Le Paléolithique du Fenouillèdes

Complément le plus récent le 21 08 23.
Il serait convenable que ceux qui puisent dans cet article, pour publication lucrative ou pas, aient le savoir vivre soit d’indiquer leur source soit de faire un lien, merci.
Avertissements aux lecteurs : Le déroulement de la chronologie n’est pas garanti sans désordres car les dates varient fortement selon les historiens jusqu’à la Révolution Française, même celles d’événements à portée nationale. Au delà des fatales erreurs d’inattention et de sédentarité dans son bureau, c’est trop souvent à chaque auteur sa date, son protagoniste et son titre. Les livres consacrés à l’histoire du Fenouillèdes ( aussi ), récents inclus sont densément criblés d’assertions trahissant une recherche bâclée, mal orientée, des interprétations fantaisistes, une conclusion prématurée, etc.

Puzzle : Dans nôtre région il s’y superpose ce gros tas de pièces que les catalans nous fournissent en éludant couramment le contexte languedocien, auquel vous avez été sensibilisé en A PROPOS et aussi sur TOPONYMES OCCITANS, pour sa possible intention négative au regard de leurs spécificités, venant de linguistes, d’ historiens avérés comme de pseudos plus encartés catalanistes avec les relents partenaires caractéristiques de l’endroit et sans que ce soit particulier à ces profils. Toute la chronologie va être agrémentée de ces pièces, vous en découvrirez aussi en surabondance dans les articles susdits. Le déroulement suivant résulte d’une élimination massive de ces n’importe quoi, hors conservés comme témoins. Entre tout et soucieux de maintenir vôtre perspicacité en éveil, nous en avons visualisé une part avec la pastille Et encore une ! L’analyse globale de ces surlignés se veut vous permettre de tâter les enseignements à en retirer.


– 450 000 : l’homme de Tautavel ou Homo Erectus  ou Homme de Heidelberg: D’origine probable africaine au pléistocène moyen sur la séquence dite Acheuléen c’est à dire au cours des fragments tempérés des grandes glaciations. Usage de bifaces rudimentaires, viande consommée crue. Os humains déchiquetés jusqu’à la moelle et mêlés à des restes de repas. Certains indices morphologiques annoncent l’homme de Néandertal. L’invention du fameux crâne est attribuée à Henry de Lumley, attiré par les révélations de l’un de ses stagiaires Jean Abelanet.

– 120 000 à – 35 000 : L’homme de Neandertal ou  Homo Sapiens Sapiens : Un eurasiatique du pléistocène supérieur, au terme d’une glaciation de 80 000 ans, le Riss. L’homme de Neandertal (grotte éponyme près de Düsseldorf). Premières grillades et rites funèbres. Les gestes nécessaires a la conception de bifaces sont acquis. C’est la technique dite Levallois caractéristique du Moustérien (grotte de Moustier en Dordogne).

Plusieurs dizaines de sites dans la vallée du Verdouble en aval du Pas de l’Escale, entre les mas de La Joliette et Moton à Espira de l’Agly.

Grotte de la Balme à Saint Paul : La découverte d’un crâne en 1851 lui fut attribué. Toutefois il ne faut pas écarter un rite érémitique voué à Sainte Madeleine.


– 40 000 : L’homme de Cro Magnon,: De nos jours Homo Sapiens. Nous sommes en plein Gravettien ex Aurignacien. La présence humaine est désormais constante et collective.

Ce nouveau venu de Galilée – Europe Orientale va côtoyer pendant des millénaires son précurseur jusqu’à le supplanter à force de métissage, de meilleures dispositions sociales et d’un afflux incessant de population originaire du Moyen Orient. Divers campements à la faveur d’inter stades glaciaires sur l’axe Estagel – Vingrau, y compris au Solutréen, peu représenté dans la région. Grotte d’Emboulles à Corneillia de Conflent -18 000. Le Solutréen ( Roche de Solutré dans les environs de Macon), est connu pour ses silex façonnés en feuille de laurier.


– 17 000 à – 12 000 :   Au Magdalénien caractérisé par la sagaie osseuse en biseau simple et la raclette lithique. Le climat est encore rigoureux. Sites d’Estagel à la grotte du Moli d’el Vent fouillée en 1894 par A. Donnezan , Opoul, Belvis (Aude),  grotte de l’Œil à Puilaurens. Les contemporains de Niaux (Ariège) ne nous ont pas légué d’œuvres d’art qu’elles soient peintes ou sculptées.

