutaires, car au mieux sans eux ma santé ne serait pas ce qu’elle est. Empoisonnements à un panel de produits phytopharmaceutiques, exposition excessive au bruit, durée non stop + intensité supérieure à 110 db avec chaque fois défaut d’EPI adaptés par refus d’y mettre le prix et à trop en rêver, tabler sur vôtre hypothétique ignorance dans le but de vous traire sans vergogne, dissimulation des recommandations d’éloignement SST – CRAM.

A l’identique des profils vus plus haut leurs ignominies ne se cantonnent pas au moment de ces épisodes, le crâner du plus fort qui la remporté sur l’évidence mixé avec la rancune, les réflexions malheureuses et assorties seront en prolongement indéfini. Eux aussi au bas mot selon toutes les apparences, plus vous vous défendez de leurs méfaits plus ils sont sur vous. Pis, à la longue d’ingurgiter ces sources d’exaspération et de stress pour partie concomitantes aux agressions émanant de collègues, je parvins à les prendre en grippe sans pouvoir me dominer en dépit d’un vague ressenti de mes excès, cette accumulation incessante commençait à me taper sur le système, ils se focalisèrent sur cette fêlure. 

11 Faut rigoler :

On ne va pas se limiter aux exemples  » Ordres de sabotage « , les chantiers en cours et clients passés à la concurrence. A force de dépasser les bornes de l’acceptable qui cherche trouve, leur orgueil est à ce point qu’ils en arriveront à la gaffe malencontreuse, piégés sans doute par la force de l’habitude, c’est à dire à manquer de respect par exemple aux parachutistes du 3 de retour dans le civil, mais là en principe ça tourne mal sur le piédestal, biens et personne, un autre a retrouvé calcinée sa jeep de parade du frimeur à  » Camping Paradis « , etc.  

Hélas ! L’orgueil étant omniprésent dans vos échanges de la vie ordinaire à en devenir pénible certains jours si vous croisez plusieurs individus ou ne pouvez pas vous détourner de leur chemin s’agissant de vos connaissances. A tremper dans cette soupe pendant tant d’années, vous finissez automatiquement par avoir un discernement abruti à en dupliquer cette attitude. A terme on atteint aussi un âge ou l’on ne peut plus se contenir d’être diminué à tous bouts de champ,  en général ce retournement de situation ne leur convient pas tellement. L’orgueil catalan est un mal contagieux, EPIDEMIQUE, voilà sans doute pourquoi il est partout à en constituer la norme locale, du coup sans que les  » Tarés  » aient systématiquement conscience des préjudices causés.

Interférences sur vôtre train de vie. > Plus bas à Méchanceté.

> Notes à Libertés Patronales.

Saluons  ceux qui n’ont pas d’autre recours que de faire profil bas face à ces atteintes à la dignité, défauts d’éthique et injustices à vous en hanter le sommeil pour le restant de vos jours.

* Un nom connu dans tout l’Hexagone et l’Outre – mer. Dit esclavagiste par un sous – traitant, la filière en comprend des plus mauvais. Salaire d’OQ inférieur à celui de stagiaire à Strasbourg 5 ans auparavant en dépit de généralement 21 à 34 heures supplémentaires déclarées par mois, couramment 50 h. Le PDG était un élu et gros bonnet du Département.
* * Tel que subir des punitions collectives relatives à des dysfonctionnements que vous dénoncez de longue date et dont l’effectivité vient seulement d’être accréditée, démentant ainsi une prétendue diffamation de vôtre part.  
 

IRRESPECTS

Ce qui suit aurait une part d’incompréhensible à défaut de se reporter aux Notes > Manuel de Survie / Profil personnel incitatif, pouvant avoir interféré au regard de mon exposition aux caractéristiques déplorables des catalans dans leur globalité.

Hormis la dernière énumération et ce qui ressort des scènes déjà décrites.

Celui que vous côtoyez quotidiennement depuis tant d’années, fusse un de ceux auxquels vous rendez service régulièrement, vous ignorera si vous le croisez hors entreprise et ne réagira pas à vos civilités quitte à accélérer précipitamment le pas pour passer au plus vite devant  » Le Pestiféré  » ( Calomnies ? )! Ces muets comme des carpes sont transposables à ceux impliqués à remontés à vie, à la plupart de vos voisins, à tels professeurs hors enceinte scolaire, aux sportifs et randonneurs assidus de vos parcours, secrétariat de vôtre entreprise, DRH, etc. Au total, les mal appris de pas avoir le respect de répondre à un banal – Bonjour, constituent un gros tiers de la troupe, beaucoup vous renvoient une mine qui n’augure rien de bon, quelque chose semblant balancer entre le hautain et le renfrogné, morruts selon la règle commune chevauchant les Corbières, va pour ces femmes quinquas mais le reste ! Le balbutiement inaudible est aussi en vogue.

Dès que j’ai débarqué à ce VVF de Le Barcarès – Lydia, comme à Le Soler quelques années auparavant, une foule de collègues catalans, tous corps de métiers, s’est mise à me donner des ordres, trompés par mes traits dignes d’un bleu. J’avais  » 50  » Directeurs allant du polyvalent débutant à l’Ouvrier confirmé, il m’a fallu un moment pour faire le tri.

Irrespect de vôtre travail, maintes fois bêtement saccagé par vos semblables du service technique, à chaque intervention ou à peu de choses près selon ceux à l’œuvre, communément au point de ressembler à un besoin viscéral de faire table rase, à une opportunité de défoulement nécessaire. Tout en paressant plusieurs heures par jour, refus d’éviter des gestes inutiles et préjudiciables, d’adopter des parades élémentaires. Il n’appartient qu’à vous seul d’anticiper, si vous êtes prévenu et disposez de la réactivité adéquate, plutôt être pointilleux suite à vos réactions, bien avant d’atteindre l’exaspération. Dérives favorisées par le laxisme du manager pour lequel ma profession relevait de la cinquième roue de la charrette selon l’expression qui lui est dédiée en collectivités, hors minorité de personnes il s’avèrera inutile d’insister et faut pas s’en faire, les semaines feront toujours 35 h.

Manie, pouvant affecter plusieurs équipes simultanément, de tenter à outrance de s’imposer, se décharger sur le dernier homologue embauché qu’il soit néophyte ou expérimenté, inclus venant de gars en sureffectif. Entre autres astuces, ces fainéants de première classe n’éprouveront aucune gène à se choisir les tâches et vous laisser que les plus ingrates. Les larmes des uns ( Malet / Ille sur Têt , etc ), les continuelles protestations des autres n’y feront rien. Etonnamment des victimes démissionneront plutôt que de sévir en dépit de la véritable autorisation en cela constituée.

Ne rien produire, RIEN, déchirer vos fiches journalières après les avoir recopiées à son nom en vous faisant passer pour son aide. L’un chef de son état tomba, dénoncé anonymement par un acolyte fort semblable ! Cet irrespirable sera cher payé par ce dernier, les deux auront un succès bœuf à déblatérer de mon animosité jusques auprès de la Direction ! Dans ce lot un maire honoraire d’un village au pied du Pic Aubeil !

Une des illustrations de l’esprit d’équipe façon sauce catalane : Quelques uns, membres de clubs de sport inclus *, seuls ou en réunion mettront à profit des pauses illégales pour ponctionner le panier repas de celui assidu, éventuellement pendant que ce dernier exécute leur part de travail. A vous en retrouver fort dépourvu à l’issue d’un effort intense en plein cagnas ou si pluriactif sans nouvelle possibilité horaire de se restaurer, ce qu’ils savaient. Plusieurs avec un salaire plus avantageux que le mien.

– Dégages de là que je m’y mette . Habituellement implicite, le plus souvent sans recours autant face au profil de ceux en cause qu’aux circonstances. Humiliations publiques ainsi formulées jusqu’à des collègues de travail de très longue date et un chef tout frais pondu du CNAM lequel à force de se répéter, à la cantine du personnel, sera instantanément entarté à la macédoine, là ce fut radical, cependant pour se soulager il me fit une publicité aussi désobligeante que tenace auprès de la Direction.

Maintenant on rejoint l’observation de la SASL sortie du Roussillon pour une escapade en Fenouillèdes :

… .– Ici ce qui impressionne, c’est la propreté de la maison … Ce sont des braves gens ayant de l’ordre

Visiblement le Mâle catalan ne se dévalorise pas à ramasser ses déchets et salissures professionnels ou domestiques, Ce dominant par nature s’en lave les mains à charge d’un pigeon de son équipe ou autres, à – priori de sa mère ou de son épouse. Paquets de cigarettes, mégots, gobelets et induits, grignotage, tous corps de métiers du bâtiment et maintenance. Oubliés au sol, sur la table, lancés par les fenêtres, dans les espaces verts en x m3 / an dissimulés sous les couverts végétaux, etc. Exaspération sanctionnée avec ordre de la boucler définitivement ! La soumission au collègue comme au chef ne concerne pas que le débutant à forger. A l’entreprise de Le Barcarès ce fut parallèlement tout le personnel ( 15, 30, 50 / + personnes ) qui se déchargea tranquille de la propreté et de diverses façons sur des dindons, sur le service Ménage et deux jardiniers. A l’opposé de leurs collaborateurs deux Directeurs parachutés en remplissaient leurs poches de costume, merci Patrons. Sur ces bases il est facile de percevoir les agressions qu’ils sont capables de vous faire encourir hors contexte connaissances. Quant aux incivilités au mépris du service Ménage ou de son épouse, vous n’avez pas tout lu …

Domestiques : Exceptionnellement le vent propulse 1 prospectus chez le voisin. S’il le ramasse ( Attendre les municipaux ), la probabilité est élevée qu’il l’envoie chez vous, observé à plusieurs adresses avec des volumes différents. Une autre en engorgeait ma boite aux lettres.

Leurs manières peuvent attester d’un mental niveau cours élémentaire, au mieux, et par cette apothéose ils sont vite repérés :

Un raisonnement comparable au deuxième exemple proposé au volant ( des impliqués communs ), mais quotidien en dépit du nombre élevé d’usagers. Le dernier ou une équipe de concert, à quitter les lieux rechigne à fermer la porte, plutôt mentir effrontément afin de se disculper. A vous de vous déplacer, sur 13 ha, perdre 10′ / J. X 35 ans, pour y suppléer, périodiquement en plusieurs points du site, vos journées peuvent en être rallongées. Ces enfantillages seront exacerbés par un ordre non moins stupide que le mal.

FAUT RIGOLER :

On recoupe cette sorte de déni époustouflant qui affecte les catalans par RRQ. Car symétriquement de ces nauséabonds osaient me demander de leur indiquer mes coins à cèpes, oronges ou girolles. Je les envoyais sur la lune, des pentes raides, des terroirs sur fréquentés ou  » se perdre  » à 3 ou 5 h d’atteinte puisque ce sont en principe des casaniers inféodés à l’intérieur des rocades avec ce que cela peut impliquer en étant catapulté en milieu inconnu.

S’agissant de vos connaissances, il va s’avérer l’amère évidence que c’est illusoire, perdre son temps sinon un pis – aller que de tenter de les raisonner si la différence physique, effectifs, véhicules, horaires, etc. n’est pas à vôtre avantage. S’ils sont en passe de perdre la partie, cela va du ricanement à l’intimidation – menaces sur le bout des lèvres RRQ. Ces mesquins penchent surtout sur les attitudes déjà expliquées de sorte à ne pas y revenir.

On en tombe dans la soumission inacceptable.

A en arriver au triste constat que le seul salut est de sévir en souterrain.

Ainsi face à ce déferlement je fus maintes fois acculé à transmettre à la Direction dès le différent basique, abondants au point que cela deviendra un automatisme, ni le chef ( Constats de carence ), ni les véreux ne l’ont apprécié, RRQ . En règle générale ce fut excessivement long pour obtenir gain de cause. S’agissant des déchets de révision annuelle des 670 appartements + communs, il m’a fallu 10 ans pour obtenir une amélioration à présumer grâce à un des réveils intermittents de leur Responsable, à l’opposé aucun progrès en 35 ans sur certains postes tels que le respect de vôtre produit, pour partie de guerre lasse. L’éloignement – remaniement du susdit puis son départ à la retraite et le remplacement progressif de catalans par toutes origines hexagonales furent des avancées significatives.

Bien entendu on ne sort ni du cumul individuel de la plupart de ces faiblesses d’esprit, ni de leur récurrence.

Point positif, aveuglés par l’orgueil c’est malheureusement pour eux, invariablement sans tenir compte de leurs talons d’Achille, des irrégularités majeures propices à renverser momentanément les rôles à vôtre avantage, si vous les connaissez à fond.

En Hyper, plateau garni d’irrespects – idioties ( Gratuit )

Les mal appris qui vous bousculent, entravent, sont collés à vous, auront toujours le dernier mot. Ces individus sont loin des stricts profils cité mal famée ou corpulence le permettant, le BCBG, le Paysan, le retraité, mémé en manque de lessive que vous pourriez en retour renverser d’une chiquenaude sont pareillement impliqués sans excuses garanties, plutôt vous envoyer paître, non exclues les menaces corporelles mentionnées à l’Orgueil.

REMARQUABLE

CC Leclerc N. Perpignan : Les importantes communautés gitane, défavorisés et d’origine nord africaine ne sont absolument pas en cause, proportionnellement. Uniquement les roussillonnais des alentours, maraîchers, arboriculteurs, lotissements pavillonnaires, Zone d’activités.

Idioties génératrices d’irrespect : Mis à part le trahissement de l’orgueil démentiel au mépris d’autrui et EN DEPIT DE STRATEGIES D’EVITEMENT, PAR PERIODES ( Pic confinement saison 1 ? ) trop de comportements idiots tels des tarés, en résumé  » Je suis seul sur Terre, je prends mes aises  » **. Ces  » Tarés  » pourront s’avérer outrés à furieux, des conséquences qu’ils ont provoqué à leurs dépends, le plus souvent être percuté pour avoir empêché une circulation sans se soucier de qui vient immédiatement ou si, par habitude, vous avez anticipé et renversé la situation. Relativement aux susdites parades, entre la part subie et et celle observée on reste assez facilement confronté à l’idiotie inouïe, qui dépasse la mesure et de fait non transcriptible, Une mine d’or pour bêtisiers de Noël. De très jeunes enfants accompagnés sont impliqués.

Exemples du courant à l’exceptionnel, à percevoir dans un assortiment COLOSSAL d’une puissance analogue : Dans une galerie en conditions de stratégies pré citées et en dépit des risques ci – dessus induits à leur encontre, vous bloquer alors qu’il aurait été plus simple pour l’autre partie qu’elle veuille bien avoir à l’idée de s’écarter d’un pas, en l’absence d’autre possibilité. Si vous êtes en couple, foncer éventuellement entre vous deux. > Notes à Inénarrable mais vrai.

Et cetera

* Desquels des joueurs XIII – XV – XI …, entraineurs actifs et anciens selon leurs dires, plusieurs avec un salaire nettement plus avantageux que le vôtre, c’est L’AUTHENTIQUE esprit d’équipe à la sauce catalane.
** Analogies de conduite, Caddie = Automobile tel que plus haut.

C’est pas fini ! Au regard de leur carte de visite que nous ne faisons qu’aborder. Approches nouvelles de l’Irrespect dans tous les scénarios à venir + Notes à A. Delon – B. Bardot.

LE CIC

Un dicton : CATALANS CAPS DE BORROS.   

CAP DE BURRO littéralement Tête d’Ane, de Mule. Quand un catalan déplore qu’ un de ses congénères soit plus dégénéré qu’ils ne le sont tous. L’âne est devenu l’animal totémique de la catalanité.

Le catalan quel qu’il soit, perçu par un gavach = CAP DE BORRO ( Lexique ), cela rejoint le C I C / Crétinisme Identitaire Catalan  … Pathologie régionale … Delon, Administration préfectorale Consulat, duquel on a déjà dû avoir un avant – goût et avec lequel nous ne sommes pas prêts d’en finir.

Des travers et réputations identitaires représentatifs tout aussi communs et flagrants.

UNE ENVIE A LES VOIR VENIR DE LOIN

Si vous ne connaissez pas de très longue date vôtre interlocuteur catalan, ne vous leurrez pas devant son empathie alors que jusques là il vous négligeait, auriez – vous de quoi exciter sa convoitise ? Prenez garde de ne pas vous laisser berner tel le corbeau de la fable. En Fenouillèdes ( Languedoc ) nous avons une expression spécifique à cet état de choses : Ce sont des PUTAS MANHAGAS > Lexique.

A NE SURTOUT PAS SOUS ESTIMER – ARNAQUEURS nés.

Conseils ANTI ARNAQUES ci après et plus bas.

Pour plus de clarté il est temps de se remettre en conformité avec leurs CONSTANTES EMBLEMATIQUES, disons sans détours, tous des voleurs ( Evidemment ce sont des catalans ! ) En Corbières et Fenouillèdes chacun le sait, ( Plumer, abuser, arnaquer, voler, etc. ). Si vous êtes nouvel arrivant NE PERDEZ JAMAIS DE VUE la potentialité de ces fortes tentations qu’ils ont à vôtre encontre. > Exemple Panier repas / Collègues de travail. Tous des voleurs, jusqu’à ceux à la situation enviable.

Leur illusion de Supériorité est de nature à les piéger par méprise, prenant trop vite leurs clients pour des sots à arnaquer facilement.

