L’Agly

-600 : Vu sur une chronologie, mais ça ne cadre pas. Et si c’était vers 60 avant ou après J-C ? Le flumen sordus, l’Agly est considéré comme un affluent du Verdouble. Sordi, Sordus, Sordons… Les autochtones du moment établis dans les marécages du Roussillon, avant de migrer vers l’intérieur.


Vers -50 à +25 : Strabon le géographe Grec à propos de l’Agly : Vulgo Agli et fluvius aquilinus.

Pline L’Ancien cite le Vernodubrum, traduisible par le torrent des vernes = des aulnes, le Verdouble principal affluent de l’Agly en rive gauche.


906 : Flumen aquilinum


966 : Flumine aquilino


1098 : Flumen Aglini, donation de l’église d’Espira de l’Agly à l’abbaye d’Arles. ADPO 12j24, p 187 et 207.


1140 : Première mention de La Gly. voir  lien à Paridulac Caramany histoire.


1262 : L’Agly est désigné : flumen Aquilinum ou flumen aquilinus selon les auteurs. Comment ne pas penser à Aquila, l’aigle. D’où l’Agly la rivière des aigles, mais le préfixe s’apparente aussi à eau ?


1369 : La graphie Agly apparaît.


1660 :  Publication de la carte de Sanson d’Abbeville, Il y nomme La Gly , la rivière Boulzane dans son cours supérieur. L’Agly en amont de St Paul n’est pas représenté.


Nolin et Cantelli cartographes, désignent respectivement en 1692 et 1695, la Boulzane comme étant l’Agly. La portion en amont de Saint Paul par les gorges de Galamus n’est pas figurée.


1733 – 1739 : : La famille Cassini de Thury juxtapose sur sa carte La Gly et Lagly. Depuis 1683 trois générations de ces géographes italiens mandatés par Louis XV ont arpenté sous les auspices du Canigou. Ils ont opté pour la même graphie que Lhuillier sur sa carte de 1722.


1820 : Le cadastre de Saint Paul désigne la résurgence Vauclusienne de La Tiirounère, au débouché des gorges de Galamus, comme étant la source de l’Agly. (Agli en occitan et Aglí en català) Encore en 1934 des spéléologues présument être en présence du débouché de son cours souterrain. De nos jours elle est située dans une petite grotte, sous la départementale 14 à l’ouest de Camps, au pied du pic de Bugarach.

Laisser un commentaire