Cette époque tire son nom du site de La Madeleine, découvert en 1865 à Tursac en Dordogne.


– 9000  – 8000 : Dernier épisode glacial. Les Aziliens (Mas d’Azil Ariège) on séjourné sur les bords de l’Agly au Four de La Roque à Saint Paul de Fenouillet et à Espira vers -8500 -7000. Il semblerait qu’il y ait eu une forte régression démographique.

-8000 : St Paul de Fenouillet, gisement épipaléolithique de Galamus.

Grotte des Adotz à Caudiès

– 6000 : Du nord de l’Ecosse au Maghreb, une seule langue est en usage, le Basque. Les noms de lieux du Roussillon pages 11 et 30,  » Renada – Laura  » Portet nom de plume 2021. C’est le substrat de la toponymie. Renée – Laure, auteure languedocienne et non catalane contrairement à une contrevérité répandue.

– 6000 à – 5300 : Fontanés haute vallée de l’Aude. Aux alentours de – 5300 usage de céramiques cardiales. Elles comptent parmi les plus anciennes connues. Cardial, d’après un motif décoratif imprimé avec une valve de cardium edule. Coquillage répandu sur les plages de méditerranée. A chaque époque correspond un type de poterie bien défini.

Le climat est proche de l’actuel, en plus chaud et plus pluvieux. Les auzines (chêne vert) sont rares. Les caducs dominent, à l’étage actuel du chêne vert. Entre – 5500 et – 2500.

Quérigut (Ariège) en Donezan. A plus de 1500 m d’altitude, dans une tourbière du Laurenti concentration de pollens de céréales et messicoles associées.

– 5800 : Habitat en bordure de l’ Agly à Caramany, > Pages néolithique.

Issu d’un processus initié au Moyen Orient vers -12 500 à – 7500, l’homme s’est progressivement fixé en passant à l’économie de production animale et végétale. On distingue deux influences d’origine anatolienne, principalement un courant côtier méditerranéen d’Est en Ouest ( Culture de la céramique cardiale ) puis quelques siècles plus tard une imprégnation via le Danube et les Alpes dite culture rubanée.

Ces fermiers  » Turcs  » auraient migré de – 4800 à – 3500 mais d’éminents archéologues de Rivesaltes à Montpellier situent le début de la domestication de la chèvre et du mouton en Languedoc vers – 6000 – 5000 d’où la fondation des premiers villages. > Histoire du peuplement de la France.

Suivant : Du néolithique aux romains en Fenouillèdes

5 réflexions sur « Le Paléolithique du Fenouillèdes »

  1. Douay

    Bravo; merci pour vos recherches et toutes les informations contenues dans le précédent document; je n’ai pas encore lu celui-ci; mais je suis persuadé qu’encore une fois je ne le lirai du début à la fin; avec le même intérêt.
    Je recherche particulièrement des informations sur Joucou son abbaye et la vallée du rébanty en général;peut être pourriez-vous me guider sur des archives ,document livres de votre connaissance?
    Quoi qu’il en soit; je réitère mes compliments pleinement mérités pour vos recherches , encore une fois, merci. daniel Douay

    Répondre
  2. Garcia Alonso

    Bonjour. Dans cette phrase  » Issu d un processus initié au Moyen Orient vers -1000  » faut plutot lire -10000 ? Merci.

    Répondre
  3. Frédéric Lavachery

    On a trouvé à Tautavel des signes de présence humaine à tous les âges depuis 700.000 ans, même si l’os humain le plus ancien est de 450.000 ans. Les hommes n’étaient pas nombreux, ils étaient nomades, qu’y avait-il donc de particulier à Tautavel pour que l’on s’y arrête pendant sept cent millénaires ? Ne fallait-il pas que de génération en génération l’on se donne le mot ? De tout le Languedoc et du pays niçois, n’allait-on pas voir où le soleil se couche, au solstice d’hiver ?

    Répondre
    1. Capres Auteur de l’article

      Bonjour Monsieur,
      Avec ma plus grande admiration pour le parcours de qui vous tenez.

      Répondre

Laisser un commentaire