A titre d’exemple et de mention spéciale :

  • les constructeurs, petits métiers du bâtiment, géomètre *, vendeurs de bois de chauffage, auto – écoles, etc. Je fus amené à m’inscrire chez 4 moniteurs, ils vont tous dans le même sac plus des concurrents directs qui sont passés au tribunal simultanément.   Un moyen juteux pour les jeunes retraités militaires ou ceux en reconversion de s’arrondir leurs revenus au mépris d’une clientèle par essence inexpérimentée : < 40 ‘ de conduite facturées 1 h, tentative insistante de tromperie de(s) la nouvelle(s) enseigne(s) sur la durée de validité du code, représailles immondes au permis pour les avoir contrés, etc.
  • ANTI ARNAQUES Ceux du Milieu du bâtiment tenteront de vous abuser y compris si avisés de vos relations en agences immobilières, bureaux d’études et de terrain, plusieurs vécus en ce sens. Vous êtes concerné ? Défoulez vous auprès de la SMABTP de vôtre région.
  • Collègues de travail VVF susdit, vous êtes contraint de n’avoir à portée que l’outil utile à l’instant, ce qui oblige à maints aller et retours à vôtre réserve privée fermée à clé. Une part distribuée aux … animatrices ( Plan cul ? ) ! Il reste que mon local fut entièrement vidé sans effraction à l’occasion d’un congé soit plusieurs milliers d’euros volatilisés et cerise sur le gâteau sans réaction de l’encadrement ! Hormis l’outillage, on vient de voir que vos coéquipiers depuis des lustres vous volent tout et n’importe quoi par exemple vos couverts des plus ordinaires ! Prédilection suite à des oublis induits d’imprévus dans vôtre routine.
  • A titre d’illustration de servez vous d’envergure pour lesquels les ouvriers ne sont sûrement pas les mieux placés. Vol de palmiers en conteneurs de 250 kg chacun, dans l’enceinte de l’entreprise avec le même silence radio, etc.
  • Une connaissance à l’aise financièrement et ayant Devoir d’exemplarité de par son métier se fit remarquer dans un village en prélevant du bois de chauffage à des propriétaires âgés qui se l’étaient coupé, ce qui n’est vraiment pas de tout repos en montagne plus le débitage, cette monstruosité est très répandue. Le bois part plus vite en fumée que la réputation peu enviable laquelle stagne dans les vallées à la ronde encore 40 ans après.

– Le Roussillonnais observe l’étranger avec méfiance. Ses sentiments sont partagés entre le désir de lui voir passer son chemin, et l’éventualité de le plumer comme un pigeon ... P. Coquin 2005. Voilà qui est fort bien résumé. Nous avions dit : Xénophobie **.

La comédie des indignés : Les commerçants susdits empêchés de vous rouler dans la farine ou qui ont poussé le bouchon trop loin, vous expulsent suite à vos protestations voire à une simple demande d’explications.

– L’esprit possessif est inné parmi eux … Dominique, Jean – Marie Henry, 1835.

Il existe un dicton qui assimile le catalan avec ces commerçants arméniens, chinois et coiffés d’une kippa. Si vous avez en face de vous un artisan, commerçant, collègue de longue date, il est une forte présomption qu’il envisage de vous abuser sans vergogne à la première opportunité.

Nous explorons le plus important réseau spéléologique en développement, extension et dénivelé du département des Pyrénées – Orientales … Au potentiel de karstification et de spéléogenèse exceptionnels. Certains catalans ne l’admettent pas, pour eux nous n’existons pas … Au mépris des lois et de la République … Vous voyez en spéléologie, en géologie ou karstologie on retrouve les mêmes travers. Et la culture ou le savoir universitaire ne protègent pas de la bêtise humaine … On ne peut l’admettre de ceux qui se revendiquent d’un savoir universitaire et d’une pratique scientifique. B. Ournié, 12 / 2020. Ce lien permet d’accéder à l’évocation de maintes indélicatesses. Complément sur commentaires 2017 + pages A PROPOS.

Quelques explications : Ce digne successeur d’E. Martel et de N. Casteret inventeur de tant de cavités dans les Corbières dont le réseau Fanges – Paradet lequel couvre 20 km x un dénivelé de 300 m. inséré dans un ensemble plus vaste, est plagié sans retenue depuis les années 1970 par un  » Confrère  » de l’agglomération de Perpignan qui va jusqu’à monnayer les découvertes du premier auprès du BRGM. Ce n’est pas le seul spéléologue languedocien à être outrageusement méprisé de quelques façons que ce soit par ses homologues catalans.

Inventons une boutade adéquate :  Ah ! Si seulement les effectifs de la gendarmerie pouvaient être suffisants, ils seraient tous en prison ! Chez les ruraux comme dans les cités. En attendant c’est celui des individus défavorablement connus de la maréchaussée qui vous interpellera.

Vus de sous le vernis fort reluisant qu’ils vous exposent, ils sont intéressés ( Collègues du quotidien depuis des décennies ) jusqu’à ne pas se soucier du ridicule, fusse pour un maigre profit. En valeur 1 kg de sucre suffit amplement  et permet d’assister à des curées aussi mémorables que pitoyables en n’ayant aucun frein à vous compromettre par ruse afin de mieux se (re)servir ***. En demeurant dans cette mentalité détestable des mêmes individus voir le panel comportemental des fayots ci – après.

 » Je prends tout « 

Ce slogan déjanté de GIFI leur va comme un gant, Ces avares  sont enclins à s’accaparer tout et n’importe quoi jusqu’à amasser sciemment sans utilité personnelle, aussi sans aucune notion de dignité ni de partage, un coup d’œil au garage en dit long. Comme une réminiscence des famines ancestrales ibériques ? Mais la rapacité ne s’arrête pas à la nourriture, le commun des français est philatéliste ou numismate, eux déjà bien avant la covid étaient atteints par la collectionnite aigue des paquets de farine en cartons de 10 kg rangés entre une douzaine de sécateurs à étrenner et autant de couteaux de 25 cm de long, les deux d’un modèle unique avec un entassement de livres non lus aux dires du propriétaire ( Synthèse sélective de multiples constats ). Vous en trouverez qui auront le plaisir de vous inviter à le visiter, un directeur adjoint me dévoila un lot ahurissant de costumes, chemises, pulls, tout ce qui va avec, acheté en quelques jours auprès des meilleures adresses de la place et restant à étrenner.

Pendant les horaires de travail, je me déplace pour vendre, à mon seul profit, les métaux déchets de l’entreprise et de là je m’en vais m’exposer au restau d’en face ! Scénarios approchés en restauration.

Notamment les lendemains de bizutages, être présents 1 heure ou d’avantage avant l’embauche, donc quitter le lit conjugal fort matinalement au seul motif de s’accaparer les premiers des produits alimentaires ultra transformés****, petit électroménager ayant très peu servi et divers en les sachant destinés à être partagés équitablement. Si par un heureux hasard ( Profil de vôtre poste ), vous récupérez une des friteuses qu’ils n’ont pas vues, nos jaloux l’auront si mauvaise que le chef sera aussitôt avisé du  » vol « , heureusement j’avais pour principe de l’informer mais ils furent d’une rapidité extraordinaire, elles étaient destinées à la décharge. Gageons que s’il survenait une crise alimentaire, ils retomberaient aussitôt dans le cannibalisme :

Prenez d’une part 5 catalans, de l’autre 100 l. de jus d’orange en bouteilles de 1,5 l. ou toute denrée, produit, objet surabondamment disponible. Immanquablement CHACUN des 5 sera tenté de s’accaparer la totalité du lot, à défaut une portion honteuse. S’ils sont 15 ou 20 / + le résultat sera sensiblement identique, tout pour un le premier servi, ceux momentanément à l’écart, sans être obligatoirement absents n’auront rien. Dans ce service les seuls gens invariablement honnêtes étaient d’autres régions, pourtant longtemps minoritaires. Aucun catalan ou espagnol qu’il soit trempé à Séville, Valence ou Perpignan.

Liquidation d’une jardinerie : Taillanderie offerte aux collaborateurs mais l’un de nous s’attitra tout le petit incontournable jusqu’à plusieurs exemplaires par type d’outil. Propriétaire d’un grand jardin, d’un verger de rapport et d’outils inter générationnels mon indignation n’y changea rien, je n’obtint qu’un scarificateur à une dent, omis. A quelque temps de là il me révèlera en se trahissant n’en avoir aucun usage ***.

Invitez aux apéros, au restaurant, vos collègues ravagés par la rancune, la calomnie à vôtre encontre, ils y seront chaque fois tous présents. On verra qu’ils font invariablement à l’identique quand les invitations viennent du chef dont l’orgueil les rabaisse à outrance. Ne les invitez pas des mois à l’avance, leur impatience est t’elle que vous serez tous les jours saturé de questions.

A l’apéro : On en revient à l’irrespect, ponctué d’une mesquinerie collective en signature de leur désœuvrement. Quand un intervenant extérieur offre une bouteille, les ouvriers informés ou au guet s’y ruent dessus bien avant la pause. Il ne restera à l’assidu, au retardataire ou au relégué qu’à débarrasser sa table des miettes, contenants qui y auront tous été refoulés en dépit du nécessaire à quelques centimètres afin de pouvoir se restaurer au propre. Les enfoirés déjeunent à vos côtés manifestement sans vergogne aucune. Avec cette indélicatesse qui m’était réservée puisque seul respectueux des horaires, à force de jouer avec le feu on se brûle. Le chef étant absent ou en réunion. Ces cadeaux ont été maintes fois volés.

Il est à noter que les intéressés, assurément jaloux, ne manquent point de s’indigner avec véhémence et de faire la morale publique aux homologues qu’ils surprennent dans l’exercice des mêmes faiblesses. Là aussi si vous essayez d’ insister afin d’obtenir ce qui vous revient, la règle veut que ça s’envenime sur le champ. ***

La parano du voleur volé

Ou de ne pas pouvoir avoir l’esprit sécurisé en étant empêché de stocker à la mesure du disponible. Gare à vous si, las d’être abusé, vous les devancez, là il s’entend en toute honnêteté donc sans se cacher, sur le ton du scandalisé ils vont tenter d’ ameuter l’assemblée ( De larrons ) en s’écriant – Un tel s’est servi …. C’est sûr, ils ont émigré avec les banderilles !

Duplicité culturelle

La toile de fond dépoussiérée en marge de Rancuniers à vie. Quand plutôt que d’avoir à les jeter, vous proposez à la cantonade des produits alimentaires récupérables gratuitement, ils font sauf exception les désintéressés, à peu près obligatoirement si le chef est à vos côtés, mais ils iront se servir sans délai, incognito, à défaut ils ne tarderont pas à revenir vers vous, les uns après les autres, en vous lançant en aparté : C’est où ? Je ne l’ai pas trouvé … Trop tard, déjà raflé.

* ANTI ARNAQUES Géomètre : Lorsque vous acquérez une partie d’une propriété, vous devez partager à parts égales avec le vendeur le coût du bornage ( Les quotes – parts ). Il faut vous assurer chacun de ne pas avoir eu à régler le double de ce qui vous revient. Le cabinet de ce petit malin est d’un Grand Standing, Wouah !

** Étranger : Peut très possiblement qualifier celui qui vient du village limitrophe, le Gavach aussi ( > Définitions ). P. Coquin reprend ici une citation déjà utilisée par Michel Brunet agrégé d’Histoire, lequel s’est visiblement inspiré de ce que sait chaque habitant du Fenouillèdes.

*** Cadeaux et calendriers des fournisseurs, gâchis intégrations grandes écoles, surplus restauration, départ des groupes ou des familles, renouvellement du mobilier et accessoires en collectivité, etc.

**** ULTRA Transformés = Bourrés de chimie = Nocifs pour la santé, à fortiori en s’en gavant, et vive le crétinisme catalan !

Réduit à mon rôle strict, ils n’avaient rien à en craindre, dans la balance ma stature facilitait leur détérioration identitaire mais leur voracité est inchangée quand je suis en retrait par exemple sur les ultra transformés.

2 sacrés numéros, adultes de longue date mais sans enfant, se sont abattus sur 100 /+ paquets de biscuits tous poids et marques confondus, le type d’aliment le plus mauvais pour la santé. Cela provoqua une vive tension chez leurs malheureux collègues … pris de court. Nos deux immatures furent absents trois jours et à une soirée digne d’un réveillon cinq étoiles pour cause de gavage au Chamonix recette chimique. Ils en laissèrent si peu que tant d’enfants du personnel en furent privés. Ce furent aussi par personne des kilos de bonbons, des dizaines de litres de sodas, 18 mois de dosettes rapporté à une famille de 4 personnes. Des séries de plantes d’appartement de 2m / h., sans rien y connaitre, ect. Plusieurs kg de bonbons eux aussi amassés par d’autres adultes sans enfant. Surpris sur le fait, ils sont capables, avec des accents d’indignation, de vous jurer que ce n’est pas vrai.

 Le roi et sa cour

Ou le ruban et les mouches :
 
De faramineux fayots, comme 53% des français, ici c'est manifestement plus et plutôt leur naturel qu'une démarche volontaire. Ces paresseux hors pair ont une propension flagrante à flagorner autour de leur chef d'un orgueil démentiel, tant qu'il  n'a pas le dos tourné, sans forcément réaliser opportunément qu'ils sont regardés avec dédain et manipulés à plate couture, si intéressés et aveuglés de fait qu'ils sont. Un café matinal, un repas offert dans l'année fut - il ordinaire qu'ils attendent avec une impatience inouïe, un privilège minime suffira à mener par le bout du nez ces crèvent la faim. Selon toutes les apparences quelques uns de ces fayots aux mains velues à nulles autres pareilles en ont tiré avantage à des degrés divers lors de partages annuels de fond d'enveloppe oublié de la multitude de décideurs. Un de ces tableaux s'éternisa 10 ans plein pot, très vraisemblablement 17 ans, à Le Barcarès jusqu'à ce qu'un directeur témoin de ce cirque accrédite mon indignation. 10 ans pour chasser le naturel ....

La face visible de l’iceberg :

En principe chaque catalan est dans la combinaison de ce qui suit, la fête de l’hypocrisie ( Encore elle ), leur seconde nature.

Sortir avec son manager; – Chérie ! Devines qui vient dîner ce soir ( Un chaud lapin ) … l’un a aussi diamétralement que rapidement changé d’opinion portée à son chef.

Sur maintes années, s’extraire excessivement tôt du lit conjugal pour passer le temps restant dans le bureau du boss plutôt qu’avec  ses semblables, si ce n’était que cela. Imaginez dans ce lot l’un de vos meilleurs amis, enfin par devant et considéré comme tel depuis une dizaine d’années.  Malheureusement pour Lui il dupait fabuleusement son Chef aussi , il me suffisait de le réveiller, ce fut impensablement long et compliqué à venir du fait de son orgueil aveuglant   ….

Consacrer tous ses repos hebdomadaires à travailler pour le compte du chef, lequel installe sa structure de production – vente. Pousser le vice jusqu’au prosélytisme pour vous contraindre à les rejoindre. Une équipe complète au bout des ficelles. Ils ne seront jamais embauchés.

FOURBERIE, Toujours elle ! Sous des formes complémentaires : Vous faire se confier sur des sujets sensibles puis transmettre aux autorités ou afin de mieux avancer ses pions en réunions, encore le meilleur ami Camarguais qui ainsi me causa un tort immense mais pas que Lui. Variante à l’heure du déjeuner quand le chef est dans vôtre dos sans que vous ne l’ayez remarqué ni vous inciter à vous taire de quelque manière que ce soit. Pléthore de situations comparables sans être spécifiques aux rapports Staff / Ouvriers.

Un nouveau chef est nommé, vite délaissons nos passions sportives ( Pratiquées et théoriques ) pour nous adonner à la sienne. 

Faire mine,  avec zèle auprès du contre –  maitre, d’accepter volontiers des heures supplémentaires quotidiennes à 100 km jusqu’à très tard et refuser en chœur quand c’est vous qui leur demandez exceptionnellement juste pour finir un chantier à quelques km de chez eux. Probables coups montés dans ce lot ?

Sauf si similaires aux leurs ( XIII et  XV ou XI ) quelque part tendant à être des sujets imposés. Vos loisirs, sports n’ont pas droit à l’ordre du jour du bavardage, vous allez vous faire jeter sans ménagement si vous tentez d’en parler même si l’ovalie n’est pas d’actualité : – Tu nous fait chier avec  … Passons sur les décents qui se suffisent de ne pas réagir jusqu’au jour où vos chefs en arriveront à pratiquer des passions proches de la vôtre, CIC CAPS DE BORROS  aidants cette obstruction s’est retournée contre eux en leur empêchant de voir que quelqu’un coutumier de dépassements de soi de telles envergures,  ne pouvait être d’une trempe à se laisser marcher dessus indéfiniment sans retour de manivelle à leurs risques et périls.   

Se plaindre ( A juste titre et à vous en saouler ), unanimement du tempérament du chef tout en demeurant accroché à Lui, communément sur leur temps libre compris. Convenir d’un rapport de doléances destiné à la Direction, déblatérer de plus belle pendant des mois …. Refuser de le cosigner.

Droits de retrait émis en concertation avec les intéressés : Au dernier moment vos collègues se désistent sans vous en informer et vont s’exhiber devant les bureaux de la Direction, ce qui vous isole auprès de cette dernière …. Ruser de sorte à abréger sa mission quand le responsable se sera éloigné, il n’y verra que du feu, De ceux non perdus de vue dans cette synthèse je compte 1 décès avant la retraite + 1 qui l’occupe avec un sale mal + 1 handicapé à vie à en quitter les actifs dès ses 50 ans.

  Il vient de changer sa voiture, vite j’achète le même modèle, encore heureux que ce n’était pas deux autorails, on l’a échappée belle, imaginez deux X 3800 sur le parking du personnel !

Epidémique : En mettant en œuvre un arsenal de leurres, donner l’illusion au chef que ses pauses officielles sont écourtées ou pas prises tout en s’accordant des repos à rallonges en horaires non conformes. Parallèlement tenir un discours bafouant les acquis sociaux et à l’encontre de ceux respectueux des temps d’arrêt autorisés.

Offrir des cadeaux ( Invitation au restaurant, séjour, cartons de vin, etc. ) à l’employeur de son stagiaire de fils en espérant décrocher un CDI. Un entrepreneur des Aspres, animé par ces fins, alla jusqu’à débarquer à Prayssac 46 ! Variantes consistant à rénover bénévolement l’habitation du chef, son harem ( Matériaux du stock de l’entreprise ? ). Quelquefois ne pas s’en cacher, ces pratiques ont une bonne part de normal ici, mais laissent des traces impérissables quand le poste convoité se situe à des centaines de km. Aussitôt le niveau chef d’équipe ou l’acquisition de la moindre autorité sur l’encadrement ( Remaniement sanctionnant un décideur ) vous recevez des marques de respect frôlant le ridicule pas seulement de candidats à l’embauche.

