Ouragan Klaus

Une colère d’Éole d’une force telle que le département n’en avait jamais vécu, hormis en haute montagne et en couloirs très localisés. Le 24 janvier 2009 à 13h peu avant d’exploser l’anémomètre de Météo France Perpignan indiquait 184km, au même moment 177km à St Paul. Imaginons sur les hauteurs.

Les dégâts : Plusieurs dizaines de milliers d’euros sur le domaine public dans chaque village. Passons sur ceux que chacun a en mémoire pour avoir été longuement diffusés par la presse écrite, parlée et télévisée. Comme d’habitude cette dernière s’est attardée sur les lieux courus des P-O, notamment la forêt de la Matte. Comme si le manteau forestier du Fenouillèdes avait été épargné. Pourtant les dommages y furent majeurs.

A titre d’exemple retenons Boucheville, pour sa référence au niveau national et la force inégalée de ses sapins de ce côté du massif Pyrénéen. Autour de la maison forestière de Gastepa ou au sud sur le sarrat à 1200m d’altitude, des chablis à perte de vue, à en être désorienté. Vous avez connu cette haute futaie aux troncs de 2.60m à 3m de circonférence ou plus. Soit un houppier culminant généralement à 45m pour les sapins et à 35m pour les hêtres. Eh bien Klaus a tout rasé, sans exception, sur ces stations. Sinon torsadé façon serpillière à ressuyer ! Ces destructions systématiques semblent avoir été décuplées par des coupes à blanc attenantes.

Ce boisement relève de l’exception, en ce sens qu’il n’a pas été sur exploité dans les décennies postérieures à la Révolution. Ce qui explique le développement optimal des essences.

Espérons seulement que les générations des siècles à venir auront la chance qui aura été la nôtre d’avoir à contempler ces géants du règne végétal.*

Hauteurs : issues de sources O.N.F

Sapins : Abiès pectinata, sapin pectiné, sapin blanc des Pyrénées.  

Laisser un commentaire