Archives par étiquette : Mas d’Azil

Le Paléolithique du Fenouillèdes

Avertissement aux lecteurs : Les dates varient fortement selon les historiens, jusqu’à la Révolution Française, même celles d’événements à portée nationale. A titre d’exemple la prise de Perpignan par Louis XIII au XVIIe. C’est trop souvent à chaque auteur sa date et son titre. Les livres consacrés à l’histoire du Fenouillèdes ( aussi ), récents inclus sont densément criblés d’assertions fantaisistes, telles que des erreurs de titre, de personnage… Nous nous sommes efforcés de rectifier celles qui nous sont apparues. Ceux qui comparent l’énoncé des informations entre chacune des trois chaînes historiques de la télévision comprendront. L’analogie est frappante.


– 450 000 : l’homme de Tautavel ou Homo Erectus : Au pléistocène moyen c’est à dire au cours des fragments tempérés des grandes glaciations. Usage de bifaces rudimentaires, viande consommée crue. Os humains déchiquetés jusqu’à la moelle et mêlés à des restes de repas. Certains indices morphologiques annoncent l’homme de Néanderthal. Cette datation est suspectée d’être fantaisiste de – 50 000 ans, des restes humains très antérieurs ayant été découverts entre-temps en Allemagne, Espagne, des chauvins ont pu être tentés d’arranger la chose…


– 120 000 à – 35 000 : L’homme de Néanderthal ou  Homo Sapiens Sapiens : Au pléistocène supérieur, au terme d’une glaciation de 80 000 ans, le Riss. L’homme de Néanderthal (grotte éponyme près de Dusseldorf). Premières grillades et rites funèbres. Les gestes nécessaires a la conception de bifaces sont acquis. C’est la technique dite Levallois caractéristique du Moustérien (grotte de Moustier en Dordogne).

Plusieurs dizaines de sites dans la vallée du Verdouble en aval du Pas de l’Escale, entre les mas de La Joliette et Moton à Espira de l’Agly.

Grotte de la Balme à Saint Paul : La découverte d’un crâne en 1851 lui fut attribué. Toutefois il ne faut pas écarter un rite érémitique voué à Sainte Madeleine.


– 40 000 : L’homme de Cro Magnon : La présence humaine est désormais constante et collective.

Ce nouveau venu de Galilée va côtoyer pendant des millénaires son précurseur jusqu’à le supplanter à force de métissage, de meilleures dispositions sociales et d’un afflux incessant de population originaire du Moyen Orient. Divers campements à la faveur d’inter stades glaciaires sur l’axe Estagel Vingrau, y compris au Solutréen, peu représenté dans la région. Grotte d’Emboulles à Corneillia de Conflent -18 000. Le Solutréen ( Roche de Solutré dans les environs de Macon), est connu pour ses silex façonnés en feuille de laurier.


– 15 000 à – 10 000 : Au Magdalénien caractérisé par la sagaie osseuse en biseau simple et la raclette lithique. Le climat est encore rigoureux. Sites d’Estagel à la grotte du Moli d’el Vent fouillée en 1894 par A. Donnezan , Opoul, Belvis (Aude), cavité dans la vallée de la Boulzane. Les contemporains de Niaux (Ariège) ne nous ont pas légué d’oeuvres d’art qu’elles soient peintes ou sculptées.

Cette époque tire son nom du site de La Madeleine, découvert en 1865 à Tursac en Dordogne.


– 9000  – 8000 : Dernier épisode glacial. Les Aziliens (Mas d’Azil Ariège) on séjourné sur les bords de l’Agly au Four de La Roque à Saint Paul de Fenouillet et à Espira vers -8500 -7000. Il semblerait qu’il y ait eu une forte régression démographique.

Issu d’un processus initié au Moyen Orient vers -1000, l’homme s’est progressivement fixé en passant à l’économie de production animale et végétale. Début de la domestication de la chèvre et du mouton en Languedoc vers -6000 -5000. D’ou la fondation des premiers villages. c’est le néolithique. On distingue deux influences d’origine orientale. Principalement un courant côtier méditerranéen d’est en ouest, puis quelques siècles plus tard une imprégnation via le Danube et les Alpes.