Si un collègue roussillonnais  » Rameur  » à vos côtés , éventuellement Délégué du personnel, s’aperçoit que vous êtes en difficulté face à votre supérieur, il est une très forte probabilité qu’il argumente à charge, aussitôt ou en sous main, au mépris de toute objectivité,  tout en vous ayant tenu en prélude un raisonnement éminemment favorable. Ce retournement de veste est comme une addiction chez certains. Dans ce type d’irrespirables on peut autant toucher du doigt, les rancuniers susdits, l’indélicat qui a eu droit à un sermon du chef l’autre année ne sera nullement gêné de vous nuire en toute injustice.

.

ATTENTION DANGERS

FOURBERIES : L’accumulation de ces habitudes chez trop de personnes pousse à des interrogations : Seraient – ils obstinés à nuire par toute opportunité à saisir ? Y trouveraient – ils une quelconque satisfaction ? Où es ce simplement l’illustration de leur étiquette de mauvais caractère ? On a vu que la rancune du coupable incapable d’assumer ou un quelconque motif avouable n’ont pas ordinairement matière à être. Sous un tel climat, il n’est pas surprenant qu’ –  Ils vivent renfermés dans leurs familles sans s’aimer entre – eux

Combinées aux empressements, susdits et suivants, à vous dénigrer auprès de sa personne, ces courbettes sont d’emblée d’un naturel alléchant vis à vis du responsable qui plus est s’il se double d’un orgueil monumental, il est à la portée de quiconque de comprendre qu’à la longue elles ont un profil à participer sournoisement à l’ influencer au détriment duquel ne s’y adonne pas, au bas mot la porte est ouverte aux injustices.

Faut rigoler

 Grosso - modo c'est le coup de l'écran de fumée plein pot, un pourcentage effarant des Pauvres gars qui excellent en ce domaine est champion hors catégorie du nombre d'heures improductives, ceux - là sont plus proches ou très  au - dessus des 80 heures mensuelles aux frais de la princesse ainsi qu'abordé au traitement de la Paresse Hors Entendement. On l'aura compris aucune représailles de l'employeur ne les remet définitivement au travail si le chef n'est pas en permanence sur leurs talons.   

Il se raconte officiellement que cette inclination intéressé est la motivation primordiale qui pousse les parents à incorporer leurs enfants dans les clubs sportifs fanions du département,  XI, XIII, XV… * et ceux en ramification des mairies. En perspective d’une garantie d’emploi auprès des entreprises impliquées  ou des services municipaux. Les catalans étant ce que nous venons de voir, seule une infime minorité aura la volonté de pratiquer une activité sportive toute sa vie **, autrement qu’en tribunes ou au cours de beuveries  » sens èime ».

Toutefois si la filière sports – piston emploi est un particularisme local par son ampleur sans équivalent en France, selon une enquête qui fit les gros titres de la presse quotidienne, en matière de convoitise on tend à s’en écarter.

En principe la ruse veut qu’ils s’évertuent à la masquer ( L’envie ), tout en étant marqués et surtout identifiés à l’entour. Ce penchant transparaît au travers de leurs questions détournées ou intrusives.

* Ce qui paraît incohérent au regard de la réalité de ces clubs : Innombrables échos impliquant autant d’équipes du Roussillon, signifiant une réputation dissuasive dès les poussins : Voyous, brutalités, bagarres, alcool ... Beaucoup de mauvais caractères … Quotidien L’Indépendant du 30/06/18 page SR1CT-1. Dès l’entrée à l’école primaire on vous alerte : – Attention aux parents désireux d’inscrire leurs enfants au rugby, ce ne sont que des voyous, des brutes…Un son de cloche invariable depuis Mathusalem, Couramment le lundi au village, on parle d’avantage de la bagarre en cours ou en marge du match, plutôt que de ce dernier.

** Du moins jusqu’à l’engouement pour les sports de plein air vers le changement de millénaire, cela au point de s’agglutiner en troupeaux, sans patou aux trousses mais ils courent quand même.

113 000 licenciés pour 457 800 habitants en 2015 / Propagande CG.

Les Radins ou Escana – Rats

Etre plus radin que son prochain est ici une tradition fidèlement respectée.

Tiens ! A nouveau les CDI SMICARDS décrits à la Vantardise, plus des collègues qui jusques en 1988 bénéficiaient d’un salaire nettement supérieur à la moyenne départementale. Maintenant accrochez vous fermement, de ceux prompts à rabaisser, s’illustrent dans les déliquescences suivantes, forcément !

Selon la Fondation de France, les Pyrénées – Orientales sont avec la Corse un des départements les moins donateurs en dépit d’un avantage fiscal de 66 %, < 13 % de généreux dans ces conditions, imaginez l’âne catalan en l’absence de carotte …

Les Escana – Rats ( Lexique ) en bon parler du Fenouillèdes, c’est à dire affirmer que le catalan a ses poches pleines d’oursins.

Certains comportements ennuyeux car échappés des mailles de l’inavouable domestique font la Honte et la risée de ceux qui sont loin d’être dans le besoin. De l’abondance de situations caractéristiques que nous avons à l’esprit, une les surpasse nettement par son extrémisme aux limites de l’inénarrable :

FACETTE D’ANTHOLOGIE

 Ils en sont là :

– Lisez L’Indépendant, quatre pages sans rien dedans, torche cul des catalans* .

  • De pair avec l’indication donnée aux Vantardises, ils sont aussi radins envers leur propre personne. Dans la série des indicateurs récurrents, il faut hélas mentionner l’omission d’un rituel domestique, celui de tirer la chasse en fin de selles, y compris les jours suivants en dépit des odeurs atroces imposées au service où ils défèquent TOUS ** plutôt qu’à leur domicile. Là comme ailleurs il est de toute évidence jouissif pour certains de vous empuantir et de vous dominer par le biais de bassesses qui plus est s’ils vous en trouvent contrarié.
  • Le lundi dès que l’heure d’embauche a sonné et le vendredi après – midi c’est à chacun son abattant *, ça fait du monde improductif si l’on peut dire.
  • Toujours au petit coin : A la campagne comme en ville, ces messieurs vos visiteurs ( On comprendra ces Dames ), artisans, particuliers dont ceux de la même localité, s’y ruent à l’instant auquel ils arrivent chez vous ou aux moments d’en partir.
  • Place publique : Plusieurs manèges analogues. En cas d’urgence nocturne c’est économique d’habiter de plein – pied devant un espace vert.

Comment font – ils à l’égard de leur mère ou épouse ! 

Villages obligent ces sauvages avaient des techniciennes de surface, connues d’eux de toujours, lesquelles donc galéraient au même endroit  ! Rappel : En dépit de cet exemple, abstention de relater des comportements habituels INCROYABLES MAIS VRAIS.

A TABLE  : Oublier régulièrement une part du panier repas, y compris de ceux ayant un bien meilleur salaire que le pigeon. Le nouvel embauché est testé, en quelques jours il supplémentera plusieurs parasites qui quotidiennement se calent l’estomac à sa générosité, dès ce laps de temps les plus téméraires se serviront sans s’embarrasser de lui le demander. Le pain, le sucre, le fromage, les fruits, le café sont les plus  » omis « , ne parlons pas du vin. Automatiquement aussitôt mis les points sur les I, vous vous entendez : – Sale radin ** *  … Ce groupe comprend les crèvent la faim à l’œuvre à L’IRRESPECT. Voilà pour la consistance du déjeuner moyen tiré de son sac et pris entre équipes, maintenant on a vu qu’il existe plus expéditif chez soi, une petite conserve quotidienne par diner, pâté, maquereau, thon.

Ne perdons pas de vue que en règle générale ces Comiques sont ceux enclins à raconter à l’assemblée, façon clamer par dessus les toits, leurs sorties onéreuses, équipements domestiques de dernière nécessité, etc.

En matière de radinisme phénoménal, le café les trahi tous fusse dans un groupe de 30 à 50 vedettes. Aucun n’est capable de prévoir des sticks dans son menu, ils préfèreront se faire offrir ( Gavage ) au quotidien des verres au dosage variable de la clairette au goudron remplis à débords, surtout qui ne sauraient être au goût de chacun vu l’effectif. Après ces tableaux on sait à quoi s’attendre en matière d’

  • Appels à la générosité à l’occasion des grands évènements de la vie, mais où sont passés nos fiers catalans ?

Quand il s’agit de se mutualiser en mettant la main au porte monnaie dans le but d’offrir un cadeau à un tel du service au prix d’une modeste participation individuelle. A peu de choses près plus aucun catalan, qu’ils soient 50 **, 100/+ concernés, 90 à 95 % d’abstention selon une hypothèse heureuse. Leur réputation de voleurs étant ce qu’elle est, gageons qu’ils seraient plus nombreux à être tentés de se servir dans la cagnotte. Il n’empêche point que les mêmes personnes ne peuvent se retenir d’en râler aux retrouvailles et d’être médisantes jusqu’à s’appliquer à répandre des calomnies émises publiquement, les gens réellement généreux n’en faisant pas étalage.

* Journaux gratuits, magazines porno, etc. Au VVF de Le Barcarès dès que le PQ restant de la location des appartements était épuisé ( Inclus par vols ). En acheter un rouleau, rangé dans son vestiaire, c’est l’exception ! La stagnation à vie des salaires ne l’explique que pour une part.
** Moins d’un catalan, usager quotidien sur 10 à 30 se dévouera pour y suppléer et ce seront toujours les mêmes têtes, ils préfèreront aller souiller une autre cuvette. Salle de pause et déjeuner du personnel attenante, visiblement ils sont habitués à manger dans cette pollution olfactive.
*** 2 + 1/2 contributeurs catalans à mon mariage pour un don fixé à 10 francs ( Veille euro ) , les organisateurs ayant sûrement eu peur de se ruiner.

C’est tout ça l’authentique catalan derrière son écran de fumée ! La quasi totalité de l’effectif à +/- 1 à 5 % près et encore peut – être.

Delon avait raison.

Il ne faut pas négliger que dans le 66 les salaires sont les plus bas de l’Hexagone.

A leur décharge, comment joindre les deux bouts + épater la galerie** tout en endurant les abus des employeurs qui ne compensent même pas les hausses de cotisations. > Notes, Libertés patronales.


* En hiver le réseau est coupé mais pas leurs habitudes. Observé durant  toute ma vie professionnelle et parallèlement. Cela ne se limite pas aux motivations compréhensibles tels que surendettés, bas salaires, résidents à 2 heures de route ou diarrhée pour consommation permanente de fruits avant maturité. Sans quitter le petit coin, un tel degré de déchéance implique qu’il est facile de flairer l’éventail des relâchements honteux, effectifs sans atteindre ce point d’orgue. Entre cela, ce révélé à L’Irrespect et ce qui suit, il faut tirer un grand coup de chapeau aux personnels abominablement impactés ( Par leurs collègues ) des services Ménage et Jardin de cette collectivité de Le Barcarès. Mesdames, avec toute mon admiration!


.** Visiblement plutôt que de manger correctement, c’est plus tendance d’être ostentatoire en contradiction avec un salaire inadéquat. Analogie avec ceux entassés dans des huttes enfumées à 3000 m d’altitude ou dans des bidonvilles avec une tôle sinon une palme en guise de toiture, bien contents de leur bol de quinoa, de riz ou de farine quotidien quand ils en ont un, mais équipés d’un smartphone ou d’une télé. Largement de quoi se marrer intérieurement.

SPLENDEURS DE LA NOCIVITE CATALANE

DANGERS GRAVISSIMES

A la délicate Attention de ceux qui par comble de l’interversion auraient interprété cet article comme étant haineux à l’encontre des catalans ( Citation en liminaires de l’Orgueil. ), mes opinions en notes Ni Haine, Ni Langue de Bois. Cependant on vient de comprendre qu’il n’en demeure pas moins vrai que qui s’y frotte s’y pique auprès de ces individus, qualificatif au titre de la MECHANCETE gravée dans leur ADN, les exceptions positives sont rarissimes. Il est là salutaire de se rappeler qu’il a été fait allusion à leur très mauvais caractère , qu’ils paraissent obstinés à vous nuire par tout moyen qui se présente, qu’ils sont capables de vous faire la gueule à vie dès moins que rien en surréagissant et de mieux définir leur portrait robot. Nous allons décortiquer leurs mécanismes de la méchanceté.

Les directrices regroupées aux chapitres COKTAIL CATALAN, RANCUNE à VIE demeurent incontournables.

CHUT ! LES MURS ONT DES OREILLES

Qui plus est en Roussillon les pipelettes en manque de réflexion, si ce n’étaient que ces légèretés ! Nous avons qualifié l’orgueil de pire des maux qui les gangrènent, d’épouvantable, voici en quoi. Ce slogan glacial nous renvoie aux délations mensongères de la drôle de guerre en 1940 qui font la honte nationale de ce département, nul doute que c’est LA PLUS TERRIBLE CONSEQUENCE DE L’ORGUEIL INDU ( RRQ ), – Crétinisme Identitaire Catalan…Pathologie régionale ( Delon, administration Préfectorale Consulat, sur Encyclopédie Bonneton Pyr. – Orient. page 40 ). On en tient un bon bout en matière de crétinisme identitaire mais c’est pas assez au regard du disponible que je vais tenter d’ illustrer comme suit :

003

 Journal L’Indépendant du 23 novembre 2016. Un millier de déportés rapporté à 234 000 habitants ! Auxquels il faut ajouter ceux qui ont été torturés à mort avant de prendre le train. Il vous reste à transposer avec la démographie de la Seine soit 5 150 000 habitants à l’époque des faits.

Ce prétendu Floues est extraordinaire, il est de notoriété publique ( Sources orales contemporaines dont militaires ) que les visages de la délation calomnieuse ci – après, L’ INCLINATION IDENTITAIRE A DIFFAMER ont contribué au remplissage du Camp de concentration de Rivesaltes. On apprend aux pichons ( Lexique ) du Fenouillèdes à se méfier de cette prédisposition. Entre tout on a un lamentable panorama de la mentalité du Roussillon, restons dans un rayon de 20 km de Perpignan. > Notes à. Delon – B. Bardot.

Histoire de celui qui a eu le tort d’être percepteur avant la guerre.

DIFFAMATIONS DE PREDILECTION

Un mal latent auquel il en faut peu pour s’extérioriser.

Une simple supposition sur vous ordinairement formulée masquée en plaisanterie, un soupçon de …, souvent agrémenté par l’auditoire d’une stupidité de nature à fausser la perception de la réalité, seront mués en affirmation diffamatoire. Toujours est – il que si la possible plaisanterie était sincère, elle ne sera jamais précisée en tant que telle après avoir mal tourné à vôtre encontre.

Variantes en vogue : Après des semaines d’attente quotidienne, un véhicule est mis à vôtre disposition, sans qu’il ait été signalé qu’il est hors d’usage. La cause vous en est imputée, les vapeurs du chef sont brûlantes. fusse une usure normale, aucun de ceux qui savent ne vous couvre, c’est plutôt l’inverse ( Décideurs excessifs en la matière ). Quand une dégradation est commise au sein d’un groupe, celui à l’écart de ce dernier sera unanimement accusé par l’équipe. Super ! Le coupable idéal est trouvé. Le chef satisfait de savoir sur qui se défouler, ne réfléchira pas d’avantage, le pire est que l’engrenage est irrémédiablement amorcé dans le cas ou des relations constantes sont en face, à chaque épisode similaire l’épée de Damoclès s’abattra sur vous sans plus de vérification.

Diffamation indirecte, plus ou moins non intentionnelle : Pipelettes dépassées, meneurs charismatiques > Notes à Ne Raconter que des Sottises.

Diffamation sous le prunier : Inévitable, un collègue catalan ( Ou orgueilleux XXL ) mord la poussière, reçoit des remontrances du chef consécutives à vos protestations, non respect continuel de vôtre personne ou abus de quelque façon que ce soit. Il faut s’attendre d’emblée à une diffamation de diversion sinon ultérieure selon les délais déjà énoncés. Ainsi avec leur manie de calomnier afin de laver leur Déshonneur, ils s’y précipitent à pieds joints, aveuglés d’orgueil, RRQ.

Renversements Monstrueux des rôles. > Ci – dessus à Calamités de l’Orgueil / Je l’aurai un jour.

Ramenées à ma personne, j’y ai eu droit à saturation déjà sans différent avéré, émises jusqu’à collectivement en impliquant tout un service technique dès les premiers temps de mon embauche tout en se pérennisant * si bien que ces clòscs ( Lexique ) furent repérés en amont : DG – Ce sont de véritables enfoirés ... ** Quand vous comprenez pourquoi un tel vous faisait une gueule d’enfer, le mal a tissé sa toile depuis des années et en est rendu irréparable, vôtre réputation est scellée ad vitam æternam. Sinon au moment des repas des tablées entières de personnel crédule s’abattront sur vous en un feu nourri vous prenant au dépourvu. Dérive sournoise : – Méfies toi de Lui, il est méchant … formulé en alerte aux nouveaux à peine recrutés, beaucoup sont tombés dans le panneau selon des durées variables. Cela en ayant eu l’élégance de les mettre en garde que leurs exagérations récurrentes finiraient par se retourner tel un boomerang.

* Dans un premier temps protéger un copain, une force de la nature. Charger le dernier embauché ? Tentative de restituer de la place pour un pistonné malheureux suite à vôtre recrutement ? Se protéger entre compromis ? Leur étiquette xénophobie. Se méprendre par illusion de Supériorité en vous confondant avec un bleu ou un niais sur lesquels on se décharge lâchement ? Ultérieurement il s’y mélangea par épiphénomène ceux brutalement tombés du prunier, pour cause de ma méchanceté selon leurs dires !!!
** Celui là Chef du Service Technique s’avèrera l’être pire que ses équipes. C’est celui surnommé Le Fou tout au long de ce texte, un gars sans foi ni loi, absolument incapable d’assumer les retours de boomerang de, ses impérities inacceptables par tout employeur, celles obligées en tant que manager et de son orgueil incommensurable.

Crétins et Enfoirés, oser calomnier sans tenir compte du bagage d’irrégularités qui est le leur.

Enfoirés car assorti aux travers en cours d’inventaire et à divers modes d’obstruction relatifs à la disponibilité de véhicules, étalés sur 25 ans à peu près, la plus part du temps injustifiés. Etant parvenu à me faire entendre à fin d’y remédier, ils se doublèrent d’une discrimination effective TLJ pendant 5 ans au bas mot. Cela cessa presque net par pur changement de manager sans intervention du nouveau. Les deux parties auxquelles je fus opposé, décideur ( Abus de pouvoir ) et ouvriers ( Crétinisme ), furent chacune initiatrice. Mes besoins en termes d’heures d’utilisation rationalisées étaient  » Décuplés  » comparativement aux leurs. Avatar fatal de leur monopole ils ne se souciaient d’aucune organisation.

> Notes à Manuel de Survie.

> Panel complémentaire de facteurs prédisposant sur ingrédients de l’Authentique Cocktail Catalan et chapitre Orgueil.

C’est ça le catalan mais encore …

Une citation de Claude Guillabert en 2010, énarque ( Matignon ) natif de Sournia :

CG : –   Les liens sociaux étroits et généralement bienveillants de jadis n’existaient plus, seules comptaient les rumeurs généralement hostiles ….

Il s’agit d’une comparaison entre les mœurs de son village natal avec celles de son nouveau domicile en Roussillon à Perpignan en suite de Saint Laurent de la Salanque en 1945 où à 50 ans d’écart j’aurais eu tout mon temps afin d’en faire l’amère constatation. CG a également fait référence à l’étiquette populaire de casaniers qui colle aux catalans.

– JE VIENS CHERCHER DES ENNUIS

Ils ont une manie certaine de l’intrusion par curiosité à penchant malsain. Toujours  » Le nez fourré dans vôtre assiette  » sans limitation aux repas. Trop facilement enclins à la recherche de faiblesses, de la faille dans laquelle ils pourront se précipiter immédiatement. Leur devise doit s’approcher de mieux vous connaître pour mieux vous dénigrer. Exemples :

  • Maintes fois sous prétexte de s’intéresser à vos façons, à quoi que ce soit vous impliquant, il prévaut de trouver dans la minute un motif de vous faire du tort publiquement, ce n’est pas cantonné aux rapports professionnels.
  • Vous échangez avec des personnes extérieures à l’entreprise, le collègue à 100 m de là, quitte son poste et vient s’incruster en toute indiscrétion. Ayant reproduit ce scénario auprès de ces spécialistes et de leurs invités au restau, ils l’ont fort mal vécu.
  • Ils vont tous laisser leur travail pour se concentrer jusqu’à le harceler à en décrocher sur le débutant tout frais sorti de la théorie pourtant censé tout maîtriser ou sur le dernier embauché* lequel risque de devoir subir jusqu’au prochain recrutement, fut – il à longue échéance … * Leurs mains meurtries par un effort digne d’un autre temps suffiront à précipiter ces toqués de catalans dans des attitudes dont ils n’accepteraient pas d’en être l’objet, lesquels vont s’ empresser d’ameuter ….
  • Commères, inconnus, voisins de vôtre domicile jour et nuit accoudés sur la clôture, étirés à s’en distendre les cervicales bien en face d’une fenêtre ou invisibles, ils vous épient. Si vous débarquez dans un village dortoir de Perpignan, vous aller en occuper quelques uns à jaser pour un sacré bail. Maintenant essayez de vous représenter une armada de pinups octogénaires catalanes un soir d’été dans l’axe de chez vous, synchronisées en remake de comédie musicale USA d’après guerre, sans discrétion aucune …. Manifestement ces tableaux sont incontournables pour peu que vous soyez installé quelque part.
  • Vous déposez un message dans la boite aux lettres du chef … Ils vont le lire. S’ils vous ont vu faire, ils vont se hâter d’en prendre connaissance.
  • Redite partielle avant complément : Imperméables à vos arguments ou au résultat obtenu ( Eloges de clients ), un pourcentage considérable de collègues ….

Compléments : * Des badauds impliqués selon le cadre. Ils peuvent sévir incognito, dissimulés derrière un volet, une embrasure de porte, ils vont jusqu’à se figer à quelques centimètres dans vôtre dos, sans s’annoncer, pour mieux décortiquer vos moindres gestes. Scénarios prisés à Port Barcarès des glandouilleurs et désœuvrés, ce qui est vraiment mal pesé de leur part. Des gars de 10 à 20 ans vos cadets sont pareillement en cause.

– PLACE A RAGOTS*

Les Grands Maîtres du Dénigrement

Le commérage, qu’il soit malveillant ou mal fondé est chez eux comme une démangeaison irrésistible, là ils sont aux anges, quelque chose ayant un rapport au Jouissif. En Fenouillèdes le sud de l’Occitanie historique il existe un synonyme idéal s’agissant du mal fondé : CATALANADAS(ADES)

Logiquement avec un pareil bagage ces GMD pourraient être incités à balayer devant leur porte, s’ils n’étaient pas QUASIMENT TOUS DE CET ETAT tant affairés dans leurs médisances. On comprendra mieux l’anachronisme et le surréalisme de leur fierté d’être Catalàs, elle est comparable à l’un des leurs Salvador Dali avec sa tablette de chocolat Lanvin. A partir de là si fiers ( Justifications ? ) d’être catalans alors que sur la base de ce rafraîchissements il y aurait surtout lieu d’en avoir une Honte Indescriptible, RRQ :

  • Toute différence, aussi minime soit – elle, leur est inconsciemment anormales
  • Loin de toujours se rendre compte de leur dérive ils épient, scrutent, rapportent, brocardent ** sans cesse  leur semblable, sur tous les plans imaginables passés au crible, jusqu’aux nouveaux embauchés dénigrés dès l’annonce de leur arrivée prochaine ***. Experts du trouver à redire d’autrui et du RABAISSEMENT, vous êtes en mauvaise posture si vos passions, loisirs, méthodes de travail, activité sportive – formes induites que vous ne pouvez voir, repas, habillement, etc. tous gestes qui ne correspondent pas aux leurs, cela revient à provoquer le diable.  Trop souvent à peine quitté le groupe, vous passez entre le marteau et l’enclume ,  dans ce contexte, il suffit communément d’aller du côté opposé de la porte et de tendre l’oreille ***.
  • Pipelettes : Des gens excessivement bavards vous saturent de questions avec pour seule finalité d’aller répéter en vôtre nom dès qu’un détail les excite, cela dans la précipitation et à défaut de vous tenir sur vos gardes, C. Guillabert ne risquait pas de les manquer ! Des désœuvrés agissaient de la sorte à longueur de journée dans une tournée en boucle des différentes équipes.
  • Des vautours sur une carcasse s’ils décèlent une faiblesse quelconque, une lacune professionnelle, certains ennuis de santé fussent – ils mineurs, dépression ou si vous avez le tort d’être gentil, bienveillant , d’en laisser passer, là :

Sortez vos griffes avant d’être mort.

* Du nom d’un journal lui même inspiré par un espace de convivialité emblématique de Perpignan, la Place François Arago et probablement de la propension identitaire flagrante.
** A tous les coups soulagés et bercés par la douce illusion d’avoir, enfin, trouvé plus détérioré qu’eux, ils manifestent comme une démangeaison irrésistible, ils épient ….
Commérage : Es – ce encore leur art de la dissimulation, de l’écran de fumée ? On constate que c’est un des travers qui les animent le plus avec le rugby et les histoires de cul.
*** Coïncidences ou corrélations, y aurait – il un rapport de cause à effet entre une personne donnée qui d’une part n’accepte pas la plaisanterie et de l’autre est des plus aptes à donner en pâture à l’assemblée le dénigrement de quiconque sans qu’il soit obligatoirement absent ? Toujours est – il que ce recto – verso se rencontre spécialement sur le podium de l’orgueil. La jalousie semble pointer le bout de son nez.

ATTENTION DANGERS

ÇA MOUCHARDE PLEIN POT

Vous l’avez sûrement déduit.

Calomnies, commérages, Dénigrements : Depuis le titre MAUVAIS CARACTERE dès l’ADN on sait de quoi ils sont capables, le mixage aspects RIGOLO et illusion de SUPERIORITE occupe aussi une place de choix chez eux en devenant équivoque lorsque vous apprenez que régulièrement ils ont mis à contribution la hiérarchie sans se limiter aux horaires et sujets pro.

 » Ne me faites pas subir ce que je vous inflige « . Devinant à mes traits que j’étais mécontent de ces situations, une réplique de trop de ces désœuvrés revenait en  » enfoncement du clou  » :

– C’est normal, tu n’as rien à en redire

Pourtant en règle générale, une fois de plus, dès le renversement des rôles c’est fanaison accélérée de leurs grimaces d’en rire doublée d’un potentiel notoire d’en perdre la raison à :

A en menacer de mort et de violences sur vous, vos biens et vôtre famille tout en étant lourdement compromis, assorti de coups de boule. Aussi quelques actes de FOUS, à priori l’apanage des plus orgueilleux.

Le plus souvent ils clameront par dessus les toits : – Méfiez vous de Lui, il est méchant ( Sur – réagir X RRQ ). On a vu des correspondances au décryptage des réactions en trahissement de L’Orgueil, elles le confortent. Ils manifestent une prédisposition aiguë, ça n’arrête pas, en sévissant auprès du chef, la moindre parole, façon de procéder différente, gaffe, difficulté à gérer du premier coup un nouveau type de mission, éraflure sur un véhicule, etc. Suffit à cancaner joyeusement, il en sera informé avant que vous ne l’ayez fait, reste que à la longue de ce matraquage vôtre emploi peut s’en trouver menacé.

RETOUR A LA MECHANCETE

  Ils savaient que mes rapports avec le chef dit  » Le Fou  » étaient on ne peut plus mauvais, comme déjà expliqué à Piédestal, à la base je m’étais défendu avec quelques succès retentissants, de ses réflexions dégradantes envers tous ses techniciens. Succès aussi à propos des 80 /+ heures aux frais de la princesse° qui pour ce qui le concerne seront un serpent de mer d’un quart de siècle en dépit du signalement validant d’un de ses homologues. Son orgueil étant au point d’être hermétique à admettre ses carences et préjudices induits, RRQ. plutôt s’en prendre à ses victimes protestataires ( Lesquelles ainsi ternissaient son Blason ), que résoudre son dysfonctionnement. Bien que relativement épargnés au regard de leur paresse, les collègues gémissaient aussi de sa fierté pire que la leur, au point d’être lourds *, cela ne les empêcha pas de manœuvrer abominablement.  » Le Fou  » étant ainsi, il était salvateur de se décharger sur son souffre douleur de façons plus ou moins plaisantes – sournoises. Suite à une intervention non sollicitée ces clòcs eurent à subir assez tôt, un sermon de la Direction pour ignominies envers ma personne mais le bénéfice fut relativement bref , clòcs obligent, n’étant pas plus inquiétés ils persévérèrent en s’adaptant.

* Ils paraissaient souhaiter que je plaide leur cause, sans être Droits ni à mon endroit, ni envers le chef et trop craintifs – ambivalents pour oser coucher, en leur nom, sur le papier leurs doléances !  

> Paresse pour une approche préliminaire.

> Notes à Ne Raconter que des Sottises, Manuel de Survie et lexique.

° Avec interception d’enveloppes, promotions magnifiques jusqu’aux plus en cause dont des saisonniers repris indéfiniment et  » Menues  » faveurs au privilège de ces indignes. Par contre celui maçon qui ne reculait jamais devant l’épreuve a du attendre environ 30 ans et la retraite du décideur avant une reconnaissance CDI plus que méritée.
A nouveau au FIRMAMENT DU RIDICULE, parallèlement, le cadre du haut de son perchoir, ne manquait pas une occasion de clamer devant un parterre d’animatrices ( Enseignantes en majorité ), CE de la CPAM de Paris et de grands noms de l’industrie, hôtesses de l’âge de ses enfants des refrains tel que : – Depuis que je suis ici j’ai mis mes gars au travail ... Interloquées d’un tel décalage en comparaison d’une réalité du terrain flagrante, elles allaient de ce pas se soulager auprès des assidus.
C’est pas tout, mais outre que la suite le couvrirait trop de Honte, en dépit du temps qui passe et de sa rancune en retour pour avoir secoué son plumage, ses capacités aidant je demeure embarrassé à son égard de ses exploits ubuesques d’autant que réussir à mettre au travail un catalan du Roussillon se mérite, son successeur en arrivera à licencier.

DANGER GRAVISSIME

A vous gâcher toute l’existence. Le dindon de la farce susdit ( Paresse ), n’est pas le seul, cette étiquète me fut décernée en toute compréhension par le successeur issu du remaniement induit par cette rancune sur ma personne, encore heureux que ce renouvellement de cadres ait eu pour effet immédiat d’atténuer mon retard de promotions, d’un coup sans rien changer à mes habitudes j’étais passé du statut d’individu recommandable à éjecter à celui de collaborateur apprécié , mon salaire en sera néanmoins irrémédiablement impacté et forcément la retraite aussi, pis 2 grosses pointures de l’orgueil sont à venir mutualisées, lesquelles se réfèreront au décideur éloigné pour harcèlement envers ma personne et vive la vie ! * Je me dois de saluer les deux directeurs à la base de ce revirement salutaire, Messieurs Gilbert Perdrix dit  » Le cœur sur la main  » et Jean Marc Moller ( L’ homologue ), respectivement directeurs des services généraux et de la restauration.

LES HARCELEURS HARCELES

En arrière plan le mixage Imprégnation alcoolique X forte prédisposition identitaire, CATALANS CAPS DE BURROS selon un des dictons à ce sujet X Onde de choc de conditions salariales d’un autre temps. Leur attitude n’a pas systématiquement d’intention malveillante. Dégénérescences comportementales non stop x TLJ .

Professionnellement cette exposition, depuis le commencement de l’article, fut des scènes de la vie quotidienne pluriannuelle* allant en s’estompant, ces PÉNIBLES ayant progressivement et majoritairement été remplacés par des gars de toutes origines hexagonales, il subsistait donc de satanés ibérisants, cette diversité améliora le relationnel hormis principalement un Ch’ti mélangé de rivages de la grande bleue charismatique manipulateur proche des déviances catalanes dans leur multiplicité, mauvaise langue à en calomnier et du genre à vous apostropher à tout va. Dommage, car venant d’un humoriste né au registre épatant, de prédilection sous la ceinture, intarissable ( Verbalement ).

Il s’y imbriqua dans chaque entreprise, longtemps sans savoir comment l’interpréter car sous un masque de joyeuses élucubrations, une composition de moqueries – plaisanteries – rabaissements avec selon une touche de sarcasmes ou de bizutage en mode RENGAINE. Difficulté à en venir à admettre d’être la cible de toute intention négative qui plus est en ayant la plupart du temps simultanément le bourdonnement d’un essaim de 10 / + personnes dessus et si vous n’avez pas encore discerné avec certitude l’abrutissement ou la méchanceté de chaque impliqué concerné sur ce point. Le cumul d’exaspérations de tiers témoins aide à y voir clair, > Notes à Manuel de Survie. Les deux recommandations d’en laisser passer et de de ne pas répondre à des harcèlements, ont produit ici à la longue l’effet inverse de celui recherché, elles sont inadaptées avec une ou des meutes physiquement présentes 10 heures par jour *. Comme s’ils cherchaient à vous faire craquer par saturation, cela gravite autour d’un tout mêlé interminablement à vous en saouler, renouvelé d’un jour à l’autre pour ceux avec lesquels vous faîtes équipe sinon ils vous apostrophent dès et à chaque fois qu’ils vous aperçoivent. Ceux beaucoup plus jeunes que vous ne vous épargnent pas. Ce qui n’exclut point d’agréables moments.

Fort de ces observations j’ai moi même eu participé à des moqueries non stop le temps nécessaire afin de détourner significativement sur un nouveau venu le harcèlement incessant qui m’était fait depuis si longtemps et mes collègues agaçants ont très bien identifié ma démarche, ils étaient donc conscients de leurs excès.

A Port Barcarès, à force de pérennisation, les harceleurs le seront par leur victime à laquelle , par leurs irrégularités, ils ne cessaient de donner matière à … Aussi en suite logique de décisions décalées et carences hiérarchiques jamais épurées de nature à couler le service ou du moins à enrayer son fonctionnement, de ces faits j’avais trop accumulé pour pouvoir m’apaiser bien que conscient de mes séquelles.  

  • TOUR DU CADRAN DE L’ORGUEIL

– Le Roussillonnais est prompt à s’irriter, l’insulte ou la moquerie même le trouvent peu endurant wikipedia.org/wiki/Roussillonnais-(habitants)

Collègue ou inconnu on a senti aux Peccadilles Apocalyptiques et à L’Irrespect pourquoi en matière de raillerie il est rapidement préférable de leur laisser le mot de la fin jusques au détriment de la logique élémentaire en vôtre faveur. Selon toutes apparences cela vaut à plus forte raison sous ce masque de soit – disant plaisanteries. N’ayant pas de limites à vos réparties, il est prééminent que leur attitude dégénère promptement, c’est allé jusqu’à un vol plané suivi d’un licenciement, coups de pied sous la ceinture, attouchements, des humiliations, un gros rat mort dans le sac, périple en caddie incontrôlable lancé au milieu de la circulation d’un hyper, etc. La patience aidant, des approches variées tendront à confirmer ** que l’écho que vous leur retournez est communément mal accepté.

 

Tel que déjà vu à Record National, il est à présumer que ces aptitudes orientées harcèlement, soient plus coutumières en Roussillon que partout ailleurs, en corollaire fatal de tout ce que nous venons d’aborder. Est – il utile de faire remarquer que ces comportements sont indissociables des critères d’identification d’un catalan, c’est à dire ses  » Talents  » représentatifs et la condition salariale de soumission et d’injustices à vie, ils en font le cercle vicieux dont nul n’en ressort indemne, à vous taper insidieusement sur le système ce qui amène à évacuer le stress sur un souffre – douleur mais en comparaison ceux au rapport productivité / salaire enviable expriment pareillement un relationnel des plus décevants. > Notes à Libertés patronales.

Restons dans la bonne humeur, puisque nous baignons toujours dans l’ inénarrable, le tout est sans penser à s’assurer qu’ils ne fassent pas pire en ce qui les concerne personnellement jusqu’au même sujet ( Trop accaparés qu’ils sont à scruter autrui ? ),   soit un retour à la case ( RRQ. ) annoncée à Définitions. S’agissant de collègues, à la longue il est facile de retourner  » Le compliment  » du tac au tac en leur rappelant ce qu’ils sont, en dépit des risques encourus.

  • Comment identifier les Méchants. 5 en 1 par un magistral coup de billard. Membre du comité d’entreprise sur une période relativement brève, par mauvaise interprétation de ma démarche, il me fut X fois demandé d’y attaquer tels gars devant la Direction, y compris venant d’élus du bureau. A bout de patience, je venais de faire ma première victime auprès de mes semblables en ouvrant les yeux à l’encadrement, ce collègue hypocrite sans égal* ne cessait de me casser du bois vert dans le dos depuis des lustres au su de tous. Il me fit une publicité telle que de ceux qui m’alertaient depuis 8 ans ou + se mirent à me dénigrer. Ses acolytes n’ayant pas su en tirer les enseignements élémentaires de ce coup de semonce … * Il m’aida très activement, à faire tomber un chef au désœuvrement Hors Entendement, il m’était intolérable qu’il adopte les attitudes de son maître après les avoir dénoncées, anonymement au moment de signer le rapport, RRQ.
  • Revoilà l’ultracrépidarianisme. Après les versions génératrices de bonne humeur et d’agacement, il est là sous sa forme détestable, par bourrage du crâne du chef avec des assertions infondées. Vous êtes confronté à vôtre hiérarchie, par exemple relativement à un produit, un engin dangereux ou à des EPI inadaptés. Soyez assurés que vos semblables dont représentants du personnel, de différents métiers exposés à des risques comparables ne manqueront pas de s’appliquer à essayer de vous faire du tort auprès du chef le plus souvent dans vôtre dos, manifestement dans l’ignorance absolue des connaissances les plus élémentaires allant dans le sens de leur intérêt médical. Ce scénario fut un serpent de mer d’un bout à l’autre des 35 ans passés dans cette entreprise. On y retrouve aussi en filigrane ( Citation en liminaire de L’Orgueil et ses manifestations ) cette inclinaison ubuesque de supériorité, qu’ils ont de s’imaginer tout savoir alors qu’à les croire leur(s) interlocuteur(s) n’y entend(ent) rien, ce dernier aspect vous étant facilement lancé à la figure. > Notes à Ne Raconter que des Sottises.

Paresse + Fierté + Intéressés + Médisances + PUTAS MANHAGAS Désolé et désolant, sans aller chercher la minorité convenable, c’est tout ça le véritable catalan à nu derrière son masque des plus avenants.

*  Comme si en laisser passer était interprété – il se laisse faire, profitons en … Voir Notes à Manuel de Survie. 

** Bingo !   Afin de déterminer avec plus de certitude leur interprétation paraissant dissimulée, réitérations de blagues à quelques semaines d’intervalle d’où des fulminations instantanées, qu’elles soient formulées en tête à tête ou publiquement, ce dernier a son importance à l’égard de la Fierté maladive. S’il fallait le préciser en dépit de son caractère évident, hormis l’imprégnation alcoolique, un cortège d’inavouables rapporté à l’orgueil local est plus qu’il n’en faut pour interférer à leur vexation. Faut pas exagérer !
Il est question de la véritable plaisanterie. Tensions ou non pour un bon pourcentage de catalans, l’orgueil les anime lesquelles ont ainsi un parfum de condescendance, de sarcasme. Ils ne peuvent en  avoir la conscience apaisée quand les rôles sont inversés. 

LES SUPER ETALONS D’UNE RACE DETERIOREE

Toujours en matière d’hostilité, il aurait aussi fallu relater tout ce qui se rapporte à ces casaniers auto – proclamés super étalons, de la race détériorée ( Delon ) que l’on sait mais qui considérés en général, à la quarantaine rugissante en sont encore à titre générique, à s’emmêler entre pénis et urètre. Celui qui émet une bourde pareille au milieu d’une tablée de 10 cours si peu de risques d’être repris, 10 à 20 % au grand maximum. Leurs excès et ignorance en ce domaine sont tels qu’il est délicat de transcrire. Je fais allusion à des adultes, pères et jeunes grands – pères.

> NOTES Tous avec la cervelle sous la ceinture.


Confrontés à ces mentalités, des personnels ont choisi de démissionner pour ne pas avoir à dénoncer ces faits hors norme et qui de fait se retournent contre l’indigné. Les cadres étant généralement recrutés au plan national, hormis le tort que cela fait à leur crédibilité,  ils ne sont peut être pas armés pour pouvoir en arriver à admettre qu’il puisse exister des dérives, particularismes locaux de cette envergure, dans le plus heureux des cas avant tant d’années et d’informations croisées. Ces pathologies ont été identifiées hormis dans la vie courante, dans un complexe de vacances du lido de Port – Barcarès à deux encablures du paquebot ensablé Le Lydia  et une entreprise très connue auprès des politiques et des collectivités territoriales, c’est à dire chaque fois dans la plaine du Roussillon en milieu péri – urbain. Cependant il ne faut pas s’y leurrer, elles sont de toujours effectives partout en Roussillon sur la base d’ une moisson d’indiscrétions. Il semblerait que le catalan des montagnes soit significativement moins  » Atteint « . Ce ne sont là  que quelques unes des constantes qui font la norme locale identifiées en Pays Catalan par les érudits susdits, sans qu’ils aient eu une démarche exhaustive. Avec un tel palmarès il est inutile de se risquer à ajouter des appréciations personnelles relatives à celles omises, face à leur évidence restons accommodants en leur faveur.  A vous de cerner d’autres manières hors entendement,  une transparaît dans ces pages, vous avez  » Le vrai jeton « , elle est si prégnante que sa clé vous a été remise en liminaires. Les roussillonnais en croyant s’exprimer en catalan désignent les impliqués Putas manhagas / .. .. du pur jus languedocien. > Lexique.

S’agirait-il d’histoires anciennes ? Certes les faiblesses ci- dessus étaient connues au règne de Louis XIV, à la restitution du Roussillon à la France . Mais comme on l’a vu elles n’ont rien d’obsolète.

CONCEPTIONS DE L’INTEGRATION

Les catalans- de souches autochtones de Catalogne Nord sont français depuis 1659 date du Traité des Pyrénées, par les armes dès 1642 et par le sang bien avant**. Cet ADN englobe ceux au sud des Pyrénées.

C’est une inexactitude que de désigner Roussillon ou Catalogne l’ensemble du 66 et historiquement provoquant au même titre que ceux qui s’emmêlent entre Alsace et Allemagne. La Catalogne chevauche la frontière à l’identique des Flandres, des Ardennes, du Pays Basque… Considérée de l’Ebre aux Corbières elle est dite Principat par ses habitants. Une partie de Pyrénées – Orientales est définitivement française – languedocienne depuis St Louis, c’est le Fenouillèdes. Le reste scotché sur la frontière est le pays catalan français composé des confettis que sont la Cerdagne, le Conflent, le Roussillon et le Vallespir.

Catalans en voie d’intégration dans le 66

On croirait entendre braire,

Plus près de nous au tout début du XXIe siècle, Terres Catalanes un trimestriel alors émanation du groupe de presse de L’Indépendant  a osé placer dans un éditorial, que les Occitans s’étaient bien intégrés en Roussillon, pourtant ils y ont toujours été, Perpignan fut même administré par des consuls languedociens dont Vidal de Narbona !

Catalogne entonnoir de l’Hexagone :

Sur la période 1450 – 1700 Barcelone a compté jusqu’à 30 à 50 % d’immigrés français principalement des occitans, imaginez le pourcentage relatif au Roussillon ! Une fois de plus au tournant des années 1600 – 1700 la Catalogne Nord ne comptait que quelques milliers de rescapés de la peste, chiffre brut duquel il conviendrait de déduire les français installés de longue date. La place étant libre un massif déplacement de population s’est déracinée de la France ( Quart sud – ouest élargi ) pour se fixer de part et d’autre des Pyrénées, régénérant cette malheureuse race catalane sans que cela suffise.

30 à 50 % : Fluctuations de 1530 à 1580 approximativement, cet exode de repeuplement de toute la Catalogne désertifiée par les épidémies ( Beaucoup plus dévastatrices qu’en France ) a commencé très antérieurement ( Proscrits cathares ), en se maintenant jusques postérieurement à 1700. Au bout de 10 ans le nouveau venu était considéré Catalan et ainsi disparaissait des radars en tant que français .

Ces Pauvres ( Borros ) … catalanistes du Roussillon

Qui manifestent  à Perpignan chaque 7 novembre lors de la Diada de Catalunya Nord ( Journée de revendications qu’ils ont auto – proclamée ), contre les effets du traité des Pyrénées du 07/11/ 1659 qui les a libérés de cinq siècles d’occupation espagnole* ou ceux qui par dizaines de milliers passent leurs soirées devant la télévision de Barcelone, Madrid, Séville, font ils montre d’intégration à la France ? Ou encore sous prétexte acceptable de manifestation en faveur d’Occitanie – Pays Catalan. les 7000 à 10 000 pantins menés par le bout du nez qui ont défilé le 10 septembre 2016 devant la préfecture avec force drapeaux indépendantistes ou Esteladas et appâts identitaires comme pendant la Diada ( Bus d’outre Pyrénées et groupes locaux de saltimbanques nécessaires afin de doper l’affluence ), le 11 septembre étant le jour de la fête nationale ( Diada ) catalane à Barcelone, laquelle commémore la chute de la ville en 1714 face à l’armée Franco – Espagnole de Philippe V.

Bon Diu ! Amalgameraient-ils les Occitans avec ce qu’ils sont, des réfugiés ibériques *** ou leurs descendants ou peut-être avec les Maghrébins ? Ces immigrés et leurs enfants sont si nombreux,  couramment des familles implantées des deux cotés des Pyrénées, qu’ils finissent par se croire dans le pays de leurs racines  et donc  »  Font la loi « .

Pour 1 catalan français il est d’usage d’en compter 4 à 5 issus des immigrations du XX è. siècle, à dater de la Retirada ( M. Calvo, 1995 ). Il manque donc à inclure un arrivage de 40 à 50 000 carlistes et leurs descendants.

*Remarquez la tentative de tromperie qui se cache dans ce changement de célébration du 7 novembre.

**Synthèse d’une formule célèbre.

*** Réfugiés catalans serait une omission en comparaison de la forte représentation d’autres ibériques.

UNE DEFINITION – DESINFORMATION

Désinformation par occultation ou déni des incompatibilités développées à l’Orgueil Calamiteux, ( RRQ. ). S’agirait – il de noyer le poisson ? Un énième paradoxe celui là recto verso car venant simultanément de casaniers et de gens issus de l’immigration. Ces catalans donc étrangers quelque part,  font circuler autour du Canigou et maintenant sur la toile, une définition de Gavach selon laquelle ces derniers ne s’intègrent pas à eux sous le prétexte qu’ils sont trop rustres*** … C’est quelque part risible en prolongement de l’énumération des risques encourus et le monde à l’envers, en principe il appartient aux étrangers de s’intégrer.

Le moins que l’on puisse conclure est qu’il est loin d’être, forcément, censé ou salutaire de s’intégrer aux individus de la société catalane ce que sous -entend C. Guillabert ci – dessus. Société qui plus est unanimement réputée comme l’on sait et en étant avisé.

Il ressort de ce décryptage que ce sont d’abord les  » Catalans  » qui peinent à s’intégrer puisque hors minorité ils sont enclins à rester entre – eux au point d’être perdus aussitôt sortis des confins de leur aire culturelle où ils ressassent leur ibérisme et traditions d’un paradis perdu idéalisé tellement en boucle que ça tourne à l’abrutissement collectif. Y a plus qu’à, espérer que leur assimilation ne soit pas aussi fastidieuse que celle des gitans arrivés en Catalogne au cours de la première moitié des années 1400. > Roms Wikipédia.

MORALITE

Y aurait – il plus rustres ( > Définitions ) que les Gavachs ? En supposant qu’ils soient effectivement grossiers, mal éduqués, à en justifier ce qualificatif afin de les identifier autant qu’ils seraient tous ?

*** Dans quel état d’esprit peut – on se commettre à inventer de telles absurdités, de plus présentées sous forme de références ou simplement citer ses prédécesseurs sans émettre les réserves élémentaires qui s’imposent ? Cependant il reste des bons côtés à retenir, encore un retour à leurs propensions singulières et leur démarche en les dévoilant assure ce qu’ils sont sous le masque. Faut qu’ils soient, les Catalans, vraiment C… pour en arriver à ce point.

MILLE ANS DE GUERRE

Entre tout, on comprendra que les Catalans n’ont pas toujours eu bonne presse ici en Fenolhedés, en filigrane bien – sûr. A moins qu’il ne s’agisse d’une séquelle de l’Histoire gravée dans l’inconscient collectif ? Comme une ombre portée par un millénaire de conflits, une évidence impulsée au fil des épreuves, des générations sans volonté de discréditer. Mais prête à s’exprimer ouvertement au moindre problème.

Où l’on rattrape les intéressés, toujours dans le tréfonds des mentalités, il y traîne un ressenti qui doit avoir son embryon au temps ou des bandes de voleurs sans foi n’y Loi, dirigées par des seigneurs **, montaient de la plaine et du Conflent et laissaient TOUS LES VILLAGES du Fenouillèdes 66 + 11 Peyrepertusés compris, exsangues après les razzias. Maintes fois entendu : – Ne faites pas monter des gens d’en bas … ***

* Voir en pages Toponymie. ** Bien que n’ayant pas d’échos d’ampleur comparable, leurs homologues du Fenouillèdes ne se privaient point de leur rendre la pareille lors d’incursions en Conflent et en Roussillon, c’était dans la logique des mœurs guerrières. La différence est aussi que ces paroisses languedociennes ont eu du mal à s’en relever, Catalan y est synonyme de Diable. *** Comme si catalan ( Voleur né ) allait de pair avec gitan, pas ceux qui illuminent les soirées estivales mais les autres.

LA RACINE DU MAL 

Corbières – Fenouillèdes le champ de batailles et d’exactions interminables France – Espagne ( Aragon, Majorque, Catalogne puis Espagne ). Là on tient assurément LA racine pivot des acrimonies catalanes à l’adresse de leurs voisins, les fameux Gavachs. Elle est enfouie dans le subconscient mais ressort au travers de ce que racontent ou omettent de transcrire nombre d’historiens catalans de toutes envergures, le milieu  » Catalanisateur à tout va « , les médias locaux et par corollaire dans l’ambiance générale. La causticité dont sont l’objet les Gavachs cache aussi la dégénérescence de rancœurs médiévales nourries d’héritages féodaux transfrontaliers mouvementés, attisées par le retour à la France de la Catalogne Nord en 1659.  Retour paraissant toujours coincé dans le gosier des catalans, est en référence aux droits spoliés aux carolingiens, à l’époque où les comtés étaient délimités au sud par le fleuve Ebre suite à l’expulsion des envahisseurs au croissant sur demande d’assistance des tribus locales.  En outre l’apparition du fait Catalan sera consécutive à cette administration comtale sinon peu ultérieure.

 POUR LE PIRE ET LE MEILLEUR

Il n’en demeure pas moins avéré que nos sangs Gavach et Catalan sont intimement mêles depuis le néolithique grâce aux :

  • Bergers du Fenouillèdes fricotant sur la rive de l’étang de Balcère ou inversement ceux de la Salanque faisant étapes du coté de Planèzes, Derc, Rabouillet, Caravèl ( Col de Garabeil ), etc. Grandes voies de transhumances traversant le Fenouillèdes depuis le littoral. Les mariages mixtes n’ont jamais cessé.
  • Exodes dans les deux sens.
  • Migrations saisonnières des agriculteurs vers les mas de la plaine où ils se penchèrent sur des jardins secrets. En consultant rapidement les cartes IGN on relèvera encore un mouchetis de lieux – dits et mas suivis d’un patronyme Gavach de ceux épargnés par la correction épurative en catalan notamment en Conflent, Ribéral et circonvoisins sans exclure jusqu’au plus excentré du Vallespir.
  • Natifs du Fenouillèdes commerçants à Perpignan, Prades, Ille, Vinça, Céret … Nombreux jusqu’à l’avènement des grandes surfaces. Toutes les rues autour de l’ancien marché de gros de Perpignan en comprenaient.
  • Échanges commerciaux, route romaine et médiévale Limoux –  Caudiès – Prades – Elne, marchés de Villefranche  à Perpignan avec Rivesaltes. Foires de Quillan et de Caudiès et tant d’autres opportunités.

C’est là un retour de bâton significatif relatif à la portée des critiques qui précèdent, à propos desquelles beaucoup de languedociens de notre connaissance pourraient répondre présent.


NOTES

 Ni Haine, ni Langue de bois.

La crainte que mon impartialité soit insidieusement faussée à la fois par mon moule culturel languedocien et les répercussions fatales d’une surexposition à vie aux détériorations identitaires du cru en principe en tant que victime sans illusion de pouvoir faire prévaloir son bon droit. Ensuite ne dit on pas que, Les gens susceptibles sont enclins à écrire, fort de cet aphorisme, j’ai longtemps rechigné à m’attarder sur les analyses de la mentalité des roussillonnais en les reléguant au rang des brèves de comptoir dérivées de clichés. Ce sont COMMUNÉMENT DES SITUATIONS TROP HORS NORMES, empêchant ainsi de les accepter d’emblée comme fondées, jusqu’au jour où j’ai réalisé qu’elles étaient rigoureusement corroborées par tant de lettrés qui s’en sont alarmés. Mes doutes en étaient balayés, il fallait cesser de se remettre en cause *.

Ce qui suit pourrait paraître pimenté :

Quand la réalité est dure à avaler, l’aseptiser avec des termes lénifiants revient à la masquer. Un malentendant restera un sourd. Nous allons nous efforcer de nommer concrètement ce qui suit, il s’agit d’accepter qu’un chat soit appelé un chat. A la recherche d’un juste milieu entre la novlangue de George Orwell et l’acrimonie, néanmoins cela n’est pas évident en étant doublement exposé entre ses recherches historiques et au contact permanent dans la vie courante de la mentalité des Catalans.

On en est là :

Il n’en est pas moins scrupuleusement exact sinon de la réalité plutôt atténuée, chose ennuyeuse il est des vérités inénarrables et ils inspirent de la pitié, c’est effectivement une RACE DETERIOREE **/ Encyclopédie Bonneton 66. Atténuée aussi car j’avais mieux à faire que de pratiquer l’affût, ce que je relate n’est que la face visible de l’iceberg.

*  Toutes les citations désavantageuses aux catalans ont été recueillies postérieurement à la rédaction de la trame de cet article sans avoir  eu le réflexe, de prime abord tordu, de retenir les premières dénichées. Elles sont suffisamment fréquentes pour qu’il soit inutile de se lancer à leur recherche.

** Au vu du contenu le lecteur normalement constitué et hors contact des catalans, sera susceptible de déduire que c’est l’auteur de ces lignes qui est à plaindre avant tout. C’est une méprise compréhensible au regard des énormités transcrites lesquelles sont  le ressenti des languedociens riverains. Je ne fais que relater ces opinions, seules les plus souvent admises.

Il résulte des avis concordants de ces tenants du haut du pavé que mes détracteurs catalans enragés peuvent toujours se réconforter en me rétorquant tout ce qui les soulagera, leur raisonnement en est rendu incomplet, un déni. Etant les premiers intéressés, il est improbable qu’ils soient dans l’ignorance des étiquettes de réputations collées sur leur front.

D’autre part mes relations ( Cercle familial élargi, amis )  confrontées aux catalans ne pouvaient en être collectivement aigries, elles non plus, spécialement celles de mes années de jeune adulte, les étiquettes défavorables aux ibériques sont plutôt collées entre boutades et galéjades, en l’absence d’amertume et d’irritation définissant l’aigreur. D’autant que ceux Languedociens sont éduqués précocement face à ces risques inéluctables en étant installés en Catalogne Nord. Hors de ces gais lurons, vous comprendrez au fil du palmarès des catalans,. qu’il est tout à fait compréhensible d’être amer sans que cela puisse être montré du doigt.

INCROYABLE MAIS VRAI – INENARRABLE MAIS VRAI : Un fil conducteur de toutes les situations exposées, s’abstenir ! Quand la nature, le hors norme des actes en cause risque de faire paraître la perception de leur réalité douteuse.  L’énumération de leurs pathologies devenant forcément périlleuse et le lecteur non initié n’est pas censé être apte à assimiler plus excessif sans risque d’interprétation paradoxale au dépends du rédacteur.  Il faut quelquefois l’avoir vécu pour le croire.

TOUTE HAINE à L’ENCONTRE DES CATALANS EST FONDAMENTALEMENT REJETÉE DE MA PENSÉE, quel que soit l’article. Je n’y peux rien si des lecteurs ont cette illusion, initiée par un lourd passif à charge énuméré en l’absence d’éléments opposables.  En n’ayant retenu que des aspects qui leurs sont défavorables, le lecteur percevra à tort une orientation stupide et en effet secondaire non intentionnel le renvoi d’un ressenti plus noirci qu’il ne l’est du catalan. C’est un mal obligé permettant de ne pas sortir de l’objet de cet article. Si haine il pourrait y avoir peut – être, on verra avec D. Henry qu’elle se terre plus sûrement dans le comble de l’interversion, point argumenté aux rubriques Splendeurs de la Nocivité Catalane.

 Paresse et libertés patronales.

 Il ne faut pas éluder que dans le 66  et le huis clos de l’entreprise, passées les grimaces de courtoisie contrainte du bonjour matinal*, les employeurs n’ont aucune reconnaissance envers leurs collaborateurs compétents, très investis du dépassement de soi,  passionnés, ainsi couramment tondus de plusieurs centaines d’euros par mois. Selon les statistiques, les salaires sont en moyenne inférieurs de 18 à 20 % à ceux au niveau national. Le seul comparatif fiable que nous avons pu établir entre Perpignan et Carcassonne était significativement plus ample tout en œuvrant dans l’une des entreprises les plus rémunératrices du 66. Les encouragements sont au mieux en l’état de miettes à intervalles  « décennaux « , en tous cas ces collaborateurs sont autant méprisés que les tires – au – flanc.  Il est mal supporté que vous preniez la défense du collègue odieusement attaqué par le chef en réunion. Celui qui fait l’effort de travailler en étant sous le coup d’un arrêt maladie ne sera pas mieux respecté.

 Conseil ANTI ARNAQUES ci – après.

C’est peu dire, ils l’ont vraiment mauvaise quand l’ouvrier parvient à faire prévaloir ses Droits fondamentaux et à s’extirper de leur guêpier, trop habitués qu’ils sont à avoir le dernier mot, là ils sont amorcés pour des ruminations éternelles. LES RECOMMANDATIONS DE LA CRAM NE PARVIENNENT PAS A CEUX VICTIMES des conditions de travail. Vous demandez des EPI / Equipements de Protection Individuelle agréés INRS /  Institut National de Recherches sur la Sécurité et les conditions de travail ( Émanation CRAM et mutuelles ); Si on ne vous répond pas avec dédain, vous obtiendrez du référent sécurité, dans un délai excessif, des produits d’enseignes de bricolage ou de hard – discount en promotion tel jour de la semaine ! Ils n’offrent aucune garantie …. Une synthèse en vogue sur la place de Perpignan :

J’ai quitté cette entreprise de fous, elle n’était pas pour y passer la vie, je ne serais pas arrivé à l’âge de la retraite , sinon en piteux état. De ce point de vue, plusieurs entreprises du bâtiment  et de la filière horticole reviennent incessamment sur la sellette depuis des décennies. > Un exemple éloquent à Le Roi et sa Cour.

 Hélas avec 16 / + % de chômeurs indemnisés ( Années 80 – 2010 ), invariablement le pire taux en métropole, cette parade devient plus risquée que jamais. Cet aperçu minimaliste des conditions de travail dans le 66 désigné –  Le prix du soleil  , se veut pour vous permettre de comprendre  que tout en étant renommé pour sa paresse, le catalan endure un éventail de traitements de choc extrêmement graves et la formule est douce.  Il faut avoir une force de caractère élevée pour rester droit, ne pas craquer psychologiquement et pouvoir travailler avec entrain dans une soumission à vie pareille. Des connaissances dans diverses entreprises ont dû se gaver d’anti – dépresseurs, au moins deux ont séjourné dans une clinique spécialisée.

* Celui connu dans tout l’Hexagone et Outre – Mer, accommodait ces civilités d’un magistral – Dépêchez vous bande de bœufs. … Confirmé dans la pratique .

Ne Raconter que des Sottises

Racontar das catalanadas(ades) = Raconter des racontars selon l’expression humoristique consacrée. Emettre une ânerie, ineptie, sottise, etc. Le verbe Catalanegar(ege) s’applique autant. Voir le lexique.

Ce qui est vérifiable avec l’écho des actualités, si seulement cela n’allait pas plus loin. Leur manie de calomnier est – elle obligatoirement et délibérément malveillante ? Toujours est – il quand Roussillon vous avez un bon potentiel d’avoir une pipelette imprudente à vôtre disposition. Le souci est quand matière de commérages, ces derniers sont assimilés par l’auditoire en tant que authentique certifié vrai avec une aisance qui interloque ou trompé par le charisme du  » Maître de conférence « .

Ultracrépidarianisme > Lexique : En bons méridionaux ils sont intarissables à l’identique d’une nuée de pies qui jacassent sur un chêne ou à ces maudites cigales surchauffées qui vous abrègent la sieste. Problème, avec eux c’est tout le temps, les hommes autant. Déballer du n’importe quoi c’est si souvent tous sujets confondus qu’ 

Ils feraient mieux de se taire et de passer pour des cons. Plutôt que de l’ouvrir et de ne laisser aucun doute à ce sujet.  P. Desproges.

Seuls les sourds n’en disent pas …  Mais avec eux les catalans on en est à ne pas les croire quand ils restent dans le véridique. 


TOUS AVEC LA CERVELLE SOUS LA CEINTURE

Comme disent les femmes.

  • De grandes gueules au discours bloqué sous la ceinture; Pourquoi pas, mais avec eux c’est EN BOUCLE A LONGUEUR DE JOURNÉE, ou lorsqu’ils  s’immiscent dans un débat éloigné de leur horizon culturel, particulièrement tout sujet de discussion dont ils ne sont pas à l’initiative, ils s’empressent systématiquement d’un ton  grandiloquent, de le détourner de son objet  vers ces obscénités, quelque soit leur âge.
  • Abstraction faite des  » Jeunes qui ne pensent qu’à ça « ; Vous discutez de choses et d’autres avec des pères de famille, éventuellement de lycéens… Subitement en passant du coq à l’âne, un de vos interlocuteurs vous saute dessus en mimant un rapport, balade sa main sur vôtre anatomie intime, vous assène un direct là ou ça fait mal et en exulte de satisfaction. Palper le sexe du collègue est le jeu qu’ils attendent visiblement impatiemment. Priez sans cesse pour eux.
  • Victor, l’âge de la retraite bien tassé, affirme avoir honoré son épouse jusqu’à 9 fois par nuit ! Je présume qu’il faisait relâche le jour.
  • Plan c. : Offrir les outils du collègue aux animatrices pour planter les choux … Autres destinataires.
  • Simulacres d’actes sexuels au moindre prétexte, là c’est à qui sera le plus vulgaire. Grosses difficultés, à bien se se tenir dès qu’ ils sont dans vôtre dos, qu’ils aient 25 ou 50 ans ils peuvent devenir tels des taons annonçant l’orage si vous êtes en petite tenue estivale ou du genre Running. Au bas mot 30 % d’entre – eux sont ainsi tarés. Pourcentage très supérieur dans une entreprise de 66270 avec harcèlement de celles passant à proximité en dépit de protestations répétitives, N° de tel. en gros caractère sur les véhicules, probablement un effet de soupape.
  • Quel que soit l’âge les magazines porno ont un succès bœuf sur le poste de travail. C’est comme les œufs couramment à la douzaine. Apparemment pour une ribambelle, leur seule  » Lecture  » ?
  • Les calendriers osés des fournisseurs seront au premier servi, il s’en accaparera plusieurs sous vos yeux en vous jurant que ce n’est pas vrai. Sur celui de l’équipe, éditions grand format préférentiellement, la photo du mois disparaitra ou sera salie.
  • La chose est si banale dans le vocabulaire du commun des roussillonnais, que nous avons eu affaire à une vacataire qui s’exprimait de la sorte à l’intention des petits bouts de choux qu’elle encadrait à la cantine scolaire communale d’un village de L’Agly! ( Papa c’est quoi un enculé… une telle a dit que j’étais un fils d’enc … ) , extrait d’ un copieux questionnaire. > Note suivante A. Delon – B. Bardot.
  • Il n’est nul besoin de fréquenter les cités pour entendre des mouflets et leurs ascendants user à haute voix de ce registre  tiré du film x de la veille, c’est ça le Catalan!
  • Une scène de nu isolée dans une bande annonce de film suffit à les attirer tel un ruban attrape mouches. Donc, ils sont portés à passer une soirée devant un film TV seulement pour quelques secondes de déshabillé et le lendemain encore tout émoustillés, ils seront au rapport.

Aucun des écrivains ci – dessus n’a formulé la moindre allusion relative aux marges de ce pourquoi nous sommes conçus, mais elles sont recherchées d’internautes.

Manuel de Survie

A la fois Gavach + Brave Type +  » Mal Fini  » face à une meute de Borros.

Et non, je ne l’ai pas cherché !

Des aspects personnels qui dans le meilleur des cas ne peuvent pas m’avoir aidé, qui plus est face à la rapacité catalane.

… – Il ne ferait pas de mal à une mouche … – Le Brave Type, mon surnom jusqu’à ce que je me fâche en réponse à un millefeuilles indigeste à base notamment de délations mensongères et de fourberies, associé à un besoin significatif de calme et de tranquillité, donc j’ai mal choisi mon endroit bien quand retour ils en verront de toutes les couleurs.

 » Mal fini  » face en règle générale à des profils enveloppés dès l’adolescence d’avoir trop trempé dans une mauvaise hygiène de vie multi factorielle. Je paraissais facilement 10 ans plus jeune avec moins de 40 kg à 40 ans ( Bougez mais pas de trop ), comme Napoléon aussi grand qu’un nain de jardin. Disons que ne faisant pas le poids cela en a induit en erreur par confusion naturelle avec une proie facile, genre scolytes sur résineux en stress hydrique. Piégés sur mon apparence juvénile, par méprise avec un bleu que je n’étais plus depuis des lustres sinon moins qu’une bonne part de ces lâches,  qu’ils en ont naturellement abusé à outrance, que cela m’a valu des privilèges dont on se passe volontiers que ce soit venant de mes chefs ou de collègues. On notera que ces décideurs ( VVF Le Barcarès ) étaient eux aussi mal finis, eux entre les jambes puisque ils ont laissé passer bien plus déplorable que ce qui me concernait en privilégiant les dispositions collectives, ( Punitions, notes de service nominatives à des personnes irréprochables, etc. ). En principe les plus en cause n’étaient pas rappelés à l’ordre en nom propre, ce qui doit participer à la pérennisation de ce dysfonctionnement sur 40 / + ans. Desquels de ces plus en cause et un Directeur Général furent maintes fois indignés du traitement excessif qui m’était réservé par ces responsables, déjà pour si peu, à en intervenir en amont de leur stricte décision.

Ce parasitisme opportuniste se rencontre avec une facilité qui interpelle sans avoir à y courir après et qui amène à anticiper.

La triste mentalité catalane ne suffisant pas et compte tenu de la xénophobie, plus exactement ils sont ciblés comme tels, à tort ou à raison et une citation l’illustre au chapitre Envie ( Second sur fond vert ) :

Je devais être  » L’étranger  » à abattre ayant osé venir de Perpignan à 25 km de là, leur subtiliser sous le nez, dans leur clocher chasse gardée, un poste tant convoité par leur tribu. Doublé, pour partie plus que vraisemblable, de se décharger sur le nouveau avec en prime ici l’arrière – pensée de favoriser le recrutement d’un proche, les profils incriminés se connaissaient de toujours, embrassades entre hommes à l’embauche. Caractères renforcés par une relation à l’alcool inadéquate x jamais sortis de leur trou.

Le dénigrement, le rabaissement, la calomnie sont communément avantageusement glissés sous couvert de pseudo plaisanterie, le tout formulé en boucle, ainsi si vous sortez de vos gonds c’est que vous n’acceptez pas la plaisanterie. Cependant la permanence de ces excès finit par attirer l’attention de tiers lesquels outrés lâcheront une exclamation telle que :  –  Mais enfin laissez le tranquille ! … – Ne  te laisses pas  faire… – Pourquoi tu te laisses faire?   …  – Tu n’as pas à être affecté d’avoir protesté de leurs combines. Ils n’arrêtent pas de te casser du bois vert dans le dos … – Arrêtez de le faire ch. …   Ma préférée – S’il se comporte avec Mireille comme avec toi, il n’est pas étonnant qu’ils divorcent après quelques mois … Chapeau René ! Hélas ces heureuses tournures des événements sont moins rééditées que celle initiatrice. Nouveau détail révélateur des détériorations identitaires catalanes, ces bons collègues étaient tous des forastièrs ( Lexique ) hormis un autochtone, livreur témoin hebdo de mon  » Harcèlement « . Rien d’étonnant en pareilles circonstances  c’est plutôt jouissif pour ceux catalans.

Rira bien qui rira le dernier.

Chaque collègue ( Des décideurs aussi ) en cause dans ces pages a eu à réviser ce proverbe, ça a chauffé au point que j’en suis arrivé à me faire peur, leur ligne directrice l’autorise sans difficulté, sans avoir à s’écarter du Droit chemin. J’y fus contraint après 8 à 10 ans de tergiversations x tentatives de les raisonner aboutissant à l’effet inverse de celui recherché x de laxisme x de tu ne nuiras point à ton prochain x difficulté d’admettre qu’ils puissent en être à ce point à vôtre encontre d’où une crainte prééminente de méprise x – laisses passer ça s’arrangera, car cela ne cessait d’empirer tous azimuts en générant une pléthore d’ intolérables, un fondu – enchaîné par émulation collective.

Le catalan étant ce qu’il est, il(s) vous abuse(nt) de multiples façons quotidiennes, sans pouvoir déterminer dans les délais adéquats de qui vient le mal quand cela intervient dans vôtre dos. Parallèlement à trois époques c’est à dire tant d’années, la densité des dérives était à elle seule suffisamment continue pour ne pas avoir d’autres possibilités que d’en laisser passer. Elles auraient accaparé trop de mon temps déjà chargé, en pure perte. Un cercle vicieux …. Un délai qui s’est retourné contre eux en me permettant de bien cerner les angles d’attaque potentiels. A ce contexte il faut ajouter celui des relations autres que professionnelles.

Pérennisation de dominations, humiliations, intimidations – menaces inimaginables de la part d’équipes. Dans ce lot de clòcs détériorés, à la base ce sont tous des gars auxquels vous rendiez service quotidiennement tant par état d’ esprit quand tant que dindon *. Là en quelque sorte ils m’ont crée une véritable autorisation de sévir, en apothéose de leur – Crétinisme identitaire pathologique … > Assortiment d’exemples à L’Irrespect.

Tant d’épreuves si longtemps incessantes, accumulées pendant des décennies, dont son apogée au cours de ma vie active, induisent inéluctablement des stigmates psychologiques, mais heureusement j’ai eu sans le savoir des moyens de les tamponner par le biais d’un dépassement de soi professionnel et temps libre. > Libertés patronales.

* Si comme moi vous êtes bénévole dans le 66 catalan, soyez sur le qui – vive.

A. Delon – B. Bardot.

... vous diffament, marchent dessus en l’absence de conflit avoué, de toute justification, quel que soit l’âge, le statut social
Affolant dans un village alors dépourvu de police municipale où les Gendarmes de Rivesaltes ont eu une charge colossale pour rétablir l’ordre et beaucoup de mérite, ce clocher défavorablement connu d’ A. Chamfort, Amel Bent, Dave, M. Drucker, etc. pour ses mœurs dignes de l’Homo Erectus limitrophe. Commune si présente sur la rubrique faits divers et justiciables de l’Indépendant dans les années 1990 que cela aurait valu des reproches à l’adresse du correspondant ? Pourtant hormis l’acte de cruauté à ameuter les stars, elle ne sort pas du lot comparativement à celles de la couronne de Perpignan. Il s’agit simplement d’approfondir les éléments explicites de la mentalité des roussillonnais. Eventail d’incivilités du cru :
En dépit de relations de voisinage minimalistes, absent en journée pour occupations à temps plein ailleurs 7 j / 7 et réputations des catalans, il suffit généralement de les voir et entendre une journée pour flairer le potentiel prévisible. Ces incivilités se sont concentrées sur un créneau de < 20 ans, le temps nécessaire à mettre des parades en place. < 20ans rapportés à une population de 2200 à 3100 habitants.
Tentative incendiaire à l’aide d’une bougie sur le paillage du jardin. Acte d’un gamin de 10 à 12 ans, fils de pyromane paraît – il ? Pyromanes domiciliés à quelques pas, très actifs, les pinèdes à la ronde en portent les stigmates.
Riverain d’une rigole d’irrigation je fus inondé à chaque absence pour courses, heureusement j’avais anticipé pour cause de précédents sur un autre bien. Le placo. de ceux en aval a eu moins de chance. Jamais si sortie différée pendant cette séquence hebdomadaire d’un mois / + à 14 h. Couverture du canal à mes frais.
Dénoncé dans l’heure pour avoir été omis d’être assujetti à la taxe d’arrosage, par une dame qui, au regard de sa villa d’artiste de 250 M2, n’avait rien à nous envier. Montant dérisoire égal au minimum fiscal soit 10,55 euros actuels ! RAPPEL propension locale à la délation, dénoncer déjà que pour cela.
Détournements systématiques du tour d’arrosage dès les minutes où vous l’avez mis en route, m’obligeant à m’en affranchir en construisant une citerne. Hors de cette période, à peu de choses près une file indienne d’irrigants dont logiquement au moins 50 % n’est pas réglementaire du tout ( Vue sur la vanne sise à 30 m. ), mais ce n’est pas le plus dommageable …
…. Ces enfoirés de catalans ( Et pas qu’un ), agriculteurs compris, n’hésitent pas à vous couper l’eau alors qu’ils voient fonctionner votre moteur d’arrosage, si vous ne réagissez pas promptement la crépine se trouve hors d’eau et vôtre moteur en est rendu hors d’usage.
Jets de meubles et de palettes démontés, émanant de petits de 7 à 10 ans au plus … Caillassage des façades, heureusement mon arrivée sur ces faits et le rapport âge / distance m’ épargnèrent des dommages significatifs.
Jets de PQ souillé, emballages, canettes et bouteilles. PQ fait de pré – adultes en galère lesquels bénéficiaient jusques là de ma compréhension, ils finiront en prison à quelques mois de là.
Une  » Agression  » direct la prison. Assortie pour l’essentiel de malveillances aux frais de témoins rescapés in – extrémis.
Ceux dont une mamie tête blanche, refusant vigoureusement de cesser de faire déféquer leur chien sur la placette dont vous êtes attenant et où jouent les enfants. Le quartier étant pavillonnaire, ils possèdent un jardin plutôt spacieux devant leur porte.
Se planter sur la clôture avec regards sans gène sur vôtre vie privée dedans – dehors. Ceux qui vous observent sans vous faire part de leur présence ni être obligatoirement dissimulés et éventuellement rapportent en réinterprétant défavorablement. Vécu sur chacun de mes trois domiciles, urbain, villages et professionnellement.
Défilé de camping – caristes de Pâques à la Toussaint avec vue plongeante sur vôtre intimité, séjours chez plusieurs résidents du lotissement disposant en principe de l’espace adéquat. Contraint d’édifier un hideux mur de clôture de 2 m / + h.
Stationner sa voiture devant le portail en refusant de la déplacer du strict nécessaire.
Dégradations aux véhicules et au bâti, des propriétaires beaucoup plus impactés.
Déjà avant l’invention du portable, appels anonymes à la seconde où vous arrivez au domicile, contenus à cette séquence, raccrocher dès que vous décrochez * . Vu la tranche horaire ce sont forcément les exploits d’un voisin chômeur ou retraité mais aucune explication rationnelle à envisager donc à défaut peut – être la jalousie ( Bouquet de détails incitatifs ) ou l’abrutissement identitaire catalan ? * A priori en se fiant aux on dit, ce scénario est bien installé dans le 66.
Intimidations relatives à la signature d’une pétition.
Offre de compost aux administrés : Vous foncer dessus avec son pick – up, obligeant à vous écarter précipitamment et ainsi libérer vôtre place de chargement. Implicitement  » Dégages de là que je m’y mette « .
Toute vérité n’étant pas bonne à dire ….

Note Chronologie à la date 1542.

Ajoutons quand la matière de Gavatxos les roussillonnais n’ont manifestement pas évolué. A tel point que les nouveaux arrivants en mal d’intégration sont contaminés et usent sur un ton moqueur de cette insulte.

On a l’impression que ces ibériques ( Catalans du Roussillon ) cherchent, à se rendre intéressants auprès de l’auditoire, en la proférant généralement avec succès, déclenchement d’un effet de groupe. Peut – être un réflexe ou une tentative de masquer un état de médiocrité insigne ? 


Ne serais ce qu’en s’en tenant à l’envie x orgueil x paresse x délation x jalousie x ..., qui plus est généralement cumulés en tout ou partie par chacun d’eux, les roussillonnais traînent un gros boulet. il est comique et révélateur qu’ils puissent dans ces conditions être Fiers de leur identité catalane* et toiser de haut les languedociens plutôt que de se préoccuper de leur propre profil ( RRQ. ), quiconque en serait rassuré comparativement. Le caractère toujours actuel de cette combinaison d’envergure ahurissante explique que chacun de ces handicaps soit continuellement ressassé depuis l’Ancien Régime. Au terme de ce persiflage à l’adresse des Catalans et en dépit de l’aspect rédhibitoire du sujet, en tant que Gavach il convenait, hélas, de leur rappeler en quoi ils sont réputés tout en mettant au parfum les nouveaux catalans de l’autre version des faits.

Si vous êtes languedocien vous tenez là un argumentaire, matière fiable permettant de faire contre – poids aux allégations odieuses et sempiternelles des catalans à nôtre encontre de Gavachs, contribuez y en pensant à partager cet article avec vos amis afin de faire prévaloir la réalité des faits en la faisant mieux connaitre. Si vous êtes Occitan du 09 – 11 – 34 – 66 vous êtes censé savoir qu’il en va de vôtre devoir. De leur côté les catalans ne se privent pas de se moquer de nous  en tant que Gavachs, c’est le moins que l’on puisse dire.

Il reste à remarquer que parallèlement aux autorités susdites, les auteurs languedociens figurant en sources documentaires, Liens et Livres, ont presque tous leur couplet pour égratigner les catalans en réplique à leur penchant dédaigneux envers le Fenouillèdes, ses habitants et leurs voisins audois.

* Comique et incongru, Roussillon entonnoir médiéval de l’Hexagone, plus ceux de souche locale français depuis 1659 et le gros de la troupe issu de l’immigration des républicains superposée à celle chronique des réfugiés économiques.


Pour en savoir plus sur les Gavachs

Etymologie occitane

Paridulac Caramany gavatx

Les origines de la langue françoise par Gilles Ménage en 1650. Les peuples montagnards qui sont sur les confins de Narbonne et d’Espagne, que Strabon et Pline appellent Gabales.

Etymologie de Gabacho par J. J. M. Ignon, Société des lettres de la Lozère en 1827.

Gavach wikipédia

– Fenouillèdes n°21. Même auteur que le suivant, manifestement aux premières loges face aux catalans.

Les Hommes des Collines, La Corbière Catalane aux 17 et 18 ème siècles. Philippe Coquin éditions Lacour 2006.

– Cliquez sur Liens et Livres Fenouillèdes pour l’encyclopédie Bonneton.

Autres éléments :

  • en pages A Propos.
  • aux dates 473, 863, 1096, 1150, notes XIIIe, 1542, 07/11/1659, 2010.
  • article Toponymie occitane de ce site.
  • Ces renvois concernent tout particulièrement ceux qui sont installés dans la sphère culturelle de Perpignan ou qui en sont originaires. C’est à dire sauf à être un esprit éclairé, sont conditionnés par une relation arrangée de leur Histoire, un jacobinisme culturel catalan exacerbé péniblement ressenti en Fenouillèdes.

Lexique

.Nouveaux arrivants : Vite promus nouveaux Catalans, depuis les années 1960 installation massive d’actifs et de retraités généralement originaires de l’Europe du Nord, du sud – ouest et de la Riviera, +/- 5000 par an sur le littoral, Perpignan et sa banlieue, tassement à 3000 sur la période 2012 – 2017. Fort heureusement  ils deviennent majoritaires dans la plaine proportionnellement aux catalans,  d’autant que ce sont des jeunes pour les deux tiers et donc en âge de procréer. Pour quelques villages ( Albères, Aspres, Conflent, Côte, Vallespir ), proportionnellement les catalans ne sont plus qu’un détail , autour de 5 % de la population communale déjà dans les années 1980 – 2000. > Articles A – Propos et Toponymes. Recensement de l’immigration médiévale, plus haut au chapitre Conception de l’Intégration.

Barcarés : En languedocien , un endroit où on abrite les barques. L’écriture officielle catalanisée en Roussillon est Le Barcarès mais ce terme n’existant pas dans le dico catalan on ne va pas user de frelaté … Le Barcarés délimite la  » Frontière  » entre le Languedoc et la Catalogne.

Bon Diu : Bon Dieu ! Mais aussi et toujours en languedocien Bondieu ! où Mon Dio ! soit Mon Dieu.

Borra ou Borro en Langue d’Oc, Burro chez les intéressés : âne au sens premier, quelqu’un de bête. Surnom décerné aux catalans par les languedociens en réponse à Gavach. C’est peu glorieux mais concis et explicite au regard des explications ci-dessus. Borra a détrôné Manja – rats, Manjaire – rats pour Mangeur de rats, ayant été réduits au cannibalisme au cours de sièges mémorables. l’expression CAPS DE BORROS = Tête d’âne ou Tête de mule, fait référence à l’identitaire du catalan.

Catalan : Dans les dictionnaires languedociens de l’IEO et de Lo Congrès, Catalan en sens second se traduit  Le Diable. Tout permet de déduire que c’est une séquelle de mille ans de courses.

Catalanadas(ades) = Racontar à la catalane. Littéralement du lieu (ada) des catalans. Emploi à titre non élogieux tels que : Anerie, Connerie, ineptie, sottise, désinformation typiquement catalane. Existe en castillan en variante péjorative / IEC, il est absent des dicos occitans * ( IEO – Alibert, Lo Congrès – Dico d’Oc, Pan Occitan ) néanmoins construit comme une déclinaison de Catalan qui y figure. La susdite lacune ( Extraordinaire ) rend sa définition languedocienne précise aléatoire à cerner. Si vous êtes du Languedoc vous pensez à un synonyme pour Sottises = Colhonadas. Cela se prononce Couillonades, de Colha = Testicules. Soit des âneries d’un niveau parties.

* Il est habituel que :
– Nos recherches de mots traditionnels du Fenouillèdes demeurent infructueuses sur l’un ou les deux dictionnaires soit le Catalan et le Languedocien, sens introuvable de termes du vocabulaire de base et de toponymes occurrents.
S’il chevauche la frontière, qu’il change ou prenne une variante de signification. Dictionnaires catalans Lexilogos.

Catalanegar(ege) : Cela fait catalan. S’applique à tout ce qui semble être catalan ou en révèle l’ADN tels que coutumes, accent, comportements, habillement, bâti, etc. Communément sous – entendu qui saute aux yeux s’agissant notamment de la façon de se tenir. En commun avec Catalanada : Ce verbe existe en catalan … , absent des … , lacune extraordinaire au regard de spécificités culturelles flagrantes forcément désignées. Chacun sait en Fenouillèdes qu’ en matière d’oublis en tous genres et toutes parties intervenantes, ce Pays n’est pas épargné.

Catalanistes :  Militants identitaires et indépendantistes visant, au déni des languedociens autochtones, à imposer la catalanité dans le 66 en bénéficiant des exodes Espagne > France. Souvent sous couvert de traditions importées en les faisant passer pour de ce sol et en poinçonnant le rôle historique de la France dans la Catalogne trans- pyrénéenne.

Cavéca : En langue d’Oc la chouette chevêche, imbécilité. Parler comme une Cavéca / Déballer un flot d’ imbécilités sans s’en rendre compte. A ne pas confondre avec Cabecou dérivé commercial de Cabecon pour Chevreau.

Clòsc / Closca :  Languedocien / Catalan. Crâne, coquille d’œuf,  têtu et indiscipliné…

Codena et Codenà / Couenne, Engraisser, Terre enherbée – inculte – en friche, Crasse corporelle. A percevoir ici par extension pour Désoeuvré, Fainéant, Tire au flanc. Il est de ces mots languedociens amusants à entendre de la bouche des roussillonnais fiers de parler catalan.

Escana – rats / Étrangleurs de rats, avec Manja – rats le sens initial est peut -être en mémoire des sièges infligés par la France ? Présentement il est flagrant qu’il s’applique à désigner tous les Catalans en tant que Radins. . Le catalan l’est selon la boutade, au point de préférer tuer un rat pour le dîner plutôt qu’un animal  de son élevage qu’il vendra au prix fort, plus sérieusement et communément ils sont enclins à vendre toutes leurs productions jusqu’à faire endurer des privations alimentaires à leur famille.

    Plus que Escana – rats le terme officiel languedocien est Rascanhós  ( Rascagnes ). Paradoxe révélateur, cette étiquette  est apposée sur les catalans par leurs voisins occitans, lesquels sont bien plus économiquement défavorisés.

Espanter : Francisation du languedocien Espantar / Stupéfier pris au sens second.  Epouvanter au sens premier. Espantable =  Epouvantable.  Si vous vivez en Occitanie historique vous comprendrez que la forme occitane 2 soit retenue dans cette étude car elle a une touche de parfum avec Épouvanter ( Opportune en matière d’orgueil ibérique ) contrairement au Stupéfier du  Larousse.

Fable : Elle met en scène un Catalan de Baixas (Village proche de Perpignan), le plus grand, le plus beau, le plus fort comme ils le sont tous à les écouter.  Borné à E LI MI NER cette race méprisable que sont les Gavachs. Sans savoir où ils se tiennent ni à quoi ils ressemblent. Ce rodomont est déjà perdu à Las Casasses aujourd’hui Cases de Pène, un village limitrophe du sien … En point d’orgue, un acte de vente par l’archevêché de Narbonne en 925 situe Baixas dans le comté de Fenouillèdes, Cases de Pène en faisait partie c’était sa porte encore vers le XII è. Cette fable est toujours à l’affiche, profil identitaire obligeant, un prétexte pour aller à la rencontre des gens du Pays avec à la clé un bon moment de franche rigolade assuré. Naturellement les catalans l’ont frelatée à leur avantage. Dans la vraie vie leur ignorance de casaniers est vraisemblablement plus AHURISSANTE que ne le laisse présager la fable à limitrophe, deux indications : Nous avons discuté avec des villageois très enracinés localement, ils ignoraient l’existence d’une résurgence saisonnière spectaculaire ( Top 3 du 66 ), à moins d’un km de leur maison en bordure de route nationale. A la commune voisine idem pour un tumulus imposant à proximité, etc.

Forastièr : Etranger, sinon à la communauté, éventuellement celui qui vient du village limitrophe. Mot languedocien.

Personnalités : Administration préfectorale, directeur lycée, inspecteur éducation nationale, voyageur lettré, bibliothécaire de l’université, militaires haut gradés, énarque, député, historiens actuels dont des agrégés, géographe, membres de sociétés savantes, dominicains, notaires …

Pichon ou Pichonet(ta) : Petit garçon ou Petite fille en languedocien.

Putas Manhagas : Littéralement Putes Caressantes. Sous entendu on ne peut plus aimables par devant et par vôtre derrière … N’avoir de cesse de vous nuire. Traduit l’hypocrisie en langage fleuri. Putas est autant catalan que languedocien, Manhagas est uniquement languedocien tout en étant commun dans la bouche des catalans du 66 à l’identique de l’essentiel du susdit dictionnaire toulousain.

Record national :  Du département avec le pourcentage le plus élevé d’alcooliques ( 17% ) et de drogués, 35 % de fumeurs de cannabis. Ils dament le pion aux bretons ! Synthèse d’une étude sociologique publiée en 2013. . A Perpignan une intervention sur trois des pompiers est liée à l’alcool / Reportage TF.1 du 05 / 02 / 2017.

Retirada :  Ce n’est pas le mot languedocien pour Habitat isolé, mais le catalan au sens de Battre en retraite, Fuite. L’exode des républicains espagnols en 1939, 450 000 déracinés hébergés dans un département de 230 000 habitants. Par ailleurs l’émigration Espagne-Roussillon est chronique, jeantosti.com / noms de famille – particularités. Ce sont ces immigrés des trois vagues ibériques du XX è. siècle, leurs descendants devenus majoritaires en nombre* et les catalans du nord qui perçoivent les languedociens comme étant des sous – hommes, des Gavachs, un comble ! Comparativement à ces réfugiés les Gavachs – languedociens sont les habitants historiques de la Catalogne Nord puisqu’ils y ont toujours été.* En faisant abstraction des nouveaux arrivants.

Sens èime : Expression languedocienne pour démesure, sans notion de bon sens.

Ultracrépidarianisme : L’une de ces nouveautés qui abondent subitement dans les médias avant de tomber aussi sec dans l’oubli. Apparu en France en 2020 sur la piste de la covid, encore une. Il est la francisation d’un terme anglais donc contrairement aux apparences de cet assemblage il n’a rien d’ecclésiastique.

En définition simplifiée ça donne Monsieur Je Sais Tout. Il désigne le comportement de vos interlocuteurs convaincus de façon erronée, d’avoir un savoir encyclopédique tout en vous prenant pour un ignare. Synonyme plus expressif Toutologue. Inutile de parcourir Le Larousse.fr 2021, vous ne trouverez pas ces mots. Recherche autant inutile en Roussillon, ces faits vous y tomberont dessus sans plus d’effort, vous en serez gavé sans tarder. Cuistrerie est proposé comme synonyme mais il ne tient pas compte de la partie adverse supposée ignare et est plus proche de pédant.

Commentaire d’un auteur et professeur émérite d’histoire  après lecture d’une préfiguration de cet article:  – Avec tout ce qu’ils ont osé nous faire ( Les  catalans à l’encontre des gavachs ) , on ne va pas se priver de les critiquer E. Lauret, chaire à Montpellier.

Des audois et  des ariégeois ayant appris que j’avais épinglé  les Catalans du nord m’ont déclaré d’emblée : Tu as bien fait … au regard de l’allusion ci dessus.

Cet article est très visité, vous avez été jusqu’à 3492 / an dont un mois à 751 visiteurs, un grand merci à chacun.

L’Agly

Il serait convenable que ceux qui puisent dans cet article, pour publication lucrative ou pas, aient le savoir vivre soit d’indiquer leur source soit de faire un lien, merci.

-600 : Vu sur une chronologie, mais ça ne cadre pas. Et si c’était vers 60 avant ou après J-C ? Le flumen sordus, l’Agly est considéré comme un affluent du Verdouble. Sordi, Sordus, Sordons… Les autochtones du moment établis dans les marécages du Roussillon, avant de migrer vers l’intérieur.


Vers -50 à +25 : Strabon le géographe Grec à propos de l’Agly : Vulgo Agli et fluvius aquilinus.

 + 23 :  In ora regio Sardonum intusque Consuanorum, Flumina, Techum, Vernodubrum  …  Aux confins de la région des Sordons et des Consuaranis coulent le fleuve Tech et le Verdouble  … Pline l’Ancien.

 Vernodubrum, traduisible par le torrent des vernes = des aulnes, le Verdouble principal affluent de l’Agly en rive gauche et alors à – priori considéré comme prévalent sur l’Agly que nous connaissons en amont d’Estagel.

IV è. siècle : –  Avénius mentionne le fleuve Sordus et précise qu’il traverse l’étang Sordice  …   Modifications estuaire.

591 : Le Verdouble est dit Verniduplici.


906 : Flumen aquilinum. J.  Abelanet Archéo 66 N° 28 / 2013, page 53.


966 : Flumine aquilino


1098 : Flumen Aglini, donation de l’église d’Espira de l’Agly à l’abbaye d’Arles. ADPO 12j24, p 187 et 207.


1140 : Première mention de La Gly. > Paridulac Caramany histoire. 

 – de poder fer de la aigua de la gly dos molins. Relatif à deux moulins aux environs d’Espira de l’Agly.  / Si l’Agly m’était conté, Henri Salvayre 2019.  On remarquera à la spéciale attention des adorateurs de Henri Guiter que ce texte antérieur au Traité de Corbeil est à dominante languedocienne, hormis le catalan aigua. 

1195 :    –  Selon des sources médiévales, le fleuve coulait entre St Hippolyte et St Laurent de la Salanque avant de se jeter dans l’étang /  Gérard Bile 2020 sans plus de précisions. Certains se plaisent à raconter que la partie rectiligne de son lit à partir de ce lieu serait l’œuvre des templiers de la commanderie de St Hippolyte mais il existe plusieurs possibles avec les lits fossiles. Variations du tracé pages 67 et suivantes.

 Le carpocapse catalan
SHARKA serait mieux mais il n’est pas autorisé de brûler le genre de sujets atteints dans cette affaire.
Le cadastre de St Hippolyte porte le toponyme Agly Beille = L’Agly Vieux par transcription phonétique du languedocien  Agly Vièlh. Sur la carte IGN Top 25 Perpignan la graphie est catalanisée, c’est le résultat d’ une occupation de prédilection des catalanistes lesquels ont infecté le Département et procédé à une épuration toponymique des marqueurs culturels languedociens du Roussillon à l’appui de la contribution d’un universitaire à la solde des catalans, Jean Becat.
Coffrets assortiments de toponymes frelatés à la sauce catalane.    

1262 : L’Agly est désigné : flumen Aquilinum ou flumen aquilinus selon les auteurs. Comment ne pas penser à Aquila, l’aigle. D’où l’Agly la rivière des aigles, mais le préfixe s’apparente aussi à eau ?


1369  Agly Nova :  Pierre d’Aragon évoque son parcours dans la plaine. Nova fait probablement référence à une catastrophe naturelle ayant dérivé le cours du fleuve vers 1300 – 1330. A moins que ce fut lors de l’évènement météo du 16 / 06 / 1279 concomitamment avec le drame de Chalabre – Mirepoix, ces deux villages furent rayés de la carte par une lame d’eau résultante d’un mouvement de terrain ayant éventré l’étang de Puivert ? Lien modifications estuaire ci – dessus.


1660 :  Publication de la carte de Sanson d’Abbeville, Il y nomme La Gly , la rivière Boulzane dans son cours supérieur. L’Agly en amont de St Paul n’est pas représenté.


Nolin et Cantelli cartographes, désignent respectivement en 1692 et 1695, la Boulzane comme étant l’Agly. La portion en amont de Saint Paul par les gorges de Galamus n’est pas figurée.

1721 : L’Agly sur la carte du Gouvernement Général du Languedoc. Ainsi nommé de Camps à la mer.


1733 – 1739 : : La famille Cassini de Thury juxtapose sur sa carte La Gly et Lagly. Depuis 1683 trois générations de ces géographes italiens mandatés par Louis XV ont arpenté sous les auspices du Canigou. Ils ont opté pour la même graphie que Lhuillier sur sa carte de 1722.


1820 : Le cadastre de Saint Paul désigne la résurgence Vauclusienne de La Tirounère, au débouché des gorges de Galamus, comme étant la source de l’Agly. (Agli en occitan phonétique et Aglí en català) Encore en 1934 des spéléologues présument être en présence du débouché de son cours souterrain. De nos jours il est convenu qu’ elle est située dans une petite grotte, sous la départementale 14 à l’ouest de Camps, au pied du pic de Bugarach.

1835 : Le géographe et historien membre de sociétés savantes, Dominique, Marie, Joseph Henry utilise la graphie La Gly dans son Histoire de Roussillon.

2020  Signalétique Aglin du Département :  Tout en étant originaire depuis au bas mot un demi millénaire et habitant de cette vallée nous n’en connaissons aucune mention historique, d’où ça sort ?  La réponse doit se tenir dans l’article Toponymes ci – dessous. Aglin  serait crédible en écriture languedocienne corrigée, phonétiquement le N est muet. Toponymes du Fenouillèdes – Correction 2015 – 2018.  

En reprenant Fenouillèdes N° 47 qui s’exprime à ce sujet :  …   Bref, mieux vaut en rire … L’un dans l’autre précisons d »aquesta Colho…

Galerie Photo

Avatars en cours, désolé.

Ajout photos octobre 2021.

Il serait convenable que ceux qui puisent dans cet article, pour publication lucrative ou pas, aient le savoir vivre soit d’indiquer leur source soit de faire un lien, merci.

Les Cabanes du Fenouillèdes

Il serait convenable que ceux qui puisent dans cet article, pour publication lucrative ou pas, aient le savoir vivre soit d’indiquer leur source soit de faire un lien, merci.

Les cabanes de bergers en pierre sèche.

ATTENTION

Pénétrer dans une cabane, d’ordinaire c’est s’introduire chez les chiroptères. Soyez on ne peut plus discrets entre la Toussaint et avril inclus au risque fatal de réveiller les chauvesouris en hibernation. Ce créneau n’a pas de valeur exclusive.

Bories selon les régions, dans les Pyrénées Catalanes capitelles à titre commercial, on y préfèrera barraca, orry pour l’entité barraca et enclos alentour lui même ceint de murets en pierre sèche, plus simplement cabanes en Fenouillèdes et dans l’Aude. En schiste , calcaire , granite, elles sont communes dans nos contrées, par centaines autour de Prats de Sournia et limitrophes. Le GR 36 au nord de Sournia, le GRP Tour du Fenouillèdes et ses deux variantes* permettent d’en découvrir de remarquables qui se distinguent par leurs dimensions.* Sentiers Tour des Cabanes et d’Emilie dit Le Chemin du Fagas.

Surface utile au sol de la pièce principale : Longueur : 7m à 10m Largeur : 2.30m à 3.30m Hauteur : 1.60m à 2.70m.

On retiendra deux modèles principaux, en premier lieu les plus vastes en galerie avoisinant jusqu’à 30 m² de surface utile. Généralement encastrées dans la pente sinon adossées au mur de soutènement des terrasses ( Faissas ), à la toiture plane en lauzes juxtaposées recouvertes d’une mince épaisseur de terre. Elles comprennent fréquemment deux espaces distincts car il convenait d’écarter les agneaux afin qu’ils ne soient pas piétinés. Concentrées sur la jonction terrasses de culture avec les alpages, sans exclusive puisque il en est de visibles dans les oliveraies délaissées.

Celles appartenant au second type sont soit de plan carré, soit circulaires avec une toiture telle que précité ou en coupole peu prononcée, en comparaison des sites ci-dessous. Les dalles sont imbriquées en écaille de poisson, ces cabanes sont en principe plus modestes, elles peuvent abriter une source ou un tineil, elles sont logées dans les murs cantonnant les drailles, ceux délimitant la jasse, le pàtus sinon isolées sur une parcelle tous les côtés sont alors apparents.

Dans les deux cas il est rare en Fenouillèdes qu’une cheminée y soit incorporée, il est d’ordinaire nécessaire de se courber pour y pénétrer sans se heurter aux linteau. Attention risque de tête fêlée à  1.20 / 1.50 h. , l’accès peut se limiter à une ouverture de 1 m2, c’est la seule hormis une ou deux fentes de lumière éventuellement. Sauf exception sur les bacs, l’entrée est orientée au sud –  sud-est.

A Le Vivier.

Quelquefois elles sont implantées sur des espaces exigus avec vue imprenable, dominant des escarpements, des ravins, ces derniers édifices sont généralement de faible surface, trois personnes au plus à l’intérieur en étant agglutinées et avec une entrée motivant la posture à quatre pattes. Il arrive aussi que le bâti soit en surélévation du mur de soutènement d’où la présence de marches cela que la parcelle soit minuscule ou de plusieurs milliers de m2.

Prats comme Jau à Estagel, Aussières, Counozouls ou Derc  village disparu à la sortie de la Clue de la Fou fut une étape sur un  important axe de transhumance*. Ce qui pourrait expliquer leur relative abondance.

* Une branche de l’autoroute à moutons qui suivait la ligne de partage des eaux entre Têt et Agly et qui voyait défiler des dizaines de milliers de brebis en juin puis en octobre.

Néanmoins leur lointaine origine pastorale est contestée :

  • Les constructions remonteraient au XVIIIe siècle. Des dates gravées, à dominante du XIX è. paraissent en  en témoigner. Afin d’enrayer l’extension des terres incultes, la royauté décida d’exonérer d’impôts pendant 15 ans  tout paysan qui remettrait en culture des champs abandonnés depuis 40 ans et plus. Ce fut une opportunité à saisir par les plus démunis qui purent ainsi acquérir des propriétés en ces temps de presque surpopulation.
  • Le décret de partage des communaux peu après l’abdication de Louis Philippe  a contribué à de nouvelles édifications.

Toutes les photos et d’autres encore.

Un sentier de randonnée sur ce thème en variante du GR 36 et du GRP Tour du Fenouillèdes, le Tour des cabanes, article descriptif et plan sur histoireetrando-prats-de-sournia.fr. Il faut remarquer que ce n’est pas le seul intérêt de cet itinéraire. Ce petit village étonnamment dynamique ( Démographie positive ) mérite une escapade à bien des égards et en complément du lien pré cité une vidéo de Gilbert Jullien intitulée le Tour des cabanes.

D’abord ce qui paraîtra être l’essentiel, particulièrement en pleine canicule, le Bar – Piscine, Informations pratiques.

Son panorama exceptionnel, nous sommes sur le balcon du Fenouillèdes.

Sa diversité botanique à dominante méditerranéenne avec influences montagnardes et océaniques. Des oliviers productifs à 650m d’altitude ! Cohabitent avec la hêtraie-sapinière. Laquelle enchâsse en son écrin un hêtre totémique des plus vénérables de la région, la circonférence de son tronc est supérieure à 3.50 m. A voir aussi l’article des hêtres remarquables.

Le Fajas den Baillette forêt communale du vivier.

Natura 2000 – ZNIEFF : Zone Naturelle d’Intérêt écologique Faunistique et Floristique des garrigues de Sournia en particulier au titre des chiroptères, une des colonies majeures du 66 et d’une large palette de plantes déterminantes, remarquables et patrimoniales à laquelle il convient d’ajouter celle de …

… Ses orchidées : pas moins de 11 genres sont observables, déclinés en de multiples espèces, toutes protégées. Ne pas les cueillir, ni les arracher. Une éventuelle transplantation serait obligatoirement vouée à l’échec. Leurs racines vivent en symbiose avec des champignons mutualistes ou mycorhizogènes spécifiques à leur biotope.

Galerie de quelques unes des cabanes à Prats de Sournia, Le Vivier et Sournia.

Caractéristiques sur histoireetrando prats de sournia

Différents styles de cabanes méritent un détour, cependant sauf exception elles paraissent exiguës après avoir visité celles du GR 36, jusqu’à peiner pour y pénétrer ou se retourner à l’intérieur.

Latour de France : Toute une kyrielle aux alentours du sentier de randonnée de la Tourèze et de la piste DFCI.F119 qui le prolonge. Où des édifices plus spacieux que les suivants s’offrent à vôtre curiosité. Dimensions approximatives 2.60m diamètre pour une hauteur de 3.70m, relatives à l’espace utile.

En blocs de calcaire savamment agencés et avec un fruit important. Vues de l’extérieur elles ont un profil plus ou moins cubique, surmonté d’une coupole dont l’emprise occupe tout ou partie de la toiture en accrochant le regard de loin. L’entrée est soit ogivale, soit avec un linteau. Les courbes intérieures évoquent une cloche de 1.60m à 2.70m de diamètre. La hauteur est équivalente à la largeur au sol. Ce sont les plus répandues. Il arrive qu’elles soient contiguës aux pierriers issus de la mise en culture. Ce paysage de garrigue était le royaume de la vigne jusqu’à l’introduction du phylloxéra, voir à ce mot.

Certaines sont équipées  d’une niche. Le casse-croûte était ainsi  maintenu au frais.

Belesta, Cassagnes : Du même type que celles de la Tourèze. Respectivement en gneiss et en granite. Les capitelles sur Cassagnes, ce terme de capitelle appliqué au 66 est purement fantaisiste ou plutôt commercial, il permet d’éviter son synonyme cabane lequel traîne une connotation dépréciative malvenue puisqu’il s’agit de vendre un vin d’appellation CDR villages qui plus est capiteux.


Bac ou Ubac : Versant nord ou à l’ombre. A l’opposé de adrét, soulane.

Jasse : Espace herbeux abrité par le relief, pouvant être ceinturé de murets et destiné à parquer les ovins pour la nuit. Un jas désigne l’endroit où le gros gibier se couche.

Lauzes : roches plates à allure de dalles. Généralement en schiste.

Orri et Orry : Le premier terme est languedocien, avec un accent grave sur le o. Le second est l’équivalent catalan. Il désigne la cabane où on fabrique et conserve le fromage. Il aurait aussi un sens de grenier en étant issu du latin horreum. L’horreum romain de Narbonne, possible sous sol d’un marché.

Pàtus : L’enclos. Au XVIe siècle habitation ruinée par fait de guerre ? Sur l’Alibèrt : Patis, pacage, préau, cour intérieure, basse cour…

Tineil : Phonétique diminutive de l’occitan Tinèl, Citerne maçonnée collectant les eaux de ruissellement , utiles pour des arrosages d’appoint et surtout à la préparation des bouillies de pulvérisation.

Pour en savoir plus :

  • Étymologies : Liens en fin d’article Toponymes.
  • Les Hommes des Collines, La Corbière catalane aux 17 ème et 18 ème siècles. Philippe Coquin éditions Lacour 2006.
  • Mémoire de Pierres ; Livre du docteur Elie Malé, 2017. Étude des cabanes de la Tourèze au Mont d’Estagel. Toujours en librairie en 2020.
  • Des images à donner envie de se bouger sur le blog Pèlerins du Fenouillèdes.
  • La Tourèze vue par les archéologues de l’A A P-O, bulletin de 2008.
  • Vidéo de Gilbert Jullien sur le tour des cabanes
  • Société d’Etudes Scientifiques de l’Aude, herbier.sesa-aude.fr